Une muse et sa mère

Une muse et sa mère
Delphine Gay de Girardin
Éditions Émile-Paul frères.


TABLE DES MATIÈRES



INTRODUCTION. — Histoire d’Antonia Lambert, devenue Mme Labarre 
 1
I 
Naissance de Delphine Gay. — Sa mère Sophie Nichault de La Valette, élevée dans l’amour des lettres et des, arts, reçoit à deux ans le baiser de Voltaire. — Son esprit de répartie dès l’enfance. — Aventure de Steibelt, Allemand, pianiste et voleur. — À quinze ans, Sophie de La Valette a tous les talents ; la Révolution ruine ses parents, qui la marient. — Elle devient une des Merveilleuses du Directoire. — Société de ce temps ; les salons se rouvrent ; Mme Hamelin, Mme Regnault de Saint-Jean d’Angély, Mme Tallien. — Le dîner Fonfrède où le général Bonaparte se fait attendre. — Un dîner chez Mme Tallien. — Sophie de La Valette, devenue Sophie Liottier, redevient Sophie de La Valette avant de devenir définitivement Sophie Gay. — La famille Gay. — La lecture du Mérite des Femmes, de Legouvé, par l’auteur, chez Mlle Contat ; quelques visages de ce temps, suivis d’une appréciation piquante de Mlle Georges. — Un dîner chez la marquise de Condorcet où le vicomte de Ségur lance un mot sanglant sur M.-J. Chénier. — Les femmes de lettres surgissent en grand nombre. — Sophie Gay publie Laure d’Estell ; les éloges du chevalier de Boufflers et du vicomte de Ségur fâchent Mme de Genlis, qui entame une polémique avec l’auteur ; coups de griffes et coups de plume. — Sophie Gay intervient dans la lutte en faveur de Delphine, de Mme de Staël. — Sigismond Gay est nommé receveur général à Aix-la Chapelle (1803) 
 14
II 
Aix-la-Chapelle, station balnéaire à la mode. — L’impératrice Joséphine y est reçue en triomphe. — La présentation des dames. — L’impératrice sait que l’on s’amuse chez le receveur général. — Une audience

privée où l’on évoque le passé. — Picard, auteur et directeur, manque d’à-propos. — Alexandre Duval est introduit dans le cercle de l’impératrice par Sophie Gay. — Il lit le Tyran domestique. — Arrivée de Napoléon. — Une verte réplique de Sophie Gay, que l’empereur n’intimide pas. — Maret et les petits soupers de son hôtesse. — Le salon de Sophie Gay à Paris. — Ceux de Mme Regnault de Saint-Jean d’Angély, de Talma, de la princesse de Chimay. — Comédie chez Mlle Contat. —

L’incendie de l’ambassade d’Autriche (1810). — Sophie Gay, mondaine toujours en ébullition, auteur et mère de famille. — Les protectrices de Chateaubriand ; la reconnaissance de René. — Le préfet Ladoucette se venge d’un mot de la femme en faisant priver le mari de sa recette générale (1812) 
 63
III 
La tourmente de 1814-1815. — Sophie Gay reprend sa plume de romancière. — Son roman Anatole distrait l’insomnie de Napoléon pendant sa dernière nuit passée à la Malmaison. — Aventure d’Amélie de X… et du colonel de Galbois ; on demande à Sophie Gay une consultation matrimoniale. — Mme de Staël meurt dans le lit de Sophie Gay. — Sophie de la Parole et Sophie de la Musique. — Une distraction du mathématicien Prony, membre de l’Académie des sciences. — Les soirées de Sophie Gail associée à la baronne Lydie Roger. Delphine Gay en pension. — La Maison Rouge à Villiers-sur-Orge. — Mœris, romance. — Première représentation de la Sérénade. — Le Congrès d’Aix-la-Chapelle ; grandes et petites puissances. — Hortense Allart suit sa destinée (1818) 
 102
IV 
Le monde de la Restauration. — Les salons. — Une élite intellectuelle. — Les relations de Sophie Gay : la duchesse de Duras, Mme Récamier, le baron Gérard, Charles Nodier, Mme Ancelot, la marquise de Custine, Casimir Delavigne, Benjamin Constant. — La poularde de La Fayette. — La garçonnière de Coulmann. — Visite à l’atelier de Girodet. — Un bouquet de célébrités : les habitués du salon de Sophie Gay. — Le jeune Adolphe Thiers réussit presque à manœuvrer une femme d’esprit. — Mots cinglants d’une animatrice. — Le Marquis de Pomenars au Théâtre-Français. — Sophie Gay découvre Marceline Desbordes-Valmore. — Le gros succès du Maitre de Chapelle et la pudibonderie de Victor-Hugo. 
 128
V 
Comment l’inspiration poétique vint à une Muse. — Delphine a en littérature des idées arrêtées, et discute avec âpreté. — Une élégie ; un chant ossianique. — Une révélation chez Mme Récamier. — La séance du 24 août 1822 à l’Académie française. — Un concert d’éloges, et la tendre lettre d’un père. — La police de la Restauration a fort à faire, et se trompe quelquefois — Le voyage en Suisse. — Visite à Coppet. — Un coup de foudre : la mort subite de Sigismond Gay (1822) 
VI 
Sophie Gay pratique le métier d’auteur. — Elle manifeste son libéralisme. — Magalon. — Elle se remue pour ses amis de lettres. — Elle aide à fonder la Muse française. — Delphine publie son premier volume de vers ; réponses des amis et coupures de presse ; le Globe grincheux, la Muse française enthousiaste. — Les portraits d’Hersent et le Salon de 1825. — La noblesse de Delphine. — Les malheurs de Marie ou la pauvre fille. — Paroles royales. — Sophie Gay engage sa fille à cultiver l’actualité : Ourika, la Druidesse, Delphine au Panthéon, le sacre de Charles X, la quête pour les Grecs, la mort du général Foy. 
 158
  
