Les sources du Nil, journal d’un voyage de découvertes/01

Première livraison
Traduction par E. D. Forgues.
Le Tour du mondeVolume 9 (p. 273-288).
Première livraison


LES SOURCES DU NIL, JOURNAL D’UN VOYAGE DE DÉCOUVERTES,

PAR LE CAPITAINE SPEKE.
1860-1863. — TRADUCTION INÉDITE. — DESSINS EXÉCUTÉS D’APRÈS LES ILLUSTRATIONS ORIGINALES DE L’ÉDITION ANGLAISE.


I


De Londres à Zanzibar.

Le voyage dont j’offre ici la relation a eu pour but de prouver que le Victoria-N’yanza, découvert par moi le 30 juillet 1858, était bien, comme je l’avais conjecturé, la source et le point de départ du Nil-Blanc[1].

Malgré l’appui de la Société royale de géographie et de son savant président, sir Roderick Murchison, neuf longs mois s’écoulèrent avant que mes plans pour cette expédition eussent été approuvés, et le 27 avril 1860 seulement, je pus prendre passage sur la frégate à vapeur la Forte, qui se rendait au cap de Bonne-Espérance ; j’avais obtenu d’emmener avec moi le capitaine Grant, mon fidèle compagnon de guerre et de chasse sur la terre de l’Inde.

Le capitaine Grant et le capitaine Speke. — Dessin de Émile Bayard.

Le gouverneur du Cap, sir Georges Grey, nous accorda l’hospitalité la plus empressée et la plus sympathique. Voué jadis aux explorations géographiques, et portant encore les traces d’une blessure que lui fit jadis un sauvage d’Australie, il se plaisait à m’appeler « son fils » et à me prédire toute espèce de succès. Son infatigable bienveillance ne se borna pas à ces témoignages flatteurs ; il obtint du parlement local une allocation de 300 livres sterling, principalement destinée à l’achat des mules qui devaient porter nos bagages ; sur sa demande, le commandant en chef, lieutenant général Wynyard, voulut bien détacher dix volontaires appartenant aux carabiniers à cheval indigènes (Cape Mounted Rifle Corps), pour me servir d’escorte. Quand j’eus ainsi dix Hottentots et douze mules de plus, l’amiral Keppel me donna passage sur la Brisk, corvette à hélice qui, le 16 juillet, fit voile pour Zanzibar, où je pris terre enfin le 17 août. Cette capitale que j’avais laissée, seize mois auparavant, sous le coup d’une guerre prochaine et menacée en outre de discordes civiles, était parfaitement paisible, grâce à l’énergie que le gouvernement de Bombay avait mise à dompter les belliqueux instincts de l’iman de Mascate ; tandis que de son côté le consul anglais, le colonel Rigby, s’efforçait avec succès de paralyser l’insurrection projetée par les frères de Saïd-Majid, sultan de Zanzibar.

Saïd-Majid, sultan de Zanzibar. — Dessin de Émile Bayard.

Ce prince, qui avait droit à notre première visite, nous reçut avec son affabilité ordinaire. Nos projets lui suggérèrent quelques observations passablement rebattues ; il s’étonnait de ce que, pour voir la Grande-Rivière sortir du Lac, je ne prenais pas la route la plus directe, à travers le pays des Masai et l’Ousoga[2]. Du reste, apprenant que je voulais visiter le Karagué, afin d’établir certains autres points très-essentiels, il m’offrit spontanément toute l’assistance dont il pourrait disposer.

Après le débarquement des Hottentots, des mules et du bagage, les préparatifs du départ commencèrent pour tout de bon. Ils consistaient à éprouver les sextants, régler les montres, examiner les compas, passer les thermomètres à l’eau bouillante, fabriquer les tentes et les bâts, s’approvisionner de perles, de drap et de fil d’archal, enrôler enfin les domestiques et les portefaix.

Notre ancien capitaine de caravane (kafila-bashi), le sheik Saïd-bin-Salem, fut de nouveau promu à ces hautes fonctions. Bombay et son frère Mabruki, les premiers à saluer mon arrivée, étaient pour moi des compagnons éprouvés. Le colonel Bigby me permit d’enrôler, parmi les marins qui montaient ordinairement sa chaloupe, quelques hommes de choix capables d’inculquer par leur exemple, au reste de ma troupe, certaines notions anglaises d’honneur et de dévouement. Bombay, mon factotum, détermina trois de ces vieux matelots — Baraka, Frij et Rahan — à faire campagne avec moi. — C’était là le noyau de ma troupe ; je les chargeai d’embaucher tous les Vouanguana ou affranchis, qui voudraient s’engager à me suivre jusqu’en Égypte, d’où je les renverrais à Zanzibar. Une année de paye leur serait comptée d’avance, et le reste à l’expiration de leur engagement. Tandis que s’opérait cette espèce de recrutement, le banian Ladha-Ramji, collecteur des douanes, avait ordre de réunir une centaine de pagazi (porte-balles vouanyamuézi), et de traiter avec eux, ainsi que font les marchands d’ivoire, pour le transport à Kazeh d’une charge de drap, de rassade et de fil de laiton.

Ladha-Ramji, banian, ou négociant indou, à Zanzibar, en tenue de bureau. — Dessin de Émile Bayard.

Le sultan, lorsqu’il me vit prêt à partir, m’offrit pour traverser l’Ouzaramo une escorte de vingt-cinq Béloutchis sous les ordres d’un jémadar (lieutenant). Je l’acceptai plutôt à titre de passe officielle destinée à me protéger contre les mauvais tours des natifs, que pour ajouter à la force matérielle de notre expédition. Son Altesse nous avait également permis de monter sa corvette de vingt-deux canons, la Secundra-Shah, qui nous transporta le 25 à Bagamoyo, notre point de débarquement sur la côte. Sheik Saïd et le reste de nos hommes, ainsi que les mules et les bagages, y étaient depuis le 21 et nous avaient préparé une réception confortable ; les soixante-quinze pagazi de Ladha, loués pour transporter à Kazeh mes cent charges d’objets de troc, avaient déjà reçu leur salaire, fort élevé à raison des circonstances et de l’empressement que mettaient comme moi les trafiquants arabes à partir de suite pour devancer l’époque où sévit la famine. Je payais fort cher tous mes achats, et mes hommes se plaignaient d’être écorchés dans les bazars comme appartenant à un personnage considérable, lequel devait les rétribuer plus largement que tout autre. Les Hottentots, de leur côté, commençaient à ressentir les effets du climat, et comme ils s’étaient vantés dans les tavernes de Zanzibar « d’être plus forts que d’autres parce qu’ils buvaient davantage, » mes Vouanguana se moquaient d’eux et de leurs infirmités, qu’ils attribuaient « au manque de grog. » Une fois le camp formé à l’ombre de quelques manguiers, nous nous occupâmes d’assigner à chaque homme le rôle spécial qu’il allait avoir à jouer. Ceux des Vouanguana que j’avais pourvus de carabines, — divisés par compagnies de dix hommes, dont chacune avait son capitaine, et tous placés sous les ordres du matelot Baraka, devenu général en chef, — s’exerçaient chaque jour au maniement de leurs armes.

Le 2 octobre enfin, après une revue générale et quand mes comptes furent réglés avec Ladha, nous fîmes nos adieux au colonel Rigby ; puis, quittant le shamba ou jardin d’Ougéni, qui ressemble par sa fertilité aux plus riches districts du Bengale, nous nous mîmes définitivement en route. Mes porteurs étaient alors au nombre de cent un.

Le Tour du monde-09-p275.jpg


II


L’Ouzaramo.

