Ouvrir le menu principal
Aurore
Réflexions sur les préjugés moraux
Traduction par Henri Albert.
Mercure de France (Œuvres complètes de Frédéric Nietzsche, vol. 7p. 425-435).



INDEX DES APHORISMES


________



LIVRE PREMIERModifier

1. 
Raison ultérieure 
 15
2. 
Préjugé des savants 
 16
3. 
Toute chose a son temps 
 15
4. 
Contre le rêve d’une dissonance des sphères 
 16
5. 
Soyez reconnaissants ! 
 16
6. 
Le prestidigitateur et son contraire 
 16
7. 
Changer son sentiment de l’espace 
 17
8. 
Transfiguration 
 17
9. 
Idée de la moralité des mœurs 
 18
10. 
Mouvement réciproque entre le sens de la moralité
et le sens de la causalité 
 22
11. 
Morale populaire et médecine populaire 
 22
12. 
La conséquence comme adjuvant 
 23
13. 
Pour l’éducation nouvelle du genre humain 
 24
14. 
Signification de la folie dans l’histoire de l’humanité 
 24
15. 
Les plus anciens moyens de consolation 
 27
16. 
Premier principe de la civilisation 
 28
17. 
La nature bonne et mauvaise 
 29
18. 
La morale de la souffrance volontaire 
 29
19. 
Moralité et abêtissement 
 32
20. 
Libres agisseurs et libres-penseurs 
 33
21. 
« Accomplissement de la loi » 
 34
22. 
Les œuvres et la foi 
 34
23. 
En quoi nous sommes le plus subtils 
 35
24. 
La démonstration du précepte 
 36
25. 
Les mœurs et la beauté 
 37
26. 
Les animaux et la morale 
 37
27. 
La valeur dans la croyance aux passions surhumaines 
 39
28. 
La disposition d’esprit comme argument 
 40
9. 
Les comédiens de la vertu et du péché 
 41
30. 
La cruauté raffinée en tant que vertu 
 42
31. 
La fierté de l’esprit 
 44
32. 
Le sabot d’enrayure 
 44
33. 
Le mépris des causes, des conséquences et des réalités 
 45
34. 
Les sentiments moraux et les concepts moraux 
 47
35. 
Les sentiments et l’origine qu’ils tirent des jugements 
 47
36. 
Une folie de la piété pleine d’arrière-pensées 
 48
37. 
Fausses conclusions que l’on tire de l’utilité 
 49
38. 
Les instincts transformés par les jugements moraux 
 49
39. 
Le préjugé de l’ « esprit pur » 
 51
40. 
Les investigations au sujet des usages 
 52
41. 
Pour déterminer la valeur de la vie contemplative 
 53
42. 
Origine de la vie contemplative 
 54
43. 
Combien de forces le penseur doit maintenant réunir en lui 
 56
44. 
Origine et signification 
 58
45. 
Un dénouement tragique de la connaissance 
 59
46. 
Douter que l’on doute 
 60
47. 
Les mots entravent notre chemin 
 60
48. 
« Connais-toi toi-même », c’est là toute la science 
 60
49. 
Le nouveau sentiment fondamental : notre nature
définitivement périssable 
 61
50. 
La foi en l’ivresse 
 62
51. 
Tels que nous sommes ! 
 63
52. 
Où sont les nouveaux médecins de l’âme ? 
 63
53. 
L’empiétement sur les gens consciencieux 
 64
54. 
Les idées sur la maladie 
 65
55. 
Les « chemins » 
 65
56. 
L’apostat de l’esprit libre 
 65
57. 
Autre crainte, autre certitude 
 67
58. 
Le christianisme et les passions 
 68
59. 
L’erreur comme cordial 
 68
60. 
Tout esprit finit par devenir réellement visible 
 69
61. 
Le sacrifice nécessaire 
 70
62. 
De l’origine des religions 
 71
63. 
Haine du prochain 
 72
64. 
Les désespérés 
 73
65. 
Brahmanisme et christianisme 
 73
66. 
Faculté de vision 
 73
67. 
Le prix des croyants 
 74
68. 
