Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/128

Cette page n’a pas encore été corrigée


XIX L'amour n'est plus


L'amour n'est plus l'antique et menteur Cupido,
L'enfant débile et nu qu'aveuglait un bandeau.;
C'est un fier cavalier, la visière baissée,
Qui brise et foule aux pieds la Haine terrassée;

C'est le vainqueur armé du sort sombre et jaloux.
Madame, il est puissant quand il combat pour vous,
Au-dessus de son front quand il vous voit sans voiles
Planer, belle âme ailée, au milieu des étoiles,

O rayonnant esprit! rayonnante beauté!
Il est fort; il abat, d'un bras plus irrité,
L'envie, impur démon qui jusqu'à vous se traîne;

Il triomphe; et, rempli d'une fierté sereine,
Tour à tour il regarde, avec un oeil joyeux,
Le monstre sous ses pieds, et l'ange dans les cieux.

29 décembre 1843.

XX Or nous cueillions ensemble