Ouvrir le menu principal

Livre:Pallegoix - Description du royaume Thai ou Siam, 1854, tome 2.djvu

Pallegoix - Description du royaume Thai ou Siam, 1854, tome 2.djvu
TitreDescription du royaume Thai ou Siam
Volume2
AuteurJean-Baptiste Pallegoix Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionLa mission de Siam
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1854
BibliothèqueGallica
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
Sérietome1 tome2

Pages

- - np np Titre - 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 Illust. - 023 024 Illust. - 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 - Illust. 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 - Illust. 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 - Illust. 297 298 299 300 301 302 Illust. - 303 304 305 306 Illust. - - Illust. 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM TdM -

TABLE DES MATIÈRES
CONTENUES
DANS LE DEUXIÈME VOLUME.




Pages
XVI. — 
HISTOIRE DE BOUDDHA 
 1
XVII. — 
DES PHRA OU TALAPOINS 
 23
XVIII. — 
SUPERSTITIONS 
 46
XIX. — 
HISTOIRE DES THAI, AXCIENNEMENT APPELÉS SAJAM 
 58
XX. — 
HISTOIRE DE LA MISSION DE SIAM 
 102
XXI. — 
ÉTAT ACTUEL DE LA MISSION 
 295

CHAPITRE SEIZIÈME 
 1


HISTOIRE DE BOUDDHA.
Les livres sacrés bouddhistes racontent cinq cent cinquante générations du Bouddha actuel Khôdom. — Il n’y a que ses dix dernières générations qui soient vénérées comme canoniques. — Histoire de Vètsandon. — Sa charité. — Il est exilé pour avoir donné un éléphant blanc. — Il se retire dans les forêts avec sa femme et ses deux fils. — Il donne ses enfants en aumône à un vieux brame. — Il consent à céder son épouse au dieu Indra qui s’était déguisé en brame pour éprouver sa vertu. — Il est rappelé de l’exil. — Histoire de Phra-Khôdom. — Lieu et date de sa naissance. Songe merveilleux de sa mère lorsqu’elle le conçut. — Paroles de Bouddha encore enfant. — Il épouse la princesse Phimpha. — Il se retire dans les forêts et se fait bonze. — Ses austérités. — Il acquiert la science université. — Il résiste aux tentations et aux attaques de Phajaman. — Ses disciples. Il monte au ciel pour prêcher sa mère. — Les brames, jaloux de sa gloire, cherchent à le calomnier. — Il est justifié par le dieu Indra. — On cherche à le faire périr, et il convertit ses persécuteurs. — Il rétablit la paix entre deux rois. — Il convertit un brigand fameux, et en fait un talapoin. — Révolte de son disciple Thevathat. — Phra-Khôdom enlève les disciples de Thevatthat, son rival. — Fable de la cigogne et du lion, racontée par Phra-Khôdom. — Repentir de Thevathat sa mort, son châtiment. — Phra-Khôdom meurt empoisonné. — Ses statues. — Ses funérailles.


CHAPITRE DIX-SEPTIÈME 
 23


DES PHRA OU TALAPOINS.
Origine du nom de talapoin. — Couvents des talapoins. — Leur costume. — Ordination d’un talapoin. — Les talapoins peuvent quitter l’habit jaune et le reprendre à volonté. — Les anciens talapoins ne défroquaient pas. — Les talapoins doivent quitter l’habit jaune avant de mourir. — Hiérarchie des talapoins. — Prince établi par le roi pour veiller à la conduite des Phra. — Punitions infligées à ceux qui sont coupables. — Ils doivent rester trois mois dans leurs monastères. — Manière de vivre des talapoins. — Ils reçoivent l’aumône. — Leurs occupations. — Présents qu’ils reçoivent lorsqu’ils prêchent. — Principales règles des talapoins. — Beaux préceptes que Bouddha donne aux talapoins. — Les talapoins s’inquiètent peu si on suit leur doctrine. — Vénération des Thai pour les talapoins. — Le roi même les honore. — Pourquoi on exige que tous les garçons se fassent talapoins, au moins pour quelque temps. — On affranchit les esclaves pour qu’ils se fassent talapoins. — À la pleine lune, les inférieurs lavent les supérieurs. — Le métier de talapoin est lucratif. — Retraite des Phra dans les champs. — Quelques talapoins mènent une vie austère. — la plupart n’observent pas leurs règles. — Les talapouines. — Leurs fonctions et leur occupation. — Habitations des talapoins. — Animaux nourris dans les pagodes.