L’Ou-zà-ramo (triple mot sur la dérivation duquel aucun des natifs n’a pu me donner de renseignements) est compris, du nord au sud, entre les deux rivières Kingani et Lufigi, de l’est à l’ouest, entre la côte et le point où la Kingani se joint à sa branche supérieure, la rivière Mgéta. Ce pays n’a pas de montagnes, mais entre les deux cours d’eau que nous venons de nommer, le terrain, s’élevant par degrés, forme une espèce de plateau bombé dont les eaux s’écoulent au nord et au sud, dans la saison des pluies, au moyen de nombreux nullahs ou ravins. Les villages, qui n’y sont pas très-rapprochés, consistent généralement en une quinzaine de huttes aux toits coniques. Leurs chefs, appelés phanzé, vivent en général sur la côte où ils prennent le titre de dihouans et reconnaissent l’autorité du sultan Majid ; mais à peine avertis de la marche d’une caravane, ils transportent en travers de son chemin leurs résidences mobiles, deviennent sultans à leur tour, et prélèvent sur elle, autant qu’ils le peuvent, une taxe évidemment illégale.

Le Mzaramo (l’habitant de l’Ouzaramo) cultive les champs et n’élève pas de bétail, si ce n’est quelques chèvres dont il fait commerce. La chasse aux esclaves, qu’il pratique avec habileté, lui procure d’assez gros bénéfices et lui permet de satisfaire son goût pour la parure, trait caractéristique de la race. Le soin particulier qu’il met à disposer sa chevelure et à se frotter la peau d’une espèce d’argile couleur d’ocre, atteste des dispositions au dandysme ; son arc et ses flèches sont toujours en bon ordre, et ces dernières, enfermées dans un carquois délicatement ouvré, portent avec elles un poison subtil. La traversée du pays n’est sans danger que pour les voyageurs pauvres, car la population est composée d’insatiables voleurs. Quant aux caravanes, on essaye de les intimider, mais en somme, moyennant quelques bonnes paroles, elles s’en tirent à peu de frais.

Soit orgueil, soit pour ajouter à leur prestige par un lointain mystérieux, les chefs traitent volontiers par délégués la quotité du hongo[3] ou droit de passage qu’ils prétendent extorquer.

Çà et là, sur la route, on remarque un petit tas de cendres blanchâtres, parmi lesquelles on distingue des ossements calcinés. Ce sont, à ce qu’on assure, les restes de certaines femmes brûlées pour sorcellerie.

Nous longeons les hauteurs qui bornent à droite la vallée du Kingani. Nos regards embrassent les plaines de l’Ouzégura, district parallèle à l’Ouzaramo, dont le Kingani le sépare ; il s’étend au nord jusqu’à la rivière Pangani et se trouve coupé à son centre par la rivière Vouami, dont nous aurons à parler plus loin.

Notre caravane est trop nombreuse et trop mêlée pour que tout s’y passe régulièrement. Elle se compose de dix soldats hottentots, dont un caporal, de vingt-cinq Béloutchis sous les ordres d’un jémadar, d’un kafilabashi arabe, à la tête de soixante-quinze affranchis, d’un kirangozi (guide indigène), que suivent cent portefaix nègres, de douze mules non dressées, de trois ânes et de vingt-deux chèvres.

Départ des capitaines Speke et Grant et de leur caravane. — Dessin de Émile Bayard.

Dès le premier jour, et contre toute attente, sur les trente-six hommes que m’avait donnés le sultan, dix me faussent compagnie en vertu de cette étrange idée, que « l’homme blanc » étant généralement cannibale, nous les emmenons à l’intérieur pour les dévorer à notre aise. Un pagazi s’échappe également ; mais celui-ci du moins, plus honnête que les affranchis, a posé à terre, avant de s’enfuir, la solde qu’il avait reçue. Ces désertions ne doivent pas nous arrêter ; il faut, au contraire, marcher en avant, de peur qu’elles ne se propagent.

Voici dans quel ordre défile la procession : le kirangozi est en tête, son sac sur l’épaule, son pavillon à la main ; — apparaissent ensuite les pagazi armés de leur lance ou de leur arc, et entre lesquels la cargaison est répartie par poids égaux, drap et rassade en ballots recouverts de nattes, fil d’archal ou de laiton enroulés autour d’un bâton qu’ils portent sur l’épaule ; — à ceux-ci succèdent, pêle-mêle, les Vouanguana, qui ont leur carabine sous le bras, et sur la tête des boîtes, des paquets, la toile des tentes, la vaisselle de cuisine ; bref, tous les accessoires du mobilier de voyage ; les Hottentots viennent après, entraînant de leur mieux les mules rebelles qui portent les munitions, mais auxquelles nous n’imposons qu’un très-léger fardeau, en vue des services à venir qu’elles pourront nous rendre ; — enfin, le sheik Saïd et les Béloutchis de l’escorte, — et tout à fait à l’arrière-garde, les chèvres, les femmes malades, les traînards de tout ordre. Nos ânes, qui constituaient un hôpital ambulant, sont dès lors occupés (et ils le furent toujours) par quelques-uns de nos Hottentots invalides, car la moindre indisposition mettait ces gaillards-là sur le flanc.

Voici maintenant la mission de chacun : le sheik Saïd, assisté de Bombay, distribue aux hommes leur ration quotidienne sous forme d’étoffes, savoir : un quart de charge, c’est-à-dire environ quinze livres pesant, réparti entre nos cent soixante-cinq porteurs ; les Hottentots préparent nos repas et les leurs, à moins que, succombant à la fatigue, ils ne gissent haletants sur le sol ; les Béloutchis, qui ont pour mission apparente de garder le camp, préfèrent bavarder et polir leurs armes. Quelques hommes ont ordre de mener paître au-dehors nos mules, nos ânes et nos chèvres ; le reste est chargé d’empaqueter la vaisselle, de piquer nos tentes, de couper les branches nécessaires à la construction des huttes, et de la palissade qui devrait en bonne police entourer le camp. Il est rare, toutefois, qu’on prenne cette dernière précaution. À l’issue du repas et lorsque la nuit commence, l’éternelle danse s’organise ; on entend de tous côtés les mains qui frappent, les grelots qui tintent, roulés autour des jambes, le tout accompagné de ces insignifiants refrains, répétés à satiété, que les nègres acceptent en guise de chansons. De chansons proprement dites, ils n’en ont point, et malgré leur exquis sentiment du rhythme, ils paraissent jusqu’ici incapables d’aucune composition musicale.

Reste à parler de nous-mêmes et de nos inférieurs immédiats. Commençons par ces derniers : j’ai pour valet de chambre Rahan, petit nègre couleur de poivre, qui, lors de la prise de Rangoon, servait à bord d’un vaisseau de guerre anglais. Baraka, élevé à la même école, et qui de plus a combattu dans le Moultan, remplit les mêmes fonctions auprès du capitaine Grant. Tous deux parlent l’indoustani ; mais le second, qui a passé presque toute sa vie avec des Anglais, est le nègre le plus élégant et le plus intelligent qu’il m’ait été donné de rencontrer. Le colonel Rigby, qui l’employait à découvrir les marchands d’esclaves, s’est privé à regret de ses inappréciables services, « ne sachant, disait-il, comment il pourrait le remplacer. » Outre le soin qu’ils prennent de nos tentes et de notre mobilier personnel, Baraka, je crois l’avoir dit, commande en chef nos Vouanguana, dont une compagnie est sous les ordres du capitaine Rahan. Dresser la carte du pays est ma principale occupation. Je passe les ennuyeux détails de ce labeur topographique, où j’employais tour à tour la montre, le compas, le thermomètre, le sextant et l’azimut. Quelques esquisses, le journal à tenir, l’accroissement de nos collections géologiques et zoologiques, occupaient le reste de mon temps. Les collections botaniques et le registre du thermomètre concernaient le capitaine Grant, à qui revenaient aussi les observations hygrométriques et le maniement des appareils de photographie, que je fus bientôt obligé de supprimer, l’ardeur du climat rendant ce travail par trop pénible et par trop malsain. Une fois la marche finie, le reste du jour se distribuait ainsi : après le déjeuner, une pipe qui nous préparait à la besogne ultérieure, excursions dans la campagne ou dans les villages, perquisitions, enquêtes scientifiques ; — le dîner aussitôt après le coucher du soleil, — le thé, la pipe avant de se mettre au lit.

