Auteur:Mathilde Kindt

Mathilde Kindt

Mathilde Kindt

romancière, journaliste et salonnière belge ()
Pseudonyme : Jeanne Thilda, Mathilde Stev***, Mathilde Stevens, Mathilde Hamelinck


ŒuvresModifier

 Titre et éditions  Genre Fac-similé
1858 :  Le Roman du Presbytère Roman   signé Mathilde Hamelinck, en feuilleton dans un quotidien bruxellois
1859 :  Impressions d’une femme au salon de 1859 Open book nae 02.svg Texte incomplet Critique   signé Jeanne Thilda puis Mathilde Stevens
1862 :  Le Oui et le non des femmesÀ évaluer Roman   signé Mathilde Stev***
1863 :  L’Amant de cartonÀ évaluer nouvelle   signé Mathilde Stev***
1863 :  Les Amours de MarianneÀ évaluer nouvelle   publié à la suite de L’Amant de carton
1867 :  Madame SosieÀ évaluer Roman   signé Mathilde Stev***
1879 :  Les Froufrous Poésie Gallica signé Thilda
1883 :  Le Manuscrit de la comtesseÀ évaluer nouvelle Gallica signé Jeanne-Thilda, dans Gil Blas, 15 mars
1883 :  Profils parisiensÀ évaluer nouvelle Gallica signé Jeanne-Thilda, dans Gil Blas, 27 mars
1883 :  La Bonne ClémenceÀ évaluer nouvelle Gallica signé Jeanne-Thilda, dans Gil Blas, 7 novembre
1883 :  Pour se damner Open book nae 02.svg Télécharger au format ePub Télécharger au format PDF Télécharger au format mobi Relu et corrigé Nouvelles   Recueil de nouvelles de Jeanne Thilda. « Pour se damner est un de ces volumes qu’on lit sans en passer un mot, de la première à la dernière page ; nous serions fort en peine de dire laquelle charmera le plus le lecteur de l’Armoire aux confitures ou du Désir de Louisette. Jeanne-Thilda a le grand art d’effleurer des sujets brûlants sans jamais laisser tomber sa plume dans le grivois ; elle a cet art suprême et charmant de tout dire comme nos grand’mères du xviiie siècle ; sa prose est un poème sans rimes, sa muse est pimpante et légère tout en ayant parfois les yeux mouillés de larmes, la raillerie est remplacée tout à coup par une pensée philosophique et cette diversité donne à son style un grand charme » signé Jeanne-Thilda, contes gaillards et nouvelles parisiennes. [1]
1884 :  Péchés capiteuxÀ évaluer   Google
1885 :  Une bonne fortuneÀ évaluer   Gallica signé Jeanne Thilda, dans le nouveau Décameron, tome 3
1888 :  En recevant des fleurs Poème Gallica dans le recueil Six mélodies, op. 15, pour chant et piano en collaboration avec Baudelaire
1888 :  La RentréeÀ évaluer nouvelle Gallica signé Jeanne-Thilda, dans Gil Blas, 31 octobre
1888 :  Le Dévouement de la marquiseÀ évaluer nouvelle Gallica signé Jeanne-Thilda, dans Gil Blas, 17 décembre

Voir aussiModifier

 Titre et éditions
1883 :  Madame Mathilde Stevens Théodore de Banville Les Camées parisiens
1892 :  Au pays des souvenirs — Jeanne Thilda Armand Silvestre
  1. contient L’Armoire aux confitures, Les Cauchemars d’une comédienne, Les Bottes de Cendrillon, Le Purgatoire, Madame Hector, Fraises au champagne, Idylle parisienne, Pourquoi elle l’aimait ?, La Princesse Schéhérazade, Dernière volonté, Une preuve d’amour, L’Avocat d’Ernestine, Les Résistantes, Aventure galante, Le Dîner des Fiançailles, Les Amours de Georges, Les Deux Pantoufles, Le Roquet, Le Secret de Thérèse, Mignardise, Le Désir de Louisette