Le premier chrétien 
 74
69. 
Inimitable 
 79
70. 
À quoi sert une intelligence grossière 
 79
71. 
La vengeance chrétienne contre Rome 
 80
72. 
L’ « outre-tombe » 
 81
73. 
Pour la « vérité » ! 
 84
74. 
Arrière-pensée chrétienne 
 84
75. 
Ni européen ni noble 
 85
76. 
Mal penser c’est rendre mauvais 
 85
77. 
Les tortures de l’âme 
 87
78. 
La justice vengeresse 
 90
79. 
Une proposition 
 91
80. 
Le chrétien compatissant 
 92
81. 
Humanité du saint 
 92
82. 
L’attaque intellectuelle 
 92
83. 
Pauvre humanité ! 
 93
84. 
La philologie du christianisme 
 93
85. 
Subtilité dans la pénurie 
 95
86. 
Les interprètes chrétiens du corps 
 95
87. 
Le miracle moral 
 96
88. 
Luther, le grand bienfaiteur 
 97
89. 
Le doute comme péché 
 98
90. 
Égoïsme contre égoïsme 
 99
91. 
La bonne foi de Dieu 
 100
92. 
Au lit de mort du christianisme 
 101
93. 
Qu’est-ce que la vérité ? 
 102
94. 
Remède contre le déplaisir 
 103
95. 
La réfutation historique est la réfutation définitive 
 103
96. 
« In hoc signo vinces » 
 104



LIVRE DEUXIÈMEModifier

97. 
Si l’on agit d’une façon morale, ce n’est pas parce que
l’on est moral 
 107
98. 
Les changements en morale 
 107
99. 
En quoi nous sommes tous déraisonnables 
 107
100. 
Se réveiller du rêve 
 108
101. 
Signe de réflexion 
 108
102. 
Les plus anciens jugements moraux 
 108
103. 
Il y a deux espèces de négations de la moralité 
 109
104. 
Nos appréciations 
 111
105. 
L’égoïsme apparent 
 111
106. 
Contre la définition du but moral 
 112
107. 
Notre droit à nos folies 
 114
108. 
Quelques thèses 
 115
109. 
L’empire sur soi-même, la modération et leurs derniers motifs 
 116
110. 
Ce qui s’oppose 
 119
111. 
Aux admirateurs de l’objectivité 
 120
112. 
Pour l’histoire naturelle du devoir et du droit 
 121
113. 
L’aspiration à la distinction 
 123
114. 
La connaissance de celui qui souffre 
 127
115. 
Ce que l’on appelle le « moi » 
 130
116. 
Le monde inconnu du « sujet » 
 131
117. 
En prison 
 133
118. 
Qu’est-ce donc que notre prochain ? 
 135
119. 
Vivre et inventer 
 136
120. 
Pour tranquilliser le sceptique 
 140
121. 
« En effet et cause » ! 
 140
122. 
Les causes finales dans la nature 
 141
123. 
Raison 
 141
124. 
Qu’est-ce que vouloir ? 
 142
125. 
Du « royaume de la liberté » 
 142
126. 
L’oubli 
 143
127. 
En vue d’un but 
 143
128. 
Le rêve et la responsabilité 
 144
129. 
La prétendue lutte des motifs 
 144
130. 
Causes finales ? volonté ? 
 147
131. 
Les modes morales 
 150
132. 
Les derniers échos du christianisme dans la morale 
 150
133. 
« Ne plus penser à soi » 
 153
134. 
En quelle mesure il faut se garder de la compassion 
 157
135. 
Exciter la pitié 
 158
136. 
Le bonheur dans la compassion 
 159
137. 
Pourquoi doubler le « moi » 
 159
138. 
Devenir plus tendre 
 160
139. 
Soi-disant plus haut ! 
 161
140. 
Louanges et blâme 
 162
141. 
Plus beau, mais de valeur moindre 
 163
142. 
Sympathie 
 163
143. 
Malheur à nous si cette tendance se mettait à faire rage ! 
 167
144. 
Nous abstraire de la misère des autres 
 168
145. 
« Non égoïste ! » 
 169
146. 
Regarder au-delà du prochain 
 169
147. 