4 octobre. Ikamburu. — Le chef ou phanzé de ce village, qui appartient au district de Nzasa, porte le nom sonore de Kombé-la-Simba, ce qui veut dire Griffe-de-Lion. Immédiatement après notre arrivée, il nous envoie un panier de riz, lequel vaut un dollar. Je riposte par quatre mètres de cotonnade américaine. Le « sultan, » devinant bien le sens de cette liberalité, me renvoie mon cadeau, inférieur, dit-il, à ce qu’il a reçu lors de notre premier passage ; « sa famille ne croirait jamais qu’il ait pu s’en contenter et l’accuserait d’avoir détourné à son profit une partie du droit perçu. » Je repousse de mon mieux ses exigences, mais notre petit sheik, facilement intimidé, plaide la cause de l’ennemi ; le jémadar insiste de son côté ; tous deux portent le hongo à une pièce de dabouani[4] (2 mètres 25 cent.), une de sahari[5], plus huit mètres de merkani ou calicot américain. Griffe-de-Lion n’en persiste pas moins à rejeter le présent que je regarde comme l’extrême limite des concessions acceptables. Il rend les étoffes au sheik (car celui-ci n’a pu obtenir l’accès de ma tente), et se retire furieux, annonçant pour le lendemain une visite dont la caravane se souviendra. Le petit sheik se met incontinent à fondre des balles pour son rifle à deux coups, et, traînant de tous côtés un sabre presque aussi long que lui, enjoint aux Vouanguana de charger leurs carabines ; mais en même temps, il me supplie d’ajouter une pièce d’étoffe et de ne pas hasarder le salut de l’expédition pour quelques mètres de cotonnade. Notez que tout ceci se passe à douze milles de la côte, chez un chef indigène qui se déclare le protégé de Zanzibar. En vérité cela promet, et on s’explique que le voyageur en Afrique, rebuté par de pareils procédés, incline toujours à découvrir avant tout un chemin où ils lui soient épargnés, abrégeant de son mieux la route au lieu de visiter à loisir les localités les plus dignes d’intérêt.

5 octobre. Kizoto. — La menace de Griffe-de-Lion n’a pas de suites ; il vient en personne, renonçant à ses scrupules, querir l’offrande qu’il avait dédaignée. Le phanzé de Kizoto — Mukia-Ya-Nyani ou Queue-de-Singe — envoie réclamer ses « droits. » On lui délivre un dabouani avec ordre de ne plus approcher du camp, s’il ne veut sentir l’odeur de ma poudre. J’apprends le soir par Bombay, que le sheik Saïd, toujours méticuleux, a pris sur lui d’ajouter deux dabouani, dont un prélevé sur sa provision particulière. Voici déjà, dans l’Ouzaramo, trois marches de faites ; et à part les chefs ou leurs envoyés, nous avons à peine rencontré çà et là un des gens du pays, ce qui, d’ailleurs, ne nous attriste pas autrement.

6 octobre. Kiranga-Ranga. — Nous nous sommes un peu écartés du Kingani pour monter sur ce plateau cultivé où nous trouvons un phanzé de bonne composition, — Mkungu-Paré, — dont nous récompensons la modestie en lui offrant un sahari, quatre mètres de merkani et huit mètres de kiniki (toile bleue d’origine indienne). Charmé de notre libéralité, il nous délègue, en cas de vol, son droit de haute et basse justice. Le tir à la cible, que nos hommes pratiquent pour leur instruction, ne l’étonne pas médiocrement : « Avec tant de fusils, dit-il, vous pouvez aller sans crainte partout où il vous plaira. » De ce point élevé nous avons sur l’Ouzégura des perspectives fort étendues. Le sol, se relevant au delà du Kingani, y forme des collines basses, richement boisées, la contre-partie exacte de celle où nous sommes.

Le colonel Rigby nous fait parvenir ici un assortiment de quinine et d’autres drogues, d’autant mieux venues que nos Hottentots, affaiblis par la fièvre, tomberaient tout à fait sans leur ration quotidienne d’eau-de-vie et de quinine.

Les gens du sultan, farouches comme autant d’animaux non domestiqués, ne veulent pas frayer avec les Vouauguana ; ils construisent leurs huttes, ils mangent, ils causent à l’écart, ayant conscience de leur infériorité. Je suis réduit à leur donner un chef pris dans leurs rangs et qui sera responsable de leur conduite. Le soin des chèvres leur est dévolu. Trois d’entre elles s’étant égarées, je me permets de soupçonner qu’on les a mises de côté en vue de quelque régal particulier. Le chef reçoit ordre d’en aller demander compte à ses subordonnés. Il nous revient, rossé d’importance pour s’être mêlé de ce qui ne le regardait pas. L’insubordination est trop patente, trop audacieuse pour qu’on puisse la tolérer. Un des bergers, garrotté au préalable, comparaît devant mon tribunal. Ce fin matois se rejette sur ce qu’il ne peut répondre d’un vol commis par d’autres, ajoutant qu’il ne saurait reconnaître pour chef un homme que le sheik, par simple caprice, a désigné comme tel. Je le fais attacher pour la nuit à un arbre voisin, en lui laissant pressentir qu’il recevra, demain, une vigoureuse flagellation. Le rusé coquin change alors de langage : « Il m’est prouvé maintenant, dit-il, que notre chef a été nommé par vous ; cela suffit, je lui obéirai désormais. » Et à peine ces paroles prononcées, on voit accourir dans le camp les trois chèvres qui manquaient, — sans que personne, bien entendu, puisse dire d’où elles viennent.

7 octobre. Thumba-Lhéré. — Le chef de cette petite bourgade accepte, sans trop de réclamations, trois mètres de merkani et deux de kiniki, hongo médiocre sans doute, mais en rapport avec le peu d’importance de notre hôte. Les pagazi se mettent en grève. « Ils ne bougeront pas, disent-ils, si je ne leur donne chaque jour, en place de rations, un fundo, c’est-à-dire dix colliers de perles que Ladha leur a promis de ma part, à compter de la quatrième marche. » Pure invention pour mettre ma générosité à l’épreuve, car ni le sheik, ni moi, ni personne autre n’avons entendu parler d’un pareil contrat. J’ai accompli en revanche tous les rites du départ, gratifié le kirangozi d’une chèvre, ainsi que c’est l’usage, pour rendre le voyage heureux ; — j’ai pendu un dollar à son cou en signe d’investiture, — et je lui ai donné quatre mètres de merkani pour qu’il pût festoyer ses camarades. Après un échange de paroles assez dures les choses restent en l’état, selon la mode africaine.

