Page:Racine - Abrégé de l’histoire de Port-Royal, éd. Gazier, 2e éd.djvu/258

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Apologie de Port-Royal, ouvrage de Nicole, d’Arnauld et de Claude de Sainte-Marthe, publié en 1665 sous ce titre : Apologie pour les Religieuses de Port-Royal contre les injustices dont on a usé envers ce monastère. Il devait y avoir cinq parties ; les quatre premières seules ont paru [194, 197, 204].
Apologie des casuistes, ouvrage du jésuite Pirot, publié en 1657, et dont voici le titre exact : Apologie des casuistes contre les calomnies des jansénistes .. par un théologien et professeur en droit canon, in-4° [104].
Apologie pour les catholiques, ouvrage publié par Antoine Arnauld en 1681 et dont voici le titre complet : Apologie pour les catholiques contre les faussetés de l’ouvrage intitulé : « la Politique du clergé de France. [91, 94].
Archevêques de paris de 1608 à 1710.

— Pierre de Gondy, cardinal de Retz, évêque de Paris de 1570 à 1616.

— Henri de Gondy, évêque de Paris de 1616 à 1622 ; archevêque de 1622 à 1654.

— Paul de Gondy, cardinal de Retz, archevêque de 1654 à 1662.

— Pierre de Marca (1662, quelques jours seulement).

— Hardouin de Péréfixe (1662-1670).

— Harlay de Chanvallon (1670-1695).

— Antoine de Noailles (1695-1729).

Argenson (Marc-René, marquis d’), magistrat français (1652-1721). Lieutenant de police en 1697, il devint garde des sceaux en 1718 et mourut ministre d’État [224].
Arius, hérésiarque du ive siècle qui, tout en reconnaissant le Verbe créé avant toutes les créatures, niait qu’il fût éternel et consubstantiel au Père. Condamné au concile de Nicée en 325, il mourut en 336 [103].