Ouvrir le menu principal

L’Encyclopédie/1re édition/EFFORT

◄  EFFONDRER
EFFOUEIL  ►

EFFORT, s. m. (Méchan.) terme fréquemment usité parmi les Philosophes & les Mathématiciens, pour désigner la force avec laquelle un corps en mouvement tend à produire un effet, soit qu’il le produise réellement, soit que quelque obstacle l’empêche de le produire.

On dit en ce sens qu’un corps qui se meut suivant une courbe, fait effort à chaque instant pour s’échapper par la tangente ; qu’un coin qu’on pousse dans une piece de bois fait effort pour la fendre, &c.

L’effort paroît être, suivant quelques auteurs, par rapport au mouvement, ce que le point est par rapport à la ligne ; au moins ont-ils cela de commun tous les deux, que comme le point est le commencement de la ligne ou le terme par où elle commence, l’effort est aussi, selon ces auteurs, le commencement de tout mouvement : mais cette derniere idée ne peut s’appliquer tout au plus qu’aux efforts qui tendent à produire une vîtesse infiniment petite dans un instant, comme l’effort de la pesanteur, celui de la force centrifuge, &c. Si l’on veut entendre par le mot effort toute tendance au mouvement, ce qui est bien plus exact & plus naturel, alors la mesure de l’effort sera la quantité de mouvement qu’il produit ou qu’il produiroit si un obstacle ne l’en empêchoit, ou, ce qui est la même chose, le produit de la masse par la vîtesse actuelle du corps ou par sa vîtesse virtuelle, c’est-à-dire par la vîtesse qu’il auroit sans la résistance de l’obstacle. Voyez Force, Action, Percussion, Pesanteur, &c. (O)

Effort, (Medecine.) ce terme est employé dans la physique du corps humain, pour signifier les mouvemens extraordinaires de la nature, tendant à opérer des effets utiles pour le bien de l’économie animale ; ou à procurer des changemens avantageux, en surmontant, en écartant les résistances qui empêchent l’ordre dans l’exercice des fonctions lésées ; en expulsant ou en corrigeant les causes morbifiques, par la coction & les crises qui la suivent.

C’est sur ce principe, fondé sur l’histoire des maladies exactement recueillie pendant plusieurs siecles, « que la nature a la faculté de faire, & fait réellement des efforts salutaires dans le cours des maladies ; & que les mouvemens en quoi consistent ces efforts, s’operent avec un certain ordre, tant que la puissance qui les produit, conserve la faculté d’agir », in quantùm superest natura sana in corpore ægro. C’est sur ce principe, dis-je, que la plûpart des anciens & des plus célebres medecins d’entre les modernes, qui en ont été convaincus par leurs propres observations, ont établi leur méthode de traiter les maladies. Ils ont subordonné les secours de l’art aux indications que fournit la nature, c’est-à-dire qu’ils ont borné ces secours à seconder les efforts qu’elle employe pour détruire les causes des maladies. Ils ont distingué soigneusement parmi les phénomenes qui ne subsistent constamment que dans le cas de lésion de fonctions, ceux qui ne sont que des efforts salutaires auxquels la cause morbifique donne lieu, mais qu’elle ne produit pas, d’avec les symptomes, qui sont des effets immédiats de cette cause, qui sont par conséquent toûjours nuisibles, qu’il est aussi toûjours nécessaire de faire cesser. Ils ont laissé agir la nature, dans tous les cas où elle a & où elle employe des moyens suffisans pour combattre efficacement les causes morbifiques, par les différens efforts qu’elle fait. Ils n’ont fait que suppléer à son défaut, par les secours propres à lever les obstacles qui rendent ses efforts inutiles ; ils ont secondé, aidé, excité ceux qu’elle peut faire avec avantage, lorsqu’elle a cependant besoin d’être renforcée, d’être réveillée ; ensorte que les effets de l’art ne sont jamais qu’une imitation de la méthode que suit la nature lorsqu’elle se suffit à elle-même, ainsi qu’il arrive dans la guérison d’une infinité de maladies, qu’elle opere sans aucun secours : méthode que le medecin doit connoître avant toutes choses.

