Ouvrir le menu principal

Livre:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu

Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu
TitreToute la lyre
VolumeŒuvres complètes, 34
AuteurVictor Hugo Voir et modifier les données sur Wikidata
Maison d’éditionOllendorf
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1935
BibliothèqueUniversity of Toronto -> Internet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
Série

Roman : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 | Poésie : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 | Théâtre : 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 | En voyage : 1 - 2 | Histoire : 1 - 2 | Choses vues : 1 - 2 | Actes et Paroles : 1 - 2 - 3 | Philosophie : 1 - 2 | Correspondance : 1 - 2 - 3 - 4

Pages

- - - - - - 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417 418 419 420 421 422 423 424 425 426 427 428 429 430 431 432 433 434 435 436 437 438 439 440 441 442 443 444 445 446 447 448 449 450 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 461 462 463 464 465 466 467 468 469 470 471 472 473 474 475 476 477 478 479 480 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 491 492 493 494 495 496 497 498 499 500 501 502 503 504 505 506 507 508 509 510 511 512 513 514 515 516 517 518 519 520 521 522 523 524 525 526 527 528 TdM TdM TdM TdM TdM TdM 535 536 537 538 539 540 541 542


TABLE.


LES SEPT CORDES.

I. À Louis B il

II. AdmikEj enfant ! soui^ent aux marins de Messine 13

III. A UNE RELIGIEUSE I ^

IV A cette heure indécise où le jour va mourir 15

V. La France^ ô mes enfants, reine aux tours fleuronnees 16

VI. L’autre jour, ami cher, ami de ’vingt années 17

VIL "Vous êtes bien des fois z>enus dans ma demeure 19

VIII. À Ol 20

IX. UÉnus rit toute nue au-dessus de mon lit 2 1

X. A cette heure de nuit où L’HOMME ’VAGUE ET TROUBLE 2 2

XI. Le couchant flamboyait À trai^ers les bruines 23

XII. UiRGILEj en ce beau mois, JE SENS MOINS LES DOULEURS 25

XIII. Le bien germe parfois dans les ronces du mal 26

XIV. Mon Ame était en deuil,- c’était l’heure de l’ombre 28

XV. Je travaille 29

XVI. Tu ME DIS : Finis donc ton LitmE des Misères 31

XVII. ^Quand je marche A mon but auguste 32

XVIII. TOI sut m’as maudit dans tes souffrances sombres 33

XIX. A UN ENFANT 34

XX. Je MARCHAIS ; j’entendais, comme tombait la nuit 39

XXI. J’ai mené parfois dure vie 40

XXII. A DEUX ENNEMIS AMIS 43

XXIII. D. G. D. G 46

XXIV. Un soir 52

XXV. Lettre de l’exile arrivant dans le désert j 3

XXVI. Ô DOUX ÊTRES ! ma JOIE ET MON AMOUR SACRÉ ! 5 5

XXVII. A l’heure où LE SOLEIL SB COUCHE 56

XXVIII. J’aspire A m’ enfouir sous les arbres. Je suis 58

XXIX. A Jeanne 59

XXX. Si dans CE GRAND PaRJS, ô CHARMANTE INFIRMIERE 6o POESIE. — XIII.

53o TABLE.

XXXI. Calomnié 6i

  • XXXII. Souffrez, ô précurseurs ! 6z

XXXIII. L'aquilon change, et met la povpe où fut la proue 63
XXXIV. Ave, Deaj mohiturus te salutat 64
XXXV. Envoi 65

XXXVI. Pygmée et MyrmidoNj c'est haine et calomnie 66
XXXVII. Je la revois j aprÀs 'vingt ans, l'Île où Décembre 68
XXXVIII. Je ne m'arrête pas, jamais je ne séjourne 70
XXXIX. Je vais dans la fureur du gouffre, dans l'Écume 71
XL. Un vieillard est souvent puni de sa vieillesse 73
XLI. A Madame d'A.-Sh 74

XLII. Z^OUS (2UIj VAINQUEURS, AVEZ MIS, DEPUIS VINGT-CINQ_^ANS 77
XLIII. Tu NOUS REGARDES, NUIT, GRANDE PASSANTE NOIRE 78
XLIV. Ah! vous faites du froid devoir votre bonheur! 80
XLV. La HAUTE honnêteté, c'est la toute ma gloire 81
XLVI. L'enfant est très petit et l'aïeul est très vieux 82
XL VII. Je suis enragé. J'aime et je suis un vieux fou 83
XLVIII. Échappé À l'erreur 84

XLIX. Apres l'hiver 86

L. ^Qi/eS-TU, PELERIN ? Je ME NOMME 87
LI. Le VIEILLARD chaque JOUR DANS PLUS d' OMBRE s'ÉVEILLE 88
LII. Tu RENTRERAS COMME UoLTAIRE 89
VI

I. LoRSQU,E MA MAIN FRÉMIT SI LA TIENNE l' EFFLEURE 93
II. Oh ! SI vous existez, mon ange, mon génie 9 j
III. ZJois-TU, mon ange, il faut accepter nos douleurs 96

