Ouvrir le menu principal

Effroyables pactions faites entre le diable et les prétendus invisibles

Effroyables pactions faites entre le diable et les prétendus invisibles, avec leurs damnables instructions, perte déplorable de leurs escoliers, et leur miserable fin.

1615



Effroyables pactions faites entre le diable et les prétendus invisibles, avec leurs damnables instructions, perte déplorable de leurs escoliers, et leur miserable fin.
M.DC.XXIII1.

C’est une chose etrange que l’Eglise, depuis son etablissement, a tousjours esté agitée, non seulement par la tempeste des payens incredules et par les vents du judaïsme, mais par les bourrasques de ses enfans propres, à qui elle a donné la vie et la cognoissance de la verité. Les escueils des ariens, lescume des lutheriens et les detroicts du caribde des calvinistes, qui se sont efforcez de faire perir le vaisseau de S. Pierre, ont servy d’esperon, de contr’escarpe et de donjon pour soustenir son etablissement contre la violence de tant de canailles qui voudroient faire brèche à l’Evangile, grande merveille de Dieu, qui, pour sa plus grande gloire, a permis que l’on aye contrecarré sa chère espouse et contrepointé la foy catholique, apostolique et romaine, pour donner d’autant plus de lumière aux docteurs de son Eglise de la verité de son sainct nom et de la puissance des evesques qu’il a establis dans son temple sacro-sainct, que les portes d’enfer ne pourront maistriser ; mais plus grande merveille d’avoir veu et de voir tous les jours les ennemis du christianisme miserablement perir à la veuë d’un chacun dans les feux et les flammes, et leur ame servir de proye aux diables et aux demons.

Les afflictions que l’Eglise romaine a souffertes jusques aujourd’huy n’ont point esté si violentes que Dieu n’y aye mis la main et envoyé de ses serviteurs pour renverser toutes les nouvelles doctrines qui sont survenuës de siècle en siècle ; et quoy que la magie des sacrificateurs de Pharao sembloit avoir autant de pouvoir que les miracles de Moyse, si est-ce toutesfois que le serpent provenu de sa baguette, qui devora tous les autres, debvoit assez faire cognoistre que la puissance de l’un provenoit d’une auctorité divine, et l’autre par charmes et illusions ? Simon Magus2, aussi grand enchanteur qu’aucun autre qui soit venu de son temps, se faisoit eslever en l’air par ses demons familiers, et ses charmes avoient un tel pouvoir que d’aveugler les yeux des assistants, qui le tenoient pour un grand prophète ; mais la presence de S. Pierre, venue pour s’opposer à ses actions diaboliques, monstra, par la mort de l’enchanteur, que ses prières avoient plus de pouvoir que la magie de l’autre.

Arius, qui, par ses artifices, avoit rangé soubs sa banderolle un nombre infini de pauvres ames ignorantes, eust pour ennemy le docteur Angelique3, qui renversa tellement ses escrits et nouvelles instructions, que la France, et notamment le Languedoc, luy est autant obligé qu’à sainct Dominique : ainsi tous les autres ennemis de la foy et de la vertu ont eu pendant leur temps de grands personnages qui ont deffendu la cause de Dieu et plaidé en plain barreau le droict de son Eglise militaire. Du temps de Luther, parut pour le contreprojecter ce flambeau navarrois nouvellement canonisé ; pour Calvin, le subtil Lescot ; et pour de Bèze, le docteur Duperon.

Puis donc que Dieu prend le soin de conserver l’auctorité de son Eglise, par l’eloquence et l’elegance de tant de braves hommes qui se sont opposez auz ennemis de la foy, qui estoient soustenus et maintenus par des empereurs, des roys et des potentats puissans ; craindrons-nous aujourd’huy qu’un tas de frippons ignorans, si jamais il en fust, puissent, par une nouvelle doctrine, ou par magie, ou par nigromencie, se rendre de visibles invisibles, charmer les ames sainctes, aveugler les yeux de la foy, faire ensevelir nostre croyance, et, par illusions et enchantemens, nous faire renoncer le ciel pour espouser l’enfer ? Est-il possible que la curiosité des hommes se porte jusques là, que d’aller non seulement faire dire leurs horoscopes, adjoustant foy aux parolles ambigues du diable, mais encore d’aller rechercher des demons, qui, soubz des habits apparens, fantastiquent une invisibilité, ou des nigromenciens, qui, pour attirer de l’argent, font voir mille fanfares aux curieux ?

On tient que les illuminez4 d’Espagne et les invisibles de France n’ont rien de commun en leur croyance, ains qu’elle est differente grandement de l’un à l’autre. Les illuminez croyent l’immortalité de l’ame, et nos invisibles n’en croyent point : toute leur croyance n’est qu’epicurienne, enseignent la mesme leçon et la mesme methode que ce philosophe italien qui fut brûlé à Thoulouze, en la place du Salin, par arrest du parlement du dit lieu, en l’année 16195. Il ne se peut faire que ces sortes de gens ne communiquent avec le diable, qui leur promet toutes sortes de biens et d’asseurance pour la conservation de leur personne ; mais la suitte de ces promesses, ce n’est que du vent, ce ne sont que des parolles de la cour, promettre et ne rien tenir, et, pour refrain de la balade, le feu materiel ensevelit leur corps et les flammes eternelles leur ame.

Nos invisibles pretendus sont (à ce que l’on dit) au nombre de trente six, separez en six bandes : leur assemblée generale fut faicte à Lyon, le 23 juin dernier, sur les dix heures du soir, deux heures avant le grand sabath, où, par l’entremise d’un anthropophage nigromencien qui avoit esté leur precepteur, Astarot, l’un des princes des cohortes infernales, parust splendide et grandement lumineux, pour ne point donner d’espouvente à ses nouveaux enroolez ; et sur ce que le nigromencien leur avoit donné à entendre que c’estoit un des messagers du très haut (sans adjouster ny de Dieu ny du diable), tous s’humilièrent et se prosternèrent devant la face de ce démon, qui leur demanda ce qu’ils desiroient de luy. Le nigromencien, prenant la parolle pour eux, dit ces mots : « Grand prince, voicy une petite troupe d’hommes que j’ay assemblez au nom de ton maistre, pour le servir doresnavant aux conditions portées dans ce papier escript qu’ils desirent estre paraphé de ta main, comme ayant charge de ton roy. » Astarot prist le papier et le paraphe, et le remet aux mains du nigromencien pour leur en estre à chacun baillé coppie pour leur servir de passe-port et sauvegarde, et fait faire lecture du contenu en iceluy, pour prendre en après d’eux le serment de fidelité, et les faire signer au bas de l’original, qui demeure pour minutte es mains du nigromencien.

Articles accordez entre le nigromencien Respuch et les deputez
pour l’etablissement du college de Rose-Croix
6.

