Ouvrir le menu principal

Livre:Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu

Ossip-Lourié - La Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle.djvu
TitreLa Psychologie des romanciers russes du XIXe siècle Voir et modifier les données sur Wikidata
AuteurOssip-Lourié Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionFélix Alcan
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1905
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages

001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446
Info icon 001.svg
Ce texte est dans le domaine public aux États-Unis, mais encore soumis aux droits d’auteur dans certains pays, notamment en Europe. Les téléchargements sont faits sous votre responsabilité.


INTRODUCTION
I. — Origines de la littérature russe. — Traditions mythologiques. — Chants et ballades épiques. — Bogatyris. — Cyrille et Méthode. — L’alphabet slave. — Les langues et dialectes slaves. — Introduction du christianisme. — Littérature religieuse. — Nestor. — Récit de la campagne d’Igor. — Domination tartare. — L’imprimerie. — La première école russe. — Le xvie siècle. — Ivan le Terrible. — Kourbsky. — Tchet-Mineï. — Influence petite-russienne, — Le premier roman russe : L’Histoire du gentilhomme Flora Scobéev. — Pierre le Grand. — L’alphabet civil. — L’Académie des sciences. — Lomonossov. — Première Université. — Catherine II. — Von Vizine. — Premier théâtre russe. — Un précurseur de Bakounine : Raditchev. — Karamzine. — Pouchkine. — Avant et après 1830. — Le Roman russe du xixe siècle est le tableau fidèle de la société russe de cette époque i
II. — Rôle de la psychologie critique. — Danger de tout dogmatisme. — Le moment et le milieu. — L’homme et l’œuvre. — But de cet ouvrage : étudier chaque romancier, individuellement, sous les différents aspects de sa personnalité, de son œuvre et des idées qui se dégagent de cette dernière xii
I
GOGOL
I. — Enfance. — Adolescence. — Au collège de Niéjine. — À Saint-Pétersbourg. — Débuts littéraires. — Gogol acteur. — Premier voyage. — Gogol employé dans le département des apanages. — Premiers succès littéraires : Soirées de Dikaneka. — Gogol professeur d’histoire à l’Université de Saint-Pétersbourg. — Première représentation du Revizor. — Voyages en Europe. — Jugement de Gogol sur les Français. — Rôle des voyages dans la vie de Gogol. — Publication des Âmes mortes. — Gogol brûle la seconde partie des Âmes mortes. — Le mysticisme de Gogol. — Visite de Tourgueniev. — L’état mental de Gogol. — La folie dans l’œuvre de Gogol : Mémoires d’un fou ; Le manteau ; Le portrait. — Gogol à Jérusalem. — Naissance et développement de la maladie de Gogol : Mania religiosa. — Mort 1
II. — L’œuvre de Gogol. — « Continuateur de Pierre le Grand ». — Taras Boulba. — Le Révizor. — Âmes mortes. — La dualité de Gogol. — Antinomies. — L’intuition artistique de Gogol le conduit inconsciemment à la morale sociale. — Gogol et son milieu. — Correspondance. — Confession d’auteur. — Rôle historique de Gogol. — Phénomène linguistique : Petit-Russien de naissance et d’esprit, Gogol crée la langue littéraire russe. — Gogol et la Petite-Russie. — Chevtchenko. — L’humour de Gogol. — Gogol a préparé la voie à ses successeurs : Tourgueniev, Dostoïevsky, Tolstoï, etc. 28
II
TOURGUÉNIEV
I. — Enfance. — Famille. — Origines de l’amour de Tourguéniev pour la nature. — Études. — Premier voyage à l’étranger. — Débuts littéraires. — Les idéalistes de 1840. — Nicolas Tourguéniev. — Tourguéniev attaché au ministère de l’Intérieur. — Publication des Récits d’un chasseur. — Tourgueniev et la libération des serfs. — Arrestation de Tourguéniev. — Les Viardot. — Tourguéniev et Ilerzen. — Tourguéniev en France. — Voyages en Russie. — Publication de Pères et enfants. — Tourguéniev, Flaubert, George Sand, Zola. — Maladie. — Mort. — Le cerveau de Tourguéniev, — Tourguéniev. Lavrov, les nihilistes et les panslavistes. 47