Cause de l’ « altruisme » 
 171
148. 
Regard dans le lointain 
 172



LIVRE TROISIÈMEModifier

149. 
De petites actions divergentes sont nécessaires ! 
 176
150. 
Le hasard des mariages 
 176
151. 
Il y a ici un nouvel idéal à inventer 
 177
152. 
Formule de serment 
 177
153. 
Un mécontent 
 178
154. 
Consolation dans le péril 
 178
155. 
Scepticisme éteint 
 178
156. 
Méchant par orgueil 
 179
157. 
Le culte des onomatopées 
 179
158. 
Climat du flatteur 
 180
159. 
Les évocations des morts 
 180
160. 
Vaniteux, avide et peu sage 
 180
161. 
La beauté est conforme à l’époque 
 181
162. 
L’ironie des hommes actuels 
 181
163. 
Contre Rousseau 
 181
164. 
Peut-être anticipé 
 182
165. 
La morale qui n’ennuie pas 
 183
166. 
Au carrefour 
 183
167. 
Les hommages absolus 
 184
168. 
Un modèle 
 187
169. 
Le génie grec nous est très étranger 
 188
170. 
Autres perspectives du sentiment 
 189
171. 
L’alimentation de l’homme moderne 
 189
172. 
Tragédie et musique 
 190
173. 
Les louangeurs du travail 
 191
174. 
Mode morale d’une société commerçante 
 192
175. 
Idée fondamentale d’une culture de commerçants 
 193
176. 
La critique des pères 
 194
177. 
Apprendre la solitude 
 195
178. 
Ceux qui s’usent quotidiennement 
 195
179. 
Aussi peu d’« État » que possible ! 
 196
180. 
Les guerres 
 197
181. 
Gouverner 
 197
182. 
La logique grossière 
 197
183. 
Les vieux et les jeunes 
 198
184. 
L’État est un produit des anarchistes 
 199
185. 
Mendiants 
 199
186. 
Gens d’affaires 
 199
187. 
Un avenir possible 
 200
188. 
Ivresse et nutrition 
 200
189. 
De la grande politique 
 201
190. 
L’ancienne culture allemande 
 203
191. 
Hommes meilleurs 
 205
192. 
Désirer des adversaires parfaits 
 206
193. 
Esprit et moral 
 208
194. 
Vanité des maîtres de morale 
 209
195. 
Ce que l’on appelle l’éducation classique 
 210
196. 
Les questions les plus personnelles de la vérité 
 213
197. 
L’inimitié des Allemands contre le rationalisme 
 214
198. 
Assigner un rang à son peuple 
 216
199. 
Nous sommes plus nobles 
 216
200. 
Supporter la pauvreté 
 219
201. 
Avenir de la noblesse 
 219
202. 
Les soins à donner à la santé 
 221
203. 
Contre le mauvais régime 
 224
204. 
Danaé et le dieu en or 
 225
205. 
Du peuple d’Israël 
 226
206. 
L’état impossible 
 230
207. 
Comment se comportent les Allemands vis-à-vis de la morale 
 233



LIVRE QUATRIÈMEModifier

208. 
Question de conscience 
 239
209. 
L’utilité des théories les plus sévères 
 239
210. 
Ce qui est « en soi » 
 239
211. 
À ceux qui rêvent l’immortalité 
 240
212. 
En quoi l’on se connaît 
 241
213. 
Les hommes de la vie manquée 
 242
214. 
À quoi bon des égards ! 
 242
215. 
La morale des victimes 
 242
216. 
Les méchants et la musique 
 243
217. 
L’artiste 
 244
218. 
Agir en artiste avec ses faiblesses 
 245
219. 
La supercherie dans l’humiliation 
 245
220. 
La dignité et la crainte 
 246
221. 
Moralité du sacrifice 
 247
222. 
Où il faut désirer le fanatisme 
 247
223. 
L’œil que l’on craint 
 247
224. 
Ce qu’il y a d’« édifiant » dans le malheur du prochain 
 248
225. 
Moyen pour être méprisé vite 
 248
226. 
Du rapport avec les célébrités 
 249
227. 
