Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/529

Cette page a été validée par deux contributeurs.



 
Pages
Lawrence devient Lieutenant-Gouverneur. — Ses accusations contre les Acadiens. — Projet d’expulsion. — Les Lords du Commerce 
 223



Persécutions de Lawrence. — Leur effet. — Énumération des griefs contenus dans le volume des Archives pouvant justifier la déportation. — Défense faite aux Acadiens de quitter la Province sous peine de contrainte militaire à l’égard des familles des délinquants 
 243



Situation des Acadiens à Beauséjour. — Vénalité de De Vergor et des officiers Français. — Le Loutre 
 261



Les informations données par Pichon provoquent une expédition contre Beauséjour. — Préparatifs en Nouvelle-Angleterre. — Monckton, assisté des lieutenants-colonels Winslow et Scott, arrive au Fort Lawrence avec 2,000 hommes, le 2 juin 1755. — Consternation des Français et faiblesse de la garnison. — Secours impossible. — Siège de Beauséjour. — Les Acadiens refusent de prêter assistance aux Français. Trois cents d’entre eux forcés de porter les armes. — Capitulation. — Fuite de Le Loutre. — Pichon réclame sa récompense. — Ce que l’Angleterre doit aux Acadiens 
 273



Six juin. — Lawrence, par supercherie, fait enlever quatre cents fusils. — Ordre est donné aux Acadiens de livrer le reste de leurs armes. — Dix juin. — Requête des Acadiens de Grand-Pré et de Pigiquit priant Lawrence de ne pas les obliger à cette livraison. — Cette requête n’est prise en considération que le trois juillet ; entre temps, les armes sont livrées. — La dite requête est trouvée insolente. — Nouvelle requête. — Griefs de Lawrence. — Les députés Acadiens refusent d’abord de prêter le serment. — Le lendemain, ils s’offrent à le faire. — Lawrence à son tour refuse. — Ils sont emprisonnés 
 289