Livre:Focillon, Piranesi, 1918.djvu

Focillon, Piranesi, 1918.djvu
TitreGiovanni-Battista Piranesi (1720 -1778).
Sous-titreThèse de doctorat présentée
à la faculté des lettres de l'université de Paris.
AuteurHenri Focillon Voir l'entité sur Wikidata
Maison d’éditionLibrairie Renouard. Henri Laurens, éditeur.
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1918
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages

- f-t - lég. pl._I Couv. - Dédicace -

Introduction.

 VII  VIII  IX  X  XI  XII  XIII  XIV  XV  XVI  XVII  XVIII  XIX  XX  XXI  XXII  XXIII  XXIV

LIVRE PREMIER

001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 lég. - pl._II - 017 018 019 020 021 022 023 024 lég. - pl._III - 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 lég. - pl._IV - 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 lég. - pl._V - 049 050 051 052 053 054 055 056 lég. - pl._VI - 057 058 059 060 061 062 063 064 lég. - pl._VII - 065 066 067 068 069 070 071 072 pl._VIIbis - 073 074 075 076 077 078 079 080 lég. - pl._VIII - 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 lég. - pl._IX - 091 092 093 094 095 096 lég. - pl._X - 097 098 099 100 101 102 103 104 lég. - pl._XI - 105 106 107 108 109 110 111 112 lég. - pl._XII - 113 114 115 116 117 118 lég. - pl._XIII - 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 lég. - pl._XIV - 129 130 131 132 133 134 135 136 lég. - pl._XV - 137 138 139 140 141 -

LIVRE II

143 - 145 146 lég. - pl._XVI - 147 148 149 150 151 152 lég. - pl._XVII - 153 154 155 156 157 158 159 160 lég. - pl._XVIII - 161 162 163 164 165 166 167 168 lég. - pl._XIX - 169 170 171 172 173 174 175 176 lég. - pl._XX - 177 178 179 180 181 182 183 184 pl._XX_bis - 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 lég. - pl._XXI - 195 196 197 198 199 200 lég. - pl._XXII - 201 202 203 204 205 206 207 208 lég. - pl._XXIII - 209 210 211 212 213 214 215 216 lég. - pl._XXIV - 217 218 219 220 221 222 223 224 lég. - pl._XXV - 225 226 227 228 229 230 231 232 lég. - pl._XXVI - 233 234 235 236 237 238 239 240 lég. - pl._XXVII - 241 242 243 244 245 246 247 248 lég. - pl._XXVIII - 249 250 251 252 253 254 255 256 lég. - pl._XXIX - 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 lég. - pl._XXX - 267 268 269 270 271 272 lég. - pl._XXXI - 273 274 275 276 277 278 279 280 lég. - pl._XXXII - 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326

TABLE DES MATIÉRES

00 
I. L’Italie du xviiie siècle et les historiens. Cicognara et le miracle » d’Herculanum. Que reste-t-il des forces actives de la Renaissance ? — II. L’individualisme. Originaux et gens d’esprit. Les caprices du théâtre. — III. La curiosité. Les belle culture encyclopédiques. Renouvellement des techniques en art : la peinture à l’encaustique ; les bois en camaïeu ; le pastel ; la chambre claire ; toutes les formes de la gravure. — IV. La tradition antiquisante. Les recherches des archéologues. Les sources de Mont faucon. Bianchini. — L’art et l’érudition vivent à part. Piranesi les concilie et unit.


LIVRE PREMIER

VIE DE PIRANESI. HISTOIRE DE SES OUVRAGES.