Porteur de chaînes 
 249
228. 
Vengeance dans la louange 
 249
229. 
Fierté 
 250
230. 
« Utilitaire » 
 250
231. 
De la vertu allemande 
 250
232. 
D’une discussion 
 251
233. 
Les « consciencieux » 
 251
234. 
La crainte de la gloire 
 252
235. 
Repousser un remerciement 
 252
236. 
Punition 
 252
237. 
Danger dans un parti 
 252
238. 
L’aspiration à l’élégance 
 253
239. 
Avertissement pour les moralistes 
 254
240. 
De la moralité du tréteau 
 256
241. 
Crainte et intelligence 
 256
242. 
Indépendance 
 256
243. 
Les deux courants 
 257
244. 
Le plaisir que cause la réalité 
 257
245. 
Sublimité du sentiment de puissance 
 258
246. 
Aristote et le mariage 
 258
247. 
Origine du mauvais tempérament 
 258
248. 
Simulation par devoir 
 259
249. 
Qui donc est jamais seul ? 
 259
250. 
La nuit et la musique 
 259
251. 
D’une façon stoïque 
 260
252. 
Que l’on considère ! 
 260
253. 
Évidence 
 260
254. 
Ceux qui anticipent 
 261
255. 
Conversation sur la musique 
 261
256. 
Bonheur des méchants 
 264
257. 
Les mots qui nous sont présents 
 264
258. 
Flatter le chien 
 264
259. 
Le louangeur d’autrefois 
 264
260. 
Amulette des hommes dépendants 
 265
261. 
Pourquoi si sublime ? 
 265
262. 
Le démon de la puissance 
 265
263. 
La contradiction incarnée et animée 
 265
264. 
Vouloir se tromper 
 266
265. 
Le théâtre a son temps 
 266
266. 
Sans grâce 
 267
267. 
Pourquoi si fier ? 
 267
268. 
Charybde et Scylla chez l’orateur 
 267
269. 
Les malades et l’art 
 268
270. 
Tolérance apparente 
 268
271. 
L’impression de fête 
 269
272. 
La purification de la race 
 270
273. 
Les louanges 
 271
274. 
Droits et privilèges de l’homme 
 272
275. 
L’homme transformé 
 272
276. 
Souvent ! sans que l’on s’y attende 
 272
277. 
Vertus chaudes et froides 
 273
278. 
La mémoire courtoise 
 273
279. 
En quoi nous devenons des artistes 
 274
280. 
Enfantin 
 274
281. 
Le « moi » veut tout avoir 
 274
282. 
Danger dans la beauté 
 275
283. 
Paix de la maison et paix de l’âme 
 275
284. 
Présenter une nouvelle comme si elle était ancienne 
 275
285. 
Où cesse le « moi » ? 
 275
286. 
Bêtes domestiques et d’appartement 
 276
287. 
Deux amis 
 276
288. 
Comédie des hommes nobles 
 276
289. 
Où l’on ne peut rien dire contre une vertu 
 277
290. 
Un gaspillage 
 277
291. 
Présomption 
 277
292. 
Une espèce de méconnaissance 
 278
293. 
Reconnaissant 
 278
294. 
Saints 
 279
295. 
Servir avec subtilité 
 279
296. 
Le duel 
 279
297. 
Néfaste 
 279
298. 
Le culte des héros et ses fanatiques 
 280
299. 
Apparence d’héroïsme 
 282
300. 
Bienveillant à l’égard du flatteur 
 282
301. 
« Plein de caractère » 
 282
302. 
Une fois, deux fois et trois fois vrai 
 283
303. 
Passe-temps du connaisseur d’hommes 
 283
304. 
Les destructeurs du monde 
 283
305. 
Avarice 
 284
306. 
Idéal grec 
 284
307. 
Facta ! oui Facta Ficta ! 
 284
308. 
Ne pas s’entendre au commerce est distingué 
 285
309. 
Crainte et amour 
 285
310. 
Les êtres bonasses 
 286
311. 
Ce que l’on appelle l’âme 
 286
312. 
Les oublieux 
 286
313. 
L’ami que l’on ne désire plus 
 287
314. 