8 octobre. Muhugué. — Les pagazi ont refusé de se mettre en route à l’heure fixée, pour nous forcer à subir leurs conditions. Nous avons pris les devants, suivis seulement de nos Vouanguana. Sur ce, les pagazi de crier comme un seul homme : « Le maître est parti, nous voilà responsables de son bien. Dépêchons-nous de le suivre, car, au fait, il est notre père. » Et tous ont hâté le pas pour nous rattraper. En longeant les bois et les cultures qui entourent Muhugué, nous remarquons la teinte rougeâtre du sol et les nombreuses excavations pratiquées par les chercheurs de copal. Rencontre d’une caravane qui porte à la côte une quantité de dents d’éléphant, à chacune desquelles on a suspendu des clochettes. Leur carillon sonore nous l’avait signalée de loin. Parmi les pagazi qui la composent,

je retrouve des hommes qui m’ont accompagné au N’yanza lors de mon premier voyage. Compliments chaleureux de part et d’autre. Un sahari et quatre mètres de merkani ont suffi au chef de Muhugué, qui n’est pas un seigneur de grande importance.

Habitants de l’Ouzaramo. — Dessin de Émile Bayard.

9 octobre. Muhonyéra. — Il a fallu s’arrêter ici en pleine jungle pour satisfaire au vœu de la Société royale de géographie, qui, trouvant sur ses cartes une pointe de mer indiquée de ce côté, m’a prié de vérifier ce qu’il en pouvait être. Aucun vestige n’annonce que ce terrain ait été jadis submergé ; point de cailloux, un riche humus tirant sur le rouge où les arbres, les broussailles, le gazon poussent en abondance. Nous apercevons pour la première fois, droit au couchant, la chaîne de montagnes parallèle à la côte orientale ; elle s’étend au nord par delà la rivière Pangani jusqu’à l’Ousumbara et au Kilimandjaro, et au sud, avec une flexion qui la ramène vers l’ouest, elle va rejoindre, au delà du Lufigi, le N’yassa méridional. Ce qu’elle devient au delà de ces deux points extrêmes ne m’est pas mieux connu qu’au reste des mortels.

Ce soir, à défaut de « sultans » qui nous vinssent harceler, huit des hommes que nous avait donnés Saïd-Majid ont encore pris la clef des champs ; de plus, ajoutant le vol à la trahison, ils ont emmené avec eux toutes nos chèvres, au nombre de quinze. Perte éminemment regrettable, car si les pintades, les pigeons verts, les colombes peuvent à la rigueur nous suffire, les Hottentots ont besoin d’une alimentation plus substantielle, et comme ils vivent de nos restes, ils doivent s’attendre à faire diète. Nos Vouanguana ne les prennent plus au sérieux et traitent ces prétendus soldats comme des enfants. L’un d’eux voyant l’autre jour un petit « Tot[6] » qui, sans pouvoir y parvenir, s’épuisait en efforts pour charger une des mules, l’enleva de terre avec son fardeau, l’assit en équilibre sur sa tête et le promena ainsi par tout le camp, malgré la résistance du pauvre diable qui se démenait tant et plus, au milieu des rires universels. Après quoi il le déposa sur le sol, chargea la mule en deux temps, et termina par deux ou trois caresses amicales qui, de la part d’un hercule pareil, avaient un caractère passablement dédaigneux.

10 octobre. Sagéséra. — Envoyé, mais sans résultat, un détachement de Béloutchis sur la trace de nos déserteurs et de nos chèvres. Kirongo (M. le Trou), phanzé de Sagéséra, vient nous offrir ses hommages et du riz. Le sheik prétexte une maladie pour n’avoir pas à régler notre compte avec ce personnage. Bombay s’en charge et lui fait accepter, avec un dabouani, quatre mètres de cotonnade américaine. La force dont je dispose me donne le droit de résister à des exigences ridicules, et je n’entends pas préparer des embarras aux voyageurs futurs, par des prodigalités dont s’autoriseraient plus tard ces hobereaux de race noire. Je cherche en vain la rivière Mukondokua dont on m’avait parlé dans le cours de la première expédition comme venant se joindre à la Kingani, dans le voisinage de Sagéséra. M. le Trou, qui ne voyage guère, ne peut me donner aucuns renseignements à cet égard. À part la Kingani, nulle autre rivière ne lui est personnellement connue, si ce n’est le Vouami, qui traverse l’Ouzégura et dont l’embouchure se trouve à Outondué, entre les ports de Whindi et de Saadani.

Pour mettre un terme aux désertions des hommes du sultan Majid, j’ai vainement taché de les amalgamer avec les Vouanguana. Ils s’y refusent obstinément, et le camp indigène est resté composé de groupes divers. Ces clubs de deux à dix hommes ayant appartenu au même maître, ou nés dans le même village, ou désirant conserver intact un lien de famille dont ils ont seuls le secret, font table commune, lit commun, et au besoin révolte commune. N’ayant pu réussir à les fondre l’un dans l’autre, j’écrivis quelques « billets d’émancipation, » et, réunissant les hommes du sultan, je fis un choix des meilleurs à qui je délivrai comme récompense ces précieux documents. Je leur annonçai ensuite que dorénavant leur paye et leurs gratifications seraient sur le même pied que celles des Vouanguana. J’ajoutai que les autres jouiraient du même bénéfice dès qu’ils l’auraient mérité par leur conduite ; d’un autre côté, venant à déserter, ils apprendraient que j’avais le bras assez long pour les faire arrêter et jeter en prison s’ils osaient se montrer sur la côte.

11 octobre. Makutaniro. — C’est ici que le chemin sur lequel nous sommes rejoint la ligne de Mboamaji et celle de Konduchi qui traversent l’Ouzaramo central et par lesquels lors de la première expédition s’était accompli mon voyage de retour. Les mines à fleur de terre, creusées pour l’extraction de la gomme copal, cessent en cet endroit. Le palmier dum ne va pas plus loin ; les grands arbres au riche feuillage, qui décorent le plateau inférieur, sont remplacés par le mimosa ; la pente de la Kingani n’est plus aussi forte, et au lieu de côtoyer une berge escarpée, nous nous trouvons dans une espèce de parc en rase campagne, où les antilopes ont libre carrière, où on rencontre de temps en temps le zèbre et le buffle, et où les pintades abondent.

Antilopes de l’Ougogo (variété nouvelle).

12 octobre. Matamombo. — 13 octobre. Dégé la Mhora. — À la sortie du parc que nous traversions naguère, nous nous sommes trouvés dans la portion la plus fertile de l’Ouzaramo. C’est ici qu’a péri un Français, M. Maizan, chef de la première expédition européenne qui se soit aventurée dans ces parages. J’ai obtenu de l’assassin lui-même, le sous-chef Hembé, les détails les plus confidentiels sur le meurtre dont il a été le principal agent. Une longue impunité lui fait supposer que le souvenir en est à peu près éteint, et il en parle sans craindre les suites d’une indiscrétion. Il n’a fait en somme, dit-il, en tuant M. Maizan, qu’exécuter les instructions écrites de son père Mzungéra, un des dihouans de la côte. Il est donc évident que l’attentat dont le voyageur fut victime a été organisé par les trafiquants arabes et dicté à ceux-ci par la jalousie que leur inspire tout Européen dont les efforts tendent, plus ou moins directement, à mettre au jour les mystères de leur commerce, à faire connaître les sources de leurs immenses profits.


III


L’Ousagara.

Par une pente insensible à l’œil, nous nous sommes élevés à 500 pieds au-dessus du cours de la rivière, et nous avons devant nous, en deux lignes détachées, une chaîne de montagnes qui s’élève de temps en temps à 5 ou 6 000 pieds. Elles sont habitées par une race à demi pastorale, à demi agricole, qui, partout où on peut se procurer de l’eau, partout où on est à l’abri de ces guerres qui sont en définitive de véritables chasses à l’homme, sait faire pousser des moissons abondantes ; les habitants, timides et farouches, pauvrement vêtus et de mine affamée, perchent sur les hauteurs les plus inaccessibles ; leurs villages se composent de huttes coniques plus ou moins nombreuses selon que leurs chefs ont plus ou moins d’influence. Fort peu sont en état de se procurer des étoffes : la plupart ont un vêtement que j’appellerais volontiers un « jupon d’herbe[7]. » Au lieu de mettre les caravanes à contribution, ils s’enfuient généralement à leur approche, et aucune promesse, aucune avance ne peut les décider à risquer la chance d’une de ces trahisons qu’ils ont tant et tant de fois subies.

