Livre:Ingres d’après une correspondance inédite, éd. d’Agen, 1909.djvu

Ingres d’après une correspondance inédite, éd. d’Agen, 1909.djvu
TitreIngres d’après une correspondance inédite
AuteurJean-Auguste-Dominique Ingres Voir l'entité sur Wikidata
ÉditeurBoyer d’Agen Voir l'entité sur Wikidata
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1909
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ valider

Pages

- - - - couv. - - - np np np np-12 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506 507 508 509 510 511 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 529 530 531 532 533 534 535 536 537 538 539 540 541 542 543 544 -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- -pl- pl-717 - - couv. - - - -

TABLE DES MATIÈRES


rien
Pages
Introduction. — La Jeunesse d’Ingres
PREMIÈRE PARTIE
Epistolaire d’Ingres. — Le « Vœu de Louis XIII » 
 33
I. — La mort de sa mère. — Son mariage. — M. de Blacas, après le roi Murât, lui fait des commandes — Le sculpteur Bartolini retrouve appelle Ingres à Florence 
 33
II. — Préparatifs de départ pour Florence. — Raphaël ou Jouvenet ? — Le Christ remettant les Clefs à saint Pierre, peint à la Trinité des Monts 
 38
III. — Éloge de Bartolini. — Pauvreté du ménage d’Ingres. — L’État lui commande un tableau religieux pour la cathédrale de Montauban, au prix de 3.000 francs. — Demander 5.000 francs, pour un tableau de 10 pieds 
 53
IV. — Vive la médiocrité ! À bas le luxe ! — Pour qui finir la Venus naissante ? — Tout au grand tableau pour le Salon. — Secours à ses sœurs et frères. — Landon et sa critique d’aboyeur. — Préparer l’avenir par le travail 
 58
V. — Les épreuves vont-elles finir enfin ? — Règlement de la journée par Ingres et Bartolini. — Cent soixante louis, pour tout avoir à 40 ans. — Continuer les traditions de Raphaël. — L’Assomption pour un Salon prochain. — La Stratonice ou Don Pedro de Tolède pour M. Graves 
 66
VI. — Commande du Préfet de Montauban pour un Vœu de Louis XIII et non une Assomption. — Ingres peindra ces deux sujets en un seul. — Sa réputation ne vit pas de Capucins, comme celle de Granet. — Mauvaise vente de ses tableaux au Salon : son Odalisque, p. e. — Demander 3.000 francs de plus à l’État pour le tableau commandé 
 73
VII. — Raisons de l’amitié. — Ingres se décide enfin pour un Louis XIII contre une Assomption. — Lui envoyer au moins le calque d’un costume royal. — Le cas qu’il fait de la critique. — Il préfère celle de Miel à celle de Kératry 
 79
VIII. — Plus de Salon jusqu’au Vœu de Louis XIII achevé. — Vie de travail à l’atelier. — Debia vernira le tableau qu’il envoie à Montauban. Critique du Henri IV 
 84

IX. — Un tableau embarqué via Marseille. — Un procédé pour bien vernir. — Un cadre noir, s. v. p. ! 
 88
X. — Les petits monstres de tableaux. — Singe ou ange, devant Raphaël ? — Savoir imiter et être original. — L’art tombé en quenouille. Ingres serait-il le seul à le relever ? — Regrets de Montauban et joie d’y revenir 
 90
XI. — Ingres détruit plus qu’il ne crée. — Il aime le beau et ne le voit que dans le vrai. — Il faut être exclusif, en art. — Il est monstrueux d’aimer également Murillo, Velasquez et Raphaël. — Aimons surtout la musique et Mozart, le Raphaël des sons. — Visite de Guérin. — Que pense Allaux ? — Toute chose imitée de la nature est une œuvre. — Il peint trop lentement, les finances baissent. — Sa femme confectionne tout, excepté l’habit, par économie. — Demande d’une recette de boudin à la mode de Montauban 
 96
XII. Les avantages de la vie à Paris. — De Gluck à Mesplet. — Qu’est ce que M. Hersent ? — Ingres ne revoit plus Bartolini, ce Gascon d’Italie. — Il faut travailler pour le Salon. 