CHAPITRE DIX-HUITIÈME 
 46


SUPERSTITIONS.
Les superstitions ne font point partie de la religion, car Bouddha les défend. — Elles viennent de Chine et de l’Inde. — Principales superstitions usitées à Siam. — Astrologues. — Leurs fonctions. — Devins et diseurs de bonne aventure. — Les Siamois croient qu’on peut se rendre invulnérable. — Moyens qu’ils emploient pour cela. — Amulettes. — Magiciens. — Superstitions quand on plante une maison. — Autels consacrés aux génies tutélaires. — Superstition lorsqu’on construit une nouvelle porte d’une ville. — Avortons. — Sorciers qui envoient des mauvais génies dans le corps des hommes. — Autre méchanceté des sorciers. — Vols par sorcellerie en endormant ceux qu’on veut dépouiller. — Philtres amoureux. — Superstitions pour trouver des trésors. — Cérémonie du Tham-Khuân. — Cérémonie pour faire retirer les eaux du fleuve lors de l’inondation. — Cérémonie pour chasser le choléra. — Crédulité des Siamois.


CHAPITRE DIX-NEUVIÈME 
 58


HISTOIRE DES THAI, AXCIENNEMENT APPELÉS SAJAM.
Cet abrégé de l’histoire des Thai est tiré des annales du pays. — Il se divise en deux parties. — La première partie est pleine de tables. — La seconde parait assez véritable. — Première partie, jusqu’à la fondation de Juthia. — Deux frères brames fondent le royaume de Siam, l’an 500 avant Jésus-Christ. — La première ville fut appelée Sang-Khalôk. — Bathamaràt, premier roi des Siamois. — Reliques de Phra-Khôdom, renfermées dans une pyramide. — Bathamaràt fit bâtir trois autres villes, où il établit rois ses trois fils. — Aphajakha-Muni. — La reine des Naghas. — Naissance d’Arunnaràt, prédite par Somana-Khôdom. — Phra-Ruàng se délivre de la domination du roi de Kamphóxa qu’il rend tributaire. — Phra-Ruàng établit une ère nouvelle. — Il va en Chine, avec son frère, pour se venger du roi de cette contrée. — Leur voyage merveilleux. — Le roi de Chine donne sa fille en mariage à Phra-Ruàng. — Ritti-Kuman, frère de Phra-Ruàng, est établi roi de Xieng-Mai. — Histoire du cerf-volant de Phra-Ruàng. — Phra-Ruàng disparait. — Phaja-Sucharât, son fils, fortifie ses villes et les munit d’artillerie. — Thama-Trai-Pidok roi du Lao, vient l’attaquer. — Il épouse la fille de Phaja-Sucharât. — Fondation de Phitsanulôk. — Guerres entre les Siamois et les Lao. — Histoire merveilleuse de Phaja-Krëk et son avénement au trône, prédit par Phra-Khôdom. — Fondation de Phichit et de Phixai. — Phra-Chào-Uthong. — Il fonde Juthia. — Deux versions sur la fondation de cette ville. — Seconde partie. — États qui étaient sous la domination des rois de Siam, en l’an 1350. — Phra-Rame-Suën. — Phra-Borom-Raxa. Phra-Chào Thong-Lan. — Phaja-Ram. — Intharaxa. — Borom-Raxa-Thiràt. — Boroma-Trai-Lokhanàt. — Famine, à Siam. — Phra-Rama-Tibodi. — Statue colossale de Bouddha. — Phra-Borom-Raxa. — Raxa-Kuman. — Xaja-Raxa-Thiràt. — Incendie épouvantable à Juthia. — Événements qui suivirent la mort du roi. — Mahà-Chakra-Phat-Raxa-Thiràt. — Il s’empare de la capitale du Camboge. — Le roi du Pégu attaque Juthia. — Mort de la reine Surijóthai. — Guerre entre les Siamois et les Pégouans, au sujet des éléphants blancs. — Siége de Juthia. — Mort du roi de Siam. — Prise de Juthia. — Thamma-Raxa-Thiràt. — Phra-Narèt. — Le roi de Pégu lui tend un piège. — Il en tire vengeance. — Ses conquêtes. — Sa mort. — Eka-Thottarot. — Chào-Fa, le borgne. — Phra-Chào-Songtham. — Découverte du vestige du pied de Buddha. — Phra-Chào-Prasat-Thong. — Événements qui suivirent sa mort. — Phra-Chào-Xamphuòk. — Constantin Falcon. — Prise de Xiang-Mai. — Ambassadeurs siamois envoyés en France. — Ce que rapportent les annales de Siam sur la cour de France. — Mort du roi de Siam. — Mort de M. Constantin Falcon. — Phra-Phet-Raxa. — Chào-Dua. — Guerre civile. — Chào-Dok-ma-Dua. — Prise et incendie de Juthia. — Phaja-Ták. — Ses victoires et conquètes. — Il s’établit à Bangkok. — Famine. — L’idole Phra-Kéo. — Folie et mort de Phaja-Tak. — Phra-Phuti-Chao-LuângPhën-din-Klang. — Chào-Prasat-Thong. — Guerre contre le roi Lao. — Expédition contre les Cochinchinois. — Somdet-Phra-Paramander-Mahá-Mongkut, roi actuel de Siam. — Son érudition. — Sa politique.



