Livre:Burckhardt - La civilisation en Italie au temps de la Renaissance. Tome 1.djvu

Burckhardt - La civilisation en Italie au temps de la Renaissance. Tome 1.djvu
TitreLa Civilisation en Italie au temps de la Renaissance. Tome 1
AuteurJacob Burckhardt Voir l'entité sur Wikidata
TraducteurLouis Schmitt
Maison d’éditionPlon
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1906
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
SérieTome ITome II

Pages

Titre -  i  ii 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 TdM TdM TdM TdM TdM TdM - -

TABLE DES MATIÈRES

DU TOME PREMIER.



 
PREMIÈRE PARTIE
L’ÉTAT CONSIDÉRÉ AU POINT DE VUE DU MÉCANISME.
 
État politique de l’Italie au treizième siècle. — L’État normand sous Frédéric II. — Ezzelino da Romano.
Système financier ; degré de culture. — L’idéal du souverain absolu. — Dangers intérieurs et extérieurs. — Jugement des Florentins sur les tyrans. — Les Visconti jusqu’à l’avant-dernier.
Interventions et voyages des empereurs. — Absence d’un droit dhérédité défini ; exemples de successions illégitimes. — Condottieri fondateurs d’États. — Leur situation vis-à-vis du maître qui les paye. — La famille Sforza. — Giacomo Piccinino. — Tentatives ultérieures des condottieri.
Les Baglioni de Pérouse. — Massacre de l’année 1506. — Les maisons Malatesta Pico et Petrucci.

CHAPITRE V
LES GRANDES MAISONS RÉGNANTES.
 
 43
La maison d’Aragon à Naples. — Le dernier Visconti de Milan. — François Sforza et sa fortune. — Galéas Marie et Ludovic le More. — Les Gonzague de Mantoue. — Frédéric de Montefeltro, duc d’Urbin. — Les Este à Ferrare.
CHAPITRE VI
LES ADVERSAIRES DE LA TYRANNIE.
 
 69
Les Guelfes et les Gibelins des quinzième et seizième siècles. — Les conspirateurs. — Les assassinats dans les églises. — Influence du tyrannicide antique. — Les imitateurs de Catilina, — Opinions des Florentins sur le tyrannicide. — Le peuple et les conspirateurs.
CHAPITRE VII
LES RÉPUBLIQUES : VENISE ET FLORENCE.
 
 78
Venise au quinzième siècle. — Les habitants. — L’État et le danger provenant de la noblesse pauvre. — Causes de l’inébranlable solidité de Venise. — Le Conseil des Dix et les procès politiques. — Rapports de Venise avec les condottieri. — Optimisme de la politique extérieure. — Venise considérée comme la patrie de la statistique. — Lenteur du mouvement de la Renaissance. — Culte arriéré des reliques. — Florence à partir du quatorzième siècle. — Caractère objectif dela conscience politique. — Dante considéré comme homme politique. — Florence considérée comme la patrie de la statistique ; les Villani. — La statistique des intérêts supérieurs. — Les formes constitutionnelles et les historiens. — Le vice originel de l’État toscan. — Les hommes d’État. — Machiavel et son projet de constitution. — Sienne et Gênes.
CHAPITRE VIII
POLITIQUE EXTÉRIEURE DES ÉTATS ITALIENS.
 
 111
L’envie excitée par Venise. — L’étranger ; les sympathies pour la France. — Essai d’équilibre. — Intervention et conquête. — Alliances avec les Turcs. — La réaction espagnole. — Manière objective de traiter la politique. — L’art des négociations.
CHAPITRE IX
LA GUERRE CONSIDÉRÉE COMME UN ART.
 
 124
Les armes à feu. — Connaisseurs et amateurs. — Horreurs de la guerre.

CHAPITRE X
LA PAPAUTÉ ET SES DANGERS.
 
 129
La Situation vis-à-vis de l’étranger et de l’Italie. — Troubles à Rome à partir de Nicolas V. — Sixte IV, maître de Rome. — Les princes neveux voulant se faire une principauté indépendante dans la Romagne. — Cardinaux issus de maisons princières. — Innocent VIII et son fils. — Alexandre VI, s’entourant d’Espagnols. — Rapports avec l’étranger et simonie. — César Borgia et ses rapports avec son père. — Ses projets et ses actes. — Jules II, sauveur de la papauté. — Léon X et ses projets ; dangers extérieurs. — Adrien VI. — Clément VII et le sac de Rome. — Suites de cet événement et réaction. — Réconciliation de Charles V avec le Pape. — La papauté combattant la Réforme.
CONCLUSION
L’ITALIE DES PATRIOTES.
 
 160



DEUXIÈME PARTIE
LE DÉVELOPPEMENT DE L’INDIVIDU.
 
CHAPITRE PREMIER
L’ÉTAT ITALIEN ET L’INDIVIDU.
 
 163
L’homme du moyen âge. — Le réveil de la personnalité. — Le despote et ses sujets. — L’individualisme dans les républiques. — L’exil et le cosmopolitisme.
CHAPITRE II
ENTIER DÉVELOPPEMENT DE LA PERSONNALITÉ.
 
