Livre:Figuier - Les Merveilles de la science, 1867 - 1891, Tome 3.djvu

TitreLes Merveilles de la science ou description populaire des inventions modernes Voir l'entité sur Wikidata
Sous-titreDescription populaire des inventions modernes Voir et modifier les données sur Wikidata
Volume3
AuteurLouis Figuier Voir l'entité sur Wikidata
Maison d’éditionFurne, Jouvet et Cie
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1867
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Internet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementTerminé
SérieTomes 1, 2, 3, 4, 5, 6

Pages

h. pg.

Photographie

Stéréoscope

Poudres

Artillerie

Armes portatives

Cuirassés (-4 sur n° p.)

Drainage

Pisciculture

Table des matières

TABLE DES MATIÈRES


LA PHOTOGRAPHIE

Introduction 
 1

chapitre premier

Origine de la photographie. — La lune cornée des alchimistes. — Fabricius observe le premier, au xvie siècle, l'action de la lumière sur le chlorure d’argent. — Le professeur Charles. — Schèele. — Wedgwood. — Humphry Davy. — James Watt 
 3

chapitre ii

Travaux de Joseph Niépce. — Sa méthode pour la fixation des images de la chambre obscure 
 5

chapitre iii

Un inventeur inconnu. — Travaux de Daguerre. — Association de Niépce et de Daguerre. — Traité conclu entre Niépce et Daguerre 
 19

chapitre iv

Procédé photographique de Daguerre. — Rapport à la Chambre des députés et à la Chambre des pairs. — Communication de sa découverte à l’Académie des sciences par Arago. — Récompense nationale accordée à Daguerre et à Niépce 
 39

chapitre v

Description des procédés de la photographie sur plaque métallique. — Perfectionnements successifs apportés aux opérations du Daguerréotype 
 45

chapitre vi

Photographie sur papier. — M. Talbot. — M. Bayard. — Sir John Herschell. — Procédés généraux de la photographie sur papier 
 54

chapitre vii

Perfectionnements apportés à la photographie sur papier. — Découverte du négatif sur verre par M. Niépce de Saint-Victor. — Découverte du collodion par MM. Archer et Le Gray 
 62

chapitre viii

Travaux de M. Poitevin ; découverte de l’action de la lumière sur les chromates mélangés de substances organiques. — Applications de cette découverte à la gravure des photographies. — Les émaux photographiques de M. Lafon de Camarsac 
 67

chapitre ix

Reproduction des couleurs par la photographie. — Expériences de M. Edmond Becquerel. — Recherches de M. Niépce de Saint-Victor, essai de fixation des couleurs naturelles sur le papier de M. Niépce. — Un puff américain. — M. Hill et sa prétendue découverte de la reproduction photogénique des couleurs 
 71

chapitre x

Description des opérations pratiques de la photographie. — Impression dans la chambre obscure. — Développement. — Fixage. — Tirage de l’épreuve positive. — Procédé au collodion humide. — Épreuve négative, épreuve positive 
 79

chapitre xi

Procédé au collodion sec. — Procédé à l’albumine. — Procédé au papier ciré ou albuminé 
 92

chapitre xii

Procédés particuliers pour le tirage des épreuves positives 
 98

chapitre xiii

Un peu de théorie 
 101

chapitre xiv

Appareils optiques employés en photographie 
 102

chapitre xv

Les émaux photographiques. — Procédés de MM. Lafon de Camarsac et Alphonse Poitevin. — Photographie sur émail de MM. Deroche et Lochard. — Les photographies vitrifiées et les photographies transparentes 
 110

chapitre xvi

Appareil photographique portatif de M. Dubroni. — Les photographies magiques 
 116

chapitre xvii

Agrandissement des épreuves positives. — Appareil de Woodward. — Appareil de M. Van Monckhoven 
 119

chapitre xviii

Les photographies microscopiques. — Premières photographies réduites, exécutées en 1858. — Application du microscope Stanhope aux photographies microscopiques par M. Dagron. — Appareils employés par M. Dagron pour l’exécution des bijoux microscopiques 
 124