 110
XIII. — Le Vœu de Louis XIII le rend fou au travail. — Il avance dans la parenté de la Vierge de Foligno. — Travaille et tu seras heureux, mais n’oublie pas la musique. — Beethoven est un Mozart en délire. 
 114
XIV. — Ce tyran de tableau ! — Enfin fini, après 4 ans ! — Il va partir pour Paris. — Ingres l’accompagnera. 
 118
XV. — Heureux accueil à Paris. — Raphaël et Ingres. — L’influence italienne arrive à temps, pour sauver le goût français — Pas même le temps de voir le tableau de Debia. 
 120
XVI. — De succès en succès. — Le volcan des amours-propres, où il marche. — Sa première décoration. — Remplacera-t-il à l’Institut Girodet, mort avec deux dessins d’Ingres à son chevet ? — Ses tableaux sextuplentleurs premiers prix. — À l’Institut il laissera passer M. Thévenin, ex-directeur de la Villa Médicis. — Le Louis XIII est pour Montauban. 
 122
XVII. — Vie diabolique à Paris. — Les dessins pour le Sacre. — Au diable, les portraits ! — N’accompagnera-t-il pas son Louis XIII à Montauban ? 
 129
XVIII. — Le voyage est décidé. — Le tableau part le premier. — Préparatifs pour le recevoir à Montauban. — Ferons-nous un quatuor ? 
 135
XIX. — Recommandation pour l’arrivée du tableau : grande salle et beau jour. — Nous irons à Bruniquel ! — Il ira aussi voir les fresques de Sainte-Cécile d’Albi. — Le Ministère lui accorde un logement aux Quatre Nations. 
 138
XX. — Les premières salves pour Ingres à Montauban. — Descend ra-t-il au Tapis Vert ? — Qu’on reçoive surtout bien le Louis XIII, et qu’on l’étende aussitôt sur deux chaises, bien déroulé 
 142

DEUXIEME PARTIE
rien
Pages
Epistolaire d’Ingres. — Épistolaire d’Ingres. — De l’« Apothéose d’Homère » à l’« Age d’Or » 
 181
XXI. — Retour de Montauban. — Remerciements à Gilibert et à Debia. — Impressions de la cara patria. — Le Vœu de Louis XIII passe, de l’Hôtel-de-Ville, à la Cathédrale. — Ingres profite, à Paris, de sa réception triomphale à Montauban 
 183
XXII. — L’esquisse de l’Homère. — Racine réhabilité. — Une Vénus montalbanaise pour poser l’Odyssée. — Quand le Louis XIII retournera-t-il à l’Hôtel-de-Ville ? 
 190
XXIII. — Debia aide à l’accouchement homérique. — Le succès du tableau terminé. — La sculpture plus forte que la peinture. — Les Nymphes de Debia au Salon enfin. — Ce siècle est de fer pour les peintres. — Il faudrait être un Raphaël, et encore ! 
 194
XXIV. — La dinde montalbanaise. — Gilibert est attendu chez Ingres. — Une lettre « durette » à Mme C. — Tout se perd, fors l’honneur d’un talent qu’on respecte. 
 200
XXV. — Souvenirs que Debia a laissés à Ingres. — Que ne peut-on changer cet âge de fer en âge d’or. — Il n’y a de bon temps que pour les Tabarins artistes. — Compliments des élèves d’Ingres à Debia. — Remise des Nymphes
 202
XXVI. — Trop courte visite de Gilibert. — Les concerts de Baillot. — Copies de la Sixtine, de l’Œdipe, du Jupiter. — Le maire et l’évêque de Montauban négocient le transfert du Louis III. — Le ministre est disposé à casser les vitres. 
 205
XXVII. — Commissions d’amitié faites par M me Ingres. — Auber est nommé à l’Institut. — La inesse du Sacre, par Cherubini 
 211
XXVIII. — Bonheur de l’artiste et du philosophe au foyer. — L’Homère avance. — Ingres n’a jamais travaillé plus facilement. — Les projets contrariés du Sacre. — La décadence continue. — L’essentiel est de bien travailler 
 214
0 
Post-scriptum de Mme Ingres. — Quant Ingres travaille, rien ne peut le distraire. — M. Thévenin rapporte deux chapelets bénis par le Pape. — Elle les envoie à Mme Gilibert.