  • IV. Ce qu'en vous voyant si belle 97

V. Uous m'avez Éprouvé par toutes les éprewes 98
VI. Sais-tu ce que Dieu dit À l'enfant qui va naître ? 99
VIL Certe, elle n'Était pas femme et charmante en vain lOO
VIII. Roman en trois sonnets i o I

  • IX. Chanson. {Il suffit de bien peu de chose. ..) 103

X. Hermina 1 04

  • XL OhI LA femme et l'amour ! inventions maudites ! l O J

XII. J'ÉTAIS LE SONGEUR QUf. PENSE IO7

  • XIII. L'amour vient en lisant 109

XIV. Elle vint que j 'étais en train de lire HoMkRE iil

  • XV. UoUS NE LA FUYEZ PAS, OISEAUX, PETITS FAROUCHES 112

XVI. Commencement d'une illusion 113

  • XVIL Trumeau 115



TABLE.
XVIII. Toute la vie d'un cœur. :
. Adolescence
. Printemps. Mai le de'crète et c'eJf officiel
. Puisque le gai printemps revient danser et rire
 83 j. Promenade
 840. Je ne laisserai pas se faner les pervenches
. •^* '^"^ ** homme ayant un projet sous les deux. . . .

  • XIX. L'amouk n'est plus l'anti^e et menteur Cupido

XX. Or. nous cueillions e!<semble la pervenche

  • XXI. Il Était une fois un caporal cipaye

XXII. Un coup de tjent passa^ souffle leste et charmant . . .
XXIII. Quinze-vingt
XXIV. J'ai toujours redouté d'aborder une femme
XXV. J^U^EST-CE £UE CETTE ANNÉe EMPORTE SUR SON AILE?
XXVI. Dans un vieux cloître

  • XXVII. J'avais dans ma mansarde un buste de Platon

XXVIII. Virgile dans l'ombre

  • XXIX. Ouij JE suis le regard et vous êtes l'Étoile

XXX. N'est-ce pas, mon amour, j^ue la nuit est bien lente

  • XXXI. Je ne -viens pas vous voir le jour; voici pourquoi . . . .

XXXII. L'heure sonne. Un jour va naître

  • XXXIII. A DEUX soeurs

XXXIV. Un jour qu'elle m'avait dit : Donnez-moi vos yeux. .

  • XXXV. NiVEA NON FRIGIDA

XXXVI. À Madame la princesse Sophie Galitzine

  • XXXVII. À Madame J. .

XXXVIII. Je ne sais pas pourquoi les femmes

  • XXXIX. Pendant qu'elle dort

XL. La foret
XLI. Chanson. {Le prince de Joinville, ..)
XLII. J'Étais un lycéen honnête

  • XLIII. FURENS FmMINA

XLIV. Cela la désennuie,- elle vit toute seule
XLV. Chanson de celle qui n'a pas parle
XL VI. TOI d'où ME VIENT MA PENSÉe

  • XL VII. Danse en rond

XL VIII. Oh ! DiSj te souviens-tu de cet heureux dimanche ?. . .
XLIX. Garde A jamais dans ta mémoire
L. Ah ça mais ! quelle idée as-tu, capricieuse
LI. A UNE immortelle
LU. Horace, et toi, vieux La Fontaine

  • LUI. Chanson. (Bon empereur, vous Êtes maître...)

LIV. A FORCE DE RÊVER ET DE VOIR DANS LA PLAINE

  • LV. Les péripéties de l'idylle

532
TABLE.
LVI. Je pressais ton bras qjii tremble i
LVII. Au BAL I
LVIII. Nous etionSj elle et moIj dans cet avril charmant i
LIX. Aujourd'hui Galatée aux lascives Épaules i

  • LX. Danger d'aller dans les bois i

LXI. Tous DEUX EST-CE A TiBUR? EST-CE A UiLLE-d'AvRAY ? I
LXII. L'outrage peut être aussi dans la caresse i
LXIII. LiA BELLE s'appelait MADEMOISELLE AmABLE I
 
80
81
82
 
85
 
 
LXIV. (^UAND DEUX C<&URS EN s' AIMANT ONT DOUCEMENT VIEILLI I93
VII
I. La blanche Aminte 197
II. Le prince FAINEANT 1 99
III. Ce QUE Gemma pense d'Emma 202
IV. Vase de Chine 205
V. Mauvaises langues 2 06
VI. Danseuse, écoute-moi. Le Dieu du firmament 208
VII. Le porche de Saint-Luc 209

  • VIII. Chanson. {L'hiver gronde et fait cent ^erelles.) 210

IX. Oui, fÔt-on Homère, il faut rire 212
X. En Afrique 213
XI. Quiconque est amoureux est esclave et s'abdique 214
XII. A L AGE DES bergeries 2l6