chapitre xix

Applications de la photographie. — La gravure héliographique. — MM. Donné, Fizeau, Niépce de Saint-Victor, Baldus, Nègre. — Découvertes de M. Alphonse Poitevin. — La photo-lithographie et la photo-gravure. — Procédés de MM. Niépce de Saint-Victor, Baldus, Garnier, Tessié du Motay, Drivet, Asser et Woodbury, pour la gravure des épreuves photographiques. — Hurliman, ou le graveur à la jambe de bois 
 129

chapitre xx

Application de la photographie aux sciences physiques. — Enregistrement des phénomènes météorologiques. — L’électrographe de sir Francis Ronald. — Applications de la photographie à la photométrie. — Ses applications à l’astronomie. — Enregistrement du moment des passages des astres au méridien. — Vues photographiques des corps célestes. — La photographie stellaire, planétaire, lunaire, cométaire et solaire. — Application des procédés photographiques à la levée des plans 
 144

chapitre xxi

Applications de la photographie aux sciences naturelles, à l’anthropologie, à l’anatomie végétale et animale. — Appareil de M. Bertsch pour la reproduction des objets d’histoire naturelle et d’anatomie, vus au microscope avec grossissement 
 163

chapitre xxii

Applications de la photographie à l’architecture et à l’archéologie. — Reproduction des manuscrits, des écritures anciennes et des palimpsestes. — La photographie révélatrice. — Reproduction par la photographie, des tableaux et des gravures 
 171

chapitre xxiii

La photographie au point de vue des arts 
 178

LE STÉRÉOSCOPE

chapitre premier

Cause physique de la vision des objets en relief. — Premières observations à ce sujet. — Euclide et Galien. — Léonard de Vinci. — J.-B. Porta. — François Aiguillon. — De Haldat. — Elliot. — H. Mayo. — M. Wheatstone invente, en 1838, le stéréoscope à réflexion. — David Brewster construit, en 1844, le stéréoscope à prismes. — Le stéréoscope de Brewster et les physiciens de l’Académie des sciences de Paris, en 1851 
 189

chapitre ii

Faits à l’appui de la théorie du stéréoscope et de la vision stéréoscopique 
 194

chapitre iii

Le stéréoscope à miroirs de M. Wheatstone. — Le stéréoscope à prismes de Brewster 
 196

chapitre iv

Stéréoscope à réflexion totale. — Stéréoscope panoramique de M. Duboscq. — Stéréoscope Elliot. — Télés-stéréoscope de M. Helmholtz. — Mono-stéréoscope de Claudet. — Effet stéréoscopique obtenu par des verres colorés. — Le stéréoscope omnibus. — Le stéréoscope remplacé par la lorgnette d’opéra 
 200

chapitre v

Procédés employés par les photographes pour l’exécution des épreuves stéréoscopiques. — Les doubles chambres obscures, et la chambre obscure simple 
 206

LES POUDRES DE GUERRE

Introduction 
 209

chapitre premier

Emploi des feux de guerre chez les Orientaux. — Leur introduction en Europe au septième siècle. — Composition du feu grégeois. — Moyens employés par les Grecs du Bas-Empire pour lancer le feu grégeois dans les combats maritimes 
 211

chapitre ii

Le feu grégeois introduit chez les Arabes au treizième siècle. — Son emploi durant les croisades. — Récits des historiens. — Véritables effets du feu grégeois. — Roger Bacon n’est pas l’inventeur de la poudre. — Textes confirmatifs de cette assertion 
 219

chapitre iii

Naissance de la poudre à canon au quatorzième siècle. — Ses premiers usages. — Invention des bouches à feu 
 231

chapitre iv

Perfectionnements apportés dans les temps modernes à la composition de la poudre à canon. — Essais pyrotechniques de Dupré et de Chevallier. — Poudre au chlorate de potasse expérimentée par Berthollet en 1788 
 236

chapitre v

Propriétés et composition de la poudre à canon actuelle. — Ses effets balistiques. — Propriétés et préparation des ingrédients de la poudre : le salpêtre, le charbon et le soufre 
 241

chapitre vi

Procédés de fabrication de la poudre. — Le procédé des pilons. — Le procédé des meules. — Le procédé révolutionnaire 
 256

chapitre vii

Transport, emmagasinage et conservation de la poudre. — Les dangers de la poudre. — Explosions et incendies des poudrières et des poudres 
 263