CHAPITRE VINGTIÈME 
 102


HISTOIRE DE LA MISSION DE SIAM.
Saint François-Xavier est le premier missionnaire de Siam. — Des jésuites, des dominicains et des franciscains portugais s’établissent les premiers dans le royaume. — Monseigneur de Bérythe, premier vicaire apostolique de Siam. — Il arrive à Juthia, le 22 août 1662, avec six missionnaires. — Il loge dans le camp des Portugais. — On fait courir des bruits contre lui. — Il confond la calomnie. — Il se retire dans le camp des Hollandais. — Il visite le camp des Cochinchinois. — Heureux résultat qu’il obtient de ses instructions. — Il visite le camp des Japonais. — Libre exercice de la religion à Siam. — Cette tolérance des religions accroît la richesse du pays. — Les talapoins cherchent à décrier la religion chrétienne. — Idée de la religion des Siamois. — Monseigneur de Bérythe fait tous ses efforts, de concert avec ses missionnaires, pour convertir les Siamois. — Il prend la résolution d’envoyer M. de Bourges en Europe pour les besoins de la mission. — Il essaie d’aller en Chine, mais il est forcé de retourner à Siam. — Il loge dans le camp des Cochinchinois. — Un aventurier portugais essaie de l’enlever pour le conduire en Portugal ; les Cochinchinois chassent l’aventurier. — Les Cochinchinois veulent attaquer le camp des Portugais. — Monseigneur de Bérythe les arrête. — M. de Bourges part pour l’Europe. — Il donne la confirmation à des Portugais, sur la demande de leurs pasteurs. — On lui en fait un crime. — L’affaire est portée à Rome. — La conduite de monseigneur de Bérythe est approuvée. — Monseigneur d’Héliopolis arrive à Siam en 1662. — Il repart pour Rome en 1665. — Le roi de Siam veut voir l’évêque et les missionnaires français. — Caractère du roi. — Audience qu’il donne aux missionnaires. — Il promet de se convertir si les chrétiens obtiennent, par leurs prières, la guérison de son frère. — Retraite et prières des chrétiens. — Le frère du roi recouvre presque entièrement la santé. — Le roi ne tient pas sa parole, mais il se montre favorable aux chrétiens. — Il leur donne un terrain pour bâtir une église et un séminaire. — Le camp de Saint-Joseph. — Conversion d’un talapoin. — Le séminaire se peuple d’élevés. — Guérison miraculeuse opérée par un missionnaire. — Dénuement des missionnaires. — Le roi demande à s’instruire de la religion. — Les mandarins les plus éclairés sont consultés. — Ils trouvent la religion cbrétienne très-belle, mais disent que la leur est aussi bonne. — Le second frère du roi se fait instruire dans la religion chrétienne. — Le petit nombre de missionnaires les empêche de faire béaucoup de conversions. — Baptême d’un mandarin. — Ambassadeurs mahométans à Siam. — Arrivée de nouveaux missionnaires. — Mort de M. Lambert, frère de monseigneur de Bérythe. — Le pape envoie à monseigneur de Bérythe des pouvoirs plus étendus. — Celui-ci fait un voyage au Tong-King. — À son retour, il travaille à instruire les élèves du séminaire. — M. Lanneau va à Phitsilôk pour former un établissement. — Il est rappelé à Juthia. — Il compose plusieurs livres en langue siamoise. — Il fait bâtir un hospice près du séminaire. — Monseigneur de Bérythe établit à Siam la congrégation des Amantes de la Croix. — M. Perez est rappelé de Jongselang. — Monseigneur d’Héliopolis arrive à Siam en 1673. — Il apporte des lettres du pape et de Louis XIV, ainsi que des présents pour le roi. — Le roi veut donner aux évêques une audience publique. — Elle est retardée par le cérémonial auquel les prélats ne veulent pas s’assujétir. — Le roi les exempte de ce cérémonial. — Relation de l’audience publique accordée aux évêques. — Lettre du