Livre:Blanc - Histoire de la révolution française, 1878, tome 1.djvu

Blanc - Histoire de la révolution française, 1878, tome 1.djvu
TitreHistoire de la Révolution française
Volume1
AuteurLouis Blanc Voir l'entité sur Wikidata
Maison d’éditionA. Lacroix
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1878
Publication originale1847
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger
SérieTome 1 - Tome 2 - Tome 3 - Tome 4 - Tome 5 - Tome 6 - Tome 7 - Tome 8 - Tome 9 - Tome 10 - Tome 11 - Tome 12 - Tome 13 - Tome 14 - Tome 15

Pages

TABLE DES MATIÈRES.

----



LIVRE PREMIER.

PROTESTANTISME.
l’individualisme est inauguré dans le monde chrétien 
 11

CHAPITRE PREMIER.

JEAN HUSS.
Spectacle donné à l’Europe par le concile de Constance : l’autorité d’une part, la fraternité de l’autre. — Sens révolutionnaire des hérésies. — L’égalité du laïque et du prêtre demandée avant toute autre : pourquoi ? — Supplice de Jean Huss ; grandeur de sa cause. — Au nom de la fraternité, les Hussites de Bohême se lèvent, combattent, succombent, comme plus tard les Jacobins de France. — Les temps de la fraternité n’étaient pas encore venus ; la scène appartenait à l’individualisme 
 11

CHAPITRE II.

LUTHER.
La révolution au xvie siècle : elle est enveloppée dans la religion parce que l’État est alors enveloppé dans l’Église. — Luther, tribun mystique. — Il veut le chrétien libre mais l’homme esclave ; il pousse aux révoltes de la conscience et condamne celles de la misère. — Tout un côté de l’humanité reste en dehors du soulèvement de Luther. — Luther devant Charles-Quint. — Au nom de la fraternité, les Anabaptistes se lèvent comme les Hussites, et comme eux ils succombent : Luther applaudit. — Progrès de la réformation. — Par quelles conséquences imprévues elle donne essor à l’industrie moderne. — L’individualisme est inauguré 
 24

CHAPITRE III.

L’INDIVIDUALISME DANS LA RELIGION.
CALVIN.
Calvin, législateur de l’esprit de révolte. — Il divise le monde en élus et réprouvés : sens contre-révolutionnaire de cette doctrine. — Le calvinisme, nouveau genre d’oppression, ne convenait qu’à une féodalité militaire. — Voilà pourquoi il entre en France par la noblesse et cherche à s’y établir par l’épée. — Il y succombe avec la féodalité en armes, dans ce qu’il avait de farouche et de religieux. — L’individualisme passe donc, en se transformant, des champs de bataille dans les livres, de la théologie dans la politique, du camp de la noblesse guerrière dans le domaine de la bourgeoisie pacifique et industrielle 
 52

CHAPITRE IV.

L’INDIVIDUALISME DANS LA POLITIQUE.
PUBLICISTES PROTESTANTS.
Élaboration, par les publicistes français et protestants du xn" siècle, des doctrines d’où sortira la révolution bourgeoise de 89. — Le côié incomplet de ces doctrines, c’est l’individualisme. — leur beau côté, la tolérance. — Appel de la Boëtie au principe de fraternité 
 72

CHAPITRE V.

L’INDIVIDUALISME DANS LA PHILOSOPHIE.
MONTAIGNE.
Montaigne veut qu’on vive pour soi. — Il cherche à établir l’impossibilité de toute règle sociale. Il s’étudie à prouver que le commerce des hommes n’est qu’une guerre affreuse et éternelle. — Il montre la folie de toutes les institutions sociales. — Il prétend que l’homme n’est pas plus fait pour la vie sociale que les animaux. — Épopée de l’individualisme 
 83

CHAPITRE VI.

LUTTE DE L’INDIVIDUALISME CONTRE L’AUTORITÉ.
LE PARTI DES POLITIQUES ET LA LIGUE.
Le parti des Politiques se forme en France ; c’est la bourgeoisie qui monte en scène, appuyée sur le principe d’individualisme. — La Ligue combat pour le principe d’autorité. — Singulière alliance du prêtre et de l’homme du peuple dans la Ligue. — Quand cette alliance se dissout et que le prêtre reste seul, la Ligue est vaincue. — Triomphe du parti des politiques. — Henri IV, leur chef, fait monter avec lui sur le trône l’individualisme et la tolérance. — Le principe nouveau se fait tolérer, en attendant que la philosophie du xviiie siècle le proclame sous tous ses aspects, et qu’en 1789 la bourgeoisie, devenue dominante, lui donne l’empire en l’adoptant. 
 94


LIVRE DEUXIÈME.