00 
I. Naissance de Piranesi. Sa famille. Son enfance. Ses premiers maîtres : Lucchesi. Scalfarotto, Zucchi. — II. Venise reste, au xviii" siècle, la grande cité vivante de l’Italie. La magnificence. L’étrangeté. Les visionnaires : le théàtre fiabesque de Carlo Gozzi. La verdeur populaire. — III. Les arts à Venise au xviiie siècle. Toute liberté permise, fécondité et variété. — IV. Les grands architectes. Ils sont à la fois des érudits et des ingénieurs. Le retour à la tradition de la Renaissance et le souvenir de Palladio dans le Veneto : Lucchesi et Temanza. Les Antiquités de Rimini. Départ de Piranesi pour Rome.
00 
I. De Venise à Rome au xviiie siècle. Les abords de la Ville Éternelle. L’année 1740 : avènement de Benoit XIV ; goût du nouveau pape pour l’architecture, les antiques et la gravure. — II, Première rencontre avec les ruines de Rome. Séjour chez les frères Valeriani, décorateurs pour le théâtre. Liaison avec le graveur Felice Polanzani. L’atelier de Vasi. Les premiers protecteurs : Bottari, Nicola Giobbe. Publication de la Prima Parte. — III. Études de peinture. Voyage à Naples. Voyages à Venise : Tiepolo Le graveur-éditeur Wagner et les projets de Piranesi.
00 
I. L’atelier du Corso, Bouchard et Gravier, éditeurs de Piranesi. Relations de Piranesi etdes pensionnaires de l’Académie de France. Panini, professeur de prospettiva à l’Académie. Principes nouveaux de méthode chez Piranesi. — L’éducation romaine de Piranesi et les antiquaires : Nolli, Ficoroni. Les amateurs : les cardinaux Albani et Rezzonico. Les Antichità Romane de tempi della Repubblica et les Opere Varie. — III. Les Trofei, les Antichità. La dédicace à Charlemont. Plan de l’ouvrage. Originalité de la méthode : Rome vue par un artiste et par un technicien. Succès des Antichità. Encouragements officiels. — IV. Avènement d’un pape vénitien, Clément XIII. La Magnificenza. Piranesi s’élève contre la vogue de la Grèce. David Le Roy. Dans quelle mesure Piranesi est-il l’auteur de la Magnificenza ? Allégations de Bianconi. — V. La polémique de Piranesi et de Mariette. Les Étrusques exhumés et restitués à la recherche historique.
00 
I. Piranesi à quarante ans. Ardeur et continuité de son labeur solitaire. Ses violences : contre les blasphémateurs de Rome, contre son médecin, contre sa femme. Ses portraits. Le roman de son mariage. L’atelier de la Trinité des Monts. Les élèves de Piranesi. Sa fortune. — II. Honneurs et controverses académiques. Le monument Balestra. — III. Les grands recueils archéologiques postérieurs à 1760 : ils sont la suite logique des Antichità. — Relations de Piranesi avec les Rezzonico. Restauration du Prieuré de Malte. Campagne d’études à la villa d’Hadrien.
00 
I. Origine des Vedute. Leur importance, leur diffusion, leur succès. Les Vedute de Vasi. Essai de classement chronologique des Vedute de Piranesi. — II. Voyage de Piranesi à Naples. Son agonie et sa mort. — III. La chalcographie Piranesi continue les publications de son fondateur et les enrichit. L’œuvre de Francesco. Sa carrière d’antiquaire et de diplomate. Son séjour et sa mort à Paris. — IV. Le tombeau de Piranesi.