pape Clément IX au roi de Siam. — Lettre de Louis XIV au roi de Siam. — Les évêques sont invités par le roi à aller à Louvô. — Réception qu’on leur fait. — Le roi, après plusieurs entretiens particuliers, leur donne une seconde audience publique. — Le roi va voir leur établissement et leur donne un terrain plus considérable. — M. Bouchard est envoyé à Manille chercher des religieux pour aider les missionnaires. — Il ramène le père Louis, franciscain. — M. de Chaudebois arrive à Siam avec un jacobin. — M. Lanneau est sacré évêque de Métellopolis le 25 mars 1674. — Il est déclaré vicaire apostolique de Siam. — Il bâtit à Bangkok l’église de la Conception. — Les présents du pape et de Louis XIV pour le roi de Siam, sont pris par les Hollandais. — Le roi délivre un passeport à monseigneur de Bérythe pour la Cochinchine. — Monseigneur de Bérythe revient à Siam, en 1676, avec M. Mahot. — Cinq autres missionnaires arrivent aussi à Siam. — Monseigneur de Métellopolis fait divers établissements. — État de la mission en 1677. — Arrivée de MM. Paumard, Leroux et Charbonneau. — Les missionnaires soignent et guérissent les malades. — Le roi de Siam se montre chaque jour mieux disposé pour les missionnaires. — Mort de monseigneur de Bérythe, en 1679. — Magnifiques funérailles qu’on lui fait. — Arrivée de quatorze nouveaux missionnaires. — Le roi envoie des ambassadeurs avec des présents au Pape et à Louis XIV. — Ces ambassadeurs périssent avec le vaisseau. — M. de Lozeli arrive à Siam, en 1682, avec une lettre et des présents pour le roi. — M. Constantin Falcon. — Le roi envoie de nouveaux ambassadeurs en France avec M. Vachet. — M. de Chaumont arrive à Siam en qualité d’ambassadeur. — Réception faite à l’ambassadeurde France. — Le roi accorde de nouveaux priviléges aux chrétiens. — On établit une factorerie française à Siam. — Le roi envoie de nouveaux ambassadeurs en France et demande des troupes à Louis XIV. — On lui envoie un régiment composé de douze compagnies. — Monseigneur l’évèque de Rosalie arrive à Siam, avec ces troupes, en 1687. — Réception faite aux troupes françaises. — On leur donne la citadelle de Bangkok. — Révolte à Siam, promptement réprimée. — Maladie du roi. — Phra-Phet-Raxa est créé grand mandarin par les grands pour administrer le royaume. — Il rend M. Constance odieux aux grands et au peuple. — Meurtre de Monphit. — M. Constance est jeté en prison, et ensuite tué. — Phra-Phet-Raxa essaie de faire tomber les Français dans un piège. — Les troupes françaises de Merguy s’embarquent et arrivent à Pondichéry. — On attaque les Français de Bangkok. — Mauvais traitements faits à monseigneur de Métellopolis. — Les Français obtiennent de se retirer à Pondichéry. — Outrages faits à monseigneur de Métellopolis et aux otages français. — On prend tous les meubles du séminaire. — Les missionnaires et les élèves sont jetés en prison et tourmentés. — Deux officiers anglais prennent le parti des missionnaires et mettent fin aux mauvais traitements qu’on leur faisait. — On rend aux missionnaires leurs livres et quelques ornements. — Dénuement des missionnaire — Persécution contre les chrétiens. — Arrivée de M. Desfarges avec cinq navires. — Négociations entamées. — Elles n’aboutissentà rien. — M. Desfarges se retire. — Les Hollandais empêchent qu’on ne remette les Français en liberté. — Le 15 août 1690, les missionnaires et les élèves sortent de prison et sont conduits dans une petite île. — Mort de plusieurs d’entre eux. — Arrivée du père Tachard, jésuite, avec une lettre pour le roi. — On rend le séminaire aux missionnaires. — On remet tous les Français en liberté. — Famine. — Mortalité des