Livre:Lorin - L'air et la vitesse, 1919.djvu

Lorin - L'air et la vitesse, 1919.djvu
TitreL’Air et la Vitesse Voir l'entité sur Wikidata
Sous-titrevues nouvelles sur l’aviation
AuteurRené Lorin Voir l'entité sur Wikidata
Maison d’éditionLibrairie aéronautique
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1919
BibliothèqueHathi Trust
Fac-similésdjvu
AvancementÀ valider

Pages

TABLE DES MATIÈRES

Pages
Définition. — Points d’appui, de sustentation et de propulsion. — Leurs combinaisons. — L’air parasite. — L’appui-air, condition nécessaire de la vitesse.
 
La roue et l’aile. — L’échelle. — Nains et Géants. — L’homothétie ne peut exister en construction. — Un aéroplane n’est pas oiseau. C’est la vitesse qui donne l’échelle.
 
III. — L’Appui-Air 
 17
Influence de la vitesse. — Insuffisance de l’Aérodynamique. — Le côté pratique de la question. — La stabilité automatique. — Ses dangers. — La stabilité par la vitesse
 
L’erreur de la formule intégrale du vol. — Les restrictions d’utilisation de l’aviation. — L’air n’est qu’un moyen : le moyen d’aller très vite.
 

Caractéristiques de la propulsion à puissance constante. — Les solutions approchées. — La boîte des vitesses. — L’hélice. — Graphiques de l’aéropropulsion. — Coefficient de traction dans l’air. — Rendement. — Variation de la puissance en fonction de la vitesse.
 
Le moteur. — Définition. — Vitesse angulaire et couple moteur. — Caractéristiques du moteur léger. — La turbine. — Vitesse de production et vitesse d’utilisation.— La traction tangentielle. — Essai d’application à la vapeur. — La fin du mouvement circulaire et le triomphe du mouvement linéaire aux grandes vitesses.
 
Définition. — Classification. — L’immense supériorité du combustible sur l’explosif. — L’essence de pétrole satisfait à toutes les exigences de l’aéropropulsion à grande vitesse.
 
Considérations qui mènent à l’idée de la propulsion par réaction directe. — Quelques approximations sur le rendement. — Dispositifs d’essais de laboratoire. — Procédés pouvant être envisagés pour l’application à l’aéropropulsion. — État actuel de la question.
 

Le canon à longue portée. — Sa limitation donnée par la considération de l’homothétie. — Le projectile à propulsion et à sustentation continues. — La torpille aérienne dirigeable.
 
Les différentes méthodes d’atterrissage. — Difficultés et dangers des méthodes à vitesse sensiblement nulle. — L’atterrissage tangentiel.
 
Le châssis de roulement est un moyen de fortune. — Son utilité pendant la période héroïque. — Son illogisme. — Ses dangers. — Là n’est pas la solution définitive de l’atterrissage.
 
XII. — Le parachute 
 61
Son utilité sur le sphérique. — Sa faillite sur l’avion. — Sa renaissance sur le Drachen. Son amélioration par la vitesse. — L’amortissement au sol.
 
Conditions que doit remplir un atterrissage sûr. — L’atterrissage tangentiel ne les remplit pas. — Principe de l’atterrissage incident. — Les objections.
 
 67
Le problème de l’amortissement des chutes. — Chocs, percussions, freinages. — Le choc n’est qu’un freinage intense. — Freinages usuels à percussion insensible. — On peut, sans danger, augmenter considérablement la valeur de la percussion. — Quelques exemples de fortes percussions supportées par l’organisme humain. — Possibilité d’application à l’aviation.
 

La séparation des masses suivant leur fragilité. — Trois séries de masses : le système propulseur, le corps de l’appareil, le personnel. — Procédés d’amortissement convenant à chaque série. — Dispositifs de transition. — Forme définitive vers laquelle doit tendre l’avion rapide.
 
Aller vite n’est intéressant que pour aller loin. — Conditions techniques et économiques d’utilisation. — Les lignes de transports aériens.