Livre:Hamont - Dupleix d’après sa correspondance inédite, 1881.djvu

Hamont - Dupleix d’après sa correspondance inédite, 1881.djvu
TitreDupleix d’après sa correspondance inédite
Sous-titreUn essai d’Empire français dans l’Inde au dix-huitième siècle
AuteurTibulle Hamont Voir l'entité sur Wikidata
Maison d’éditionE. Plon et Cie
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1881
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ valider

Pages

TABLE


LA JEUNESSE ET LES PROJETS DE CONQUÊTE.
 
Pages
Jeunesse et éducation de Dupleix. — Son caractère. — On l’embarque pour les Indes. — Il entre au service de la Compagnie. — Il fait fortune. — Dupleix gouverneur de Chandernagor. — Il relève la colonie. — Mariage de Dupleix. — Portrait de sa femme. — Dupleix gouverneur de Pondichéry. — Situation des deux compagnies, anglaise et française. — Décadence de l’empire mogol. — Dupleix conçoit le projet de dominer l’Inde. — Ses moyens d’action. — La guerre entre la France et l’Angleterre. — Dupleix reste sans défense. — Il sauve Pondichéry 
 1

DUPLEIX ET LA BOURDONNAIS.
La Bourdonnais gouverneur de l’île de France. — Il crée une flotte pour aller au secours de Pondichéry. — Il est assailli par une tempête et obligé de se réparer à Madagascar. — Bataille navale à Negapatam. — La victoire est indécise. — Les Anglais se replient. — Union de La Bourdonnais et de Dupleix. — Leurs portraits. — Dupleix veut détruire l’escadre anglaise. — Irrésolution de La Bourdonnais. — Ses sentiments d’aigreur et de jalousie contre le gouverneur. — Il prend Madras. — Il refuse l’obéissance au gouverneur et consent à recevoir une rançon pour Madras. — Il résiste aux ordres du conseil. — Il prend l’attitude d’un révolté. — Il colore sa conduite de prétextes d’honneur. — Ses vrais sentiments. — Dupleix réduit à dissimuler. — La Bourdonnais s’adoucit à la lecture d’instructions nouvelles reçues de France. — Une tempête disperse sa flotte. — Il négocie une transaction avec le conseil. — Il quitte l’Inde, laissant Dupleix sans défense 
 28

LA DÉFAITE d’ANAVERDIKAN ET LE SIÈGE DE PONDICHERY.
Dupleix, abandonné, ne désespère pas. Il prend le parti de rompre la coalition en attaquant les alliés l’un après l’autre. — Anaverdikan entreprend le siège de Madras. — Défaite de ses troupes sous cette ville. — Victoire de Paradis à Saint-Thomé. — Gloire de Dupleix. — Expédition contre Saint-David. — Bury est battu. — Paix avec Anaverdikan. — Nouvelle attaque de Saint-David. — On échoue. — La flotte de Dordelin. — Échec des Français sous Gondelour. — Arrivée de Boscawen. — Description de Pondichéry. — Le siège. — La tactique et la stratégie de Dupleix. — Énergie de la défense. — Le siège est levé. — L’Inde éblouie 
 70

L’INTERVENTON.
Dupleix attend l’occasion de prendre parti dans les révolutions de l’Inde. — Chanda-Saïb. — Son ambition d’être nabab d’Arcate. — Mort de Nizam el Molouck. — Deux prétendants à sa succession. — Mousafer-Singue et Naser-Singue. — Alliance de Chanda-Saïb et de Mousafer-Singue. — Ils sollicitent l’appui des Français. — Raisons de Dupleix pour l’accorder. — Victoire d’Ambour. — Importance de Trichinapaly. — Expédition contre cette ville et revers. — Les Anglais prêtent secours à Naser-Singue, qui envahit le Carnate. — Inquiétude à Pondichéry. — Fermeté de Dupleix. — Il tient la campagne et marche contre Naser-Singue. — Négociations. — Mutinerie des officiers. — Retraite de d’Autheuil. — Mousafer-Singue prisonnier. — Inquiétude de Dupleix. — Sa décision. — Il continue la guerre. — Défaite de Mousafer-Singue 
 96

LA CONQUÊTE DU CARNATE.
Dupleix se retourne contre Méhémet-Ali. — Occupation de Tiravadi. — Les Anglais attaquent cette place. — Il sont repoussés. — Mésintelligences dans le parti de Méhémet-Ali. — Bataille de Tiravadi. — Ses conséquences. — Prise de Gingi. — Les craintes et la colère de Naser-Singue. — Il mécontente les grands. — Dupleix veut marcher sur Arcate. — Lenteurs de d’Autheuil. — Les plénipotentiaires de Naser-Singue à Pondichéry. — Les négociations traînent. — Complot des nababs de Canoul et de Cadapa contre Naser-Singue. — Dupleix l’encourage. — Naser-Singue, qui cède trop tard aux demandes de Dupleix, est défait et tué. — Mousafer-Singue est proclamé soubab du Dékan 
 123

