Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome11.djvu/578

Cette page a été validée par deux contributeurs.

Chap. XLII. — Conquête de l’Angleterre par Guillaume, duc de Normandie, 364. — Edouard le Saint, ou le Confesseur, 365. — Écrouelles, ibid. — Guillaume le Bâtard, 366. — Nul droit de succession alors, ibid. — Bataille de Hastings, 367. — Chanson de Roland, ibid. — Véritable idée des conquêtes, 368. — Gouvernement de Guillaume le Bâtard, ibid. — Ridicule tyrannie imputée à Guillaume, 369. — Grégoire VII veut l’hommage de l’Angleterre, ibid.

Chap. XLIII. — De l’état de l’Europe aux xe et xie siècles, 370. — Le nord de l’Europe commence à être chrétien, ibid. — Venise et Gênes, 372. — Commencements de Venise, ibid. — Premier doge, ibid. — Héraclée, capitale de l’État vénitien, 373.

Chap. XLIV. — De l’Espagne et des mahométans de ce royaume, jusqu’au commencement du xiie siècle, 373. — Politesse des Maures en Espagne, 374. — Mariages des mahométans avec des chrétiennes, ibid. — Le Cid, 375. — Alfonse, roi d’Espagne, épouse une mahométane. Usage commun, 377. — Le Cid, 378.

Chap. XLV. — De la religion et de la superstition aux xe et xie siècles, 379. — Hérétiques brûlés vifs sous le roi Robert, et en sa présence, 380. — Origine des communions de l’Europe séparées de Rome, ibid. — Bel exemple de tolérance mal imité, ibid. — Eucharistie ; ignorance et disputes, ibid. — Ratram ne croit pas la présence réelle, 381. — Bérenger enseigne publiquement que Dieu n’est pas dans le pain consacré, 382. — Réfutation de Bérenger, 383. — Purgatoire, fête des morts, 384. — Épreuves ; fables, 385. — Petrus igneus, 386. — Combat pour le missel, ibid. — La fête des fous, 387.

Chap. XLVI. — De l’Empire, de l’Italie, de l’empereur Henri IV, et de Grégoire VII. De Rome et de l’Empire dans le xie siècle. De la donation de la comtesse Mathilde. De la fin malheureuse de l’empereur Henri IV et du pape Grégoire VII, 387. — Quel était Grégoire VII, 389. — Le pape ose citer devant lui l’empereur Henri IV, ibid. — Hardiesse de Grégoire VII, ibid. — Grégoire VII en prison, 391. — Il dépose l’empereur, ibid. — Henri IV persécuté, 392. — Il demande pardon au pape à genoux, ibid. — L’Italie prend parti contre le pape, 393. — Grégoire donne l’empire, ibid. — Henri donne la papauté, 394. — Grégoire accusé de magie, ibid. — Prétentions absurdes de Grégoire VII, ibid. — Grande et vraie donation au siége de Rome, 395. — Rome prise par Henri IV, ibid. — Fond de la querelle entre l’empire et le sacerdoce, 397. — Mort affreuse de l’empereur Henri IV, ibid. — Privé de sépulture, 398. — Réflexion trop vraie, ibid.

Chap. XLVII. — De l’empereur Henri V, et de Rome jusqu’à Frédéric Ier, 398. — Henri V ayant condamné son père, l’imite, ibid. — Henri V cède enfin au pape, 399. — Élection des papes, source des guerres civiles, 400. — Amour de la liberté, c’est-à-dire des lois, en Italie, ibid. — Portrait des Romains par saint Bernard, 401.

Chap. XLVIII. — De Frédéric Barberousse. Cérémonies du couronnement des empereurs et des papes. Suite des guerres de la liberté italique contre la puissance allemande. Belle conduite du pape Alexandre III, vainqueur de l’empereur par la politique, et bienfaiteur du genre humain, 402. — Serments réciproques des empereurs et des papes de ne se point faire assassiner, 403. — Cérémonies singulières, ibid. — Empire, bénéfice à la collation du pape, 404. — Papes donnent des couronnes et n’en ont point, ibid. — Adrien IV fait les rois de Sicile papes chez eux, ibid. — Il donne l’Irlande, 405. — Grandes actions de Barberousse, ibid. — Schisme à Rome, ibid. — Pape habile triomphe de Barberousse, guerrier, 406.