Nous soubz-signez, certifions devant le très haut, en la presence de nos genyes, avoir fait les accords et pactions qui en suivent. C’est assavoir : nous qui prenons aujourd’huy le tiltre de deputez pour l’etablissement du college de Rose-Croix, estans au nombre de trente six7, promettons de recevoir doresnavant le commandement et la loy du grand sacrificateur Respuch, renonceans au baptesme, chresme et onction que chacun de nous ont peu recepvoir sur les fonds du baptesme fait au nom du Christ, detestons et abhorrons toutes prières, confessions, sacremens et toute croyance de resurrection de la chair, professons d’annoncer les instructions qui nous seront donnez par nostre dit sacrificateur par tous les cantons de l’univers, et attirer à nous les hommes, noz semblables d’erreur et de mort ; à quoy nous engageons nostre honneur et nostre vie, sans esperance de pardon, grace ne remission quelconque, et pour preuve de ce, nous avons d’une lancette ouvert la veine du bras de nostre cœur pour en tirer du sang8 et signer d’iceluy noz noms et noz surnoms, que nous avons posez de noz mains en fin de chacun article. Voila pour ce qui regarde noz volontares.

Ô mal heureuses gens ! Ô Dieu ! souverain createur du ciel et de l’univers, pouvez vous voir de vostre throsne empiré un traité semblable, fait au prejudice de vostre grandeur ! Souffrez vous qu’un enchanteur abuse de vostre nom, donnant l’epithète au diableté de très hault, luy qui est englouty dans le profond des enfers ! Permettez vous, ô Dieu ! que la magie ait tant de pouvoir que de seduire des hommes et leur faire renier leur Createur, leur foy et leur baptesme ! Mais, bien plus, Seigneur, pouvez vous voir de l’œil, sans decocher vostre foudre, les detestations que ces renegats font, non seulement des sacrements, mais de la resurrection de l’ame ? Ha ! Seigneur, vous le permettez pour quelque raison : vous endurcissez leur cœur, afin que par l’establissement de ceste croyance frivole, voz predicateurs paroissent plus que jamais zelez et affectionnez à renverser et boulleverser ces esprits hypocondriaques, plains de manie et remplis de folie.

Puis-je passer soubz silence cette abjuration qu’ils font de la resurrection de la chair, veu que les plus infidelles, les plus payens et les plus incredules y ont aucunement adjousté foy ? Pithagoras, quoyque payen, dit que l’ame raisonnable est capable de parvenir, non seulement à la condition des heros, mais encore de les surpasser de beaucoup, jusqu’à s’unir à l’essence de Dieu ; et dit plus, que si, delaissans la prison de ce corps, nous passons en la pure liberté ætherée, nous serons faits dieux immortels. Si ce payen, né, nourry, instruit et eslevé dans le paganisme, a eu cette croyance de l’ame, quelle foy doit avoir celui qui a senty les effects du baptesme et l’utilité que nous apporte la vive foy !

Revenons à noz articles et voyons ce que le diable, par l’organe de ce nigromencien, promet à noz invisibles. Voicy les mots du magicien : Moyennant lesquelles promesses cy dessus, je promets aus dits députez, tant en general qu’en particulier, les faire transporter d’un moment à l’autre du levant au couchant et du midy au septentrion, toutefois et quantes que la pensée leur en prendra, et les faire parler naturellement le langage de toutes les nations de l’univers9, couverts des habits du païs, en telle sorte qu’ils seront cogneus comme legitimes du païs et d’avoir tousjours leur bource pleine de la monnoye où ils se trouveront.

Item de les rendre invisibles10, non seulement en particulier, ains en public, et entrer et sortir dans les palais et maisons, chambres et cabinets, quoy que tout soit clos et fermé à cent serrures.

Item de leur donner l’eloquence pour attirer les hommes à eux et les enseigner en la mesme croyance, et leur promettre de la part du Très Haut faire mesme merveille en faisant le serment et protestations cy-dessus.

Item de leur donner le pouvoir non seulement de dire les horoscopes des choses passées et presentes, ny des futures, mais de dire jusques aux pensées du cœur le plus secret.

Item je leur donne parole qu’ils seront admirez des doctes et recherchez des curieux, en telle sorte que l’on les recognoistra pour estre plus que les prophètes antiens, qui n’ont enseigné que des fadaises ; et pour les instruire parfaitement en la cognoissance des merveilles que je leur promets, incontinant qu’ils auront presté le serment de fidelité ès mains de celuy qui viendra de la part du Très Haut, il leur sera delivré à chacun d’eux un anneau d’or enchassé d’un saphir, soubs lequel sera un démon qui leur servira de guide, en tesmoing de quoy j’ay signé de ma main ces presentes articles, et sellé de l’anneau de mon maistre, par lequel je promets faire ratifier dans ce jourd’huy le present accord pour ma decharge et contentement d’un chacun. Faict ce 23 juin 1623. Voila les particularitez de la paction ; reste maintenant de voir le serment que l’on leur fait faire, afin de les engager davantage au combat.

Après lecture faicte de ce traicté particulier, Astarot se communique plus courtoisement à ceux qu’il tient deja engagez, et, despouillant une partie de sa lumière feinte, prend le visage d’un adolescent dont le poil doré sembloit floter le long de ses epaules, ce qui faisoit croire à nos aveuglez que c’estoit quelque deité qui se manifestoit, et sur cette simplicité de croire, Astarot les caresse, les embrasse et leur promet toute sorte de bien-vueillance, et après ces espèces d’accolades, il leur dit à tous : « Levez la main », ce qu’ils firent, et, leur main levée, il leur fit faire ce serment :

Vous promettez tous en general et en particulier de ne jamais desroger aux articles que vous avez soubscripts, par vostre sang, de voz noms et sur noms, quoy qu’il arrive ou puisse arriver, et de fermer l’oreille aux predicateurs de l’Evangile du Christ, ains de vive voix publier, annoncer et prescher toutes les nations où vous serez enlevé selon vos pensées, la verité du règne très hault duquel je suis le messager, afin que par voz predications, leçons publiques ou particulières, vous attiriez à vous et à nous les erreurs des hommes de ce siècle, qui croyent l’immortalité de l’ame ? À quoy chacun respondit oüy. Ceste parole dicte, Astarot reprend les articles, et, de la part de son maistre, les ratifie, les confirme et les approuve, et promet les entretenir de point en point selon leur forme et teneur à l’esgard de ce qui a esté promis par le nigromencien.

Cela fait, Astarot disparut pour assister au sabath general, qui se fait depuis les unze heures du soir jusques à une heure après minuict de la nuict de la vueille de la S. Jean Baptiste11, es environ du labirinthe qui est ès monts Pyrenées, tellement qu’il ne restera plus que le nigromencien avec noz invisibles, pour recevoir par le soufle la grace qui leur estoit promise par les articles.