La fievre, les spasmes, les convulsions, sont les trois especes de mouvemens extraordinaires auxquels on peut rapporter ceux qui forment les différens efforts que la nature employe pour détruire les diverses causes morbifiques. Ces trois sortes de mouvemens ne doivent cependant être regardés, & ne sont en effet qu’une augmentation, une intensité plus ou moins considérables, diversement combinées, des mouvemens systaltique, tonique, & musculaire, qui sont les agens nécessaires de la vie saine, & de sa conservation ; d’où il suit que par une admirable disposition de la Providence, ce qui paroît un desordre dans l’économie animale, est très-souvent un effet des moyens employés par la nature pour réparer ce desordre.

En effet, la cause de la maladie étant établie, c’est-à-dire la matiere morbifique qui cause la fievre, par exemple, étant formée dans le corps, il est plus nécessaire, par la disposition de la machine, que les efforts de la nature, c’est-à-dire les mouvemens extraordinaires des organes de la circulation du sang, à laquelle cette cause morbifique est opposée ; que ces efforts, dis-je, soient employés, qu’il n’est nécessaire que les alimens étant portés dans l’estomac, il s’excite dans cet organe des mouvemens propres à en procurer la digestion : ensorte que lorsqu’on arrête, qu’on empêche de quelque maniere que ce soit les efforts fébriles, avant que la coction de la matiere morbifique soit faite, on cause un desordre plus réel que n’étoit la fievre elle-même ; & on peut dire de ce desordre qu’il est plus grand dans les secondes voies, que ne seroit dans les premieres celui que l’on y causeroit en suspendant l’ouvrage de la digestion par quelque moyen que ce puisse être.

Tout se passe en mouvemens digestifs dans toutes les parties du corps humain. La chylification, la sanguification, les secrétions & excrétions, sont autant de différentes digestions. Tant que rien ne s’oppose à ces mouvemens & à leurs effets naturels, ils sont modérés, & conformes aux regles de la santé. Dès que ces mouvemens trouvent de la résistance, qui tend à les diminuer ou à les faire cesser, au détriment de l’économie animale, la puissance motrice, par une plus grande dépense de forces, augmente ces mouvemens, les rend plus considérables que dans l’état de santé, à proportion des obstacles à vaincre : dès-lors ce sont des efforts, conamina. Ainsi, comme toutes les différentes digestions (dénomination sous laquelle on peut comprendre, comme il vient d’être dit, toutes les préparations des humeurs animales dans l’état naturel), sont les effets de ces mouvemens ordinaires, de même toutes les différentes coctions (les élaborations, les maturations) des humeurs morbifiques, sont le résultat des mouvemens extraordinaires des efforts, que ces coctions produisent. Tous les efforts de la nature dans les maladies, tendent à opérer des coctions. Voyez Nature, Puissance motrice, Economie animale, Mouvement animal, (Systaltique, Tonique, Musculaire), & Fievre, Spasme, Coction, Crise. (d)

Effort ou Résistance, en Hydraulique, c’est la violence que fait l’eau pour passer dans les endroits trop resserrés des brides, des robinets, soûpapes, coudes, jarrets, fourches ; ce qui occasionne beaucoup de frotemens. (K)

Effort, (Voix.) défaut qui est dans le Chant, le contraire de l’aisance. On le fait par une contraction violente de la glote : l’air poussé hors des poumons s’élance dans le même tems, & le son alors semble changer de nature ; il perd la douceur dont il étoit susceptible, acquiert une dureté fatigante pour l’auditeur, défigure les traits du chanteur, le rend vacillant sur le ton, & souvent l’en écarte.

C’est de tous les défauts qu’on peut contracter dans le chant le plus dangereux, & celui dont on revient le moins dès qu’on l’a une fois contracté. Il ne faut pas même dissimuler que c’est celui vers lequel on a plus de motifs de pencher dans notre chant dramatique ; tels sont les cris au théatre de la comédie françoise.