Le 17 et le 18 octobre furent des journées de halte et de chasse. Le gibier était abondant, et bien qu’une grande partie des animaux blessés parvînt à s’enfuir, le camp fut amplement pourvu de venaison. Par malheur, nous ne pûmes atteindre, dans ce vaste parc où nous les savions en grand nombre, ni éléphants, ni rhinocéros, ni girafes, ni buffles, ni antilopes, ni zèbres, sans parler des lions et des hyènes.

Ici se manifestèrent pour la première fois les mécontentements et le fâcheux caractère de maître Baraka, le général en chef de nos Vouanguana. Cet homme — d’une intelligence remarquable, et qui aurait pu nous être si utile — devint peu à peu, par son ambition et sa jalousie, le fléau de notre caravane. La confiance que nous accordions à Bombay et au sheik Saïd lui pesait sur le cœur. Convaincu de sa supériorité, il prétendait se les subordonner peu à peu et devenir l’homme indispensable, le factotum de l’expédition. Son premier pas dans cette voie fut de montrer assez d’insolence pour que le capitaine Grant, dont il était le valet de chambre, dût renoncer à l’employer comme tel. On lui donna Frij pour remplaçant, et cette combinaison au premier abord sembla lui convenir tout à fait ; mais sous cette apparence de satisfaction se cachaient un désappointement et des rancunes dont je n’eus le secret que quelques mois plus tard. J’y reviendrai en temps et lieu.

19 et 20 octobre. Kiruru. — L’état hygiénique de nos Hottentots devient de plus en plus mauvais. Le capitaine Grant est pris d’une fièvre semblable à celle que j’avais subie lors de ma première expédition. Mais, tandis que j’en avais été quitte au bout d’un an, celle du capitaine reparut toutes les quinzaines jusqu’à la fin du voyage.

21 octobre. Duthumi. — 22. Hozu. — Je voudrais presser notre marche pour arriver le plus tôt possible à Zungoméro, où une halte de quelques jours me serait nécessaire pour fixer, par des observations astronomiques, la longitude du revers oriental de la chaîne côtière que nous venons de gravir. Nos porteurs, que l’abondance de nourriture pousse à la paresse, trouvent que nous allons trop vite et se refusent à marcher. Le raisonnement n’a pas de prise sur eux, et je répugne à user du bâton, ainsi que font les Arabes en pareille circonstance. Je me borne donc à partir avec les mules et les gens de la côte, laissant au sheik Saïd et à Baraka le soin de m’amener, dès qu’ils le pourront, mes rebelles Vouanyamuézi.

23 octobre. Zungoméro. — Situé sous le 7°26’53” de latitude sud et le 37° 36’45” de longitude est, Zungoméro est entouré d’un charmant amphithéâtre de montagnes. Le pays, coupé par la Mgéta, est d’une fertilité admirable, mais la traite l’a dépeuplé peu à peu et changé en jungles ses jardins florissants. Les Vouasuahili ravagent la contrée, et nous voyons justement défiler un de leurs convois qui se dirige vers la côte avec cent têtes de bétail, une cinquantaine de chèvres, et autant d’esclaves enchaînés. Baraka devient de plus en plus incommode, et Bombay, dont les instances nous avaient déterminés à le prendre avec nous, vient me déclarer, dans un état d’extrême agitation, qu’il lui est impossible de supporter plus longtemps les mauvais procédés et les calomnies de son collègue. Celui-ci, sommé de s’expliquer, répond avec une douceur perfide, qui me fait croire à des torts partagés. À force de bonnes paroles, je parviens à calmer ce différend, et le 27 nous nous remettons en route.

Vue des montagnes à l’ouest de Zungoméro, prise de Mbuga. — Dessin de A. de Bar.

28 octobre. Halte à Kirengué. — Durant la marche d’hier, trois de nos porteurs, laissant leurs fardeaux à terre, ont gagné pays ; une de nos meilleures mules est morte après dix-huit heures de souffrances. Nous comptions trouver à nous approvisionner ici, mais les chasseurs d’esclaves y ont mis bon ordre ; le village est absolument désert. Il faut envoyer faire emplette de grains dans la région que nous venons de quitter. Ce sont trois jours de perdus ; heureusement le pays est pittoresque, et contraste, sous ce rapport, avec ce que nous avons vu depuis notre départ de la côte.

Du 30 octobre au 5 novembre. — J’ai rencontré près du vieux village de Mbuiga un ami de notre petit sheik, entre les mains duquel j’ai consigné trois de nos Hottentots les plus malades, — une de nos mules sur laquelle ils pourront monter tour à tour, — et enfin tous les échantillons recueillis depuis mon dernier envoi. Je me prive aussi, quoique à regret, de la chambre photographique. Si je laissais mon compagnon se livrer à ce travail, la chaleur qu’il aurait à supporter dans la petite tente où il prépare et fixe ses planches, finirait par le tuer infailliblement. Un voyageur arabe m’apprend que le district maroro a été complétement dévasté par les maraudeurs vouahihis. Cette nouvelle me force à modifier nos plans et à prendre une route nouvelle pour gagner l’Ougogi ; la famine sévit sur le chemin que nous voulions suivre.

6 et 7 novembre. Muhanda et M’yombo. — Les habitants de Muhanda se dispersent à notre première apparition ; nous parvenons cependant à leur acheter quelques provisions, mais à des prix fous. Nos hommes, envoyés en fourrageurs, ont ordre de ne rien exiger. Cette modération rassure si bien nos villageois, que maintenant ils nous menacent d’une attaque nocturne, « ayant reconnu en nous, disent-ils, l’intention de piller leurs maisons et d’emmener leurs enfants. » Ces propos jettent l’alarme dans le camp, où beaucoup de nos gens passent la nuit sous les armes.

8, 9, 10 et 11 novembre. Mbumi. — Joli village, au pied d’un groupe de montagnes escarpées ; c’est le dernier, nous dit-on, où nous pourrons nous procurer les approvisionnements nécessaires pour les dix journées de marche qui nous séparent de l’Ougogo (cent quarante milles de distance). Le chef de l’endroit se montre d’une affabilité rare ; de fréquents voyages à Zanzibar lui ont appris à connaître les Anglais ; il les sait ennemis de l’esclavage auquel il ne s’est lui-même soustrait qu’en abandonnant sa résidence primitive, sur les bords de la Mukondokua. Un de nos Hottentots, qui s’est obstiné à dormir au grand soleil, paye de sa vie cette imprudence fataliste. Aucun de ses camarades ne paraît surpris qu’il ait ainsi bravé un trépas à peu près certain. « Il est mort, disent-ils, parce qu’il a voulu mourir ; » et ils ne s’en étonnent pas autrement. Cette catastrophe m’aurait décidé à les renvoyer tous, mais comme il n’en est pas un qui ne préfère suivre ma fortune, je choisis seulement deux des plus malades qui resteront à Mbumi, sous les ordres de Tabib[8], jusqu’au moment où il se présentera une occasion de les diriger vers la côte. Avant notre départ, une quarantaine de Vouaquiva (tribu voisine) arrivent pressés par la faim pour acheter des aliments. Notre hôte ayant à venger la mort de quelques-uns des siens tués naguère par les Vouaquiva s’empare de ces malheureux, hommes et femmes, et déclare qu’il les enverra vendre à Zanzibar, s’ils ne peuvent motiver les meurtres commis à son détriment.