LIVRE II

L’ART DE PIRANESI

00 
I. Rome d’après les voyageurs. Les grandes dates de son histoire monumentale. La reconstruction de Sixte-Quint et de Paul III. Les décors et les points de vue. La topographie, les aspects essentiels et le charme de la ville restent intacts. Les vergers, les jardins et les ombrages. Alliance du style et du pittoresque. Auprès des décors savants, les motifs rustiques et populaires. L’itinéraire et les promenades du pèlerin. — II. Origines de la prospettiva. Passion des Italiens pour les problèmes et les jeux de la perspective. Évolution du genre : les gouaches de Vanvitelli, Claude Lorrain et Gaspard Dughet, Panini, les t ruinistes » français du xviiie siècle, Clérisseau, Robert. — III. L’image de Rome chez les graveurs. Burinistes et aquafortistes. Jean Barbault. Ce qui manque à tous.
00 
00L’œuvre de Piranesi s’ouvre par un portique de fictions. — I. La Prima Parte et les origines des Carceri. La décoration théâtrale. Les châtiments publics à Rome. Les égouts de Tarquin. Analyse de la première édition des Carceri. — II. La deuxième édition. Plus de solidité. Tout tend à un but : l’effet. Comparaison des états. Le vertige des Carceri.
00 
L’imagination maîtresse d’erreur et l’imagination maîtresse de vérité. — I. Genèse des planches de Piranesi. Les dessins. Pourquoi sont-ils sommaires ? La notation de l’effet et le clair de lune. La documentation du détail. Le calque. — II. L’instatllation du motif et la mise en page. Comparaison avec les Vedute de Vasi. Piranesi présente les monuments de Rome sous l’angme le plu sfrappant et de la manière qui les impose le mieux. — III. Les personnages. La flore. — IV. La Rome de Piranesi est-elle conforma à la réalité ? Étude du portique d’Octavie, du Temple d’antonin et de Faustine et du Pronaos du Panthéon. L’exactitude des mesures, des profils et des matières. — V. La transfiguration obtenue par l’effet. Le soleil de Piranesi.
00 
I. Piranesi a vu Rome en graveur et on aquafortiste. Il aurait été desservi par la peinture. La violence, les risques et le mystère de l’eau-forte convenaient à son humeur et à son génie. La gamme des l’eau-forte. Les coloristes du blanc et du noir. — II. Eau-forte des peintres, eau-forte des graveurs. L’eau-forte art complet. Rembrandt. Fragilité des noirs à la pointe sèche. Évolution de l’eau-forte vers les effets du burin en France au xviiie siècle. — III. De l’eau-forte blonde à l’eau-forte intense. L’économie de Canaletto. Tiepolo et l’enseignement des Vénitiens. Étude technique des deux éditions des Carceri. — IV. Les procédés de Piranesi : les vernis, la conduite de la taille, les pointes, la morsure, les couvertures. Piranesi expliqué par l’eau-forte.
00 
I. Les planches décoratives antérieures aux Cheminées. L’élément vénitien : la faune et la flore de Tiepolo, le dauphin de Murano. L’élément personnel : profusion et mouvement ; l’ampleur, la richesse et le sentiment des masses. Les frontispices. — II. Les Cheminées. La hase théorique du renouvellement des styles. Justification du choix des sources : l’art égyptien, l’art étrusque, l’art romain. Piranesi entend rester libre et refuse de s’asservir à une formule. Il veut faire moderne et vivant. — III. Choix des éléments : tous présentent un caractère de grandeur et d’autorité. L’art romain à Rome est triomphal et funèbre. La documentation égyptienne de Piranesi. Goût italien pour les formes organiques. La couleur et le relief. Rareté des lignes droites ; fréquence des systèmes de courbes. Juxtaposition des motifs. Sens italien des recherches de Piranesi.
00 
I. Publicité faite aux grandeurs de Rome par Piranesi. Son action personnelle. La diffusion de son œuvre. La place qu’elle tient dans les grandes collections du xviiie siècle. Ses planches copiées, réduites et partout propagées. — L’influence sur les peintres au xviiie siècle : Mauro Tesi ; les accessoires des Davidiens. — II. L’influence sur les architectes et sur les décorateurs. Les Anglais, Robert Adam, Georges Dance. Les mégalomanes en France à la fin du xviiie siècle. — Le style Piranesi et révolution des styles en Occident. Les deux courants d’imitation de l’antique : maigreur et sobriété, — les décorateurs linéaires ; couleur et profusion, — les décorateurs coloristes. Le style Louis XVI et le style Adam. L’école de Piranesi en Italie. La genèse et les caractères du style Empire. — III. Influence sur le goût public, sur l’imagination et sur les lettres. Les amateurs anglais. Le Vathek de Berkford, Coleridge. Le peintre Jolin Martin. — Les romantiques français, les feuilletons de Gautier. — Influence de Piranesi sur l’eau-forte française au xixe siècle : Méryon, Olivier de Rochebrune.

ERRATA


Page 53, ligne 16. Au lieu de : Giovanna, lire : Giovanni.
Page 134, note 1, l. 4. Au lieu de : Seguita en Napoli, lire : Seguita in Napoli.
Page 145, ligne 3. Au lieu de : va chercher Naples, lire : va chercher à Naples.
Page 193. La pagination est fautive. Au lieu de 319, lire 193.
Page 222, note 3, l. 1. Lire : on peut également.
Page 244, l. 4. Lire : traits en hachures.