Le volume, les grandes voix sont à-peu-près tout ce qu’applaudit la multitude ; elle est surprise par un grand son, comme elle est ébranlée par un cri. Les acteurs médiocres crient pour lui plaire, les chanteurs communs forcent leurs voix pour le surprendre.

On reviendra tôt ou tard, en France, de l’erreur des grandes voix ; mais il faut attendre que le chant du théatre ait pris les accroissemens dont il est susceptible. Dès qu’il cessera d’être lourd, il faudra bien qu’on croye qu’il n’y a de vraies voix que celles qui sont legeres. Voyez Récitatif, Legereté. (B)

Effort, (Manége, Maréchallerie.) terme usité parmi nous, & par lequel nous désignons non-seulement le mouvement forcé d’une articulation quelconque, mais l’indisposition qui en résulte, & qui consiste dans une extension violente de quelques-uns des muscles, des tendons & des ligamens de l’article affecté. Cette dénomination qui devroit par conséquent s’étendre à ce que nous entendons par entorse, est néanmoins restrainte aux seuls cas où les reins, les hanches, les jarrets, reçoivent une pareille atteinte ; car ceux qui concernent l’épaule & le bras s’expriment par les mots d’écart, d’entr’ouverture. Voyez Ecart.

Les efforts de reins doivent donc être envisagés comme une extension plus ou moins considerable des ligamens qui servent d’attache aux dernieres vertebres dorsales & aux vertebres lombaires, accompagnée d’une forte contraction de quelques muscles du dos & des muscles des lombes.

Les causes de cette maladie sont toûjours externes ; ainsi une chûte, des fardeaux trop pesans, un effort fait par l’animal, soit en voulant sortir d’un mauvais pas, soit en glissant, soit en sautant dans le manége, & y étant retenu & attaqué à contre-tems, soit en se relevant dans l’écurie même, peuvent l’occasionner.

Les signes auxquels on la reconnoît, se tirent des mouvemens & de la démarche de l’animal. L’effort n’est-il pas violent ? le cheval ressent une peine infinie & une vive douleur en reculant ; sa croupe est bernée, elle chancelle, elle balance quand il trote : mais le mal est-il tel que l’extension ait été extrème ? bien loin qu’il soit libre de reculer, il peut à peine faire quelques pas en avant ; & pour peu qu’on veuille l’y contraindre, son derriere qu’il traîne, fléchit & se montre sans cesse prêt à tomber.

On n’est pas toûjours assûré de remédier radicalement à cette maladie. Les chevaux s’en ressentent long-tems, & même tant qu’ils existent, d’autant plus que dans l’animal qui travaille, le derriere est infiniment plus occupé que le devant. On ne peut donc se flater constamment d’en opérer la guérison entiere, à moins que l’espece du mal soit d’une si petite conséquence, qu’on puisse le regarder comme un simple & leger détour dans les reins.

Ce n’est qu’à l’ignorance des maréchaux que l’on peut rapporter l’idée des efforts des hanches. Lorsque je vois des hommes qui depuis des siecles entiers se laissent conduire par des ouvriers assez téméraires pour vouloir reparer les desordres d’une machine, dont ils ne connoissent ni l’organisation, ni la structure, je ne puis m’empêcher de douter si réellement la pensée n’est pas moins l’apanage de l’humanité que la foiblesse & l’aveuglement. Les hanches sont incontestablement formées par les os des îles ; or les os des îles ou les os innommés sont composés de trois os de chaque côté, c’est-à-dire de l’ileum, de l’ischion, & du pubis. Ces os, exactement distincts dans le poulain, sont tellement unis dans le cheval, qu’ils ne peuvent point se séparer. De plus ils sont joints supérieurement à l’os sacrum appellé par quelques hypostéologistes méprisables l’os de la cariole : celui-ci en forme le milieu, & leur sert comme de clé. Cette jonction est si intime & si étroite, au moyen de nombre de ligamens, & spécialement d’un cartilage intermédiaire, qu’il est de toute impossibilité qu’ils puissent être disjoints ; elle étoit même si nécessaire, que le moindre dérangement auroit notablement nui aux visceres contenus dans le bassin, & qui importent essentiellement à la vie ; rien n’est conséquemment plus absurde que la supposition d’une extension violente & forcée dans cette partie : elle n’a été imaginée que parce que l’on a confondu & que l’on confond encore la cuisse & les hanches. Si l’on avoit observé que le fémur est supérieurement articulé avec ces mêmes os innomminés, on auroit sans doute compris que cette articulation seule est susceptible d’extension ; & dès-lors l’effort auroit été considéré non dans les hanches, mais dans la cuisse.