0
XXIX. — La mort d’une mère. — Du courage pour Gilibert. — Il doit épargner la tristesse à sa jeune femme 
 215
XXX. — Debia voudra consoler Gilibert — La mort moissonneuse. — Ingres, professeur à L’École des Beaux-Arts. — Les cent louis de la pension. — Le Saint-Symphorien devrait être terminé. — Exposition d’Œdipe et des Nymphes au Musée Colbert. — Un ouvrage de Chenavard 
 218
XXXI. — Les truffes de Debia bien reçues. — Les Nymphes mieux placées à l’Exposition de Gros qu’au Salon. — Le chaud-froid interdit en peinture. — Gare aux laques jaunes et aux tons trop entiers d’outre-mer. — Les nuances préférables aux tons 
 220
XXXII. — Gilibert a des entrailles de père. — Ingres est trop paresseux en ménage. — Nommé, par 16 voix sur 17, professeur aux Beaux-Arts en remplacement de Regnault. — De l’Institut, il a 1.600 francs et le logement — De l’atelier, 3.600 francs. — De l’École, 2000 francs. — C’est la poire pour la soif. — Le Don Juan de Mozart est repris, quand la sœur du maestro meurt de misère, à 80 ans 
 223
XXXIII. — Mauvaise plume et bon cœur. — Révolution de 1830 et crime d’un roi. — Jouissons des sublimes conquêtes. — À qui ressemblent les Français ? À eux mêmes ! — Le drapeau tricolore doit flotter sur Montauban 
 225
XXXIV. — Les Furies d’Ingres sont armées de plumes et de feuilles de papier. — Il doit tant de lettres. — Le désenchantement de la gloire. — Trop d’efforts pour soutenir les Arts, lui seul. — On ne l’écoute plus. Écouterait-on Raphaël lui-même ? — Il croit un peu à la fin du monde. — Son prochain tableau sera fini, quand il sera fini. — Après cette grande page, il rentrera dans les petits ouvrages. — Bonheur du cercle de famille. — Baillot y a mangé sa part de truffes 
 230
XXXV. — Gilibert perd sa femme. — Il n’est de vrai bonheur pour aucun mortel. — Mais il reste au père sa fille. — Qu’ils viennent se consoler tous deux, chez Ingres. — La chère enfant deviendra leur fille chérie 
 281
XXXVI. — De Rome, sept ans après. — Est-ce Ingres ou son ombre, qui revient à son meilleur ami ? — Il devient indifférent. — Aurait-il abandonné son drapeau et sa devise : Anciens et Raphaël ? — Tout ce qui est beau et bon est calomnié. — Ainsi en est-il de ses œuvres. — Heureusement il lui reste sa femme. — Son Directorat de Rome va se terminer. — On dit qu’il sera célèbre, parmi les passés et futurs 
 284
XXXVII. — Mme Ingres a les lièvres, M. Ingres a des névralgies. — Avant de quitter Rome, achèvera-t-il la Vierge à L’Hostie pour le Prince royal de Russie ? — Et la Stratonice attendue, depuis 4 ans, par le duc d’Orléans ? 
 286
XXXVIII. — Pouvoir aller vieillir à Montauban ! — Pourquoi être toujours à 400 lieues de Gilibert ? — Pourquoi Gilibert ne vient-il pas à Rome ? — Le Directorat d’Ingres finira dans quinze mois 
 288
XXXIX. — L’enfer de Rome pour Ingres. — La plus nombreuse école, depuis celle de David, mais autant d’ingrats que possible. — Il crie dans le désert son culte des Anciens. — Babylone ! Babylone ! — Qui croit encore aux Grecs ? — Depuis l’échec de son Symphorien, il n’a cherché que son tombeau. — Son Louis XIII reviendra-t-il enfin à l’Hôtel-de-Ville de Montauban ? 