Ce soufle se fit en la manière : noz invisibles se despouillérent tout nuds, et, la face contre terre, le nigromencien, qui avoit une bouëtte pleine d’onguents et de graisse, leur frotta à chacun le dessus du col12, les aisselles, le bout d’en bas de l’eschine du dos, les parties honteuses et le fondement, puis souffla dans l’oreille droicte de chacun, leur disant : Allez et jouissez maintenant de l’effect de mes promesses. Et leur donnant à chacun l’agneau, il leur dit : Il ne vous reste plus que d’aller recognoistre la cour de nostre maistre, qui se tient à cent lieuës d’icy, et recevoir de luy le departement de vos voyages ; je vous serviray de conducteur pour ceste nuict. Ces paroles achevées, une forme de vent les enlève au lieu de l’assemblée des sorciers et magiciens.

Ce fut ce qui commença d’estonner nos invisibles, voyant et considerant une si grande troupe de personnes sacrifier et faire hommage à Satan. Là, ils furent regardez d’un chacun comme nouveaux venus, et receurent publiquement de la main de leur maistre la marque des magiciens, avec leur despartement de six en six : six en Espagne, six en Italie, six en France, six en Allemagne, quatre en Suède, deux en Suisses, deux en Flandres, deux en Lorraine, et les deux autres en Franche Comté, tellement qu’ils ne vont que sur les terres catholiques pour y semer une nouvelle religion s’ils pouvoient, et non pas sur les terres heretiques et infidelles, qui, hors du giron de l’Eglise, sont dans les griffes de l’enfer.

Voila donc le despartement qu’ils ont receu, quoy que cela n’empesche pas qu’ils n’aillent par tout en un tour de main, selon les promesses du diable. Mais il est question de sçavoir maintenant ce qui est de leur voyage, des fruicts qu’ils ont provignez, les escolliers qu’ils ont gaignez, et si le diable ne les a point trompez.

S’il estoit question de verifier par cent mille cahiers saincts que le diable n’est qu’un trompeur, et que tout ce qu’il a promis, et promet, et promettra, ne sont que mensonges, je ferois plustost un volume qu’un abregé que j’ay entrepris de faire pour monstrer la supersticherie des demons ; mais pour toutes les exemples le docteur Fauste13 nous servira assez. Comme sa curiosité l’a precipité dans les enfers, la magie, la nigromencie, les enchantemens et les horoscopes servent d’academie aux enfans du diable ; les ambiguitez qu’un nigromencien italien donna au roy François le grand monstrant assez la malice de l’enfer. Ils ne parlent jamais ouvertement et se confient plustost à la philosomie de celuy qui leur parle qu’à la doctrine de leurs mathematiques.

De dire que le diable n’ait pouvoir (entend que Dieu le permet) de porter un homme d’une part à l’autre, qui est une espèce d’invisibilité, la preuve s’en voit tous les jours. Il se trouvera des Basques qui feront cent lieuës par jour14, chose qui ne se peut faire de pied ; il faut qu’il y aye de l’artifice du diable. De dire aussi qu’il n’y aye des nigromenciens qui vendent des bagues15 où sont des esprits familiers, l’une pour le jeu, l’autre pour l’amour, l’autre pour les armes, l’autre pour la dance et l’autre pour la fortune, on ne le peut revoquer en doute, car il s’en trouvera qui en usent encore, au mespris du nom chrestien ; mais sçachez et voyez la fin de ces gens-là, vous n’y trouverez et n’y verrez que misères, abandonnez d’un chacun, leur esprit familier changer de nom et d’effect. Si le malheureux homme l’a pris au dessein d’estre fortuné, la fin de ses jours seront les plus infortunez du monde ; s’il l’a pris pour les armes, son corps sera ulceré en mille endroits ; si pour l’amour, la verolle et les naudus luy pourriront les membres ; si pour la dance, il sera sur un fumier sans pouvoir se remuer ; si pour le jeu, les larmes et les soupirs luy couvriront la face ; enfin le diable recompense ces gens-là par un contraire.

Vous avez donc veu comme nos invisibles sont my-partis les uns de-çà et les autres de-la. Il nous faut voir le cours de leurs enseignemens et l’etablissement de leur college. Les six destinez pour la France, qui sont ceux dont nous parlerons, puisque les autres sont ès païs estrangers, et desquels nous aurons (s’il plaist à Dieu) bien tost nouvelle de leur mort ou de leur fuitte, arrivèrent à Paris environ le 14 de juillet, chacun prenant son logis à part pour oster toute sorte de soupçon, ne laissans de communiquer chaque jour ensemblement au lieu où la première pensée les portoit, tantost sur le mont Parnasse16, près le diable de Vauvert17, tantost vers les colonnes de Montfaucon, tantost dans les carrières de Montmartre18 et tantost le long des sources de Belleville19 ; là, proposoient les leçons qu’ils devoient faire en particulier avant de les rendre publiques, et de la difficulté qu’il y avoit d’enseigner une nouvelle religion à Paris, tant à cause des livres theophiliques20 que de tant de predicateurs qui ne demandent autre chose que d’entrer dans le combat de la verité pour confondre les ennemis de la religion et les fleaux, ou plustost les bourreaux, de la vertu.

Quelques jours se passent, pendant lesquels la depense de leur hostellerie augmente. Point d’escolliers, point de profits pour avoir credit. Il n’est que de bien payer au commencement ; mais en payant il se trouve que leur argent devient invisible et que leur bourse est accouchée ; cela ne les etonne pas, quoy que le diable manque desja en sa promesse que leur bourse seroit toujours plaine.

Ils ont des chevaux, lesquels ils vendent pour avoir des meubles et prendre des chambres à loüages, afin d’estre plus libres à chercher des escolliers ; l’argent reçu, les chevaux sont transportez par l’achepteur et renduz invisibles au vendeur.

Les chevaux vendus, et quoy qu’ils avoient auparavant resolu de se garnir de meubles, ils changent de volonté et louèrent deux chambres garnies dans les marests du Temple20, où ils logèrent ensemblement, resolus d’y faire leçon particulière et publique : Le temps est venu (disent-ils) de prodiguer et fructifier, et par noz enseignemens attirer à nous les hommes de ce siècle. Pour cet effect, ils affichèrent de nuict, en plusieurs carefours, des billets et memoires dont la teneur en suit :

Nous, deputez du college de Rose-Croix, donnons avis à tous ceux qui desireront entrer en nostre societé et congregation, de les enseigner en la parfaite cognoissance du Très Hault, de la part duquel nous ferons aujourd’huy assemblée, et les rendrons de visibles invisibles et d’invisibles visibles, et seront transportez par tous les pays estrangers où leur desir les portera. Mais, pour parvenir à la cognoissance de ces merveilles, nous advertissons le lecteur que nous cognoissons ses pensées ; que si la volonté le prend de nous voir par curiosité seulement, il ne communiquera jamais avec nous ; mais si la volonté le porte reellement de fait de s’inscrire sur le registre de nostre confraternité, nous qui jugeons des premiers, nous luy ferons voir la verité de noz promesses, tellement que nous ne mettons point le lieu de nostre demeure, puisque les pensées jointes à la volonté reelle du lecteur seront capables de nous faire cognoistre à luy et luy à nous21.