Dans la société des penseurs 
 287
315. 
Se dessaisir 
 288
316. 
Les sectes faibles 
 288
317. 
Le jugement du soir 
 288
318. 
Gardez-vous des systématiques ! 
 289
319. 
Hospitalité 
 289
320. 
Du beau et du mauvais temps 
 289
321. 
Danger dans l’innocence 
 289
322. 
Vivre si possible sans médecin 
 291
323. 
Obscurcissement du ciel 
 291
324. 
Philosophie des comédiens 
 292
325. 
Vivre à l’écart et avoir la foi 
 293
326. 
Connaître ces circonstances 
 294
327. 
Une fable 
 294
328. 
Ce que les théories idéalistes laissent deviner 
 295
329. 
Les calomniateurs de la sérénité 
 295
330. 
Pas encore assez 
 296
331. 
Droit et limite 
 296
332. 
Le style ampoulé 
 296
333. 
« Humanité » 
 297
334. 
L’homme charitable 
 297
335. 
Pour que l’on considère l’amour comme de l’amour 
 297
336. 
De quoi sommes-nous capables ? 
 298
337. 
« Naturel » 
 298
338. 
Transformation des devoirs 
 298
339. 
Compensation de conscience 
 298
340. 
L’évidence est contre l’historien 
 299
341. 
Avantage de la méconnaissance 
 299
342. 
Ne pas confondre 
 300
343. 
Prétendu moral 
 300
344. 
Subtilité dans la méprise 
 300
345. 
Notre bonheur n’est pas un argument pour ou contre 
 301
346. 
Ennemis des femmes 
 301
347. 
L’école de l’orateur 
 301
348. 
Sentiment de puissance 
 302
349. 
Pas si important que cela 
 302
350. 
Comment ou promet le mieux 
 302
351. 
Généralement méconnu 
 303
352. 
Centre 
 303
353. 
Liberté oratoire 
 303
354. 
Courage de souffrir 
 304
355. 
Admirateur 
 304
356. 
Effet du bonheur 
 304
357. 
La morale des mouches piqueuses 
 305
358. 
Les raisons et leur déraison 
 305
359. 
Approuver quelque chose 
 305
360. 
Point utilitaires 
 306
361. 
Paraître laid 
 306
362. 
Différents dans la haine 
 306
363. 
Hommes du hasard 
 306
364. 
Choix de l’entourage 
 307
365. 
Vanité 
 307
366. 
Misère du criminel 
 307
367. 
Paraître toujours heureux 
 308
368. 
La raison qui nous fait souvent méconnaître 
 308
369. 
Pour s’élever au-dessus de la bassesse 
 309
370. 
En quelle mesure le penseur aime son ennemi 
 309
371. 
Le mal de la force 
 309
372. 
À l’honneur des connaisseurs 
 310
373. 
Blâme révélateur 
 310
374. 
Valeur du sacrifice 
 310
375. 
Parler trop distinctement 
 311
376. 
Dormir beaucoup 
 311
377. 
Ce qu’il faut conclure d’un idéal fantasque 
 312
378. 
Main propre et mur propre 
 312
379. 
Vraisemblable et invraisemblable 
 313
380. 
Conseil expérimenté 
 313
381. 
Connaître sa particularité 
 313
382. 
Jardinier et jardin 
 314
383. 
La comédie de la pitié 
 314
384. 
Hommes singuliers 
 314
385. 
Les vaniteux 
 315
386. 
Les pathétiques et les naïfs 
 315
387. 
Comment on réfléchit avant le mariage 
 315
388. 
La fourberie en bonne conscience 
 316
389. 
Un peu trop lourd 
 316
390. 
Cacher son esprit 
 317
391. 
Le mauvais moment 
 317
392. 
Conditions de la politesse 
 317
393. 
Vertus dangereuses 
 317
394. 
Sans vanité 
 318
395. 
La contemplation 
 318
396. 
À la chasse 
 318
397. 
Éducation 
 318
398. 
À quoi l’on reconnaît le plus fougueux 
 318
399. 
Se défendre 
 319
400. 
Amollissement moral 
 319
401. 