TABLE DES ILLUSTRATIONS

Planche. Page.
Portrait de G. B. Piranesi par F. Polanzini (1750) 
PL. I. Au titre
Frontispice de la Prima parte di Architetture 
PL. II. 17
Camera sepolcrale, Vue imaginaire d’un colombarium, Opere varie, pl. 16. 
PL. III. 25
Vue imaginaire d’un port romain, Opere varie, pl. 23. 
PL. IV. 39
Caprice décoratif, Opere varie, pl. 25. 
PL. V. 49
Les prisons, pl. 6. 
PL. VI. 57
Les prisons, pl. 7. 
PL. VII. 65
Frontispice de la première édition des Prisons 
PL. VII. bis 73
L’arc de Titus à Rome, Archi Trionfali, pl. 6. 
PL. VIII. 81
L’arc de Rimini, Archi Trionfali, pl. 17. 
PL. IX. 91
Tombeau dit de Neron, Antichità, III, pl. 14. 
PL. X. 97
1. Détail de la construction du tombeau de Cecilia Metella, Antichità, III, pl. 53 ; 2. Détail de la nef de pierre du temple d’Esculape, Ibid., IV, pl. 13. 
PL. XI. 105
Les fondations du mole d’Hadrien, Antichità, IV, pl. 9. 
PL. XII. 113
Frontispice des Antichità d’Albano 
PL. XIII. 119
Emissario del Lago Albano pl. 5. 
PL. XIV. 129
Ruines d’une piscine à Castel Gandolfo, Antichità d’albano, pl. 22 
PL. XV. 137
Panthéon vu par derrière, Campo Marzio, pl. 24 
PL. XVI. 147
Vue du temple d’Antonin et de Faustine, Vedute 
PL. XVII. 153
Atrium du portique d’Octavie, Vedute 
PL. XVIII. 161
1. G. P. Panini, le portique d’Octavie, tableau de la galerie Corsini, Rome ; 2. État actuel du portique d’Octavie d’après une photographie 
PL. XIX 169
Grande salle des thermes de Caracalla, Vedute 
PL. XX. 177
Les Thermes de Caracalla, état actuel, calque d’après photographie 
PL. XX bis. 185
Vue du tombeau dit la Conocchia, Vedute 
PL. XXI. 195
L’église de Saint-Urbain, Ancien temple de Bacchus, Vedute 
PL. XXII. 201
Le tombeau des Plautii, Vedute 
PL. XXIII. 209
Détail du tombeau des Plautii 
PL. XXIV. 217
École des gladiateurs (Serraglio delle fiere), détail, grandeur de la planche, Vedute 
PL. XXV. 225
Vue intérieure du Colisée, Vedute 
PL. XXVI. 233
Vue du Colisée à vol d’oiseau, Vedute 
PL. XXVII. 241
Pronaos du temple de Neptune, Vues de Pæstum, pl. 13 
PL. XXVIII 249
1. Groupe de personnages extrait de la vue intérieure du Tempio della Tosse, Vedute ; 2. Groupe de personnages extrait de la vue du Temple d'Antonin et de Faustine, Vedute 
PL. XXIX. 257
Cheminée à l'égyptienne, Diverse manière, pl. 14. 
PL. XXX. 267
1. Cheminée à la romaine, Diverse maniere, pl. 31. ; 2. Cheminée à la romaine, Ibid., pl. 40. 
PL. XXXI. 273
Chaise à porteur, Console etc, Diverse maniere, pl. 57. 
PL. XXXII. 281




GIOVANNI-BATTISTA
PIRANESI
1720 — 1778

THÈSE DE DOCTORAT
PRÉSENTÉE À LA FACULTÉ DES LETTRES
DE L’UNIVERSITÉ DE PARIS
PAR
HENRI FOClLLON
ANCIEN ÉLÈVE DE L’ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE
CHARCÉ DU COURS D’HISTOIRE DE l’ART MODERNE
À LA FACULTÉ DES LETTRES DE l’UNIVERSITÉ UE LYON

PARIS
Librairie Renouard. — HENRI LAURENS, Éditeur
6, RUE DE TOURNON, 6.

1918
À mes Maîtres respectés et aimés,
Henry Lemonnier.
Victor Focillon