Il sera causé par une chûte, un écart qui le plus communément se fait en-dehors. Les ligamens capsulaires qui entourent l’article, & qui d’une part sont attachés à la circonférence de la cavité cotiloïde destinée à loger la tête du fémur, & de l’autre à la circonférence du cou de ce même os, ainsi que le ligament rond caché dans l’articulation même, qui d’un côté a son attache à la tête du fémur, & de l’autre part au fond de cette cavité cotiloïde, auront été dans le moment de l’écart (je veux dire dans le tems où l’os s’est extrèmement éloigné de sa situation ordinaire) plus ou moins tiraillés & plus ou moins distendus, selon le plus ou le moins de violence & de promptitude de ce mouvement contre nature. Les muscles mêmes qui les entourent, & qui assujettissent le fémur, tels que le psoas, l’iliaque, le pectiné, le triceps, les obturateurs, les jumeaux, pourront en avoir souffert : il y aura peut-être encore rupture de plusieurs vaisseaux sanguins, de plusieurs fibres, soit musculaires, soit ligamenteuses, & conséquemment perte de ressort & de mouvement dans les unes & dans les autres : ce qui, joint à une douleur plus ou moins vive, symptomes affectés à ces accidens, rend cette maladie très-fâcheuse.

Dans cet état l’animal boite plus ou moins bas ; il semble baisser la hanche en cheminant, & traîne toute la partie lésée. Quelques personnes examinent s’il tourne la croupe en trotant ; mais ce signe est équivoque dans cette circonstance, & n’est univoque que dans celle des efforts de reins.

Celui du jarret ne peut naître que d’une flexion ou d’une extension forcée ; car il s’agit ici d’une articulation par charniere, & conséquemment cette partie n’est capable que de ces deux mouvemens. Les ligamens antérieurs ou postérieurs, le ligament capsulaire & les différens tendons auxquels elle livre un passage, & qui s’y arrêtent, pourront avoir été distendus ; & nous ajoûterons, en ce cas, à toutes les autres causes des efforts dont nous avons parlé, celle qui résulte de la contrainte dans laquelle on n’assujettit que trop souvent les chevaux, dans le travail ou autrement, à l’effet de les ferrer.

L’enflure, la douleur, la claudication, l’action de traîner la jambe, de s’y appuyer foiblement, la chaleur de la partie, sont les symptomes les plus ordinaires de l’affection dont il s’agit.

Souvent aussi la corde tendineuse qui répond au jarret, & qui est connue par tous les maréchaux sous le nom de gros nerf, essuie elle seule un effort. Il faut m’expliquer plus clairement. Le muscle sublime où le perforé s’attache supérieurement au fémur entre les deux condyles au-dessous des jumeaux. Il se termine bien-tôt en un tendon assez fort qui se porte en-dessus, & passe sur le tendon de ces mêmes jumeaux pour gagner la tête ou la pointe du jarret. Là il s’élargit & forme une espece de poulie, qui dans les mouvemens de cette partie, glisse sur cette pointe. Ce que les maréchaux & une multitude de prétendus savans qui nous accablent, appellent gros nerf, est donc une partie composée des tendons dépendans des jumeaux & du sublime : ils forment une espece de corde qui peut être comparée au tendon d’Achille, & qui sera susceptible d’effort toutes les fois qu’il arrivera à ces muscles une contraction assez violente pour produire une rupture ou une forte distension dans les fibres musculaires & tendineuses. Ces accident aura lieu, par exemple, lorsque les mouvemens de l’animal seront d’une véhémence extrème, lorsqu’il éparera avec trop de force, comme aussi dans une falcade précipitée, dans un tems où le cheval, trop assis, sera prêt à s’aculer : dans toutes ces actions également forcées, les fibres portées au-delà de leur état naturel, perdront leur ressort & leur jeu, les filamens nerveux seront tiraillés ; delà l’engorgement & la douleur, engorgement attendu le relachement des parties, douleur ensuite du tiraillement des nerfs, & conséquemment difficulté & quelquefois impuissance dans le mouvement ; ce qui se manifeste encore par l’inspection de la jambe ou du canon qui demeure comme suspendu, & qui ne peut se mouvoir lorsque le cheval range sa croupe.