  • XIII. Bruit de guitare 218

XIV. La lune 219
XV. Le mardis de Bade a deux cornes 220
XVI. UeUX-TU 'VIVRE, ÊTRE ADMIrÉ 222
XVII. Chaqjje smcLE a le sien 223
XVIII. Il avait le front bas, le rire d'un pirate 224
XIX. Messeigneurs , NOUS aurons pour lustre la Grande Ourse 225
XX. Fils, je 'veux dans ce conte, oh vont 'venir les fÉes 226
XXI. Quai de la ferraille 227
XXII. Comédies non jouables qui se jouent sans cesse :
i. La marquise Antoinette 230
Idylle 234
Idylle (Cocarde et Louchon) 236
Au Luxembourg 237
Le mendiant 2 40
EUe, c'eit le printemps j pluie et soleil; je l'aime 241
Idylle de la rue N.-D. de Lorette 244
viii. Uois-je point la dans l'ombre un homme titubant? 244
IX. Susurrant voces 246
II.
III.
IV.
V.
VI.
VII.

TABLE. 533
XXII. Comédies non jouables qui se jouent sans cesse (Suite) :

  • X. On prétend, Silvio, que toujours je uoiis aime 248

XI. Je te jure un amour étemel 249
XII. Entre le zist et le zest 250
XXIII. Chansons :
I. J'adore Suiett; 254
II. // était une fois ^5^

  • III. Je suis Jean qui guette 257

IV. L'oiseau passe 2 60
V. Cancion 261

  • VI. Chanson de Maglia 261

VII. Chanson en canot 262
VIII. La chanson du spectre 2 64
IX. Margot 2 66
X. Kien n 'eff comme il devrait étr; 267

  • XI. Tourne-toi vers celle qui t'aime 270

XII. Chanson de bord 271
XIII. Dans la forêt 272
XIV. Ronde pour les enfants 273

  • XV. Jean , Jeanne , Jeannot 274

XVI. Le chant du vieux berger 275
XVII. Chant des songes 278
XVIII. Hacquoil le marin 280
UienSj ô toi que j 'adore 281
Mai dans les bois recHe 283
XX. Chant du bol de punch 2 84

  • XXI. Sérénade 286

XXII. Le château de l'Arbrelles 2 86

  • XXIII. L^ joli page imberbe 288

XXIV. Chansons de Gavroche :
I JLï» tan plan ! 289

  • II. ^uand Dalila, Paméla 290

III. I^a bourgeoisie elt un "veau 291
LA CORDE D'AIRAIN.
À LA France de 1872 295
I. Apres Sedan 301
II. A DES REGIMENTS DECOURAGES 3O3
III. Destruction de la colonne 305
IV. L.4 GRANDE RÉpUBL/^UE A DES GKIFFES FATALES 308
V. Apres l'Écroulement de l'homme 309
VI. L'orgie des meurtres 3^^

534 ^ TABLE.
vu. Oui, l'on a sauvé l'okdke et l'état, et je crois 314
■VIII. En Belgi^e — {et peut-ètke, hÉlas ! ailleurs encor!) 316
IX. A UN ROI DE TROISIEME ORDRE 318
X. Alsace et Lorraine 321
XL La LIBERATION DU TERRITOIRE 327
Xn. Le uonceau songeait,' il Était tout petit 335
XIII. ROYAUTÉ! TAS p'oMBRE ! AMAS p'hORREUR, d' EFFROI 337
XIV. „^£P^ DONC ! AVOIR POUR BUT CETTE lÂCHETÉ, PLAIRE ! 338
XV. Un grand sabre serait d'utilité publique 340
XVI. Aux HISTORIENS 343
XVII. Victoires et conquêtes de la religion 349
XVIII. NOMBRE FEMME, UN JOUR 35I
XIX. La question sociale 352
XX. Crois-tu donc qu'on sera César sans l'expier ? 3^4
XXI. Jeunes hommes éclos sous l'empire rapace 355
XXII. Rentrée dans la solitude 358
XXIII. PRINCES insensés ! QUOI ! NE TREMBLENT-ILS PAS 360
XXIV. Le POETE prend la parole 362
XXV. Grandes oreilles 363
 
XXVI. A DE CERTAINS MOMENTS, LHOMME JUSTE EST RISIBLE 364
XXVII. A vous tous 367
NOTES DE CETTE EDITION,
Les manuscrits de Toute la Lyre 373
I. Notes explicatives 373
II. Variantes et vers inédits 406
Notes de l'Editeur 479
I. Historique 479
IL Revue de la Critique 486
III. Notice bibliographique 503
IV. Notice iconographique 5 04
Illustration des Œuvres. — Reproductions et documents 505
Couverture de l'édition originale de Toute la Lyre (Dernière série). —
Hermina.
Fac-similés des manuscrits : toi qui m'as maudit dans tes soufrâmes
sombres... — Envoi. — Oh! si vous existe^, mon ange, mon génie...
- — ■ Ce qu'en vous voyant si belle. — Pendant qu'elle dort. — Danger
d'aller dans les bois. — Le Prince fainéant. — Le Château de l'A.rbreUes.
— A. la France de iSyz.