Poésies de Schiller/Étendue et profondeur

Traduction par Xavier Marmier.
Poésies de SchillerCharpentier (p. 242).



ÉTENDUE ET PROFONDEUR.


Il y a beaucoup de gens de par le monde qui savent parler de tout ; on peut les interroger sur ce qui plaît et sur ce qui charme ; quand on les entend disserter, on dirait qu’ils ont vraiment conquis la fiancée.

Mais ils s’en vont silencieusement hors de ce monde ; leur vie a été sans fruit. Que celui qui veut faire quelque œuvre digne d’éloge, amasse lentement et sans relâche la plus grande force sur le plus petit point.

La tige de l’arbre s’élève dans les airs avec ses larges et brillants rameaux ; les feuilles ont une couleur éclatante et un doux arome, mais elles ne produisent point de fruit. Le germe seul renfermé dans une étroite enveloppe, porte en soi l’orgueil de la forêt, l’arbre.