BOURGEOISIE.
PROGRÈS DE LA CLASSE DONT L’INDIVIDUALISME DEVAIT FONDER L’EMPIRE. 
 106

CHAPITRE PREMIER.

LES COMMUNES.
Bourgeois et manants. — La féodalité d’autrefois : ce qui faisait son éclat et sa force. — Les communes n’ont été que l’organisation militaire de la bourgeoisie. — La féodalité vaincue par les communes plutôt que par les rois 
 108

CHAPITRE II.

LES ÉTATS GÉNÉRAUX.
La bourgeoisie dans les états généraux. — Le peuple appelé mais exclu. — Ce que les états généraux firent ; ce qu’ils représentaient. — Histoire de Marcel. — La Jacquerie. — Les états généraux assurent le futur triomphe de la bourgeoisie sur la royauté 
 130

CHAPITRE III.

POLITIQUE DE RICHELIEU.
Par quels terribles coups Richelieu délivre la bourgeoisie de l’anarchique tyrannie des grands seigneurs. — À qui devait profiter la création des intendances. — Comment Richelieu prépare, pour le compte de la bourgeoisie, le gouvernement de l’intelligence et la ruine du pouvoir absolu 
 152

CHAPITRE IV.

LA FRONDE ET LE JANSÉNISME.
Le parlement. — Délibérations de la chambre de Saint-Louis : révolution bourgeoise avortée. — Le parlement arrive à l’omnipotence et s’en effraye. — La Fronde du parlement vaincue par elle-même. — Inanité de la Fronde des princes. — Naissance du jansénisme ; son importance historique dans l’histoire de la haute bourgeoisie. — Vie de Port-Royal. — Caractère politique et révolutionnaire des Provinciales. — Le jansénisme, c’était le parlement dans l’Église 
 166

CHAPITRE V.

ADMINISTRATION DE COLBERT.
Colbert, tuteur et instituteur de la bourgeoisie, — Nécessité de sa mission et sagesse de ses règlements. — Activité qu’il imprime à la nation. — La France au nombre des peuples producteurs. — Comment il convient de juger le système protecteur adopté par Colbert ; la question du libre échange insoluble dans toute autre doctrine que celle de la fraternité. — Ingratitude des reproches adressés à la mémoire de Colbert par l’école du laissez-faire. — À mesure que la bourgeoisie s’élève, la royauté décline. 
 195

CHAPITRE VI.

MONARCHIE DE LOUIS XIV.
Comment Louis XIV mit la royauté sous la dépendance de la bourgeoisie. — Louis XIV, en rendant le travail hostile à la religion, mine la puissance du clergé. — Louis XIV, véritable destructeur de la monarchie absolue en France : portée révolutionnaire de la déclaration de 1682. — La bulle Unigenitus, son origine, son introduction en France, ses suites. — Résultats du gouvernement personnel de Louis XIV contraires à son but 
 211

CHAPITRE VII.

RÉGENCE. — SYSTÈME DE LAW.
Destinées parallèles de la maison d’Orléans et de la bourgeoisie. — Philippe d’Orléans obtient la régence ; ce qu’il fait pour la bourgeoisie. — Arrivée de Law à la cour du Régent. — Law médite non-seulement une révolution financière, mais la plus vaste et la plus profonde révolution sociale qui ait jamais été tentée. — Conception de Law ; grandeur et beauté de cette conception. — En quoi consista la véritable erreur de Law. — Établissement du système ; ses développements successifs. — Causes qui le pervertissent. — Saturnales financières. — La noblesse et l’agiotage. — Le système aide au triomphe de la bourgeoisie. — Politique extérieure de la Régence en contradiction avec sa politique intérieure. — Les Anglais se servent de Dubois pour perdre Law ; leur but en cela. — Chute du système. — Law calomnié. — Abaissement et affaiblissement de tout ce qui n’était pas la bourgeoisie. — Souffrances du peuple 
 230


Développements Historiques. Guerre des Paysans. 
 301


FIN DE LA TABLE DU PREMIER VOLUME.