 170
Les hommes doués d’aptitudes variées. — Les hommes universels : L. B. Alberti.
CHAPITRE III
LA GLOIRE MODERNE.
 
 177
Dante et la gloire. — Célébrité des humanistes : Pétrarque. — Le culte des maisons illustrées par certaines naissances ; le culte des tombeaux. — Le culte des grands hommes de l’antiquité. — La littérature relative aux gloires locales ; Padoue. — La littérature célébrant les gloires de tous les pays. — La gloire dépendant des écrivains. — La passion de la gloire.

CHAPITRE IV
LA RAILLERlE ET L’ESPRIT MODERNES.
 
 191
Leur connexion avec l’individualisme. — La raillerie des Florentins ; la nouvelle. — Les diseurs de bons mots et les bouffons. — Les plaisanteries de Léon X. — La parodie dans la poésie. — Théorie du bel esprit. — La diffamation. — Adrien VI en est victime. — Pierre Arétin.



TROISIÈME PARTIE
LA RÉSURRECTION DE L’ANTIQUITÉ.
 
CHAPITRE PREMIER
OBSERVATIONS PRÉLIMINAIRES.
 
 211
Extension de l’idée de Renaissance. — L’antiquité au moyen âge. — La poésie latine au douzième siècle en Italie. — L’esprit du quatorzième siècle.
CHAPITRE II
ROME, LA VILLE AUX RUINES CÉLÈBRES.
 
 218
Dante, Pétrarque, Uberti. — La Rome du Pogge. — Nicolas V ; Pie II considéré comme antiquaire. — L’antiquité hors de Rome. — Villes et familles dont on fait remonter l’origine à Rome. — Le cadavre trouvé à Rome. — Fouilles et découvertes. — Rome sous Léon X. — Amour sentimental des ruines.
CHAPITRE III
LES AUTEURS ANCIENS.
 
 231
Leur vulgarisation uu quatorzième siècle. — Découvertes du quinzième siècle. — Les bibliothèques. — Copistes et écrivains. — Les livres imprimés. — Les études grecques en général. — Études orientales. — Pic et l’antiquité.
CHAPITRE IV
L’HUMANlSME AU QUATORZIÈME SIÈCLE.
 
 248
Son triomphe est inévitable. — Goût de Dante, de Pétrarque et de Boccace pour l’étude de l’antiquité. — Le couronnement des poëtes.

CHAPITRE V
LES UNIVERSITÉS ET LES ÉCOLES.
 
 257
Positiion des humanistes dans les universités. — Écoles latines. — Éducation libérale : Victorin de Feltre. — Guarino de Vérone. — Éducation de jeunes princes.
CHAPITRE VI
LES PROMOTEURS DE L’HUMANISME.
 
 266
Bourgeois de Florence : Niccoli, Manetti. — Les premiers Médicis. — L’humanisme dans les cours. — Les papes depuis Nicolas V. — Alphonse de Naples. — Frédéric d’Urbin. — Les Sforza et les Este. — Sigismond Malatesta.
CHAPITRE VII
REPRODUCTION DE L’ANTIQUITÉ ; ÉPISTOLOGRAPHIE
ET DISCOURS LATIN.
 
 284
La chancellerie pontificale. — Importance qu’on attachait au style épistolaire. — Les orateurs. — Discours politiques, discours de réception et oraisons funèbres. — Discours académiques et harangues militaires. — Le sermon en latin. — Forme et fond des discours. — La manie des citations. — Discours sur des sujets fictifs. — Décadence de l’éloquence.
CHAPITRE VIII
LES TRAITÉS EN LATlN ET L’HISTOIRE.
 
 301
Valeur absolue du latin. — Recherches sur le moyen âge ; Blondus. — Rapport entre ces recherches et la manière décrire l’histoire en Italie.
CHAPITRE IX
LATINISATION GÉNÉRALE DE LA CULTURE.
 
 309
Les noms antiques. — Imitation de la vie latine. — Prétention, à l’autocratie. — Cicéron et les cicéroniens. — La conversation en latin.
CHAPITRE X
LA POÉSIE NÉO-LATINE.
 
 319
L’épopée tirée de l’histoire de l’antiquité ; l’ « Afrique ». — La poésie mythique. — Épopée chrétienne ; Sannazar. — Poésie tirée de l’histoire du temps. — Intervention de la mythologie — Poésie didactique ; Palingenius. — La poésie lyrique et ses limites. — Odes en l’honneur de certains saints. — Élégies et poésies du même genre, — L’épigramme.

CHAPITRE XI
DÉCADENCE DE L’HUMANISME AU SEIZIÈME SIÈCLE.
 
 339
Les accusations dirigées contre les humanistes ; jusqu’à quel point ils étaient coupables. — Leurs malheurs. — L’opposé des humanistes. — Pomponius Lætus. — Les académies.
APPENDICES
 
 353
FIN DE LA TABLE DU TOME PREMIER