chapitre viii

Produits de l’explosion de la poudre. — Analyse des gaz résultant de sa combustion. — Température des gaz. — Manière d’évaluer la force de la poudre de guerre. — Le mortier-éprouvette. — Le fusil-pendule 
 271

chapitre ix

Le fulmi-coton. — M. Schönbein. — Travaux chimiques qui ont amené la découverte du fulmi-coton. — Histoire de la xyloïdine. — Recherches de Pelouze. — Accueil fait à la découverte du fulmi-coton 
 275

chapitre x

Préparation, propriétés et effets explosifs du coton-poudre. — Comparaison de ses effets et de ceux de la poudre ordinaire. — Ses avantages et ses dangers. — Son avenir. — Applications diverses du coton-poudre 
 281

chapitre xi

Propriétés balistiques du coton-poudre préparé en France. — Ses effets dans les armes portatives et dans les bouches à feu. — Dangers et inconvénients du coton-poudre. — Le pyroxyle autrichien et le pyroxyle anglais. — Résultats constatés en 1868. — Conclusion 
 285

chapitre xii

Les nouvelles poudres de guerre. — Les poudres blanches, ou poudres allemandes, à base de chlorate de potasse. — La poudre à canon prussienne, ou cellulose nitrée. — La poudre au carbazotate de potasse ; son utilité. — Composition et préparation de la poudre au carbazotate de potasse ; son emploi pour l’explosion des torpilles sous-marines. — La nitro-glycérine ; ses effets explosifs. — Emploi de la nitro-glycérine pour le sautage des mines. — Le feu fénian 
 296

L’ARTILLERIE ANCIENNE ET MODERNE

chapitre premier

Les premières bouches à feu. — L’artillerie au xive siècle, en France, en Angleterre, en Allemagne et en Italie. — Les veuglaires et les bombardes. — Forme de bombardes et de leurs affûts au xive siècle. — Les projectiles 
 309

chapitre ii

Première période : les grandes bombardes et les boulets de pierre. — Les bombardes de Louis XI, d’Édimbourg et de Gand. — Autres canons et leurs projectiles à la fin du xive siècle 
 322

chapitre iii

Deuxième période. — Le bronze substitué au fer forgé pour la fabrication des bombardes. — L’art du canonnier au xve siècle. — Les affûts des bombardes au xve siècle 
 327

chapitre iv

Influence des premières armes à feu sur le tracé des fortifications. — Les armes et les fortifications pendant le moyen âge. — Les travaux de siége avant l’invention de l’artillerie. — Effets des grandes bombardes et des petites bouches à feu dans les siéges des places fortes 
 334

chapitre v

Troisième période : époque du boulet de fonte. — Grands progrès apportés à l’artillerie par la découverte du tourillon des canons. — Importance du tourillon. — L’artillerie de Charles-le-Téméraire. — L’artillerie de Charles VIII. — L’artillerie de Charles-Quint. — Les six calibres de France 
 345

chapitre vi

Affûts. — Attelages. — Lignes de mire. — Le problème de la trajectoire est entrevu. — Pointage. — Erreurs de pointage. — Projectiles irréguliers : les boulets ramés et les boulets rouges 
 358

chapitre vii

Les fortifications après l’invention des boulets de fonte. — Terrassement des murs. — Défenses du fossé. — Casemates. — Demi-lunes. — Bastions. — Parapets. — Embrasures. — Talus. — Chemin couvert 
 366

chapitre viii

Attaque des places fortes. — Les tranchées. — Établissement des batteries. — Les contre-approches 
 370

chapitre ix

La mine. — Son origine et ses premières applications dans les siéges. — Le premier tir à ricochet 
 371

chapitre x

Quatrième période. — L’artillerie fait de grands progrès dans les Pays-Bas. — Invention de la bombe dans les Pays-Bas. — La grenade. — Manières diverses d’enflammer la bombe. — Le mortier et ses affûts. — Chargement des mortiers 
 373

chapitre xi

Le pétard. — Le roi de Navarre emploie le pétard pendant le siége de Cahors. — Composition du pétard 
 381

chapitre xii

Les nouveaux calibres de France. — Les canons dits de nouvelle invention. — Canons encampanés, renforcés, diminués. — L’obus. — Projectiles irréguliers 
 383