II. — L’œuvre de Tourgueniev. — Récits d’un chasseur. — Opinion de Biélinsky. — Le portrait d’Eremeï Loukitch. — Les Récits d’un chasseur et l’esclavage. — Analyse psychologique de Dirnitri Roudine. — Roudine et Don Quichotte. — Autres personnages du roman. — La race des Roudine. — La veille. — Insarov et Hélène. — L’égoïsme de Schoubine et l’idéalisme de Bersénev. — Pères et enfants. — Deux générations en face l’une de l’autre. — L’apparition du nihilisme. — Le matérialisme de Bazarov. — La psychologie de Bazarov. — Nove. — Le nihilisme à l’œuvre. — Nejdanov et Markelov. — Le peuple. — Pourquoi Tourgueniev fait échouer les nihilistes. — Forces sacrifiées. — Solomine. symbole d’énergie et de foi. — Le nihilisme et les sectes religieuses. — Sipiaguine et Kalomeïtsev. — Fumée. — Psychologie du caractère russe. — Le Français, l’Anglais, l’Allemand et le Russe. — Potouguine. — L’impartialité de Tourguéniev. — Les femmes dans les romans de Tourgueniev : Madame Koukchine. Anna Vassilievna, Madame Sipiaguine, Madame Oudintsov, Irène, Maria Nikolaïevna. — Femmes nihilistes : Hélène, Marianne, Machourina. — Jugement de Renan sur Tourguéniev. — Les personnages des romans de Tourguéniev ne sont pas essentiellement russes. — Le cosmopolitisme, le romantisme et l’idéoréalisme de Tourguéniev. — Objectivisme individualiste. — La forme littéraire. — Tourgueniev est l’un des rares romanciers russes sachant composer. — Le style. — Absence de grands caractères. — Bonté. — La psycho-pathologie dans l’œuvre de Tourguéniev. — Pessimisme apparent 71
III
GONTCHAROV
Trilogie : Histoire ordinaire. — Oblomov. — Abîme. — Gontcharov et Biélinsky. — L’art pour l’art est la base de l’œuvre de Gontcharov. — Tolstoï, Tourguéniev et Gontcharov. — Le gentilhomme russe. — Le chef-d’œuvre de Gontcharov. — La psychologie d’Oblomov. — Paralysie de l’intelligence et de la volonté. — Traits essentiels du caractère russe. — Indifférentisme de l’auteur. — Oblomov et Roudine. — Beautés de la langue et du style de Gonteharov 119
IV
DOSTOÏEVSKY
I. — Deux faits dominent la vie de Dostoïevsky : la misère et l’épilepsie. — Racine, Corneille, George Sand. — Pauvres gens. — Dostoïevsky et Biélinsky. — Arrestation de Dostoïevsky. — Lettres inédites de la forteresse. — Procès, condamnation à mort, simulacre d’exécution, commutation de peine. — Opinion de Dostoïevsky sur la peine de mort. — L’affaire Pétrachevsky. — La défense de Dostoïevsky. — Le fouriérisme. — Dostoïevsky en Sibérie. — Mœurs. — Les camarades. — Fustigation. — Influence du séjour au bagne sur Dostoïevsky. — Lettre inédite de Dostoïevsky à Alexandre II. — Dostoïevsky à Saint-Pétersbourg et à l’étranger. — La misère. — La roulette. — Réaction politique. — Le panslavisme. — Guerre turco-russe. — Discours sur Pouchkine. — Crises d’épilepsie. — Mort 129
II. — Les romans de Dostoïevsky. — Les deux chefs-d’œuvre : Souvenirs de la Maison des Morts et Crime et Châtiment. — La psychologie de Raskolnikov. — Son crime. — L’irresponsabilité individuelle devant la responsabilité sociale. — Le droit au crime. — Le mysticisme de Raskolnikov. — L’impulsion chez lui est plus puissante que la conception. — Raskolnikov et Zarathoustra de Nietzsche. — La division des hommes en « ordinaires » et « extraordinaires ». — La psycho-pathologie et l’anthropologie criminelle dans l’œuvre de Dostoïevsky. — Formes de névrose, d’épilepsie, d’obsession, de dégénérescence. — Krotkaïa. — L’Idiot. — Béssy. — Humiliés et offensés. — Frères Karamazov. — L’état mental de Dostoïevsky et les antinomies de son œuvre. — Journal d’un écrivain. — Bonté, mysticisme et patriotisme morbides. — Dostoïevsky ei Tolstoï. — L’œuvre de Dostoïevsky est géniale, mais l’auteur lui-même n’est pas un génie. — Qu’est-ce que le génie ? — Dostoïevsky voit clairement les éléments nécessaires à la construction de son œuvre sans apercevoir les causes qui font mouvoir son activité personnelle. — Le savoir et l’intelligence. — Puissance créatrice et intelligence naturelle. — Dostoïevsky est artiste, non par la forme extérieure qu’il dédaigne, mais par les idées qui se dégagent de ses romans, malgré lui. — Dostoïevsky et Rodin. — L’antagonisme de deux principes contradictoires : le Bien et le Mal 163
