La Sélection naturelle

Traduction par Lucien de Candolle.
C. Reinwald & Cie, libraires-éditeurs.

la
SÉLECTION NATURELLE


ESSAIS


par
ALFRED RUSSEL WALLACE


TRADUITS DE L’ANGLAIS SUR LA DEUXIÈME ÉDITION
Avec l’autorisation de l’auteur


par
LUCIEN DE CANDOLLE


----



PARIS
c. reinwald et Cie, libraires-éditeurs
15, rue des saints-pères, 15

1872


TABLE DES MATIÈRES




La distribution géographique des espèces dépend des changements géologiques. — Loi déduite de faits géographiques et géologiques bien connus. — Système de classification rationnelle, tel qn’il résuite de cette loi. — Distribution géographique des êtres organisés. — Succession géologique des êtres organisés. — Que l’organisation perfectionnée d’animaux très-anciens est compatible avec cette loi. — Objections de la théorie de la polarité du prof. Forbes. Organes rudimentaires. — Conclusion 
 1-27


De l’instabilité des variétés considérée comme preuve de la différence permanente des espèces. — Lutte pour l’existence. — Loi de la multiplication des espèces. — Que l’abondance ou la rareté d’une espèce dépend de son adaptation plus ou moins parfaite aux conditions de l’existence. — Que les variations utiles tendront à augmenter : les variations nuisibles ou inutiles à diminuer. — Que les variétés perfectionnées arriveront avec le temps à extirper l’espèce mère. — Explication du retour partiel des espèces domestiques au type. — Que l’hypothèse ici présentée diffère beaucoup de celle de Lamarck. — Conclusion 
 28-44


Importance du principe de l’utilité. — Théories populaires sur la couleur des animaux. — Du rapport entre la couleur et l’importance d’un abri sûr. — Modifications spéciales de la couleur. — Théorie de la couleur protectrice. — De l’objection que la couleur, étant dangereuse, ne devrait pas exister dans la nature. — La mimique. — Mimique chez les lépidoptère. — Imitation d’autres insectes par les lépidoptères. — La mimique chez les coléoptères. — Des coléoptères qui imitent d’autres insectes. — Des insectes qui imitent des espèces d’ordres différents. — Exemples de mimique chez les vertébrés. — La mimique chez les oiseaux. — Mimique chez les mammifères. — Objections faites à la théorie de M. Bates sur la mimique. — Cas où l’imitation est restreinte aux insectes femelles. — Pourquoi les oiseaux femelles ont des couleurs ternes. — Utilité des couleurs voyantes de plusieurs chenilles. — Résumé. — Considérations générales sur la couleur dans la nature. — Conclusion 
 45-130


Valeur particulière des lépidoptères diurnes pour des recherches de cette nature. — Question du rang des papillonides. — Distribution géographique des papillonides. — Définition du mot espèce. — Lois et modes de la variation. — De l’influence spéciale des localités sur la variation. — Considérations sur les phénomènes de variation locale. — La mimique. — Dernières considérations sur la variation chez les lépidoptères. — Classification et distribution géographique des papillonides malais. — Particularités curieuses de l’île de Celèbes. — Conclusion 
 131-203


Comment on peut le mieux étudier l’instinct — Définition de l’instinct. — L’homme possède-t-il des instincts ? — Comment les Indiens voyagent au travers de forêts inconnues et sans chemin battu 
 204-214


La construction des nids est-elle un effet de l’instinct ou de la raison ? — L’homme construit-il par raison ou par imitation ? — Pourquoi chaque oiseau construit une espèce particulière de nid. — Comment les jeunes oiseaux apprennent à construire leurs premiers nids. — Les oiseaux chantent-ils par instinct ou par imitation ? — De quelle façon les jeunes oiseaux peuvent apprendre à construire leurs nids. — Que les œuvres de l’homme sont surtout imitatives. — Que les oiseaux changent et améliorent leurs nids quand des conditions nouvelles l’exigent. — Conclusion 
 215-240


De l’influence exercée sur la nidification par le changement des conditions et la persistance des habitudes. — Classification des nids. — Différences sexuelles de conteur chez les oiseaux. — Loi qui relie les couleurs des oiseaux femelles et le mode de nidification. — Conclusion à tirer des faits qui précèdent — La couleur est plus variable que la structure et les mœurs, et a été par conséquent plus aisément modifiée. — Cas exceptionnels qui confirment cette explication. — Exceptions réelles ou apparentes à la loi énoncée p. 250. — Des modes variés de protection chez les animaux. — Dans certains groupes les femelles possèdent la protection spéciale qui leur est plus nécessaire qu’aux mâles. — Conclusion. 
 241-274


Que les métaphores de M. Darwin sont exposées à être mal comprises. — La structure d’une orchidée, expliquée par la sélection naturelle. — Adaptation amenée par les lois générales. — Du beau dans la nature. — De quelle façon les formes nouvelles sont produites par la variation et la sélection. — De l’objection basée sur les limites de la variabilité. — Objection à l’argument que nous tirons de la classification. — Article du Times, traitant de la sélection naturelle. — Que les formes intermédiaires ou douteuses des animaux éteints, sont une preuve de transmutation ou de développement. — Conclusion 
 275-317


Divergence des opinions concernant l’origine de l’homme. — Esquisse de la théorie de la sélection naturelle. — Différence des effets de la sélection sur les animaux et sur l’homme. — Influence de la nature extérieure sur le développement de l’esprit humain. — Extinction des races inférieures. — Origine des races humaines. — Application de cette théorie à la question de l’antiquité de l’homme. — Place de l’homme dans la nature. — Développement futur de l’humanité. — Résumé. — Conclusion 
 318-347


Ce que la sélection naturelle ne peut pas faire. — Que le cerveau du sauvage est plus grand que cela n’est nécessaire. — Étendue des facultés intellectuelles de l’homme. — De l’utilité des poils qui couvrent les mammifères. — Que l’absence constante de poils sur certaines parties du corps de l’homme est un phénomène remarquable. — L’homme sauvage souffre de l’absence de poils. — Que la peau nue de l’homme ne peut être le résultat de la sélection naturelle. — Le pied et la main de l’homme considérés comme offrant des difficultés à la théorie de la sélection naturelle. — La voix de l’homme. — L’origine de certaines facultés intellectuelles ne peut s’expliquer par la conservation des variations utiles. — Origine du sens moral. — Résumé des considérations qui prouvent l’insuffisance de la sélection naturelle pour expliquer le développement de l’homme. — Origine du sens intime. — Nature de la matière. — Identité de la matière et de la force. — Toute force est probablement force de volonté. — Conclusion 
 348-391


 393


 394




fin de la table des matières


Corbeil. — Typ. et stér. de Crété fils