Oubli dangereux 
 319
402. 
Une tolérance comme une autre 
 319
403. 
Fierté différentes 
 320
404. 
À qui l’on rend rarement justice 
 320
405. 
Luxe 
 320
406. 
Rendre immortel 
 321
407. 
Contre notre caractère 
 321
408. 
Où il faut beaucoup de douceur 
 321
409. 
Maladie 
 321
410. 
Les êtres craintifs 
 321
411. 
Sans haine 
 322
412. 
Spirituel et borné 
 322
413. 
Les accusateurs privés et publics 
 322
414. 
Les aveugles volontaires 
 323
415. 
Remedium amoris 
 323
416. 
Où est le pire ennemi ? 
 323
417. 
Limites de toute humilité 
 324
418. 
La fin de la vérité 
 324
419. 
Le courage dans le parti 
 324
420. 
Astuce de la victime 
 324
421. 
À travers d’autres 
 325
422. 
Faire plaisir à d’autres 
 325



LIVRE CINQUIÈMEModifier

423. 
Dans le grand silence 
 327
424. 
Pour qui la vérité ? 
 328
425. 
Nous autres dieux en exil 
 329
426. 
Daltonisme des penseurs 
 330
427. 
L’embellissement de la science 
 331
428. 
Deux espèces de moralistes 
 333
429. 
La nouvelle passion 
 333
430. 
Cela aussi est héroïque 
 334
431. 
Les opinions des adversaires 
 335
432. 
Chercheur et tentateur 
 335
433. 
Voir avec des yeux nouveaux 
 336
434. 
Intercéder 
 336
435. 
Ne pas périr imperceptiblement 
 337
436. 
Casuistiques 
 338
437. 
Privilèges 
 338
438. 
L’homme et les choses 
 339
439. 
Signes distinctifs du bonheur 
 339
440. 
Ne point abdiquer 
 340
441. 
Pourquoi le prochain devient pour nous de plus en plus lointain 
 340
442. 
La règle 
 340
443. 
Pour l’éducation 
 340
444. 
L’étonnement que cause la résistance 
 340
445. 
En quoi les plus nobles se trompent 
 341
446. 
Classification 
 341
447. 
Maître et élève 
 341
448. 
Honorer la réalité 
 342
449. 
Où sont ceux qui ont besoin de l’esprit 
 342
450. 
La séduction de la connaissance 
 344
451. 
Ceux qui ont besoin d’un fou de cour 
 344
452. 
Impatience 
 345
453. 
Interrègne moral 
 345
454. 
Interruption 
 346
455. 
La première nature 
 346
456. 
Une vertu qui est dans son devenir 
 347
457. 
Dernière discrétion 
 348
458. 
Le gros lot 
 348
459. 
La générosité des penseurs 
 348
460. 
Utiliser ses heures dangereuses 
 349
461. 
Hic Rhodus, hic salta 
 349
462. 
Cures lentes 
 350
463. 
Le septième jour 
 351
464. 
Pudeur de celui qui donne 
 352
465. 
En se rencontrant 
 352
466. 
Perte dans la gloire 
 353
467. 
Double patience 
 353
468. 
L’empire de la beauté est plus grand 
 353
469. 
L’inhumanité du sage 
 354
470. 
Au banquet du grand nombre 
 355
471. 
Un autre amour du prochain 
 356
472. 
Ne point se justifier 
 356
473. 
Où il faut construire sa maison 
 357
474. 
Les seuls chemins 
 357
475. 
Devenir lourd 
 358
476. 
La fête de la moisson de l’esprit 
 358
477. 
Délivré du scepticisme 
 358
478. 
Passons ! 
 359
479. 
Amour et véracité 
 359
480. 
Inévitable 
 359
481. 
Deux Allemands 
 360
482. 
Choisir ses fréquentations 
 361
483. 
Être rassasié de l’homme 
 362
484. 
Notre chemin 
 362
485. 
Perspectives lointaines 
 363
486. 
L’or et la faim 
 364
487. 
Honte 
 364
488. 
Contre la prodigalité en amour 
 364
489. 
Assis dans la misère 
 365
490. 