12, 13, 14, 15 et 16 novembre. — Nos stations pendant ces journées de marche nous ont conduits successivement à Mdunhwi, à Tzanzi, à Manyongé, à Rumuma. Nous avons traversé la Mdunhwi, tributaire de la Mukondokua, et la Rumuma, sur les bords de laquelle nous passâmes la journée du 16 dans un fourré de buissons épineux. Nous avancions ainsi à marches forcées, et quelque dures qu’elles pussent paraître d’abord, nous y trouvions de grands avantages, car en abrégeant la durée du trajet, elles diminuaient d’autant les risques de maladie, de guerre, de famine et de révolte.

Nous arrivâmes enfin, le 17, à Inengé, au pied de la chaîne occidentale ; mais nous n’y arrivâmes pas tous. Quelques traînards, épuisés par la fatigue et la soif, s’étaient laissé distancer. Le caporal des Hottentots, s’égarant à la poursuite d’une mule perdue, nécessita l’envoi d’un détachement de vingt hommes qui finirent par retrouver leur camarade, et non-seulement lui, mais quatre prisonniers, deux hommes et deux femmes, enlevés à la suite d’une rixe avec les indigènes. Je les gardai, m’imaginant qu’on me ramènerait la mule à titre de rançon ; mais j’attendis inutilement jusqu’au 20, où, de guerre lasse, il me fallut relâcher mes captifs, attendu la rareté toujours croissante de nos provisions. Ils me quittèrent avec peine, car le régime du camp leur convenait à merveille ; jamais ils n’avaient été si bien nourris, et il leur en coûtait de retourner vivre de « pain de singe » au pied des calebassiers énormes qui leur fournissent cet aliment primitif.

La nuit du 20 au 21 novembre nous trouve campés dans un ravin, au pied de la grande chaîne occidentale et non loin de la station d’Ougogo, où cessent les montagnes de l’Ousagara.


IV


L’Ougogo et le désert de Mgunda-Mkhali.

Après deux jours de campement, nous arrivâmes à Ougogo pour y passer le 23, le 24 et le 25. Le pays a un aspect sauvage, et les habitants, toujours armés, fatiguent le voyageur par leur curiosité assidue, leurs démonstrations railleuses, leur familiarité grossière. Aussi les caravanes campent-elles en général au dehors des villages parmi les figuiers et les calebassiers (bugu) qui poussent de tous côtés. L’eau était rare dans l’Ougogo ; elle se payait le même prix que coûte ordinairement la bière indigène. Aussi me trouvai-je très-contrarié d’avoir à faire halte par suite de la désertion de nos mules, qui, trompant la surveillance dont elles étaient l’objet, s’en retournèrent jusqu’à Marenga-Mkhali (l’Eau-Salée), d’où^ elles nous furent ramenées par quelques Vouagogo qui s’étaient chargés de la besogne, moyennant quatre mètres de nierkani payés d’avance et quatre autres que j’avais promis de leur compter à leur retour. Pendant cette résidence forcée, nous n’entendîmes parler que des Vouahumba, maraudeurs redoutés dont on annonçait l’arrivée prochaine. Le 26, les mules étant revenues, nous nous mîmes en route. Le 27, la fatigue de ces animaux nous força de faire halte à Kanyényé : huit de nos portefaix vouanyamuézi disparurent ce jour-là et emportèrent avec eux la meilleure partie de leur cargaison. Je profitai du répit pour aller me poster à l’affût sous la direction d’un guide indigène, dans le voisinage d’une espèce d’étang fréquenté par les rhinocéros. Il fallut les attendre jusqu’à minuit, et mon guide alors, saisi tout à coup d’une frayeur panique, me laissa seul à mon poste ; mais à peine avait-il disparu furtivement que j’aperçus, se profilant sur le ciel que baignaient les clartés de la lune, l’animal dont j’attendais la venue. Ses allures étaient inquiètes, et il semblait pressentir quelque danger. Je donnai raison à ses craintes, car me glissant vers lui à quatre pattes le long de la berge qui m’abritait, et parvenu à quatre-vingts mètres de lui, je logeai une balle derrière son épaule gauche. C’était la première fois qu’un rhinocéros mourait de ma main. Ce succès m’ayant mis en veine, et attendu le besoin de viande qui se faisait sentir parmi nos gens, je repris mon poste pour guetter une nouvelle occasion. Au bout de quelque temps, je vis arriver encore, avec les mêmes démonstrations d’inquiétude, deux autres rhinocéros. Ils furent bientôt à ma portée, et plus près de moi que le premier ; mais la lune les éclairait moins bien. Accompagné par les deux négrillons du sheik, que j’avais chargés de ma seconde carabine pour être en état de parer à toute éventualité, j’expédiai une balle à la plus grosse des deux bêtes. Le coup la fit tourner sur elle-même avec une sorte d’aboiement formidable et l’exposa le plus favorablement du monde à un second coup. Mais hélas ! quand je me retournai brusquement pour saisir mon arme de rechange, mes négrillons étaient partis depuis longtemps et grimpaient déjà comme deux singes après un des arbres voisins. Le rhinocéros en même temps — et la circonstance fut heureuse pour moi — prit le parti de détaler au plus vite ; il s’échappa, ne laissant après lui aucune trace de sang, comme il arrive d’ordinaire quand la blessure est produite par une balle conique.

Telle fut la besogne de ma nuit. Le lendemain, à l’aurore, nos hommes, prévenus de ce qui s’était passé, se hâtèrent d’accourir avant que les Vouagogo eussent flairé le cadavre abandonné dans l’épaisseur des jungles. Mais à peine avait-on mis le couteau dans la dure carapace de l’animal, que les indigènes affluèrent de tous côtés : ce fut entre eux et nos gens une lutte odieuse et grotesque ou ils se disputaient les lambeaux sanglants de cette boucherie improvisée, chaque villageois prenant la fuite vers sa demeure aussitôt qu’il avait pu mettre la main sur quelque morceau de choix qu’il craignait de se voir enlever à force ouverte.

Mes aventures de la fin du mois et de la première semaine de décembre ne méritent pas d’être racontées ; mais la journée du 8 fut marquée par des incidents assez curieux. J’étais parti de bonne heure, accompagné des deux négrillons du sheik (Suliman et Faraj), dont chacun portait une carabine, tandis que j’avais sous le bras un simple fusil de chasse. Une fois dans les taillis, j’entends sur ma gauche et de fort près le mugissement d’un buffle. Bientôt, me dirigeant de ce côté, je découvre un troupeau nombreux qui paissait en toute sécurité. Avant qu’ils se fussent douté de ma présence, une des femelles avait reçu ma balle en plein corps. Je recharge immédiatement et vise un taureau qui reste étourdi sous le coup. Voici tout le troupeau en grand émoi ; mais, ne sachant d’où venait la fusillade, ces animaux vont et viennent indécis, et je mets à profit le répit qu’ils me laissent, d’abord en achevant la femelle blessée, puis en expédiant ma quatrième balle au taureau conducteur, qui s’effarouche et prend la fuite. La troupe dont il était le chef commence à s’ébranler dans la même direction.