 301
XL. — Ingres replongé dans le gouffre de Paris. — Depuis les portraits de M. Hertin et de M. Mole, tout le monde en veut. — Ingres est peintre d’histoire et non de portraits. — On pleure devant ses tableaux, et le voilà bien vengé du passé. — Éh bien ! il préfère encore Montauban ou l’Italie. — Heureusement que le duc de Luynes lui commande l’Age d’Or et l’Age de Fer pour son château de Dampierre. — Le jeune Cambon vient le voir. — Et puis, il lui reste Mozart 
 306
TROISIÈME PARTIE
Épistolaire d’Ingres. — De l’« Age d’Or » à la « Source » et au « Testament » 
 349
XLI. — L’ébauche du portrait de M me d’Haussonville. — Au diable, les portraits ! — Chevalier du roi de Prusse. — Ingres signe le retour des cendres de David. — Gilibert quitte Paris et Cambon y arrive 
 349
XLII. — Les morts se suivent : après le Prince d’Orléans, c’est Cherubini et Baillot qui s’en vont. — Louis-Philippe commande à Ingres les cartons de la Chapelle commemoratoire. — Ces travaux retarderont ceux de l’Age d’Or à Dampierre 
 351
XLIII. — Les voisins de Montauban à Dampierre. — La fille de Gilibert fait bien de préférer la musique allemande à l’italienne. — Après cinq mois, l’Age d’Or avance. — Vive Lucrèce de Victor-Hugo ! — Cambon est un bon jeune homme 
 356
XLIV. — Le Saint Pierre est terminé pour le musée du Luxembourg. — Que de portraits à faire avec l’Age d’Or ! — Pas même le temps d’aimer les amis. — Montauban l’enorgueillit en lui dédiant des articles. — Son buste, par Ottin, y est envoyé 
 358
XLV. — Mme Ingres boit à plaisir le vin blanc de Montauban. — Le portrait de Mme d’Haussonville recommencé. — Mme de Rothschild sur chevalet. — Desgoffe fait le paysage de l’Age d’Or. — Trente mille francs à Delaroche pour la gravure de son Hémicycle. — Et à Ingres, pour celle de son Homère ? — Dîner chez Louis-Philippe et concert chez Hittorf 
 359
XLVI. — Ingres, peintre de la Cour, est-il heureux ? — Les neuf mois de galère à Paris et les trois mois d'Age d’Or à Dampierre. — Un mal d’enfant de trois mois, pour accoucher d’un sujet de peinture. — La Comédie plus difficile que la Tragédie : Molière montera au pinacle, dans la nouvelle édition d’Homère. — Scénario de l’Age d’Or. — Près de soixante figures, dont la maquette est en cire, pour l’effet des ombres 
 362
XLVII. — Gilibert envoie des pèches de Montauban. — Ingres veut peindre ce fruit des dieux dans l’Age d’Or. — Il vit à Dampierre comme un poisson dans l’eau. — Quinze têtes et figures déjà peintes. — On travaille tout le jour. — Le soir, on joue au loto. — En novembre, reprise des portraits à Paris. — Que Dieu les confonde ! 
 368
XLVIII. — Pourquoi Ingres et Gilibert vivent-ils séparés ? — À soixante-trois ans, l’indépendance enfin. — Et pas le droit d’aller planter des choux où l’on voudrait. — Le paradis de Dampierre est perdu pour l’enfer de Paris. — Les portraits maudits l’ont repris 
 369
XLIX. — Le nom d’Ingres à une rue de Montauban. — Il n’en finira pas plus vite ses portraits. — Celui de M me de Rothschild est à recommencer. — Les rhumatismes et la bile le tuent. — Cambon concourt au prix de Rome. — Ses juges de l’École des Beaux-Arts sont iniques 
 370
L. — Seul à Dampierre, avec une vingtaine de sonates d’Haydn. — L’Age d’Or en est aux deux tiers de sa composition. — Tout le monde en est content ; Ingres aussi. — Une copie de Mme Ingres en tapis turc. — Quand Gilibert reviendra-t-il ? 