Les petites vérités 
 365
491. 
À cause de cela la solitude 
 365
492. 
Sous les vents du sud 
 366
493. 
Sur son propre arbre 
 366
494. 
Dernier argument du brave 
 367
495. 
Notre maître 
 367
496. 
Le principe mauvais 
 368
497. 
L’œil purificateur 
 369
498. 
Ne pas exiger 
 370
499. 
Le méchant 
 370
500. 
À rebrousse-poil 
 370
501. 
Âmes mortelles ! 
 371
502. 
Un seul mot pour trois états différents 
 372
503. 
Amitié 
 372
504. 
Concilier ! 
 373
505. 
Les hommes pratiques 
 373
506. 
La nécessité de faire tout ce qui est bon 
 374
507. 
Contre la tyrannie du vrai 
 374
508. 
Ne pas prendre sur un ton pathétique 
 375
509. 
Le troisième œil 
 375
510. 
Échapper à ses vertus 
 376
511. 
La tentatrice 
 376
512. 
Courageux en face des choses 
 376
513. 
Entraves et beauté 
 376
514. 
Aux plus forts 
 377
515. 
Argumentation de la beauté 
 377
516. 
Ne pas faire entrer son démon dans le prochain 
 377
517. 
Induire à l’amour 
 378
518. 
Résignation 
 378
519. 
Être dupe 
 378
520. 
L’éternelle cérémonie funèbre 
 379
521. 
Vanité de l’exception 
 379
522. 
La sagesse sans oreilles 
 380
523. 
Questions insidieuses 
 380
524. 
Jalousie des solitaires 
 380
525. 
L’effet des louanges 
 381
526. 
Ne pas vouloir servir de symbole 
 381
527. 
Les hommes cachés 
 381
528. 
Abstinence plus rare 
 382
529. 
Par quoi les hommes et les peuples prennent de l’éclat 
 382
530. 
Détours du penseur 
 382
531. 
Avoir un autre sentiment en face de l’art 
 383
532. 
« L’amour rend égaux » 
 383
533. 
Nous autres commençants 
 384
534. 
Les petites doses 
 385
535. 
La vérité a besoin de puissance 
 386
536. 
Les poucettes 
 386
537. 
Maîtrise 
 386
538. 
Aliénation morale du génie 
 387
539. 
Savez-vous aussi ce que vous voulez ? 
 388
540. 
Apprendre 
 389
541. 
Comment il faut se pétrifier 
 390
542. 
Le philosophe et la vieillesse 
 390
543. 
Ne pas faire de la passion un argument pour la vérité 
 395
544. 
Comment on fait maintetenant de la philosophie 
 396
545. 
Mais nous ne nous croyons pas 
 398
546. 
Esclave et idéaliste 
 399
547. 
Les tyrans de l’esprit 
 400
548. 
La victoire sur la force 
 402
549. 
La fuite devant soi-même 
 403
550. 
Connaissance et beauté 
 404
551. 
Des vertus de l’avenir 
 405
552. 
L’égoïsme idéaliste 
 406
553. 
Avec des détours 
 408
554. 
Un pas un avant 
 409
555. 
Les plus médiocres souffrent 
 410
556. 
Les quatre vertus 
 410
557. 
Au-devant de l’ennemi 
 410
558. 
Il ne faut pas non plus cacher ses vertus 
 411
559. 
« Rien de trop ! » 
 411
560. 
Ce qui nous est ouvert 
 412
561. 
Éclairer son bonheur 
 413
562. 
Les sédentaires et les hommes libres 
 413
563. 
L’illusion de l’ordre moral 
 414
564. 
À côté de l’expérience 
 414
565. 
La gravité alliée à l’ignorance 
 414
566. 
Vivre à bon compte 
 415
567. 
En campagne 
 416
568. 
Poète et oiseau 
 416
569. 
Aux solitaires 
 416
570. 
Pertes 
 417
571. 
Pharmacie militaire de l’âme 
 417
572. 
La vie doit nous tranquilliser 
 417
573. 
Changer de peau 
 417
574. 
Ne pas oublier 
 417
575. 
Nous autres aéronautes de l’esprit 
 418