poissons. — Ravages de la petite-vérole. — Mort de monseigneur de Métallopolis en 1697. — Monseigneur de Sura arrive à Ténasserim avec plusieurs missionnaires. — Monseigneur de Sabule arrive à Siam en 1702. — Il apporte des présents pour le roi. — Mort du roi. — Son successeur se montre favorable aux chrétiens. — Travaux de monseigneur de Sabule. — Révolte d’un talapoin siamois. — Il est mis en fuite par l’arrivée de vaisseaux français. — Monseigneur d’Auren amène à Siam vingt-deux écoliers tonquinois. — On rachète le terrain et on rebâtit le collège. — Monseigneur Tessier, évêque de Rosalie, est sacré en 1722. — Monseigneur de Cicé meurt en 1727. — Les princes et les grands empruntent des livres de religion aux missionnaires. — Les talapoins, par leurs déclamations, excitent une persécution contre la religion chrétienne. — On fait graver sur des pierres des défenses contre la religion. — On veut placer ces pierres dans les églises. — Monseigneur de Rosalie s’y oppose. — On place ces pierres sur un lieu élevé, près de la porte de l’église. — Guerre civile. — Mort du barcalon, principal auteur de la persécution contre les chrétiens. — Monseigneur de Rosalie demande qu’on enlève la pierre qui contenait les défenses contre la religion. — Sa demande est rejetée. — Des Chinois portent plainte contre l’évêque au sujet de quatre enfants chinois envoyés au séminaire. — Les enfants sont remis à monseigneur de Rosalie. — Les chrétiens sont persécutés à Ténasserim, par le fils du vice-roi, qui est Marné à la cour. — Mort de monseigneur de Rosalie, en 1737. Le vice-roi de Ténasserim est châtié pour avoir maltraité les Français. — Famine. — Invasion des Barmas. — Deux missionnaires emmènent les élèves du séminaire. — Ils arrivent heureusement à l’embouchure du fleuve. — Monseigneur Brigot reste au camp de Saint-Joseph avec nn missionnaire. — Les Barmas se retirent sans avoir attaqué le camp des chrétiens. — Les deux missionnaires ramènent les élèves à Juthia. — Le roi de Siam se fait talapoin. — La cour félicite les chrétiens de leur valeur. — Célébration du Jubilé. — Baptême d’enfants moribonds. — Révolte des Pégouans. — Ils sont vaincus. — On apprend à Merguy l’arrivée des Rannas. — Ils arrivent à Merguy, dans la nuit du 10 au 11 janvier 1765. — Les missionnaires tombent au pouvoir des Barmas. — Mauvais traitements qu’ils ont à souffrir. — Le pilote Joseph. Ils sont confiés à ce pilote. — Services que celui-ci leur rend. — Ils sont réunis à un grand nombre de leurs chrétiens. — Ils sont conduits à Thavai. — Un Maure charitable les accueille. — Jalousie du pilote Joseph. — Le vice-roi de Thavai les interroge. — Il veut les faire mettre à la question. — Ils en sont quittes pour la peur ; mais on leur prend tous leurs effets. — Au second interrogatoire, ils sont frappés du rotin, par suite de la jalousie du pilote Joseph. — Mauvais traitements qu’ils endurent. — Le Maure les fait embarquer. — Ils arrivent à Rangon. — Fausse sécurité à Juthia. — Les Barmas s’approchent de la capitale. — Les Siamois païens se réfugient dans le camp des chrétiens. — Les élèves du collège partent pour Chanthabun. — Ravages des Barmas autour de la capitale. — Un Anglais arrive avec deux vaisseaux. — Il consent à défendre la ville. — On lui refuse des munitions. — Il part. — On donne des canons aux Chinois et aux chrétiens. — Les Barmas s’emparent de la loge hollandaise occupée par les Chinois. — Les chrétiens se rendent à des conditions que l’ennemi n’exécute pas. — Prise et incendie de Juthia. — Les chrétiens sont remis entre les mains du pilote Joseph. — Ils arrivent à Banxang. — Les chrétiens portugais massacrent