Ces memoires, escripts à la main, estans affichez en plusieurs endroits, firent reveiller les esprits des plus curieux, tant des doctes que des ignorans. Chacun s’estonne de cette invisibilité et de la perfection de parler toutes sortes de langues. Les uns disent que ces gens-là viennent de la part du S. Esprit ; les autres, qu’il faut que ce soit quelques saincts personnages ; et les autres, que ce ne sont que magie et illusions. D’autres admirent davantage la cognoissance des pensées secrettes, veu que cela n’appartient qu’à Dieu seul, et sont incredules à cet esgard. D’autres disent que le diable a cognoissance des choses passées et des presentes ; que s’il a cognoissance des choses presentes, les pensées sont choses presentes, et, partant, le diable en peut cognoistre et en donner la cognoissance à ses suppots.

Sur ces contrarietez et anxietez d’esprit passe un advocat du parlement de Paris, qui s’arreste à la lecture de ces affiches, et d’autant que les sergens l’avoient long-temps gallopé et le gallopoient tous les jours pour le mettre dans le croton, la pensée et la volonté le prennent de s’enroller en cet ordre nouveau, rien qu’au subject de se rendre invisible, afin que quand messieurs les sergents le galloperont ou le tiendront, qu’il devienne invisible devant eux. Incontinant que la pensée fut jointe à la volonté, l’un de noz invisibles parut à cet advocat, luy disant : « Je suis un de ceux que vous cherchez, qui ont cogneu la volonté de vostre pensée ; trouvez-vous, à huict heures du soir, vis-à-vis des boucheries du Maretz22, on vous apprendra ce que desirez. » Cela fait, l’autre disparut, ce qui donna plus de force à l’advocat de croire le contenu de l’affiche, et ne manqua pas, à l’heure dicte, de se trouver au rendez-vous, où le mesme personnage le vint trouver, luy bande les yeux et le fait toupier23 par cinq ou six ruelles pour entrer au logis des invisibles.

L’advocat, arrivé à la chambre, les yeux debandez, voit devant luy cinq personnages en guise de senateurs, dont la façon estoit grave et le parler magistral : « Nous sçavons ce que vous desirez ; mais avant que donner contentement en voz desirs, il faut que vous prestiez le serment de fidelité et que vous escriviez dans un papier quatre mots seullement : « Je renonce à moy-mesme. » Car, pour parvenir à l’instruction d’une croyance nouvelle, il faut bander les yeux à toutes autres instructions precedentes. » L’advocat escrit ce qui est dit et preste le serment de fidelité, ensuite du quel on luy soufle à l’oreille, et croyoit que ce soufle fut le vent du Sainct Esprit au lieu de l’halleine du diable. On luy fait voir mille illusions par l’operation des demons : tantost Alexandre le grand monté sur un genez d’Espagne, armé de toutes pièces, et tantost un Neron qui fait estrangler sa mère pour voir le lieu où il avoit esté engendré, et une infinité d’autres choses particulières où sa curiosité le portoit. On luy donne l’instruction des mots qu’il doit dire pour se rendre invisible quand il voudra, et les imprecations qu’il doit faire contre l’Eglise romaine, avec les hommages qu’il est obligé de rendre soir et matin au diable leur maistre, en recognoissance de ses merveilles ainsi prodiguées pour l’utilité et profit particulier des hommes de ce temps. Cela fait, ils font despoüiller l’advocat dans un cabinet pour le frotter de l’onguent de magie, puis luy enjoignirent d’aller se laver à la pointe du jour dans la rivière, pour nettoyer la crasse des ordures passées.

Toutes ces ceremonies faictes, on commence à boire et manger à l’epicurienne, aux despens de l’advocat, qui n’epargnoit rien de ce qu’il possedoit pour traicter ses compagnons ; et après bon vin bon cheval, on luy rebande les yeux et le conduict-on, à quatre heures du matin, au lieu où l’on l’avoit pris le soir precedent, avec commandement de s’aller baigner de ce pas, ce qu’il fist, quoy que bridé de vin, pour ne point manquer à son debvoir ; mais le pauvre miserable ne fut pas sitost dans l’eau qu’il se voulut mettre en nage pour mieux se laver, et se noya. Et par ainsi de visible fut fait invisible ; mais d’invisible visible non, car son corps n’a sceu estre trouvé dans la rivière, quoy que l’on aye fait toute diligence à le chercher. Voila les premiers fruicts qui sont sortis de l’estude des docteurs invisibles à la fin de juillet dernier.

Un soldat du regiment des gardes, aussi curieux que l’advocat pour se rendre invisible et se transporter ès pays estrangers pour y faire une meilleure fortune qu’il n’avoit pas faicte au siége de Monpellier24, fut porté d’une mesme volonté et traicté en la sorte que le premier, fors qu’au lieu de s’aller baigner on luy commanda que, pour prouver son invisibilité, il se mist de la bande des assassins du faux-bourg Sainct Germain25, où le lendemain il fut miserablement assassiné au mois d’aoust dernier.

Le bailly de Chaulne, en Picardie, ayant oüy parler de ces invisibles, sa pensée fut tellement ancrée à sa volonté que l’un des six se transporta invisiblement à Peronne, dans le cabinet du bailly, qui feuilletoit les papiers de son procès, et l’invisible parut visible et dit à l’autre l’effet de sa pensée, s’enroolle en la societé, et, deux jours après, le pauvre miserable bailly se donna de luy-mesme un coup de pistolet dans la teste et se tua.

Un Anglois francisé ayant receu la mesme instruction que les autres, voulant retourner en Angleterre, fut porté en un moment au pied de la tour d’ordre de Boullongne sur la mer, et voyant qu’il n’y avoit plus que la mer à passer, pria le demon qui l’avoit porté jusques là de le porter à Londres. Le demon le prend avec telle furie, qu’estant entre Callais et Douvres, il le laissa choir dans le profond de la mer, avec un bruict espouvantable, fait en la presence de deux cens navires hollandois qui flottoient en ces quartiers-là, et qui estoient partis d’Amsterdam pour aller aux Indes au mois de septembre dernier.