Soirées chez la duchesse de Duras, chez Mme de Flavigny, chez Mme Récamier. — La mort de Mathieu de Montmorency : Sophie Gay va aux nouvelles. — Delphine publie son second volume de vers : l’audience du roi ; Delphine reçoit une pension sur la Liste civile 
 181
VI 
Le premier amour, la première désillusion. — Alfred de Vigny. — Sophie Gay décide le voyage en Italie. — Arrêt à Lyon : Delphine fait la connaissance de Marceline Desbordes-Valmore : elle est embrigadée dans l’Académie provinciale « Lyon contre Paris ». — En passant, elle dédie une ode aux religieux du Mont Saint-Bernard. — La rencontre de Lamartine à Terni. — Rome. — Le duc de Laval-Montmorency. — Retour à Florence : la poésie et la prose de Lamartine. — La vie mondaine à Rome. — Le retour des Romains captifs délivrés par les Français. — Delphine reçue par le pape. — Ricevimento : le prince-banquier Torlonia, la comtesse Potocka, la duchesse de Saint-Leu, la princesse Doria et son diamant historique. — Naples et le cap Misène. — Le carnaval et la semaine Sainte à Rome. — Delphine au Capitole ; elle est reçue membre de l’Académie du Tibre. — Ferrare et la prison du Tasse. — Un mois dans la campagne florentine. — Long séjour à Arenenberg. — Encore l’œil de la police. — La Pèlerine. - Le retour 
VII 
David d’Angers exécute le médaillon de Delphine. — Une soirée chez la comtesse de Chastenay. — Mariage manqué avec le comte de Lagrange. — Chateaubriand lit sa tragédie de Moïse chez Mme Récamier, et Delphine vient à son secours. — Le talent de Delphine évolue : une lettre au comte de Saint-Priest. — Alexandre Dumas. — Balzac lit ses contes au coin du feu. — Jules de Rességuier, Belmontet, Frédéric Soulié, Auber, Edouard d’Anglemont. — Béranger est particulièrement susceptible. — L’amitié de Lamartine. — Sa réception à l’Académie française. — Rupture avec Villemain. — La 
 233
  
jalousie des gens de lettres. — Le bal des pauvres. - Première représentation d’Hernani. — L’attaque contre Bourmont. — La question de la pension. — La Révolution de Juillet 1830. — La vente de la Maison Rouge. — Le prestige de la Muse : la Malibran, le duc d’Orléans, George Sand. — La confidence. — Revue de prétendants ; un portrait de Thiers ; désillusions 
 257
VIII 
Naissance d’Émile de Girardin. — Son enfance. — Il vient à Paris avec M. de Senonnes. — Commis d’agent de change. — Il spécule, et perd les deux tiers de son petit capital. — Il mène une vie d’anachorète. — Sur le conseil de ses amis, il publie Émile et Au hasard. — Il fonde le Voleur avec Lautour-Mézeray. — Le Voleur est étonnamment favorable aux dames Gay. — Les deux associés fondent la Mode. — Histoire de l’Assemblée législative de la Mode. — Rôle d’Émile de Girardin pendant les Trois Glorieuses. — Son portrait à cette époque. — Projet de mariage avec Delphine Gay. L’élégie intitulée Mathilde. — Le mariage à Saint-Roch, le 1er juin 1831 
 296
  
TABLE DES NOMS DE PERSONNES 
 319
  
TABLE DES PLANCHES 
 335
  
TABLE DES MATIÈRES 
 337