Ouvrir le menu principal

Livre:Joseph Rosny - Firmin ou le Jouet de la fortune, 1798, I.djvu

Joseph Rosny - Firmin ou le Jouet de la fortune, 1798, I.djvu
TitreFirmin ou le Jouet de la fortune Voir et modifier les données sur Wikidata
Sous-titreHistoire d’un jeune émigré
VolumeI
AuteurJoseph Rosny Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionPigoreau
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1798
BibliothèqueBibliothèque nationale de France
Fac-similésdjvu
AvancementTerminé
SériePremière partieDeuxième partie

Pages

TABLE
DES CHAPITRES

Contenus dans la première partie.

Chap. I. Je rends compte de ma première éducation. Je développe les plus heureuses dispositions. La fortune me choisit pour me faire servir de jouet à ses caprices.
page 5
Chap. II. Je deviens amoureux. Le désir de plaire me rend savant. Progrès de mon amour.
Chap. III. Je fais une conquête sans m’en douter. Sa jalousie pense me devenir funeste. Je me tire d’embarras en habile homme.
Chap. IV. Nouvelle faveur. Premier aveu de l’amour.
Chap. V. La jalousie m’aveugle et me rend criminel. J’obtiens mon pardon.
Chap. VI. Première disgrâce. Tout est découvert. Je suis forcé de fuir.
Chap. VII. Je me trouve engagé dans un comité révolutionnaire. On amène Sophie et son père. Je me dispose à les sauver.
Chap. VIII. Je paye d’impudence. Je sauve le comte. J’arrache sa fille des mains de Britannicus. Nous prenons la fuite ensemble.
Chap. IX. Monsieur de Stainville se laisse mourir en route. J’épouse sa fille. Nous arrivons à Liège. Une nouvelle disgrâce nous force d’en sortir.
Chap. X. Nous formons le beau projet de fuir les hommes, mais bientôt fatigués de notre genre d’existence, nous prenons le parti de rentrer en France.
Chap. XI. Pour faire fortune je m’avise de prendre le métier d’auteur.
Chap. XII. Me voilà aux prises avec les Libraires.
Chap. XIII. Je change de batterie. Je consacre mes talens au théâtre. Nouveaux désagrémens. Je suis forcé de confondre les procédés des comédiens avec ceux des Libraires.


Joseph Rosny - Firmin ou le Jouet de la fortune, 1798, I page 2.jpg
Ciel qu’allez-vous faire, s’écria Sophie en se précipitant entre nous deux ?