Un Gascon, dont les rodomontades sembloient menacer terre et ciel, voulut entrer en ceste congregation nouvelle, afin d’aller trouver le comte de Mansfeld26 et luy offrir son service. Estant sur les frontières de Bavière, porté dans l’air par son demon, le tonnerre, qui s’estoit fait en l’air, se fend en mille parts, dont le demon eust si grand frayeur qu’il quitta le Gascon, qui tomba dans le lac de Westong, en la presence de sept ou huict pescheurs de poisson.

Un Normand du païs de Sapience au Constantin27 ayant sceu que l’on enseignoit à Paris la methode de se rendre invisible, vint faire hommage comme les autres ; mais quatre jours après, passant par la ville de Reims pour visiter son procureur, la peste le prit, qui l’estrangla au mois d’octobre dernier.

Un Provençal, aussi tost que les autres, qui vouloit sçavoir le fondement de ces merveilles nouvelles, après avoir fait le serment et receu les instructions, fut estranglé la nuict en suivant, et son corps invisible pour avoir manqué à faire l’hommage qu’il devoit soir et matin à son demon. Cela arriva au village de Plisan, au mesme mois d’octobre.

Un jeune homme de l’Isle de France, dont je tays le nom comme des autres, pour ne point scandalizer les maisons ny les familles, ayant fait l’amour un fort long-temps à une fille de bon lieu, laquelle, peu amoureuse des delices du monde, habandonna l’amour passager à un eternel amour, se retirant dans une religion devote où elle a fait profession d’y vivre et mourir ; et ce jeune homme, encore passionné de sa maitresse, laquelle il aimoit uniquement, et de laquelle il portoit au cœur et l’image et l’idée, fust si aveuglé que d’aller faire comme les autres pour se rendre invisiblement dans la chambre de la religieuse et contempler à loisir l’original de son portraict. Mais tant s’en faut qu’il peust aller voir secrettement son amante, que la nuict en suivant qu’il eust fait paction et serment à noz invisibles, un desespoir le prist de telle sorte qu’il s’estrangla avec ses jarretières.

Il me semble que, pour eviter prolixité, c’est assez d’avoir fait preuve de ceux cy dessus nommez pour servir de preuve et tesmoignage que noz invisibles sont diables et non pas des hommes, demons qui attirent par leurs enchantemens et discours empoisonnez une infinité de personnes volontaires qui n’ont aucune crainte de Dieu devant les yeux. Parolles empoisonnées qui ne produisent autres fruicts que la mort deplorable du corps et la perte irreparable de l’ame ! Trompeurs manifestes qui precipitent les trop curieux dans les enfers, et leur font oublier le Createur pour suivre l’effroyable compagnie de Satan. Retournons encore à eux, et voyons ce qu’ils deviendront.

Pendant le temps qu’ils font toutes ces choses, leurs habits s’usent et les loyers de leurs chambres loquentes escheent sans qu’ils puissent satisfaire à leur hoste, que sur les esperances qu’ils avoient de le payer bien tost. Deux mois sont des-ja escheux, qui est beaucoup attendre pour un hoste qui n’a aucuns gaiges ny asseurance, tellement qu’il les presse fort d’estre payé, ce que les autres voyans, et craignans d’estre arrestez, en vertu du privilege aux bourgeois de Paris, furent d’advis de s’en aller sans payer, ce qu’ils firent une belle nuict, sans dire adieu, et vindrent loger au faux-bourg Sainct-Germain28. L’hostesse, qui pensa le lendemain aller faire les licts des chambres, ne s’estonna pas de ce qu’ils n’y estoient pas pour lors, parce que souvent ils se rendoient invisibles ; mais ce qui luy fist croire que c’estoient des trompeurs qui s’en estoient allez pour ne point revenir, fut qu’ils avoient emportez tous les draps des licts.

Ceste femme, doublement affligée de la perte de son linge et de ses loyers, ne peut se tenir de crier. Le mary monte, qui ne sceust que dire, sinon qu’il commanda à sa femme de se taire, de crainte que l’on ne decouvrist qu’ils avoient logé et recelé telles sortes de gens sans en advenir le commissaire du quartier29. Tout ce que les pauvres gens peurent faire, ce fut de les maudire : Ô diable soit donné les invisibles ! La peste estrangle ces volleurs-là ! Malle-mort saisisse tels affronteurs ! Et d’autres parolles semblables, desquelles les autres s’engraissent. Voila l’invisibilité de nos invisibles de Maretz du Temple aux faux-bourgs S. Germain.

Essans aux faux-bourgs S. Germain des prez, chez un Italien maquereau30 signalé si jamais il en fust, et se voyans privez de tout secours humain, et mesme de l’execution des promesses du nigromencien, confirmées par Astarot, de ne les laisser jamais la bourse vuide, et que leurs enseignemens ne leur apportoient aucun profit, parce qu’il ne venoit vers eux que des volontaires, des frippons et des vagabonds qui n’ont rien que la cappe et l’espée, ils resolurent que l’un d’eux s’iroit à Lyon pour se plaindre au negromencien de leur necessité. L’un doncques y fut, qui, au lieu d’estre le bien venu, receut mille paroles injurieuses de leur maistre ; et pour couronner leur fin finale, il luy dit : « Va, et dit à tes compagnons que pour avoir manqué en leur debvoir, ils ont encouru l’ire et l’indignation du Très Hault, qui est le seul subject pour lequel ils ont esté habandonnez, et que toy et eux se preparent à la mort, car le temps est plus proche qu’ils ne pensent. »

Voila nostre invisible bien estonné, qui raconte à ses compagnons plustost la mort que la vie, plustost la misère d’une eternelle pauvreté que non pas l’esperance de paroistre riches et puissans comme ils esperoient ; la colère les transporte, le desespoir les prend, la rage les saisit, et n’ont devant les yeux que l’effroy et l’espouventement. Ils voudroient bien se recognoistre et former un appel contre ce qu’ils ont contracté et signé, mais le sang de leurs veynes paroist à leurs yeux, mille diables sont devant eux, la misericorde de Dieu, qu’ils ont delaisée, leur eschappe, et les boute-feux des demons enragez sont prests d’executer le decret de l’enfer.

En ces perplexitez et premiers tintamarres, l’Italien monte en hault pour sçavoir l’origine de leur mal ; mais l’excuse qu’ils prindrent fut qu’ils luy dirent qu’ils estoient fachez de ce qu’ils ne pouvoient luy donner de l’argent sitost qu’ils desiroient, parce qu’ils avoient une lettre d’eschange de mil escus à prendre à Lyon, chez Particelles et Sello31, qui avoient fait banqueroute, et que ceste banqueroute estoit la cause de leur deüil. L’Italien leur dit qu’ils ne se faschassent point pour cela et qu’il auroit encore patience.

