Livre:Guyau - Éducation et Hérédité.djvu

Guyau - Éducation et Hérédité.djvu
TitreÉducation et Hérédité
AuteurJean-Marie Guyau Voir l'entité sur Wikidata
Maison d’éditionGermer Baillière et Cie
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1889
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ valider

Pages


TABLE DES MATIÈRES





PREMIÈRE PARTIE


L’ÉDUCATION MORALE, RÔLE DE L’HÉRÉDITÉ ET DE LA SUGGESTION




La suggestion et l’éducation comme modificateurs de l’instinct moral 
  
 1


I. 
Effets de la suggestion nerveuse. — Suggestion : 1o des sensations et sentiments ; 2o des idées ; 3o des volitions et actions. — Possibilité de créer, par la suggestion, des instincts nouveaux et des instincts d’ordre moral ; obligations suggérées ; devoirs artificiels. Possibilité de démoraliser et de moraliser. La suggestion comme moyen de réformation morale. 
 1
II. 
Suggestion psychologique, morale et sociale. — Suggestion de l’exemple, du commandement, de l’autorité, de l’affirmation et du mot, du geste, etc. Croyances suggérées. La suggestion est l’introduction en nous d’une croyance pratique qui se réalise elle-même 
 8
III. 
La suggestion comme moyen d’éducation morale et modificateur de l’hérédité. — Véritable autorité morale de l’éducateur. Des châtiments. De la confiance en soi à inspirer. Suggestions à produire et suggestions à éviter 
 16



Genèse de l’instinct moral, part de l’hérédité, des idées et de l’éducation 
  
 33
I. 
Pouvoir des habitudes, donnant lieu à une impulsion momentanée ou à une obsession durable. — L’habitude et l’adaptation. L’habitude et l’hérédité. L’habitude et le sentiment du convenable. — Comment l’habitude peut produire une impulsion. — Comment elle peut produire une obsession et une pression durable. — La suggestion produisant une obsession et une sorte d’obligation 
 33
II. 
Pouvoir de la conscience et des idées-forces. — L’agent moral. — Comment l’idée-force explique les deux termes du problème moral : la volonté et l’objet du vouloir. Le sujet actif, l’agent moral est constitué par une volonté capable d’agir avec effort pour réaliser une idée 
 43
III. 
Pouvoir engendrant devoir. — 1o Existence d’un certain devoir créé par le pouvoir même d’agir. — 2o Existence d’un certain devoir créé par la conception même de l’action. — Le type humain moral. — 3o Existence d’un certain devoir créé par la fusion croissante des sensibilités et par le caractère de plus en plus sociable des plaisirs élevés 
 52
IV. 
La dissolution de l’instinct moral. — Degrés divers de la dissolution morale : 1o Moralité négative ; 2o ataxie morale ; 3o folie morale ; 4o idiotisme moral ; 5o dépravation morale 
 67
V. 
Hérédité et éducation dans le sens moral. — Critique des opinions de Spencer, Darwin, Wundt et Ribot. — Puissance morale de l’éducation. Ses limites 
 70



L’éducation physique et l’hérédité ; l’internat et le surmenage 
I. 
Nécessité de l’éducation physique pour l’éducation de la race. — Raisons qui l’ont fait négliger de nos jours. — La sédentarité et ses dangers. — La prématuration 
 81
II. 
Question de l’internat. — Les cités scolaires en Angleterre. — Le tutorat. — L’Allemagne. Les États-Unis 
 82
III. 
Question du surmenage. — Nécessité des loisirs et des jeux. La gymnastique, ses avantages et ses insuffisances 
 95
IV. 
Le travail manuel dans les écoles 
 110
V. 
Les colonies de vacances et les voyages de vacances 
 111
VI. 
La progression physique de la race et la natalité 
 113



But et méthode de l’éducation intellectuelle 
  
 116
I. 
But et objet de l’éducation intellectuelle 
 116
II. 
Méthodes d’enseignement, culture de l’attention, intuition et action, la mémoire, préjugés relatifs à la culture de la mémoire 
 118
III. 
Choix des connaissances à inculquer, distinction entre les connaissances de luxe et les connaissances vraiment utiles 
 126



L’École 
  
 130
I. 
Insuffisance et dangers de l’instruction purement intellectuelle. Résultats de la statistique. Nécessité de l’instruction morale 
 130
II. 
Possibilité d’enseigner la morale méthodiquement. — L’enseignement de la morale, dans ses rapports avec les confessions religieuses et avec la « religion naturelle ». — Nécessité de remettre à l’État la direction de l’enseignement moral et civique 
 132
III. 
La discipline morale à l’École primaire et les écoles anarchistes de Tolstoï. — Méthode des réactions naturelles de Spencer. Son insuffisance 
 137
IV. 
Nécessité de l’enseignement civique à tous les degrés de l’instruction 
 144
V. 
Enseignement esthétique 
 146



L’Enseignement secondaire et supérieur 
  
 173
I. 
But de l’éducation classique. — Les langues anciennes et les langues modernes comme moyen d’éducation. — Méthode d’études littéraires : nécessité de leur donner un caractère plus philosophique 
 173
II. 
L’Histoire 
 178
III. 
Les sciences. — Leurs avantages et leurs inconvénients. — Les méthodes d’enseignement scientifique 
 180
IV. 
L’enseignement spécial 
 180
V. 
Les concours et examens 
 184
VI. 
L’enseignement supérieur 
 185
VII. 
Les grandes écoles. L’École polytechnique 
 188


L’éducation des filles et l’hérédité 
  
 193


L’éducation et l’assolement dans la culture intellectuelle 
  
 207


Le but de l’évolution et de l’éducation est-il l’automatisme de l’hérédité 
 
 
     ou la conscience ? 
  
 213


Appendices 
  
 225


Les modifications artificielles du caractère dans le somnambulisme 
 
 
     provoqué 
  
 227


Stoïcisme et christianisme. Épictète, Marc-Aurèle, Pascal 
  
 237
I. 
— Devoirs de l’homme envers lui-même. — Théorie de la liberté 
 239
II. 
— Devoirs de l’homme envers autrui. — Théories de la dignité et de l’amitié 
 251
III. 
— Devoirs de l’homme envers la Divinité. — Théories du mal et de l’optimisme 
 259
IV. 
— Conséquences dernières du stoïcisme. Questions de l’immortalité pour l’homme et du progrès pour le monde 
 265
V. 
— Critique du stoïcisme 
 271
VI. 
— Stoïcisme et christianisme 
 279
VII. 
— Épictète et Pascal 
 289