Page:Lorin - L'air et la vitesse, 1919.djvu/93

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
85
L'Air et la Vitesse

XVI
CE QUE POURRAIT ÊTRE L’EXPLOITATION COMMERCIALE D’UNE LIGNE DE TRANSPORTS AÉRIENS
Aller vite n’est intéressant que pour aller loin. — Conditions techniques et économiques d’utilisation. — Les lignes de transports aériens.

Et maintenant, jetons un coup d’œil audacieux sur une vue d’ensemble de ce que pourrait devenir l’Aviation.

Averti par l’expérience douloureuse, l’homme a changé sa méthode ; il a, de plus en plus, renoncé à voler comme l’oiseau ; de plus en plus il s’est imposé les restrictions nécessaires et, peu à peu, il a trouvé la formule sûre : aller vite et aller droit. Mais l’utilisation se trouve, de ce fait, restreinte, et il faut la dégager nettement.

Aller très vite n’est intéressant que pour aller très loin. Il y a, en matière de transports, une loi économique qui proportionne la vitesse de translation à la distance à franchir. Si un voyageur a 100 mètres à parcourir, économiquement, il ira à pied ; pour faire quelques kilomètres, il prendra une voiture, pour un grand nombre de kilomètres, le chemin de fer.

Pour que l’aviation commerciale soit florissante, il faut qu’elle soit économique, c’est-à-dire employée dans des conditions telles quelle soit au moins aussi avantageuse que les modes de transport concurrents ou, mieux en-