chapitre xiii

État de l’artillerie européenne au xviie siècle. — L’artillerie de Louis XIV. — Les affûts. — Invention du canon de montagne. — Découverte du tir à un seul feu des bombes et des obus. — L’obusier anglais adopté en France. — Le système d’artillerie de Vallière 
 387

chapitre xiv

Canon suédois. — Artillerie de Frédéric le Grand. — Le général Gribeauval réforme l’artillerie française. — Son système. — Pièces de siége, de campagne, de place et de côte. — Invention de la prolonge pour l’attelage des bouches à feu. — La manœuvre de la bricole. — Affûts des pièces de campagne, de place et de côte. — Grain de lumière. — Mortiers à la Gribeauval. — Mortier à la Gomer 
 392

chapitre xv

Notions de balistique. — Exposé de la question de la trajectoire des projectiles. — Trajectoire du boulet dans le vide. — Travaux de Galilée, de Torricelli. — Expériences sur la résistance de l’air. — Loi de Newton. — Trajectoire construite d’après cette loi. — Jean Bernouilli. — Nouvelles expériences de Robins. — La loi de Newton n’est pas applicable aux grandes vitesses de projectiles. — Invention des tables de tir 
 400

chapitre xvi

Théorie du pointage. — L’équerre de Tartaglia. — La hausse de Robins. — Déviation des projectiles 
 408

chapitre xvii

Robins. — Sa vie et ses travaux. — Son étude des canons rayés. — Origine et principe de la rayure. — Balles et boulets forcés. — Prédiction de Robins concernant les canons rayés. — Contestations d’Euler 
 410

chapitre xviii

Rénovation de l’artillerie moderne par les travaux de Paixhans publiés en 1822. — Les canons obusiers à la Paixhans. — Caronades. — Les bâtiments cuirassés nécessitent un accroissement dans la puissance des bouches à feu 
 417

chapitre xix

Études et progrès de l’artillerie contemporaine. — Métaux divers employés à la confection des bouches à feu. — Nouveaux modes de fabrication des canons. — Conditions de la résistance des pièces. — Les projectiles à grande vitesse initiale. — Projectiles massifs. — Résistance de l’air suivant la forme du projectile. — Expériences de Piobert et Morin 
 421

chapitre xx

Les divers systèmes modernes de canon se chargeant par la bouche. — Projectiles rayés. — Projectiles forcés. — Rayure des pièces. — Différents systèmes de canons rayés. — Projectiles à sabot. — Système Cavalli. — Proposition du capitaine Tamisier. Modifications apportées par le chef d’escadron Treuille de Beaulieu. — La fusée Treuille de Beaulieu. — Le canon rayé français. — Son apparition dans la guerre d’Italie ; ses avantages 
 428

chapitre xxi

Canons anglais se chargeant par la bouche. — Le canon Lancaster et le canon Whitworth. — Principe de la construction du canon Whitworth 
 436

chapitre xxii

L’Autriche fabrique des pièces d’artillerie pour le tir au fulmi-coton. — Le canon du général Lenk. — Système de l’artillerie autrichienne pour l’emploi du fulmi-coton 
 440

chapitre xxiii

L’artillerie rayée en Amérique. — Système de fabrication des canons de M. Blakely. — Le canon Parrot. — Le canon Dahlgren. — Système de M. Rodmann. — M. Wiard modifie le système Dahlgren 
 443

chapitre xxiv

Les canons se chargeant par la culasse. — Systèmes Montigny, Cavalli, Wahrendorff. — Système de fermeture prussien. — Système Clay, Alger. — Les canons Armstrong. — Big-Will. — Le forcement du projectile. — Systèmes Whitworth, Blakely, Krupp. — Canon de la marine française 
 446

chapitre xxv

Les canons prussiens se chargeant par la culasse. — Le canon monstre de l’Exposition universelle de Paris. — Les canons de campagne prussiens se chargeant par la culasse. — Les canons de la marine française 
 455

