Page:Le Tour du monde - 06.djvu/425

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


De Munich à Ratisbonne. — Landshut. — Les hauteurs d’Altdorf. — La grande plaine bavaroise. — De Kelh à Munich, trois régions distinctes et trois États. — Abensberg et Eckmühl. 
 203
À Ratisbonne. — Une ville au clair de la lune. — Ratisbonne est une nécessité géographique. — Le canal Louis. — La navigation du Danube. 
 206


 


Pérou. — Première étape : D’Islay à Arequipa. — Les joies du carnaval. — Un capital de huit cent mille francs représenté par des coquilles. — Variantes du mardi gras. — Memento homo quia pulivis es. — Où l’auteur se rappelle fort à propos qu’il a peu de temps à lui et beaucoup de chemin à faire. 
 242
Deuxième étape : D’Arequipa à Lampa. — La Pampilla et les charbonniers. — La poste d’Apo. — Ce qu’on découvre et ce qu’on éprouve en y arrivant. — El soroche. — Causerie à bras rompus. — Huallata. — Une tempête à quinze mille pieds au-dessus de la mer. — L’hospitalité du sépulcre. — Coup d’œil rétrospectif sur la nation Aymara. — Le lac d’or et le lac d’argent. — Élégie au sujet d’un coq. — Une nuit passée à Compuerta. — Paysages et choses diverses. 
 246
Cabana et Cabanilla. — Un prêtre selon l’Évangile. — Qui traite d’un colibri géant et de renoncules naines. — Aspect de Lampa à la nuit tombante. — Un négociant en rouenneries. — Manière d’honorer les saints. — De la fraise du Chili et de son emploi comme stimulant bachique. — Un lendemain de fête. 
 257
Deuxième étape : D’Arequipa à Lampa.. — L’auteur poursuit sa route en dissertant sur le passé et le présent de la province de Lampa. 
 273
Troisième étape : De Lampa à Acopia. — La plaine de Lialli. — Qui traite du moyen d’attendrir le cœur des Indiennes et de se procurer à déjeuner. — Histoire émouvante d’une belle-mère et d’une bru. — Manibus date lilia plenis. — Le courrier royal. — Qu’au Pérou si les jours se suivent et ne se ressemblent pas, les villages qui se succèdent se ressemblent. — Apachecta. — Pucara, son étymologie et sa foire. — Un médecin. — Où les bonnes femmes trouveront une nouvelle recette du baume de fier-à-bras. — Essai dithyrambique sur les ruisseaux. — Adieux bachiques. — Le curé Miranda. — Une églogue accompagnée de coups de fronde. — Santa Rosa. — Une fête au milieu des neiges. 
 274


Voyage en Espagne, par MM. Gustave Doré et Ch. Davillier. (1862. — Texte et dessins inédits.)
 
De Perpignan à Barcelone. — De Perpignan à Figueras. — Gerona. — Les serenos. — Le torrent des Manol. — La noria. — Le chemin de fer de Tordera à Barcelone. — Arrivée à Barcelone. Les églises. — Les mendiants. — Une nécropole aérienne. — Une exécution capitale ; le garrote. — Une complainte catalane. — Un bal champêtre. — Les prisons de l’inquisition. — Monserrat. — Tarragone. 
 289
De Barcelone à Valence. — De Barcelone à Valence. — Les brigands espagnols. — La diligence, la galère et autres véhicules. — Le mayoral, le zagal et le delantero. — Tortosa. — Vinaroz. — Murviédro et son théâtre antique. 
 305
Valence. — Valencia del Cid. — Les abradores et les costumes. — La Llotja de seda. — L’orchata de chufas. — La seu. — Le Gualadaviar. — Les irrigations et le tribunal des eaux. — La bandarria, la citara, et la dulzayna
 310
La bibliothèque. — Le musée de la Merced et ses palmiers. — Les mozos de la esouadras. — La tartana. — Ancienneté de la tauromachie. — Le Cid Campeador. — Rois d’Espagne toreros. — Costillares. — Pedro Romero et ses cinq mille six cents taureaux. — Pepe Illo et son livre. — Une école royale de tauromachie. — Montés et le Chiclanero. — Les ganaderias. — La herradura. — Les novillos. — Vaqueros et cabestros. — Voyage des taureaux. — L’encierro et l’apartado. — La plaza de Toros. — Affiches et programmes des courses. — Arrivée de la cuadrilla. — Les toreros
 322
Valence. — Combat de taureaux. — Un combat de taureaux à Valence. — Le despejo. — Le défilé de la Cuadrilla : les Alguaciles. — Les espadas, les banderilleros, les chulos et les picadores. — La sortie du taureau. — Les suertes et les cogidas. — Le picador Casderon et sa blessure. — Un quite. — Pedro Romero et les picadores. — El Gordito. — Le Tato. — L’épée et la muleta. — La estocada a Volapies. — Une avalanche de sombreros. — Le cachetero. — Les tiros de mules. — Les banderillas de fuego. — Le sobresaliente. — Les suertes de capa. — El Gordito Sentado. — Un banderillero accroché. — Les taureaux sauteurs. — La suerte de descabellar
 337