Lettres d’un Provençal à son épouse/17

Anonyme, par M. H……Y
(p. 71-72).
Réponse septième

RÉPONSE SEPTIÈME

Marseille, le……


Ton Paris me fait tourner la tête ! Je ne rêve que lui et toi, mon bon ami ! mesdames K……r et B……t sont des femmes charmantes ; je brûle de les connaître et de les associer à nos plaisirs ; elles doivent être bien voluptueuses ! combien je déchargerais avec elles ! Rassure ta petite maîtresse B……t sur les dangers qu’elle se forme de l’état de grossesse : une femme n’a jamais tant de plaisir et ne désire jamais tant foutre que lorsqu’elle est enceinte. Je t’assure, depuis que je suis pleine, que je n’ai pas été une heure entière, nuit et jour, sans avoir un et souvent deux Jean-chouarts dans l’œillet et la boutonnière. Madame K……r t’a justement défini ce que j’éprouve et éprouverai toujours pour toi ; tu es seul l’objet de mes écarts voluptueux : malgré que tu ne sois pas le père de l’enfant que je porte en mon sein, je suis persuadée qu’il te ressemblera beaucoup, car je t’ai continuellement présent à mon idée, et je ne fais que considérer ton portrait lorsque je fous. Crois que c’est là la seule cause des ressemblances, dont les femmes qui ont quelque chose à craindre savent si heureusement tirer parti pour cacher leur inceste.

Écris-moi vite et crois à mon amitié
éternelle,       
B…