LES ARMES À FEU PORTATIVES

chapitre premier

Les armes à feu portatives pendant le xive siècle. — Le canon à main. — La couleuvrine à main. — Invention de l’arquebuse au xviie siècle. — Invention du bassinet, du couvre-bassinet et du serpentin, au xviie siècle. — Arquebuses à rouet et à mèche. — Le mousquet. — Le pistolet. — Le fusil à silex. — Invention de la baïonnette au xviie siècle. — Le fusil à baïonnette adopté sous Louis XV dans les armées françaises 
 463

chapitre ii

Découverte des fulminates. — Leur application aux amorces des armes portatives. — Le fusil à percussion. — Les capsules et leur fabrication. — Adoption du fusil à percussion dans les armées européennes 
 473

chapitre iii

Armes portatives à balle forcée. — Travaux de M. Delvigne. — La carabine Delvigne. — La carabine à la Poncharra. — Le fusil à tige. — Perfectionnement apporté par M. Minié à la carabine à tige. — La balle cylindro-ogivale. — La balle à culot. — Les balles explosibles 
 478

chapitre iv

Les armes à feu portatives se chargeant par la culasse. — Premiers essais. — Systèmes Julien Leroy, Lepage, Gastine-Renette. — Système Lefaucheux. — Le fusil Robert. — Le mousqueton des Cent-gardes. — Le fusil Manceaux et Vieillard. — Le fusil à aiguille prussien. — Le fusil Chassepot 
 489

chapitre v

Le fusil Chassepot. — Ses effets. — Transformation de nos anciens fusils en fusils à tabatière 
 499

chapitre vi

Fusils à répétition. — Systèmes Spencer et Winchester. — Révolvers. — Systèmes Colt, Adam-Deane, Mangeot Comblains, Loron, Le Mat et Le Faucheux. — La carabine Jarre. — Les mitrailleuses. — La mitrailleuse belge et la mitrailleuse américaine. — Conclusion 
 507

LES BÂTIMENTS CUIRASSÉS

Introduction 
 521

chapitre premier

Le vaisseau militaire rapide le Napoléon. — L’Empereur Napoléon III fait construire les premières batteries flottantes cuirassées. — Bombardement de Kinburn par la Congrève, la Dévastation, la Lave et la Tonnante 
 522

chapitre ii

Création en France de la première frégate cuirassée. — La frégate la Gloire. — Essai, fait à Vincennes, des plaques de fer destinées à former le blindage de la Gloire. — Mise à l’eau de la Gloire le 24 septembre 1859. — Construction des frégates cuirassées la Normandie et l’Invincible, sur le plan de cette frégate. — Construction de la frégate cuirassée à coque de fer, la Couronne 
 528

chapitre iii

Construction des vaisseaux cuirassés du type Solférino et Magenta. — La première escadre cuirassée 
 535

chapitre iv

Construction des batteries flottantes cuirassées l’Arrogante et l’Embuscade. — Les canonnières cuirassées destinées à la navigation des lacs et des rivières 
 538

chapitre v

Nouveaux types de bâtiments cuirassés : La Flandre et l’Héroïne. — Le Marengo. — Les corvettes la Belliqueuse et l’Alma. — Les gardes-côtes le Taureau et le Bélier 
 539

chapitre vi

La marine cuirassée chez les nations étrangères. — Comparaison des membrures en bois et en fer pour les navires cuirassés. — La marine cuirassée introduite en Angleterre 
 545

chapitre vii

La marine cuirassée anglaise. — Le Warrior et le Black-Prince. — Comparaison de la Gloire et du Warrior. — Construction de la Defence et de la Résistance. — Construction de l’Hector, du Valiant, de l’Achilles, du Minotaur, de l’Azinçourt et du Northumberland. — Transformation de plusieurs vaisseaux de guerre en bois en vaisseaux cuirassés 
 548

chapitre viii

La nouvelle flotte cuirassée anglaise. — Les bâtiments cuirassés à batteries et à fort central. — L’Enterprise. — La Pallas. — La Penelope. — Les grands vaisseaux de guerre à batteries. — Le Bellerophon et l’Hercules 
 552

chapitre ix

Les bâtiments cuirassés à tourelles de la marine anglaise et de la marine américaine. — Le Merrimac et le Monitor. — Le combat naval d’Hampton-Road, en Amérique 
 556

chapitre x

Les navires à tourelles de la marine anglaise. — Le Royal-Sovereign, et le Prince-Albert. — Le navire à tourelles de la marine américaine, le Miantonomoah. — Le Captain et le Monarch, navires anglais à tourelles 
 562