 376
LI. — Eglise à décorer ; il la refuse. — Ayez la gloire, le travail ne manquera pas. — Vive Dampierre ! plus agréable que le portrait de Mme d’Haussonville. — L’Age d’Or est fait et l’Age de Fer dessiné. — Et encore des portraits à exécuter ! Cependant le temps marche et les grandes œuvres ne se font pas. — Et la rue Ingres ? — En reconnaissance, il enverra un vase étrusque pour la cheminée du Conseil municipal 
 378
LII. — Ingres serait l’homme de l’épée, comme de la bourse. — Appel à Gilibert et à Pauline. — Le petit tableau de Cambon. — La dinde et le vin blanc de Montauban ou de Montefiascone ? — Faites vos paquets 
 383
LIII. — Le petit lit tout neuf pour Pauline. — À Paris, tout est changé, excepté le mauvais goût. — Ingres seul résiste. — Il achève l’Age d’Or avec Desgoffe et commence l’Age de Fer avec Pichon. — Retour à Paris pour les deux maudits portraits. — Il demande au libraire Réthoré une notice sur Montauban 
 385
LIV.Ingrou à la barre de l’amitié. — Toujours les petits portraits et jamais les grands tableaux. — Le Jésus avec les Docteurs est bien avancé. — La Vierge à l’Hostie est en train. — Camhon « victimé » par le jury. — Ces académiciens s’entendent comme larrons en foire 
 388
LV. — Pauline Gilibert commence à porter les deuils. — Il faut se résigner et tout remettre à la Providence 
 391
LVI. — La révolution de 1848 l’inquiète moins que la santé de Gilibert. — S’il pouvait lui donner un peu de la sienne ! — Nouvel appartement, avec la chambre pour l’ami. — La liberté pour nous ; lui seul est esclave de ses pinceaux. — La république sera-t-elle rouge, comme l’enfer ; ou blanche, comme l’Astrée de l’Age d’Or ? 
 391
LVII. — Excuses à Cambon pour sa négligence d’écrire. — Fureur du travail et désir d’honorer Montauban. — Malheurs de Gilibert. — L’amitié de Cambon console Ingres 
 393
LVIII. — La carrière de l’art n’est pas rose. — Premières épreuves de Cambon. — Il faut copier l’esquisse bonne pour le bon tableau. — Il faut surtout beaucoup compter sur soi. — Le succès vient à son heure. — Merci pour les excellents raisins de Montauban. — Quand y reviendra-t-il ? 
 395
LIX. — M me Ingres est morte et il vit encore. — La douleur ne tue pas. — Priez pour elle, mais pleurez sur lui. — Le plus inconsolable des hommes 
 397
LX. — Tout renouvelle sa douleur. — Tout l’attire vers cette tombe. — Heureusement, il y a les affaires. — Au n° 15 quai Voltaire, réemménagé, il va se remettre au Jésus parmi les Docteurs. — Quant à Dampierre, sans sa compagne, 
 398
LXI. — Le plus malheureux des hommes. — Ne plus revoir celle qu’on aime. — Tout le monde fut aux funérailles, excepté lui. — Et Gilibert ne va pas bien. — Il faut se refaire un foyer à 69 ans. — Il partira pour Nice. — Merci aux amis ; quant aux parents, qu’ils restent chez eux. 
 401
LXII. — Cambon malade. — Ingres toujours inconsolable. — L’amitié l’aide à vivre. — Mais Gilibert ne va pas mieux. — Merci pour les raisins. — Le Vœu de Louis XIII à la sacristie de la cathédrale. — Offre d’une esquisse de ce tableau. — L’appartement de l’Institut abandonné. — Il loge, rue Jacob, 27. — Aura-t-il le logement qu’lsabey va quitter ? 
 406
LXIII. — Les douleurs d’Ingres n’ont pas fait oublier celles de Gilibert. — Mais Pauline reste à l’heureux père. — Il n’y a plus d’enfants : elle prend l’art au sérieux. — Lettre retrouvée de M me Ingres à Pauline 
 410
LXIV. — Mort de Gilibert. — Souffrir et mourir. — Courbons la tête et pleurons. — Comment le père a-t-il laissé la fille ? — Ingres veut s’intéresser à Pauline 
 412
LXV. — Hier fillette, aujourd’hui demoiselle. — Il l’entendra jouer du Beethoven. — Trop à l’étroit, comment logera-t-il ses objets d’art ? — Un recueil gravé de ses portraits. — Celui de Gilibert tiendra la première place. — Pauline lui enverra le portrait peint pour qu’il soit gravé. 