V
TOLSTOÏ
I. — Les trois étapes évolutives de la vie de Tolstoï : Jeunesse. Âge mûr. Vieillesse. — L’Université. — Rêveries et contradictions. — Première tentative de vie rustique. — Le Caucase. — Les Cosaques. — Jérochka et Marianna. — Débuts littéraires. — Guerre de Crimée. — Voyages. — Activité pédagogique. — Mariage et vie de famille. — Recherche de la foi. — Idée de suicide. — Nouvelle conception de l’existence. — Tolstoï se dégage des intérêts matériels. — Mme Tolstoï prend tout entre ses mains : elle administre les domaines et édite les œuvres de son mari. — Manière d’écrire de Tolstoï. — Il proclame la vanité et le mensonge de la vie et, entouré de soins jaloux, se laisse vivre, doucement, à Isnaïa-Poliana. — Excommunication. — Absence de symptômes pathologiques dans les doutes de Tolstoï. — Psychologie du doute. — Sa conversion n’est pas la solution définitive des problèmes que Tolstoï s’était posés. — « Revenir à la terre » n’est pas accessible à tout le monde. — Sénilité. — Mysticisme. — Antinomies entre la théorie de la vie et la vie même de Tolstoï. — Théorie de Tolstoï sur l’hérédité. — Le tolstoïsme est une méthode de critique sociale. 197
II. — L’œuvre de Tolstoï. — L’étude de sa philosophie proprement dite ne rentre pas dans le cadre de cet ouvrage. — Dostoïevsky, Tourguéniev et Tolstoï. — Division des romans de Tolstoï en deux cycles. — Guerre et Paix. — Le prince André. — Pierre Rezoukhov. — Flaubert. — La psychologie d’Anna Karénine. — Anna Karénine et Madame Rovary. — Anna Karénine, chef-d’œuvre de Tolstoï. — La Sonate à Kreutzer. — La psychologie de Pozdnichev. — La femme, la jalousie, l’adultère et la dégénérescence du mariage. — La vie sexuelle, les fraudes dans le mariage et le divorce. — Les enfants. — Tolstoï, Renan et Schopenhauer. — Résurrection. — Maslova et Nekhloudov. — Supériorité morale de Maslova. — À propos de la fin de Résurrection. — « Le remords du pêcheur n’est rien s’il n’y joint la réparation. » — La prison et les prisonniers. — Documentation. — Nihilistes. — Un tolstoïsant. — La formation psycho-sociale d’un révolutionnaire russe. — Femmes nihilistes. — Les paysans de Tolstoï : Deux vieillards. Histoire vraie. Le moujik Pakhom. — Puissance des Ténèbres. — La psychologie du moujik. — L’idée de la mort dans l’œuvre de Tolstoï. — La mort d’un soldat. — La mort du prince André. — La mort d’Ivan Ilitch. — La mort d’un cheval. — La vie raisonnable doit consister à vivre de façon que la mort ne puisse pas anéantir la vie. — Impression générale. — L’imagination. — Facilité merveilleuse d’évocation et absence de composition. — Aucune unité d’action. — Descriptions minutieuses. — Longueurs. — Détails. — L’œuvre de Tolstoï ressemble à un édifice architectural. — Langue. — Style. — Mots nouveaux. — Absence d’ironie. — Optimiste dans son œuvre abstraite, Tolstoï est pessimiste dans ses romans. — Analyse de cette antinomie psychologique apparente. — Le stoïcisme. — Dans son déisme comme dans son pessimisme, Tolstoï n’a pas dépassé Spinoza et Schopenhauer. — Critique des phénomènes sociaux. — Tolstoï appartient à la catégorie des beaux génies qui ont honoré l’humanité 238
VI
GARCHINE
Le peintre du désespoir. — Vie de Garchine. — L’attentat contre le général Loris Mélikov. — Mort prématurée. — La guerre turco-russe. — Quatre jours. — La psychologie de la guerre — Nikita. — L’officier Ventzel. — Nadéjda Nikolaïevna. — Alalia Princeps. — La fleur rouge. — Le symbolisme. — Garchine et Maupassant. 307
VII
TCHÉKHOV
