Ouvrir le menu principal

Page:Coignet - Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883.djvu/24

Cette page a été validée par deux contributeurs.
xxiv
AVANT-PROPOS.

lorsque, en demi-solde à Auxerre, il se détermine à prendre femme et « à faire trembler le manche de sa pioche » en cultivant ses vignes et son jardin438 à 442. C’est un tableau charmant de simplicité que sa demande de la main de cette honnête épicière, à laquelle il fait d’abord moudre une livre de café pour se donner le temps d’entrer en matière avec plus de délicatesse439. La confession et la célébration du mariage442 sont dignes des préludes. Rien n’est touchant comme l’histoire de cet humble ménage.

Dans l’ordre historique, Coignet revient sur des faits de guerre bien connus, mais il y ajoute toujours quelques particularités intéressantes. Nous avons signalé ses récits du 18 brumaire, de Montebello, de Marengo, d’Essling, de Pologne, de Witepsk, de Mayence. N’oublions point son passage du Saint-Bernard83, la distribution des premières croix de la Légion d’honneur146 ; le camp de Boulogne162, le combat d’Elchingen166, la bataille d’Austerlitz172, Iéna183, le séjour à Berlin189, Eylau200, l’entrevue de Tilsitt213, les moines de Burgos230, le blocus de Madrid231 et la pointe sur Bénévent233, la fameuse marche en charrettes de Limoges à Ulm235, la