Mais ce n’estoit pas là où le mal les tenoit, car plus ils retardent l’execution de la volonté du diable leur maistre auquel ils se sont donnez, et avec lequel ils ont contracté par l’entremise de Respuch, negromencien, leur cœur est epoinçonné de fureur, il n’y a partie en leurs corps qui ne sente de la douleur, et la plus grande douleur qui les tallonne est de la meffiance qu’ils ont de la misericorde de Dieu. Ils cognoissent leur faute et ne peuvent demander pardon, parce que la presence des demons les estonne de telle sorte qu’il semble que s’ils ouvroyent la bouche pour interceder la clemence de Dieu, qu’incontinant ils auroient le col tors. Enfin, privé de secours et divin et humain, ils concluent de sortir le faux-bourgs S. Germain, afin de ne point donner à cognoistre publiquement la detestable fin de leurs jours. C’est ordinairement ce que font ceux qui ont fait paction avec les diables, de sortir de leurs maisons lorsque le temps contracté est finy, afin de ne point donner mauvais augure à leurs parens et à leurs voisins de l’estat malheureux où ils meurent.

Estans sortis de leur chambre, ils prennent le chemin de Vaugirard, passent le Visage sur les six heures du soir, et de là vont sur les côtes des montagnes qui sont entre Meudon et Seure. Là ils se preparent de recevoir la mort ou quelque respit de vie ; mais de respit il n’en faut point parler, car le diable, qui sçavoit des-ja qu’ils avoient ballancé pour implorer la misericorde de Dieu, n’avoit garde de leur donner du temps pour perdre sa proie. Astarot parust devant eux, non pas en ange de lumière, comme il avoit fait lors de la ratification de l’accord, pour ne les point estonner, ains avec une presence affreuse et du tout espouvantable, accompagné d’un million de demons qui environnoient ces pauvres gens de tous costez. « Hé bien ! dit Astarot, vous avez esté curieux de sçavoir la science des langues estrangères et de vous rendre invisibles par tout ; il est temps de satisfaire et recompenser la peine de vos precepteurs et conducteurs. » Ces pauvres gens, effrayez non seullement de la parole, mais de la quantité des demons qui les environnoient, ne sceurent que respondre. Les articles entr’eux accordez leur sont representez ; ils cognoissent la signature de leur sang ; leur ame, qu’ils croyoient mourir avec le corps, ou que le corps fust sans ame, commence à les convaincre d’infidelité.

Pendant ces tristes discours, matines sonnent au novicial des capucins de Meudon, et au son de ceste cloche il se fait un tremblement de terre au lieu où les demons estoient, qui font lever une bourrasque de vent qui enlève en corps et en ame les six curieux, qui de visibles devinrent invisibles. Voila la fin deplorable que la curiosité apporte bien souvent.

Il ne faut point que le lecteur s’estonne de ceste histoire tragique ; le diable en a joüé et en joüe tous les jours de plus sanglantes. On ne sçait pas tous ceux qui ont des grimoires, ny tous les enchanteurs, ny tous ceux qui font des horoscopes, qui est une espèce de magie, ny la fin miserable de telles sortes de gens, parce que, leur temps venu, ils se retirent hors de leur maison, et vont sans compagnie satisfaire à la justice du diable.

Il ne faut point aussi que le lecteur revoque en doubte que non seullement dans Paris, mais par toutes les villes capitales de France, il y a des personnes qui sont pires que les diables, personnes qui se joüent à la plotte de l’immortalité de l’âme, et qui croyent et enseignent que l’ame est mortelle comme le corps ; mais, helas ! qui passent bien plus outre, soustenans qu’il n’y a point de Dieu. Les diables connaissent un Dieu et ne peuvent rien faire sans son commandement, et cognoissent l’immortalité de l’ame, et partant ces hommes la sont pires que les diables, pires que les anabaptistes, qui disent que le corps estant mort et mis dans le tombeau, l’ame de ce corps demeure vivante dans ce mesme tombeau, à costé du corps, attendant la resurrection d’iceluy pour se remettre dedans. Les Grecs, antiens payens et infidelles, ont escrit que les heroes sont les ames des hommes valeureux, qui, par leurs vertus et merites, après leur trepas montent à un degré plus auguste et une condition plus approchante de la divinité que ne sont les communs personages.

Je ne veux point m’estendre sur la justification de la preuve de l’immortalité de l’ame, car elle est plus clair que ce qui paroist à noz yeux. Les cahiers saincts en sont remplis ; sainct Augustin le chante assez, et l’Eglise, espouse de Dieu, en a la parfaite cognoissance. Je concluray donc, en chrestien, par les regrets que je reçois en l’ame de voir tant de pauvres esprits curieux se precipiter d’eux mesmes dans le gouffre de l’enfer. D’aller chercher l’essence de Dieu, c’est vouloir mettre l’eau de la mer dans un demy septier ; et l’immortalité de l’ame, c’est vouloir rendre un verre plus fort qu’un rocher. Bien heureux sont ceux qui, despouillez de telles curiositez, se contentent seulement de croire ce que l’Eglise croit, et s’efforcent d’executer les commandemens de Dieu et de l’Eglise ; bien heureux sont les pauvres d’esprit, puisque le plus souvent nous voyons abysmer dans les ondes infernales les doctes et les plus relevez en doctrines.

Mais afin que ce petit discours puisse destourner les curieux de telle curiosité, ou qu’il puisse profiter à ceux qui sont des-ja escripts dans la capitulation du diable, unissons nous tous d’un commun accord pour presenter nos prières à Dieu à ce qui luy plaise nous destourner de cet ambition de sçavoir tout, et de tout ne sçavoir rien, et que par sa grace il inspire à repentance ceux qui ont contracté et sont sur les poincts de contracter avec les demons pour perdre et leur corps et leur ame. Dieu commande au diable, et quoy que le diable ait la promesse d’une creature, signée et escripte de son sang, on le contrainct de la rapporter, et ce n’est pas la centiesme qu’il a rendue par les suffrages et les exorcismes de l’Eglise. Nous y sommes obligez puisqu’ils sont noz prochains, et s’ils sont indignes de noz prières, elles serviront à autre fin. Ainsi soit-il.



1. En publiant cette pièce, nous tenons une promesse que nous avons faite t. I, p. 116, dans la note 1 d’une pièce qui est aussi relative aux frères de la Rose-Croix, et à laquelle nous aurons souvent à renvoyer le lecteur.

2. Simon le magicien, chef de la secte des simoniaques, qui, dans les premiers temps de l’Eglise, continua contre saint Pierre la querelle du pays de Samarie, où il étoit né, avec Jérusalem. V. sur lui un curieux article de la Revue de bibliographie, fév. 1845, p. 181.

3. C’est, comme on sait, saint Thomas d’Aquin.

4. En cette même année 1623, les illuminez se disant congregez illuminez, bien heureux et parfaicts, avoient été bannis d’Espagne par l’inquisition. V. Edict d’Espagne entre la detestable secte des illuminez, eslevez es archevêché de Seville et evesché de Cadix, traduict sur la coppie espagnole imprimée en Espagne, 1623, in-8.