chapitre xi

Les dernières constructions navales cuirassées des États-Unis. — La marine cuirassée au Brésil. — La marine cuirassée en Italie et en Russie 
 567

chapitre xii

Conclusion 
 576

LE DRAINAGE

Introduction 
 579

chapitre premier

Aperçu historique. — Columelle. — Olivier de Serres. — Walter Blight. — Développement du drainage en Angleterre. — Travaux d’Elkington, de Smith et de John Read. — Intervention du gouvernement britannique. Avances au drainage faites par le Parlement. — Ses résultats. — Introduction du drainage en France. — Son développement. — Lois de 1854 et de 1856 
 580

chapitre ii

Qu’est-ce que le drainage ? — Ses effets généraux et secondaires. — Signes extérieurs du besoin du drainage 
 588

chapitre iii

Exécution pratique du drainage. — Profondeur, écartement, direction des drains. — Exemples de drainage 
 592

chapitre iv

Moyens divers de construire les conduits des drains 
 600

chapitre v

Pente, dimension et longueur des drains 
 607

chapitre vi

Saisons et sols convenables pour l’exécution des travaux. — Reconnaissance du terrain. — Piquetage des travaux. — Ouverture des tranchées. — Pose des tuyaux. — Remplissage des tranchées. — Charrues de drainage. — Charrue à vapeur de Fowler. — Obstructions qui peuvent se produire dans le conduit des drains 
 608

chapitre vii

Drainage des sources 
 628

chapitre viii

Fabrication des tuyaux de drainage. — Préparation des terres. — Machines à fabriquer les tuyaux. — Machine économique. — Séchage et cuisson des tuyaux 
 631

chapitre ix

Conclusion 
 645

LA PISCICULTURE

Introduction 
 647

chapitre premier

La pisciculture chez les Chinois. — Les Romains n’ont pas connu la pisciculture, mais ils ont porté à un degré extraordinaire de perfection les méthodes pour l’élevage des poissons dans les viviers 
 648

chapitre ii

L’industrie du lac Fusaro pour la multiplication artificielle des huîtres 
 652

chapitre iii

La pisciculture réalisée au Moyen âge et jusqu’à nos jours dans la lagune de Commachio 
 657

chapitre iv

Les boîtes de dom Pinchon, en 1420. — Le Suédois Lund invente en 1701 les frayères artificielles. — Le naturaliste Jacobi décrit, en 1763, le procédé complet pour la fécondation artificielle des poissons 
 662

chapitre v

Études et travaux de deux pêcheurs de la vallée des Vosges, Remy et Géhin 
 668

chapitre vi

Progrès de la pisciculture après 1848. — M. Coste prend en main la direction des travaux de pisciculture. — Origine des travaux de M. Coste sur l’embryogénie et la pisciculture. — Le chirurgien Delpech ; sa vie et sa mort 
 672

chapitre vii

Progrès de la pisciculture après l’année 1852. — Découverte de la pisciculture maritime. — L’ostréiculture. — Le laboratoire vivant de Concarneau 
 679

chapitre viii

Quelques mots sur le mode de reproduction et le développement des poissons 
 684

chapitre ix

Procédés pratiques de la pisciculture. — Les frayères artificielles 
 686

chapitre x

Fécondation artificielle des œufs de poissons 
 688

chapitre xi

Appareils à éclosion 
 691

chapitre xii

Incubation et développement des œufs 
 695

chapitre xiii

Soins à donner à l’alevin. — Alimentation des jeunes poissons 
 698

chapitre xiv

Transport des œufs de l’alevin 
 701

chapitre xv

L’établissement de pisciculture de Huningue 
 703

chapitre xvi

L’ostréiculture ou la reproduction artificielle des huîtres. — Première proposition de M. Coste en 1855. — Premiers essais des huîtrières artificielles dans la baie de Saint-Brieuc en 1858. — L’ostréiculture à l’île de Ré, à Arcachon et autres lieux 
 712

chapitre xvii

Procédés et appareils de l’ostréiculture 
 723

chapitre xviii

État actuel de l’ostréiculture 
 728

chapitre xix

La myticulture, ou culture artificielle des moules 
 731

chapitre xx

Conclusion. — Avenir de la pisciculture. — Les pêches et leurs défauts. — Les échelles à saumons 
 738