Essais sur le génie de Pindare


TABLE DES MATIÈRES.

PREMIÈRE PARTIE.

Pages.
Caractère général du génie de Pindare. — Quel type moderne peut en donner l’idée. — Ses analogies avec la sublimité oratoire de Bossuet 
 1


Quelques traditions sur Pindare 
 35


Essence de la poésie lyrique. — En quoi naturelle à l’homme. — Son caractère oriental. — Conjectures diverses sur les rencontres et les imitations du génie humain. — L’ode hébraïque 
 44


Du lyrisme grec avant Pindare. — Des hymnes d’Homère. — De la poésie lyrique dans l’Iliade. — Archiloque ; quelques débris de son génie 
 81


Des traditions orphiques. — De la poésie venue d’Asie, même à Sparte : Alcman. — Arion de Méthymne 
 97


L’ode politique et guerrière : Alcée. — La poésie passionnée, dans la mythologie et dans l’amour : Sapho. — Perfection de l’art grec 
 111


Poésie lyrique sous forme élégiaque. — Chants politiques de Solon. — Chants guerriers de Callinos et de Tyrtée. — Stésichore 
 131


Hymnes philosophiques. — Xénophane. — Parménide. — Empédocle. — École pythagoricienne 
 148


Chants populaires de l’ancienne Grèce. — Anacréon. — Simonide 
 168


Eschyle contemporain de Pindare. — Affinités des deux poëtes ; rapprochements et différences. — Grandeur et variété du lyrisme d’Eschyle 
 179


Conjectures et détails sur la Trilogie de Prométhée. — Lyrisme dramatique et merveilleux d’Eschyle. — Du rapport de ses chœurs à ceux de Sophocle et d’Euripide. — De l’ode dans la comédie grecque 
 209


Déclin de l’imagination poétique sous l’empire d’Alexandre. — Grandeur qui reste encore à l’esprit grec. — Lyrisme philosophique. — Hymne d’Aristote. — École stoïque. — Hymne religieux de Cléanthe. — Soumission et abaissement d’Athènes. — Les deux Démétrius. — Apothéose du second 
 244


Diffusion et abaissement des arts grecs par la conquête macédonienne. — Règne des Ptolémées. — Littérature artificielle. Callimaque. — Hymne du faux Orphée. — Vraie renaissance poétique. Théocrite 
 258


De la poésie lyrique chez les Latins. — Premiers chants religieux et domestiques dans Rome. — Imitations de la Grèce. — Chœurs et effets lyriques du théâtre romain 
 296


Autres essais de poésie lyrique à Rome, en dehors de la scène, mais toujours à l’exemple des Grecs. — Art savant de Catulle. — Lucrèce. Grande poésie avant le règne d’Auguste 
 318


Horace poëte lyrique. — Son art imitateur et original. — Son étude des plus anciens Grecs et son esprit nouveau. — Grandeur des sujets. Timidité des sentiments. — Perfection du style et du goût ; inspiration rare, hors celle du plaisir. — Charme puissant et longue durée de cette poésie 
 345


Derniers chants du polythéisme romain. — Pervigilium Veneris. — Sénèque. — Stace 
 366


----


DEUXIÈME PARTIE.

Ère nouvelle. — Ses commencements au milieu de l’ancien monde. — Poésie des liturgies chrétiennes. — Lyrisme populaire et lyrisme savant 
 377


Lyrisme latin sous l’inspiration chrétienne. — Prudence. — Saint Paulin, évêque de Nole 
 433


Le Dante, poëte lyrique 
 445


Lyrisme italien. — Pétrarque, Médicis, Politien. — Veine lyrique dans le génie espagnol. — Herréra, Luis de Léon, Rioja, sainte Thérèse. — Érudition et réveil poétique de la France. — Faux lyrisme de Ronsard. — Quelques heureux préludes de grâce et d’harmonie 
 473


Poésie lyrique dans le Nord ; omissions forcées. — Vue de la poésie septentrionale sous le type britannique. — Chants originaux ; essais artificiels. — Marlowe, Shirley, Milton, Cowley. — Poésie savante de Gray 
 512


Déclin de la poésie française dans le dix-huitième siècle. — Contre-coup de la Révolution sur les imaginations françaises et étrangères. — Lebrun. — André Chénier. — Coleridge. — Génie anglais dans l’Inde. — L’évêque de Calcutta 
 535


Nouveau réveil poétique de l’Europe méridionale. — L’Italie : ses deux derniers lyriques. — La poésie lyrique en France au dix-neuvième siècle. — La poésie espagnole au Mexique et en Espagne 
 563


Avenir de la poésie lyrique 
 595




fin de la table des matières