leurs conducteurs et se sauvent. — Route pénible pour arriver à Thavai. — L’évêque traité avec égard. — Famine. — L’évêque s’embarque et arrive à Rangon. — Il passe ensuite à Pondichéry. — Persécution que les missionnaires éprouvent, en 1767, à Houdât, au sujet d’un prince siamois. — Famine horrible en 1769. — Les pagodes sont pillées par les païens. — Sécheresse. — Phaja-Ták. — Comète extraordinaire. — Arrivée à Bangkok de monseigneur de Métellopolis, en 1772. — Il est bien reçu par le roi à qui il apporte des présents. — Caractère du roi. — Persécution contre les chrétiens à l’occasion de l’eau du serment. — Supplices de l’évêque, des missionnaires et des chrétiens. — Les missionnaires sont accusés par un de leurs domestiques. — On reconnaît la fausseté de cette accusation. — Les missionnaires sont mis en liberté moyennant caution. — Procession superstitieuse ordonnée par le roi. — Sa colère contre les chrétiens qui refusent d’y assister. — On l’apaise. — Malheureux soulagés par les missionnaires. — Le roi refuse la paie aux soldats chrétiens. — Il menace de chasser les missionnaires. — Le roi fait des reproches au barcalon qui l’avait excité contre les chrétiens. — Il fait donner la solde aux soldats chrétiens. — Nouvelle persécution contre les missionnaires. — Ils sont déportés. — Leur misère. — Mort de monseigneur de Métellopolis, en 1780. — Les missionnaires rentrent à Siam en 1782. — Le roi de Siam est atteint de folie. — Ses vexations contre ses sujets. — Révolte des Siamois contre lui. — Le roi se fait tatapoin. — Le nouveau roi le fait dépouiller de ses habits de talapoin et le fait massacrer. — On pille le camp des chrétiens. — Monseigneur de Rhési meurt en 1785. — M. Garnault est nommé évêque de Métellopolis. — Persécution contre la famille d’un mandarin chrétien. — Le roi défend de porter des accusations contre les chrétiens. — Prise de Jongsélang par les Barmas, en 1809. — M. Rabeau, missionnaire, est pris avec les chrétiens. — Il est maltraité. — Il s’embarque. — Révolte de l’équipage contre le capitaine. — M. Rabeau veut le défendre. — Il est jeté à la mer avec le capitaine. — Les coupables sont punis. — Les Anglais s’établissent à Pulopinang. — On y transporte le collége général des missions. — Monseigneur Garnault établit un collége à Bangkok. — Il bâtit une belle église dédiée à la Sainte-Vierge. — Sa mort, arrivée en 1811. — Monseigneur Florens est nommé évéque de Sozopolis. — Pendant vingt ans, la France n’envoie aucun missionnaire à Siam. — Arrivée de M. Pécot, en 1822. — Ses succès. — Sa mort. — M. Bruguiere est sacré coadjuteur en 1829. — Il est nommé vicaire apostolique de la Corée, et part de Siam en 1831. — Arrivée de MM. Pallegoix et Deschavannes, en 1830. — M. Pallegoix s’établit à Juthia. — Succès qu’il obtient dans sa mission. — M. Dechavannes convertit un village Lao. — Sa mort. — Sacre de monseigneur Courvezy, en 1833. — Mort de monseigneur Florens, en 1834. — Cochinchinois prisonniers amenés à Siam. — Réparation des églises. — Mission parmi les Chinois. — Succès de cette mission. — M. Pallegoix est sacré évêque de Mallos, en 1838. — Division de la mission de Siam. — Monseigneur Courvezy, vicaire apostolique de la Malaisie. — Monseigneur Pallegoix, vicaire apostolique de Siam. — Monseigneur de Mallos envoie deux missionnaires à Xiang-Mai. — Ils sont obligés de revenir à Bangkok. — Le choléra à Siam, en 1849. — Exil de huit missionnaires. — Ils sont rappelés deux ans après. — Relation de l’audience solennelle accordée par le roi de Siam à monseigneur de Mallos et à ses missionnaires, en 1882. — Liste des évêques, vicaires apostoliques de Siam.