 414
LXVI. — Retour du petit portrait de Pauline. — Celui de Gilibert l’a fait pleurer. — Ingres n’a jamais fait mieux. 
 416
LXVII. — Les Beaux- Arts sont le baume de la vie. — Pauline y excelle. — Projet du legs Ingres à la ville de Montauban. — Premier envoi, pour prise de possession du futur Musée 
 417
LXVIII. — Ingres malade d’ennui. — Heureux ceux qui vivent au pays natal. — En sera-t-il toujours proscrit ? 
 418
LXIX. — Il tousse. — Peut-être sa vie va changer. — La solitude lui est impossible. — Il va se remarier. — Mme Delphine Ramel est une parente de M. Marcotte 
 421
LXX. — Le bonheur rend oublieux. - Après le voyage de noces, le travail. — Il n’en fera plus qu’à sa volonté 
 422
LXXI. — Fillette est le nom qu’il préfère donner encore à Pauline. — Que n’est-il dans un coin fleuri, comme elle ? — Où la chèvre est attachée, il faut qu’elle broute 
 424
LXXII. — Il accepte de peindre l’Apothéose de Napoléon pour l’Hôtel-de Ville. — Adieu au monde qui bourdonne. — Projets de mariage de Pauline. — Que la petite Madame continue à aimer les arts ! 
 424
LXXIII. — Tout à son travail. — Il veut faire son paquet le plus gros possible. — Une quantité de vieilles toiles à finir. — Pour lui, plus personne à Paris. — Sa femme lui remplit sa solitude 
 426
LXXIV. — Quel art divin, la musique ! — L’italienne est mauvaise. — Vive les symphonies allemandes ! — Le plaisir de les entendre à Paris vaut le voyage 
 427
LXXV. — Que devient Pauline ? — Il vit entre les tisanes et les sirops. — Toujours vigoureux, cependant. — Sa vieillesse à rebours des autres — Haydn le plus grand musicien. — Le piano dit toute la musique. — La Sainte Germaine est terminée. — La Source a eu un grand succès 
 429
LXXVI. — Reprise de l’Homère. — Il amplifie ce sujet pour la gravure. — L’Homère déifié doit être l’œuvre de sa vie. — Il en perd le sommeil. — Plus il vieillit, plus il travaille. — Les invitations de la Cour 
 431
LXXVII. — Cambon est-il à Paris ? — Recherches d’un Apothéose d’Hercule sur un vase grec. — Demande d'un calque à lui adresser à Meung 
 434
LXXVIII. — Les lettres de Pauline sur la musique. — Haydn est le maître des maîtres. — Gluck est le Dieu de la musique de théâtre. - Mme Ingres les « dit » à merveille. — À la campagne, il ne regrette pas Paris 
 435
LXXIX. — Envoi de caisses à Cambon pour l'Exposition de Montauban. — Merci à Mme Montet (Pauline Gilibert) pour le portrait de son père. — Cambon n’oubliera pas d’exposer le sien aussi. — Flandrin et Desgoffe y participeront-ils ? 
 441
LXXX. — Il répond à vue à Pauline. — Il a la fièvre, mais remercie Dieu d'une si longue vie accordée. — Montauban fête les arts avec son Exposition. — Le portrait de Gilibert y sera le meilleur tableau Ne pas y exposer certaine Chapelle Sixtine qui n’est pas toute d’Ingres. — Envoi de ses ingristes regrets 
 443
LXXXI. — Remerciements à Cambon. — Envoi de son portrait et de celui de son père. — Il n’ira pas à Montauban. — Sa sœur désole sa vie 
 445
LXXXII. — Ingres, sénateur de l’Empire. — L’Empereur lui-même a proclamé son nom — Voilà ce que vaut le courage de la vie. — Le succès de l’Exposition de Montauban fait son bonheur 
 448
LXXXIII. — Cambon est trop modeste. — Ingres est franc, comme l’or. — Regrets d’avoir manqué la visite du Maire de Montauban 
 449
LXXXIV. — Ingres acquitte à Cambon une dette. — Encore retenu au rivage des honneurs par plus de 50 lettres à répondre 
 452
LXXXV. — Réponse à Prosper Debia. — Quelles tristes raisons l’empêchent de retourner à Montauban. — À Paris, il reste toujours sur la brèche. — Il est bien vieux ; mais les Grecs et Raphaël, voilà ce qui fait vivre ! — Il faut en finir avec les gribouillages de lettres 
 453

NOTES DOCUMENTAIRES