LA CONQUÊTE DU DÉKAN.
Couronnement de Mousafer-Singue à Pondichéry. — Le soubab demande a Dupleix des troupes pour la conquête du Dékan. — Hésitations de ce dernier. — Méhémet-Ali demande la paix. — Dupleix accorde à Mousafer-Singue le secours imploré. — Le soubab part pour la conquête du Dékan. — Révolte des nababs de Canoul et de Cadapa. — Mort de Mousafer-Singue. — Embarras de Bussy. — Le rajah Ragnoldas patronne la candidature au trône de Salabet-Singue. — Salabet-Singue est proclamé soubab du Dékan. — Prise de Canoul. — Négociations avec les Mahrattes. — Entrée à Hyderabad. — Couronnement à Aurungabad. — Politique de Bussy. — Son adresse. — Sa popularité. — Son pouvoir. — Son faste. — Guerre avec les Mahrattes. — Leurs défaites successives. — L’armistice 
 140

LE DESASTRE DE TRICHINAPALY.
Méhémet-Ali refuse d’évacuer Trichinapaly. — Dupleix se décide à entreprendre le siège de cette ville. — Le plan de campagne. — Défaite des Anglais devant Volcondapuram. — Lenteurs de d’Autheuil. — Description de Trichinapaly. — Blocus de cette forteresse. — D’Autheuil remplacé par Law. — Marche de Clive sur Arcate. — Défaite des Français. — Diversion tentée par Dupleix. — Elle échoue. — Les Anglais veulent ravitailler Trichinapaly. — Law laisse passer le convoi. — Son incapacité. — Il se retire à Sheringam malgré Dupleix. — Il y est bloqué. — Il ne fait rien pour s’ouvrir un passage. — Il refuse de quitter Sheringam et de battre en retraite sur Karikal. — Capitulation de Law. — Mort de Chanda-Saïb 
 173


L’ŒUVRE DE RÉPARATION.
La situation. — Dupleix ne veut pas faire la paix ; ses motifs. — Il refuse d’évacuer le Dékan. — Son plan d’action. — La discorde au camp de Méhémet-Ali et des Anglais. — Madame Dupleix négociateur. — Les pourparlers avec le rajah du Maïssour et Morari-Rao. — Ces deux princes abandonnent l’alliance anglaise. — Ils bloquent Trichinapaly. — Dupleix reçoit des renforts. — Complot et trahison de Saïd Lasker-Kan. — Il veut le renvoi des Français. — Ses machinations. — Dupleix les devine. — Énergie de Bussy, qui soumet le ministre. — Cession des Circars à la France 
 200

NOUVEAUX EMBARRAS.
Les Anglais bloqués à Trichinapaly. — Dupleix cherche à entraver les communications de la place avec le fort Saint-David. — Lawrence vaincu et victorieux le même jour. — Gasendi-Kan envahit le Dékan. — Découragement de Bussy. — Les difficultés qu’il rencontre. — Dupleix cherche à raffermir le moral de Bussy. — Dupleix abandonné par la Compagnie. — État de l’opinion en France au sujet de la colonie. — Dupleix, pour éclairer le roi et la nation, envoie d’Autheuil à Versailles. — Bussy découragé de nouveau. — Dupleix le rassure 
 222

LE SECOND BLOCUS DE TRICHINAPALY.
Dupleix obligé de changer ses dispositions. — Mauvaise qualité des troupes. — Le camp retranché du Pounar. — Lawrence obligé de ravitailler Trichinapaly. — Dupleix renforce l’armée occupée au siège de cette dernière ville. — Les plans d’Astruc et les plans de Lawrence. — Les batailles sous Trichinapaly. — Incapacité des généraux français. — Dupleix refuse de lever le siège. — Mainville et l’escalade. — Nouvelles négociations. — Conférences de Sadras. — Victoire de Mainville à Trichinapaly. — Dupleix fait rompre la digue du Cauveri. — Le rajah de Tanjore prêt à quitter l’alliance anglaise. — Les Anglais menacés 
 254


DISGRÂCE ET MORT DE DUPLEIX.
Alarmes des actionnaires à la nouvelle du désastre de Trichinapaly. — Le ministère partage les craintes du comité des directeurs. — L’ambassade de d’Autheuil échoue. — Négociations pour la paix à Londres entre les deux compagnies. — Les Anglais demandent le rappel de Dupleix ; la France l’accorde. — Godeheu désigné pour faire exécuter dans l’Inde les décisions de la Compagnie. — Il emporte l’ordre d’arrestation de Dupleix. — Conduite cauteleuse de Godeheu. — Ses lettres à Dupleix, qui n’a aucune méfiance. — Débarquement de Godeheu. — Ses procédés envers Dupleix. — Godeheu annonce au Conseil le rappel de ce dernier. — Godeheu gouverneur. — Ses instructions. — Départ de Dupleix. — Godeheu veut la paix à tout prix. — Les Français abandonnés par leurs alliés. — Levée du siège de Trichinapaly. — Conclusion d’une suspension d’armes avec Saunders. — Négociations pour la paix. — Le traité. — Dupleix à Paris. — Sa lutte contre la Compagnie. — Sa misère. — Sa mort. — Conclusion 
 278


FIN DE LA TABLE.


UN ESSAI D’EMPIRE FRANÇAIS DANS L’INDE
AU DIX-HUITIÈME SIÈCLE

DUPLEIX
D’APRÈS
SA CORRESPONDANCE INÉDITE
PAR
TIBULLE HAMONT
OUVRAGE ACCOMPAGNÉ DE CARTES.

PARIS
E. PLON et Cie, IMPRIMEURS-ÉDITEURS
RUE GARANCIÈRE, 10

1881
Tous droits réservés