5. Vanini, qui fut en effet brûlé à Toulouse en 1619. C’est comme athée qu’il fut envoyé au supplice. Il le subit avec un fier courage que le P. Garasse lui-même ne put qu’admirer : « Lucilio Vanini et ses compagnons, dit-il en son Apologie, ont quelque froide excuse en leur impieté, sçavoir : une resolution philosophique qui les porte au mespris de la mort, et de là les jette furieusement jusques à celui de leur ame. » Peu d’années auparavant, Louis Gaufridi avoit subi le même sort pour cause de magie, par arrêt du parlement d’Aix. Entre autres pièces écrites à ce sujet, qui intéresse celui-ci, voir les suivantes : Arrest de la Cour de Provence, portant condamnation contre messire Loys Gaufridi, originaire du lieu de Beauvezer les Colmaret, prestre beneficié en l’eglise des Accoules de la ville de Marseille, convaincu de magie et autres crimes abominables, du dernier avril mil six cent onze, à Aix, par Jean Tholozan, imprimeur du roi et de la dicte ville, 1611, in-8 ; Confession faicte par messire Loys Gaufridi, prestre en l’eglise des Accoules de Marseille, prince des magiciens depuis Constantinople jusqu’à Paris, à deux pères capucins du couvent d’Aix, la veille de Pâques, le 11e avril mille six cent onze, à Aix, 1611, in-8.

6. Sur les trois colléges que les Rose-Croix disoient avoir dans le monde, V. t. I, p. 124.

7. G. Naudé dit qu’ils n’étoient que huit. Id., p. 122.

8. Ce n’étoit pas seulement pour donner, comme ici, leur signature, que les Rose-Croix recouroient au sang humain ; ils en faisoient la base de leur médecine. En 1750, un des frères prétendoit qu’il savoit en tirer le principe de vie, communicable à tout malade qui vouloit bien se remettre en ses mains. C’étoit, pour lui, la médecine universelle. Une petite comédie jouée cette année-là, sous ce titre : La double extravagance, fit allusion à cette nouvelle façon de médicamenter l’homme par l’homme :

———…Il est dans chaque corps
Un principe de vie, âme de leurs ressorts,
———…Il faut que la chimie
Aille le déterrer, l’extraire par son art :
Or, ce principe extrait, je puis en faire part
À ceux de qui la vie à nos soins est transmise.

9. Il est déjà parlé de cette faculté que s’attribuoient les Rose-Croix, dans l’Examen de l’inconnue et nouvelle caballe des frères de la Rose-Croix. V. notre t. I, p. 124.

10. Id., ibid.

11. C’est, en effet, le jour du grand sabbat, ce qui n’empêchoit pas celui qui se tenoit régulièrement toutes les semaines, dans la nuit « du mercredi venant au jeudi, ou du vendredi venant au samedi. » (De Lancre, De l’inconstance des démons, p. 66.)

12. Cette façon de s’oindre pour se métamorphoser ou se rendre invisible étoit de la vieille magie. La sorcière thessalienne chez qui logea Lucius ne procédoit pas autrement : « Elle ouvrit un gros coffret où étoit force petites fioles ; elle en prit une. Ce qu’il y avoit en cette fiole contenu, au vrai je ne le saurois dire. À voir, il me parut comme une sorte d’huile, dont elle se frotta toute des pieds jusqu’à la tète, commençant par le bout des ongles ; et lors, voilà de tout son corps plumes qui naissent à foison, puis un bec au lieu de son nez, fort et crochu. Que vous dirai-je ? En moins de rien elle se fit oiseau de tout point, le plus beau chat huant qui fut oncques. » (La Luciade, dans les Œuvres complètes de P. L. Courier, 1839, in-8, p. 124–125.) « Lorsque les sorcières s’oignent, dit de Lancre, p. 392, elles disent et répètent ces mots : Emen-Hetan, emen-Hetan, qui signifient ici et là, ici et là. »

13. C’est le Faust de la légende, dont la plus ancienne histoire connue fut publiée à Francfort en 1588, cum gratia et privilegio, chez Jean Spies. En 1599, Georges-Rodolphe Widmann avoit publié à Hambourg une seconde histoire de cette vie magique et livrée au diable. On tira de l’une et de l’autre un petit livre écrit en françois : l’Histoire prodigieuse et lamentable de Jean Faust, grand et horrible enchanteur, avec sa mort épouvantable ; Rouen, 1604, in-12. L’œuvre de Goëthe est sortie de là, comme l’aigle de son œuf ; on y trouve tout le poëme, même Méphistophélès, avec une toute petite différence de nom. C’est Méphostopholis qu’il s’appelle. Avant ces petits livrets, on ne connoissoit guère le docteur Faust que par ce qu’en a dit l’abbé Trithême dans une de ses lettres, datée du 20 août 1507 (Haguenau, 1536, chez J. Spiegel) : « Faustus junior, y est-il dit, fons necromanticorum, astrologus, magus secundus, chiromanticus, agromanticus, pyromanticus, in hydrâ aste secundus… venit Staurosum, et de se pollicebatur, ingentia dicent se in alchemia, omnium que fuerant unquam esse perfectissimum, et scire atque posse quidquid homines optaverint. »

14. Sur ces coureurs basques, parmi lesquels les grands seigneurs choisissoient leurs laquais au 17e siècle, V. Francisque-Michel, Le Pays basque, p. 100–102. L’un des valets de Célimène, dans le Misanthrope, s’appelle Basque.

15. Sur les anneaux constellés, comme les appelle Molière dans L’Amour médecin, et sur quelques autres bagues magiques, V. Ch. Louandre, La Sorcellerie, 1853, in-18, p. 32–33.

16. C’étoit une butte, dont rien n’est resté que le nom. Il lui étoit venu des exercices de poésie et de chant qu’y venoient faire, au 16e siècle, les écoliers des différents colléges de Paris. À l’époque de la Fronde, dans la crainte que les troupes royales n’y prissent position, il fut décidé qu’on l’aplaniroit : « Faut demander aux habitants du faubourg Saint-Germain de desmolir le Mont-de-Parnasse. » (Registre de l’hôtel de ville pendant la Fronde, t. I, p. 154.)

17. V. Coquillard, édit. d’Héricault, t. I, p. 186 ; Ancien Théâtre, t. V, p. 372.

18. Ces carrières de Montmartre servoient d’abri à plus d’un de ces conciliabules de sorciers. C’étoit un lieu propre à toutes sortes de réunions clandestines, et l’on sait qu’Ignace de Loyola y rassembla ses premiers disciples le jour où tous prononcèrent, dans la chapelle voisine, le vœu solennel qui fut le point de départ de la société de Jésus. (Orlandin. Histor. societ. Jesu, pars prima, lib. I, p. 20.)