Les efforts du grasset ne trompent que trop fréquemment ; ils ont souvent été confondus avec les efforts de la cuisse. Ils arrivent plus rarement, & les suites en sont moins funestes que dans d’autres articulations plus serrées & dont les ligamens sont plus nombreux. Ils ne peuvent être occasionnés que par un mouvement particulier & extraordinaire. La rotule, en effet, n’est point articulée avec les os qu’elle recouvre, c’est-à-dire, avec le fémur & avec le tibia ; elle roule, elle glisse, elle est vacillante, & n’est nullement assujettie que par les tendons des muscles extenseurs de la jambe dans lesquels elle est contenue & comme enchâssée ; de sorte que selon leur contraction & selon que ces tendons l’entraînent & la déterminent, elle change aisément de situation & ne peut faire souffrir aucune distension à ces parties : or dans le cas de l’effort dont nous parlons, la rotule ne doit point être envisagée, l’extension violente est seulement dans les fibres des ligamens ou capsulaires ou latéraux, ou dans les fibres mêmes des muscles & des tendons extenseurs : ainsi en rendant à ces fibres & leur ton & leur jeu, l’animal sera bientôt remis. Ce mal s’annonce toujours par le peu de mouvement que l’on observe dans cette partie lorsque le cheval chemine, par la contrainte dans laquelle il est de la porter en-dehors, & par l’obligation où sont les parties inférieures à celle-ci de traîner & de rester en arriere.

En général dans le traitement des efforts, on doit se proposer de ramener les parties lésées à leur ton ; de prévenir l’engorgement des liqueurs dans les tuyaux qui auront souffert de l’extension, de le dissiper, s’il y en a, en facilitant la résolution de l’humeur, & de calmer enfin l’inflammation & la douleur. Les répercussifs sont convenables dès qu’ils sont appliqués sur le champ ; mais ils fixeroient l’humeur & ne pourroient qu’augmenter la douleur & le gonflement, si on les employoit dans le progrès du mal : quant à la saignée elle ne doit jamais être oubliée, & l’on doit ménager prudemment l’usage des émolliens & des résolutifs.

Un simple détour dans les reins peut être guéri par l’eau froide, par de legeres frictions faites avec l’esprit-de-vin, ou l’eau-de-vie & le savon ; mais un véritable effort demande que la saignée soit plus ou moins repétée, & des résolutifs plus forts ; ainsi on frote la partie malade avec l’essence de térébenthine, & l’on charge les reins d’un ciroine, pour me servir des termes de l’art, lequel sera composé de poix blanche, cire neuve, & térébenthine en gomme, parties égales. Souvent la fievre accompagne l’effort : c’est au maréchal à décider sur la multiplication des saignées ; il administrera trois fois par jour des lavemens émolliens, tiendra l’animal au son & à l’eau blanche, lui donnera peu de fourrage, & il terminera la cure par les résolutifs aromatiques, tels que l’origan, le pouliot, la sauge, le romarin, le thim, &c. qu’il fera bouillir dans du gros vin, & dont il lavera le siége du mal plusieurs fois dans la journée, observant alors de faire promener au petit pas de tems en tems l’animal ; & selon les accidens qui auront accompagné celui-ci, on purgera l’animal une fois seulement.