Je m’élance sur ses traces, appelant à moi mes deux acolytes, et comme les empreintes s’accusaient nettement sur le sable humide, j’ai bientôt rattrapé la bande fugitive. Je tire à droite, à gauche, sans m’arrêter un instant, toutes les fois qu’à travers le taillis m’apparaît quelque croupe roussâtre. Plusieurs de mes balles portent ; mais ces blessures d’arrière-train n’ont rien de mortel. L’épaisseur du fourré s’oppose à ce que, faisant un détour, j’attaque l’ennemi de front. Un des buffles cependant, à qui j’ai cassé une des jambes de derrière, se hisse péniblement sur un de ces monticules artificiels que crée le travail des fourmis blanches, et dès que je parais, fond sur moi les cornes basses. Un premier coup de carabine le jette par terre, un second l’a bientôt achevé ; puis je retrouve la piste sanglante d’un autre blessé, presque aussi boiteux que le premier. Atteint dans le flanc pour la seconde fois, celui-ci chancelle et se dérobe à notre vue en se dissimulant au milieu d’un fourré, d’où il s’élance droit sur nous quand il nous croit tombés dans son embuscade. À peine ai-je le temps de le coucher en joue avec mon petit Lancaster. Notre désordre devient comique. Suliman, fidèle à ses instincts de singe, saute après une basse branche et y reste cramponné justement au-dessus de l’animal furieux. Faraj s’est hâté de fuir, ne me laissant qu’un fusil pour me tirer d’affaire. Le bonheur veut que le coup, précipitamment lâché, atteigne la bête à la naissance de l’épine dorsale. Elle tombe morte à mes pieds. Nous lui ouvrons la gorge, conformément à l’usage musulman, et croyant avoir assez à faire de retrouver le premier blessé pour l’achever à loisir, nous revenons sur nos pas. Guidés par les traces sanglantes, nous apercevons bientôt notre victime encore debout, mais empêtrée dans les broussailles et ne demandant, paraissait-il, qu’à être délivrée de ses souffrances. Par pure compassion, je la mets en joue, mais une branche fait je ne sais comment dévier la balle, et tandis qu’elle traverse l’air en sifflant, le buffle part au galop. Nous le suivons sans difficulté, vu l’excellence du spoor, — c’est le mot qu’emploient les chasseurs africains pour désigner la trace du gibier, — et dix minutes après, comme je débouchais l’arme au poing dans une petite clairière, l’énorme animal, s’élançant d’un bosquet en face de moi, me charge avec une fureur aveugle, sans offrir à mes coups autre chose que sa tête revêtue d’une corne épaisse. Un tertre peu élevé se trouvait par bonheur entre nous, et pendant qu’il en fait le tour, je puis, me jetant un peu de côté, lui envoyer une charge en plein flanc. Mais ceci ne suffit pas pour l’arrêter, et plus prompt que la pensée, je le vois devant moi, flairant pour ainsi dire mes pieds, se débattre à coups de corne contre le nuage de fumée qui, rasant encore le sol et par conséquent au niveau de sa tête, aveugle et suffoque mon antagoniste. Nous étions si près l’un de l’autre, qu’avec ma hache il ne m’eût pas été difficile de le décapiter. Ma situation devenait critique, les négrillons s’étant hâtés de disparaître avec mes fusils de rechange ; mais tout à coup l’animal sur qui la fumée de la poudre produisait sans doute l’effet d’un fantôme impalpable et inattaquable, tourna sur lui-même avec effort, et comme effrayé par quelque apparition terrible, s’éloigna au grand galop, — ce qui, je l’avoue, me tirait d’un fort grand souci.

Le capitaine Speke chassant au buffle. — Dessin de Émile Bayard.

Que n’aurais-je pas donné, dans ce moment-là, pour avoir un fusil sous la main ! L’occasion était si belle ! Cependant, et malgré ma colère, je ne pus m’empêcher de rire aux grimaces de mes lâches petits compagnons et à leur pantomime expressive, tandis qu’ils représentaient la scène ou leur couardise avait failli me coûter la vie. Les mésaventures de ce jour n’étaient pas à leur terme. Bien qu’il plût à déluge, il me semblait au-dessous de moi d’abandonner la partie à l’animal blessé. Je le suivis à la trace parmi les taillis, mais ses blessures cessèrent de saigner, et parmi les pistes nombreuses qui se croisaient de tous côtés sous le bois, nous eûmes bientôt perdu la nôtre. Point de soleil pour nous guider ; les deux enfants ouvraient des avis diamétralement opposés sur la direction à prendre, et, trempé jusqu’aux os, tourmenté par une faim de chasseur, ayant à peu près épuisé nos munitions, soit à tirer çà et là des signaux de détresse, soit à essayer en vain d’allumer un feu de branches, je résolus d’attendre la nuit dans l’espoir que les étoiles nous montreraient le chemin. Malheureusement, quand la nuit fut venue, la tempête durait encore. Parmi les éclairs et le roulement de la foudre, nous nous figurions quelquefois discerner le bruit des coups de fusil que Grant faisait certainement tirer pour nous rappeler au camp ; mais, malgré ces indices équivoques et nonobstant les murmures de mes deux négrillons, je décidai que nous ne bougerions plus, crainte de nous égarer encore davantage. Il fallut donc se résigner à dormir sur la terre humide et froide, et sauf quelques animaux qui vinrent de temps en temps renifler à nos pieds, rien ne troubla notre sommeil. Au matin, quand les nuages se dissipèrent, nous retrouvâmes, par une espèce de miracle, la trace perdue la veille, et nous revînmes droit au camp, où je reçus les félicitations chaleureuses du petit sheik, qui avait à me citer, et par centaines, des exemples de voyageurs perdus dans ces solitudes. En attendant, rien n’avait été fait pour hâter le moment du départ. Tantôt sous un prétexte, tantôt sous un autre, le chef remettait à des temps meilleurs le règlement du hongo. Ce jour-là, par exemple, il n’y fallait pas songer, attendu l’arrivée d’un détachement de Vouanyamuézi fugitifs qui avaient jeté l’alarme dans tout le pays. C’étaient, disait-on, les soldats de Manua Séra (l’Ivrogne), chef indigène qui était alors en guerre avec les trafiquants arabes. Il avait été battu par ceux-ci, et c’était par voie de représailles qu’il venait d’expédier ce détachement pour fermer la route aux caravanes.

À force d’insistance, je finis par faire accepter au chef un droit de passage à peu près raisonnable ; mais au moment de partir, je m’aperçus que dix de mes porteurs manquaient à l’appel, et comme il ne m’était pas permis de sacrifier à la légère la charge de dix hommes, il me fallut encore faire halte, bien malgré moi, pendant les journées des 10, 11 et 12 décembre. Le sultan et son vizir employèrent tout ce temps à me créer de nouvelles difficultés pour m’extorquer de nouveaux présents. Ils y réussirent en me promettant quelques ânes pour me tenir lieu des porteurs qui désertaient l’un après l’autre, bien que j’eusse doublé leurs rations d’étoffe. J’en avais perdu plus de la moitié quand je me décidai à me remettre en route, le 13 au matin, malgré les pluies qui tombaient à torrent et rendaient fort pénible la traversée des nullahs. Le 15, il fallut s’arrêter devant les progrès de l’inondation, et cette station forcée dura cinq jours. Pour en tirer le meilleur parti possible, je dépêchai vers Kaseh deux de mes hommes avec des lettres pour Musa et le sheik Snay (deux amis que nous nous y étions faits pendant la première expédition). Je leur demandais de m’envoyer soixante hommes portant chacun trente rations de grain et quelques charges de tabac indigène. Mes gens, en effet, au milieu de leurs tribulations de toute sorte, regrettaient par-dessus tout de ne pouvoir fumer. D’autres messagers envoyés à Khoko, sur nos derrières, pour y échanger des étoffes contre du grain, revinrent les mains à peu près vides, soit de grain, soit d’étoffes. Par bonheur, bien que le gibier fût rare, Grant parvint à tuer un zèbre et une antilope.

