Livre:Dugas - L'amitié antique, 1914.djvu

Dugas - L'amitié antique, 1914.djvu
TitreL’amitié antique
AuteurLudovic Dugas
Maison d’éditionLibrairie Félix Alcan
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1914
BibliothèqueInternet Archive
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages


TABLE DES MATIÈRES




L’amitié, phénomène psychologique, non physique.

Sens large du mot « amitié » chez les Anciens. — L’amitié considérée comme une force physique et définie par Héraclite l’union des contraires, par Empédocle l’union des semblables. — Interprétation et critique de ces maximes au double point de vue physique et psychologique par Platon et Aristote 
 1


L’amitié considérée dans les institutions et dans les mœurs.

I. L’amitié dans les gymnases et les écoles. — Les hétairies ou sociétés d’amis. — Leur organisation sous le régime de la communauté des biens (Pythagoriciens, Socratiques), blâmée par Épicure, adoptée avec des tempéraments par les Stoïciens 
 11
L’amitié définie : une communauté de vie, de sentiments, ὁμόνοια (Aristote), d’opinions et de doctrines philosophiques, ὁμοδοξία (Épicure, les Stoïciens) 
 18
II. L’amitié entre maîtres et disciples, à l’état pur chez les Socratiques, mêlée d’esprit de secte chez les Épicuriens. 
 22
III. L’enseignement salarié combattu par Socrate comme contraire à l’amitié entre maîtres et disciples 
 34
IV. L’amitié et l’enseignement : a) L’amitié, condition de l’enseignement 
 38

Page:Dugas - L'amitié antique, 1914.djvu/8 Page:Dugas - L'amitié antique, 1914.djvu/9 Page:Dugas - L'amitié antique, 1914.djvu/10 Page:Dugas - L'amitié antique, 1914.djvu/11

Page:Dugas - L'amitié antique, 1914.djvu/12