Rien du grand art aux larges envolées. — Peintre d’une partie de la vie russe. — Personnages à peine différenciés : malades, neurasthéniques, fous, ratés, impuissants. — La salle n° 6. — La vie de province. — Stigmates de la dégénérescence mentale. — Paralysie de la volonté. — Amyosthgnie. — Hypertrophie du moi. — Pessimisme et fatalisme. — La misère morale des intellectuels ne diffère pas de celle des paysans. — Les moujiks. — La nature paraît à Tchékhov aussi malade que les hommes. — Le cercle d’observations de l’auteur est borné par les étroites limites de la petite existence de petites gens et de petites choses. — Absence de profondeur. — Objevtivisme et impersonnalisme excessifs. — L’homme dans un étui. — L’ensemble est plus intéressant que le détail. — La raison du succès de Tchékhov : son œuvre morne est la peinture exacte de l’état d’àme d’une grande partie des Russes pendant les vingt dernières années du xixe siècle. — La vie intellectuelle et sociale est bâillonnée. — Les maisons de fous et les prisons regorgent. — Tchékhov et Nadson 321
VIII
KOKOLENKO
I. — Romancier-poète qui n’élève aucune barrière entre l’art et la vie. — Enfance et jeunesse. — L’Institut technologique et l’Académie agronomique. — Korolenko correcteur d’imprimerie. — Bourse d’études. — Exil à Vologda. — Déportation en Sibérie. — « Vous êtes politiquement suspect ». — Refus de prêter serment à Alexandre III. — Débuts littéraires. — Rousskoïé-Bogalslvo. — Korolenko et l’Académie des Sciences de Saint-Pétersbourg. — Korolenko et les massacres de Kichinev 339
II. L’œuvre de Korolenko. — Peintures de la Petite-Russie et de la Sibérie. — L’évadé de Sakhaline. — Le forçat Bouran. — Vassily — L’idée de liberté dans Nuit de Pâques. — L’idée de justice dans Le rêve de Makar. — La psychologie du Musicien aveugle. — Objections au point de vue de l’évolution psycho-physiologique d’un aveugle. — L’aveugle et le sourd-muet. — L’audition colorée. — Impression musicale du Musicien aveugle. — Korolenko et Beethoven. — L’art de Korolenko 345
IX
DIVERS
PISSEMSKY. — HERZEN. — TCHERNICHEVSKY. — POMIALOVSKY. — RÉCHETNIKOV. — LÉVITOV. — OUSPENSKY. — SALTYKOV. — LESKOV. — BOBORIKINE. — ROMANCIÈRES 367
X
GORKI
I. — La famille de Gorki. — Gorki, apprenti cordonnier. — Chez les vagabonds. — Premières lectures. — Dans une boulangerie. — Konovalov. — Tentative de suicide. — Nouveau vagabondage. — Débuts littéraires. — Premières impressions. — Fécondité littéraire 381
II. — Romantisme réaliste de Gorki. — Langue. — Style. — Faculté d’évocation. — La nature dans l’œuvre de Gorki. — Introduction des vagabonds dans la littérature russe. — L’art des déchus. — La haine du marchand et du bourgeois. — Le fatalisme. — La Famille Orlov. — Nobles aspirations. — Les trois. — Ilia. — Qualités et défauts des ex-hommes de Gorki. — Alcoolisme. — Claustrophobie. — Dégénérescence. — Les stigmates sociologiques complètent les stigmates psycho-physiques. — Les sans-travail. — Le moujik et la terre. — Le paupérisme. — Victimes de l’état social. — Le vagabond, le petit bourgeois et la classe dirigeante. — Causes des tristesses de la vie russe. — Les mérites de Gorki. — Gorki est artiste et non écrivain révolutionnaire. — Sa tâche de romancier est terminée. — L’œuvre de Gorki est la fin logique du mouvement littéraire et social du xixe siècle en Russie 388
CONCLUSION
Il n’y a pas de traces dans le Roman russe d’un caractère discipliné et constant. — Par contre, les cas de pathologie de la volonté y abondent. — Causes. — Psychologie des classes. — Les dirigeants. — Le peuple. — Les libéraux. — Les partis avancés. — Enthousiasme et réaction. — Gaspillage d’intelligences et de volontés. — L’absence du rire dans le Roman russe. — Le rire, la liberté et la critique sociale. — Souffle nouveau. — Besoin universel de lumière, de liberté, de justice. — Nécessité d’une union de toutes les forces vives de la Russie. — Devoir de l’Europe. 419