CHAPITRE VINGT-UNIÈME 
 295


ÉTAT ACTUEL DE LA MISSION.
1. Population chrétienne.
Annamites prisonniers remis par le roi entre les mains des missionnaires pour les faire chrétiens. — Annamites prisonniers remis par le roi entre les mains des missionnaires pour les faire chrétiens.
2.Personnel de la mission.
3. Chrétienté, églises, chapelles.
Camp de l’Assomption. — Collège-séminaire. — Palais de l’évêque. — Camp du Calvaire. — Camp de Sainte-Croix. — Camp de la Conception. — Camp de Saint-Francois-Xavier. — Pagode abandonnée par les talapoins, détruite par les chrétiens et dont les matériaux doivent servir à bâtir une église. — Église bâtie à Juthia par le vicaire apostolique. — Église chrétienne à Chanthalun. — Description d’une chapelle de mission.
4. Collége-séminaire.
La mission de Siam a toujours eu un collège-séminaire. — Le collége-séminaire était autrefois un hangar. — Nouveau bâtiment du séminaire actuel. — Manque de ressources.
5. Imprimerie.
L’imprimerie inconnue à Siam avant 1835. — Avantages que la mission retire de l’imprimerie. — Impression des livres en caractères européens. — Impression des livres en caractères Thai.
6.Religieuses, couvents.
Les premières religieuses à Siam furent les Amantes de la Croix. — Extension de cet ordre dans les pays voisins. — Les religieuses actuelles s’appellent Servantes de la Mère de Dieu. — Leur costume. — Leurs occupations. — Services qu’elles rendent à la mission. — Elles préparent et administrent les médicaments.
7. Écoles.
Descriptions des salles d’écoles. — Comparaison entre les écoles des chrétiens et celles des talapoins. — Tous les enfants des chrétiens fréquentent les écoles.
8. Catéchistes, catéchuménats, hôpitaux.
Services que rendent les catéchistes à la mission. — Viatique que la mission donne à chacun d’eux. — Catéchuménat pour les hommes. — Occupations des catéchumènes. — Catéchuménat pour les femmes. — Hôpitaux pour les vieux chinois païens. — Manière dont ils sont traités. — Presque tous se convertissent.
9. Genre de vie des missionnaires.
Habitations, costume et nourriture des missionnaires dans la capitale. — Boisson. — Cuisine. — Difficultés que l’on rencontre dans les voyages. — Moustiques. — Fourmis. — Dangers que l’on court. — Arrivée du missionnaire dans la chrétienté. — Réception qu’on lui fait. — Son séjour et ses occupations. — Départ de la chrétienté. — Les persécutions sont rares à Siam. — Il y a cinq ans le roi de Siam a exilé huit missionnaires. — Leur rentrée à Siam.
10. Propagation de la foi à Siam.
État florissant de la mission avant la ruine de Juthia. — Causes de sa décadence. — Ce sont surtout les Chinois qui se convertissent à la religion chrétienne. — Les conversionssont aujourd’hui plus nombreuses.
11. Obstacles aux conversions.
Les païens n’ont point d’aversion pour le christianismeni d’attachement à leurs superstitions. — 1o Obstacle aux conversions, la polygamie. — 2o Éducation de la jeunesse dans les pagodes. — 3o Obstacle, craintes que les Européens inspirent aux Indiens par suite des envahissements des Anglais. — 4o Absence d’agent consulaire français à Siam.
12. Protestantisme à Siam.
Les ministres protestants s’occupent principalement de l’impression et de la distribution de la Bible traduite en siamois. — Le peu de succès qu’ils obtiennent.
13. Œuvre de la Sainte-Enfance.
L’œuvre de la Sainte-Enfance organisée à Siam depuis longtemps. — Ses heureux résultats. — Améliorations que l’évêque se propose d’introduire. — Achat des enfants païens pour être élevés et baptisés.
14. Ressources de la mission.
Les chrétiens, généralement pauvres, ne peuvent qu’entretenir les prêtres indigènes et fournir aux besoins du culte. — Les autres dépenses sont supportées par ia Propagation de la Foi. — Insuffisance de ces allocations.
15. Aperçu des besoins de la mission.
Tableau des dépenses annuelles. — Autres dépenses qui ne sont pas consignées dans ce tableau.
16. Diverses conditions des chrétiens.
Les chrétiens employés au service du roi. — Solde annuelle. — Leurs occupations pendant le temps qu’ils ne sont pas tenus au service du roi. — Activité et industrie des Chinois. — Ils réussissent presque tous à s’amasser une petite fortune. — Occupations des femmes chrétiennes. — Introduction parmi les chrétiens de quelques branches d’industrie européenne. — Causes de la pauvreté des chrétiens à Siam 1o la paresse naturelle à tous les indigènes ; 2o le service du roi qui n’est pas régulier ; 3o les emprunts usuraires.
17. Liberté du culte catholique.
Les chrétiens sont libres de pratiquer leur religion dans leurs camps. — Les terrains affectés aux églises sont exempts d’impôts. — Droit d’asile. — Il n’est pas permis aux païens de troubler les cérémonies des chrétiens. — Punition d’un mandarin.
18. Persécution envers les nouveaux convertis.
Les nouveaux convertis sont en butte aux attaques et bientôt aux insultes de leurs parents et amis. — Le chef païen les met aux fers. — Les Chinois qui se convertissent ne sont jamais tourmentés. — Les nouveaux convertis doivent se retirer dans le camp des chrétiens pour n’être pas inquiétés.
19. Défauts et qualités des chrétiens.
Quelques défauts des chrétiens. — Leur piété. — Assiduité aux offices. — Repos du dimanche. — Jeûnes. — Charité.
20. Cérémonies du culte religieux.
Les chrétiens de Siam aiment beaucoup les cérémonies religieuses. — Orchestre. — Instruments de musique. — Description de la solennité de la Fête-Dieu à Siam.
21. Manière de rendre la justice parmi les chrétiens.
Il s’élève souvent des différents pour des causes légères. — Le chef est juge dans des affaires de peu d’importance. — Dans les affaires graves ce sont les missionnaires et l’évêque qui sont tes juges en dernier ressort. — Le roi et les grands reconnaissent ce droit de juridiction de l’évêque. — Chef chrétien puni pour n’avoir pas voulu se soumettre au jugement de l’évêque.
22. Enfants chrétiens, esclaves chez les païens.
Causes de l’esclavage des enfants chrétiens. — Mauvais traitements qu’ils subissent chez les païens. — Danger auquel ils sont exposés de perdre leur âme. — Insuffisance des ressources pour les racheter. — Établissements que le vicaire apostolique veut fonder pour les racheter sans beaucoup de dépenses. — Cette œuvre pourrait s’étendre aux enfants des païens.