19. Sur ces sources, qui descendoient de Belleville et des Prés-Saint-Gervais, pour remplir les fossés et entraîner les immondices des égouts de Paris, V. un article du Mercure (août 1811, p. 225), et notre article Une rivière souterraine dans Paris (Moniteur, 8 août 1855).

20. On confondoit volontiers ces sectaires avec les libertins de la société de Théophile, afin de les englober dans une même excommunication, et, si c’étoit possible, dans le même supplice. Le P. Garasse, en son Apologie, rapproche perfidement le nom de Théophile de celui des frères de la Croix de Roses (sic). V. Œuvres de Théophile, édit. Alleaume, t. I, p. LIX.

20. Robert Fludd, en un passage de l’Apologie qu’il fit de ses confrères de la Rose-Croix, parle de l’un d’eux qui étoit venu, comme il est dit ici, loger aux Marais du Temple, et à qui la plus merveilleuse aventure seroit arrivée par suite d’une experience sur du sang humain. Un samedi matin, à l’heure où le prêtre dit la messe, il s’étoit mis à en distiller dans une cornue ; puis, les jours suivants, il en avoit encore versé goutte à goutte, en suivant le rite cabalistique. Le vendredi, comme il dormoit dans la chambre voisine de son laboratoire, voilà que vers minuit un bruit affreux, semblable au beuglement d’un bœuf, se fait tout à coup entendre. Le corps ruisselant d’une sueur froide, il se lève sur son séant, et, à travers la fenétre éclairée par les rayons de la lune, il voit passer une sorte de nuée qui peu à peu revêt une forme humaine et disparoît en poussant un cri aigu. Le lendemain, de très bonne heure, lorsqu’il eut ôté la cornue du feu et qu’il l’eut brisée pour voir le résultat de son opération, il y trouva une tête humaine tout ensanglantée. Alors il lui revint à l’esprit ce qu’un vieil alchimiste son maître lui avoit dit, à savoir que si pendant l’œuvre magique un de ceux qui ont fourni le sang vient à mourir, son âme commence d’errer toute plaintive autour du lieu où son sang a été répandu. Le seigneur de Bourdaloue, qui, en sa qualité de secrétaire du duc de Guise, habitoit l’hôtel voisin du lieu où ce prodige s’étoit passé, en avoit fait le récit à Fludd lors du voyage que celui-ci fit à Paris, peu de temps après.

21. Cette affiche se trouve, mais incomplète, dans la pièce que nous avons publiée t. I, p. 123. Naudé, qui la donne aussi, mais non telle qu’elle est ici, dans son Advertissement pieux et très utile, dit que le besoin d’avoir des nouvelles promptes de la Cour, qui étoit à Fontainebleau, et de Mansfeld, qui menaçoit la frontière, avoit fait imaginer le moyen de communication annoncé par l’affiche, et qui, de fait, eût été fort commode. Nous avons, au reste, cité ce qu’il dit à ce sujet, t. I, p. 123, note.

22. Les Boucheries-du-Temple, établies au XIIe siècle par les Templiers, dans la rue de Braque.

23. Tourner comme une toupie.

24. V., sur ce siége, Caquets de l’Accouchée, p. 158, 164, 169.

25. Il est souvent parlé de ces bandits dans les écrits du temps, ainsi que de la peur qu’en avoient les gens de Paris. (V. t. I, p. 198, V, 194, et surtout les Caquets de l’Accouchée, p. 60–61, 71, 257). Le Pré-aux-Clercs, où l’on ne faisoit que commencer à bâtir, et qui étoit encore fort désert, servoit de quartier-général à ces voleurs du faubourg Saint-Germain. J’ai même dit que le quai Malaquest, où ils trouvoient de faciles cachettes derrière les piles de bois, leur devoit sans doute son nom (t. III, p. 179). Les deux vauriens qui tuèrent le père de Jean Rou, en 1647, avoient dressé leurs premières embûches et faillirent même faire leur coup dans le Pré-aux-Clercs, où, un jour qu’il s’y promenoit, il les vit cachés « dans un endroit fort solitaire ». (Mémoires inédits de J. Rou, 1857, in-8, t. I, p. 6–7.)

26. Il étoit, en effet, fort question de lui alors, comme nous l’avons déjà dit dans une note précédente. (V. Les Caquets de l’Accouchée, p. 191–192, 275.)

27. Lisez dans le Cotentin. Les Parisiens, qui savoient combien les Normands sont gens rusés, appeloient leur province le bon pays de Sapience.

28. Nous avons déjà dit (t. IV, p. 151) combien, depuis longtemps déjà, il y avoit dans le faubourg Saint-Germain d’hôtels garnis, de chambres de louage, d’auberges de toutes sortes. Tout le monde s’y faisoit logeur. Ainsi La Planche nous dit que La Renaudie s’étoit retiré chez l’avocat des Avenelles, « qui tenoit maison garnie à Saint-Germain-des-Prez, à la mode communément usitée à Paris. » (Estat de la France, t. I, p. 110.) Il y avoit mieux encore : lorsque les grands seigneurs étoient absents, les concierges avoient permission de louer garnis, au jour le jour, les hôtels restés vacants. (Relat. des ambassad. vénitiens, dans les Docum. inéd., t. II, p. 609). Il est question dans l’Estoille d’un loueur de chambres du faubourg Saint-Germain nommé Robert, t. II, p. 388.

29. C’étoit un usage qui nous venoit de Rome. On sait, par un passage du Satyricon, que chaque soir un licteur de l’édile faisoit la visite des auberges, pour savoir quels gens s’y trouvoient. Marco-Polo dit avoir vu une mesure du même genre en vigueur dans les états du grand Khan. (V. notre Histoire des hôtelleries et cabarets, t. I, p. 130.) L’ordonnance de Henri III de 1579 avoit statué que les aubergistes ne pourroient loger plus d’un jour les gens sans aveu. En 1635, on alla plus loin : par règlement daté du 30 mars, défense fut faite de leur donner asile, sous peine de confiscation. (De Lamare, Traité de la police, t. I, tit. 5, ch. 9.)

30. Il y avoit beaucoup de gens de cette espèce au faubourg Saint-Germain, surtout dans la partie où se trouvoient les maisons bâties par la reine Marguerite. (V. t. 1, p. 207.)

31. C’étoient de ces banquiers italiens dont il y avoit un si grand nombre à Lyon dès le temps de François Ier, et qui, après avoir fait leur fortune, vinrent grands seigneurs à Paris. (V. sur la banque de Lyon, notre t. VII, p. 159.) Le Particelle dont il est ici parlé est le père de Particelli d’Emery.