« Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Cordon » : différence entre les versions

m
aucun résumé des modifications
mAucun résumé des modifications
 
{{TextQuality|100%}}<div class="text">
{{NAD|C|Corbeille|Corniche|4}}
{| width=100% border="0"
| width=33%<pages styleindex="background: #ffe4b5"Viollet-le-Duc |- <center>< [[Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, Tometome 4,.djvu" from=322 to=322 onlysection=s2 Corbeille|Corbeille]]</center>
<references />
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>[[Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle - Index alphabétique - C|Index alphabétique - C]]</center>
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>[[Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 4, Corniche|Corniche]] ></center>
|-
|
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>[[Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle - Index Tome 4|Index par tome]]</center>
|
|}
 
=== CORDON ===
s. m. Moulure composée d'un seul membre, qui règne horizontalement
sur un mur vertical. Le cordon n'a pas l'importance du
bandeau, qui indique toujours une arase de la construction, comme un
plancher, par exemple, un étage. Le cordon est un membre intermédiaire
dont la place n'est indiquée que par le goût, afin de détruire la nudité de
parties verticales trop hautes. On ne trouve de cordons que dans l'architecture
romane, car, dans l'architecture gothique, toutes les assises horizontales
formant saillie ont toujours une signification réelle et indiquent
un sol, une arase.
113 164

modifications