NOTICE HISTORIQUE SUR M. CONSTANCE OU CONSTANTIN FALCON, PREMIER MINISTRE DU ROI DE SIAM.


Son origine. — Pauvreté de ses parents. — Il va en Angleterre à l’âge de dix ans. — Il s’engage au service de la Compagnie Anglaise. — Son arrivée à Siam. — Il fait le commerce à son compte. — Il éprouve trois naufrages. — Vision qu’il a. — Rencontre d’un ambassadeur siamois. — Il retourne à Siam. — Il est employé par le premier ministre. — Ses succès. — Commencement de sa faveur. — Sa maladie. — Il est instruit dans la religion chrétienne par un jésuite. — Il abjure le protestantisme. — Son mariage. — Le roi veut lui donner la place de barcalon. — Sa prospérité. — Il engage le roi de Siam à rechercher l’amitié de Louis XIV. — Ambassade de M. le Chevalier de Chaumont. — M. Constance engage le roi de Siam à embrasser la religion chrétienne. — Il envoie le père Tachard en Europe pour amener des jésuites. — Il persuade au roi de demander à Louis XIV des troupes françaises. — Tentative de révolte à Siam. — Elle est réprimée par énergie de M. Constance. — Arrivée à Siam de MM. de la Loubère et Ceberet avec les troupes et les missionnaires. — Contestations entre ces ambassadeurs et M. Constance. — On livre Bangkok et Merguy aux Français. — Le roi envoie trois mandarins en France avec le père Tachard pour demander des gardes-du-corps. — Réussite de cette ambassade. — Pitraxa cherche à usurper la couronne. — Il se met à la tête des factieux. — Le roi tombe malade. — M. Constance s’entend avec M. Desfarges pour faire arrêter Pitraxa. — M. Desfarges reçoit à Juthia de fausses nouvelles et retourne à Bangkok avec ses troupes. — M. Constance refuse d’abandonner ie roi pour se retirer au milieu des Français. — Le roi nomme sa fille héritière du royaume. — Il veut faire arrêter Pitraxa qui le prévient et s’empare du palais et de la personne du roi. — Il est abandonné de ses gardes et fait prisonnier. — Pitraxa se fait nommer régent du royaume. — Il fait enlever par ruse et transporter à Louve le frère du roi. — Il envoie monseigneur de Rosalie dire à M. Desfarges de venir à Louvô. — Tentative de six officiers français pour s’échapper de Louvô et gagner Bangkok. — Ils sont pris et mis en prison. — Tourments que l’on fait subir à M. Constance. — On lui enlève tous ses biens. — Madame Constance est mise à la question. — Elle est mise en prison dans une écurie. — Les jésuites la nourrissent. — Relation de la mort de M. Constance. — Persécutions contre son épouse.
FIN DE LA TABLE ANALYTIQUE.