L’effort peut avoir été negligé & mal-traité ; de plus, lorsqu’il a été violent, il est rare que les chevaux n’en ressentent toûjours une impression ; mais les boues & les douches des eaux minérales d’Aix y remédieroient entierement. Voyez Eau envisagée par rapport à ses usages relativement au cheval.

L’effort de la cuisse exige les mêmes soins & les mêmes remedes que celui dont nous venons de prescrire le traitement ; & le ciroine sera appliqué sur l’articulation du fémur avec l’os des hanches, que les maréchaux appellent savamment la noix. Ils y appliquent le feu, ils pratiquent des orties. Voyez Feu, Orties.

L’effort du grasset cede souvent à une saignée, aux résolutifs spiritueux, aromatiques ; & dans le cas où la maladie seroit opiniâtre, on pourroit se conduire par les vûes que nous avons suggérées en parlant des autres.

Celui du jarret mérite beaucoup plus d’attention ; car quelque legers que soient les défauts de cette partie, ils sont toûjours considérables. Un cheval n’est & ne peut être agréable qu’autant que le poids de son corps est contrebalancé sur son derriere, & que ce même derriere supporte une partie du poids de devant & la plus grande charge ; de plus, le mouvement progressif de l’animal n’est opéré que par la voie de la percussion, & la machine entiere ne peut être mûe & portée en avant qu’autant que les parties de l’arriere-main l’y déterminent ; or tout ce qui tendra à les affoiblir & à diminuer la force & le jeu du jarret, qui d’ailleurs & en conséquence de sa structure, est toûjours plus vivement & plus fortement occupé, ne sauroit être envisagé comme un accident médiocre.

Les bains d’eau de riviere lorsqu’on est à portée d’y conduire le cheval sur le champ, & d’autres répercussifs, ne sont pas ici moins nécessaires. On doit saigner pareillement : mais soit que le tendon dont j’ai parlé, soit principalement affecté, soit que l’extension ait eu sur-tout lieu dans les ligamens antérieurs ou postérieurs, dans le ligament capsulaire, &c. il faut scrupuleusement considérer l’état actuel de la partie. Si la douleur & la chaleur sont très-vives, si le gonflement est considérable, s’il est accompagné de dureté, les résolutifs seroient alors plus nuisibles que salutaires. On aura donc d’abord recours aux émolliens, qui relacheront & amolliront les solides & augmenteront la fluidité des liqueurs. Ces médicamens peuvent être employés de plusieurs manieres, ou en bains, ou en cataplasme, ou en onguent. Faites bouillir mauve, pariétaire, althæa, bouillon-blanc, mercuriale, & c. dans suffisante quantité d’eau commune, & bassinez fréquemment la jambe & la partie affligée avec la décoction de ces plantes. Leur application en substance sera plus efficace ; prenez donc leurs feuilles bouillies & réduites en pulpe, fixez-les sur le mal par un bandage convenable, & arrosez de tems en tems l’appareil avec cette même décoction, ou ce qui est encore plus simple, frotez toute la partie avec l’onguent d’althæa. L’inflammation, la douleur étant moindres, & le gonflement ramolli, mêlez les résolutifs aux émolliens ; ajoûtez à la décoction de l’esprit-de-vin, de l’essence de térébenthine d’abord en petite quantité, & ensuite plus abondamment ; faites bouillir avec les plantes relachantes quelques herbes aromatiques ; unissez à l’althæa la térébenthine en gomme ; fortifiez ainsi peu-à-peu les émolliens, & excluez-les enfin pour ne vous servir que des remedes capables d’opérer la résolution. Je pourrois indiquer encore d’autres moyens, mais ceux-ci suffiront lorsque le traitement sera conduit savamment & avec prudence. Ce n’est pas dans l’abondance des recettes que consiste le savoir, mais dans la connoissance du tems précis & de l’ordre dans lequel les médicamens doivent être appliqués. (e)