Le sixième Jour, n’ayant pu réussir à jeter un arbre en travers du courant qui nous arrêtait, nous le passâmes à gué avec de l’eau jusqu’à la ceinture. Les huit marches suivantes, de quatre à cinq milles chacune, accomplies péniblement et sans ordre dans un pays tout à fait désert, ne méritent pas qu’on s’y arrête. Elles portèrent le découragement dans nos rangs. À l’exception de trois, les Vouanyamuézi désertèrent tous, d’accord avec les gens de la côte, et sous condition de partager avec ceux-ci, durant la traversée de l’Ounyamuézi, le produit des charges qu’ils nous avaient dérobées. Le 28, nous n’étions plus qu’à une marche de Jiwa-la-Mkoa, où nos hommes espéraient se refaire de la diète à laquelle ils avaient été soumis depuis plusieurs jours. Leur patience était à bout, et la plupart désertèrent pour arriver plus vite dans le paradis où je les aurais conduits le lendemain. Là, plusieurs de ceux qui nous avaient quittés rejoignirent la colonne. Ils avaient appris de certains voyageurs que nos amis de Kaseh nous envoyaient un gros détachement d’esclaves. Parmi ces fugitifs que nous ramenait un premier symptôme de bonne fortune, il s’en trouvait deux, Johur et Mutwana, que je pus convaincre de vol et que je chassai ignominieusement après les avoir fait flageller. Baraka, dans cette circonstance, déploya toutes les qualités d’un véritable préfet de police.

Ce fut à Jiwa-la-Mkoa (la Roche-Ronde) que nous passâmes la journée du 1er janvier 1861. Le lendemain arrivèrent des nouvelles qui nous y retinrent encore sept jours. Les esclaves que Musa nous avait envoyés, arrêtés en route par la difficulté de se procurer des aliments, étaient retournés sur leurs pas. Les environs de Kaseh, ravagés par la famine, ne pouvaient me procurer le grain sur lequel je comptais. Dans de telles circonstances, impossible de marcher en avant, et tout ce que je pus faire, après avoir expédié à Musa une nouvelle ambassade, fut de disperser mes gens dans les villages environnants pour y enrôler des portefaix vouakimbu. Sur ces entrefaites, et le 7 janvier, notre camp fut mis en grande alerte par la nouvelle que le chef fugitif Manua Séra se dirigeait de notre côte à la tête de trente hommes armés de mousquets. Il parut en effet presque aussitôt ; mais, à la vue de mes gens rangés en bon ordre devant ma tente, le sabre-baïonnette au bout du fusil, l’« Ivrogne » jugea prudent de s’éloigner quelque peu et de m’envoyer une députation pour m’annoncer sa visite. Il vint effectivement avec une escorte dès que j’eus témoigné l’intention de le bien accueillir. « Apprenant, disait-il, que je manquais de porteurs, il ne demandait pas mieux que de m’en fournir si je voulais, le menant à Kaseh, me constituer l’arbitre médiateur de ses différends avec les Arabes. » Ce jeune homme, d’une beauté remarquable, commençait à m’intéresser. Je voulus savoir de lui le détail de ses aventures, que je vais résumer ici en quelques mots.

À la mort de Fundi Kira, son père, et conformément aux intentions du vieux chef, Manua Séra, bien que né d’une esclave, avait été reconnu héritier de la principauté. Mais, quelque temps après, ayant voulu établir une taxe régulière annuelle sur les marchandises qui entraient dans ses domaines, il s’était brouillé avec les trafiquants arabes, jusque-là exempts de tout impôt ; ceux-ci l’avaient menacé, s’il persistait à les troubler dans leur commerce, de le détrôner au profit de Mkisiwa, autre fils illégitime de l’ancien chef : — « Je ne pouvais, poursuivit Manua Séra, tolérer un pareil langage ; les trafiquants ne résident chez moi qu’en vertu de mon autorisation. Je le leur déclarai, en les défiant de me désobéir, car je n’étais pas une femme qu’on pût traiter avec tant de mépris. Ainsi éclata la querelle ; Mkisiwa, saisissant l’occasion qui lui était offerte, employa la corruption pour se faire des partisans. Des paroles on en vint aux coups. Un combat eut lieu, où je leur tuai, ou ils me tuèrent beaucoup de monde. Ils finirent par me chasser de mon palais, ou Mkisiwa s’est installé pour gouverner à ma place. J’avais néanmoins des partisans fidèles avec lesquels je me rendis à Rubuga, où le vieux Maula, chef de ce pays, voulut bien me recevoir. Les Arabes m’y poursuivirent, m’y donnèrent chasse jusqu’au Nguru, et voulurent tuer Maula pour m’être venu en aide. Il leur échappa cependant, mais ils dévastèrent ses domaines et marchèrent ensuite contre moi dans le Nguru. Plusieurs mois durant nous combattîmes, et lorsque mes approvisionnements furent tout a fait épuisés, défiant l’ennemi qui me croyait cerné, je me fis jour à travers ses rangs. Je mène depuis lors une vie errante, sollicitant une paix qu’on me refuse obstinément, car les Arabes ont juré de me poursuivre jusqu’à la mort. Vous, maintenant, qui avez été l’ami de mon père, vous devriez prendre à cœur de faire finir cette guerre injuste. » — J’assurai Manua Séra de ma sympathie, lui promettant d’intervenir de mon mieux s’il voulait m’accompagner à Kaseh. « J’étais d’ailleurs certain, ajoutai-je, de ne rien obtenir pour lui s’il ne revenait aux traditions paternelles en matière de libre échange. » Il y paraissait tout à fait disposé, regrettant la précipitation avec laquelle les choses s’étaient engagées, et charmé des perspectives de pacification que lui ouvrait mon assistance désintéressée. Aussi me renvoya-t-il presque immédiatement un de mes porteurs qu’il avait arrêté dans les bois au moment où cet homme prenait la fuite avec une charge de verroteries. Nous nous séparâmes alors, et Baraka eut ordre de faire administrer cinquante coups de fouet au voleur, pour sa désertion compliquée de circonstances aggravantes.

9 et 10 janv. Garaèswi. — 11, 12 et 13 janv. Zimbo. — C’est à Zimbo que nous vîmes arriver Bombay accompagné de soixante-dix esclaves, et porteur de lettres que m’écrivaient Musa et Snay. Tous deux m’exhortaient, en cas de rencontre avec l’« Ivrogne », à lui loger une balle dans la tête ou à le ramener prisonnier pour qu’ils pussent régler son compte. « Ce misérable, disaient-ils, avait voulu frapper des impôts contrairement aux traités passés avec son père Fundi Kira, et, plus tard, empêcher ses sujets de leur vendre du grain ; puis enfin, après le début des hostilités, il avait presque anéanti leur commerce en s’opposant au passage des caravanes. »

14 janvier. Mgongo-Thembo. — À cette station, dont le nom signifie le « Dos-d’Éléphant », et qui est ainsi appelée à cause d’une éminence granitique dont la forme générale rappelle effectivement l’animal en question, je rencontrai Maula, l’allié fugitif de Manua Séra. Ce pauvre vieillard — un des plus honnêtes parmi les chefs du pays — avait été notre hôte et notre ami lors de la première expédition. Il me fit présent d’une vache, et il m’en promit dix autres si je pouvais le réconcilier avec les Arabes qui, sans aucune provocation de sa part, l’avaient expulsé de ses domaines, dépouillé de tout ce qu’il possédait, et remplacé au pouvoir par un vil esclave. Il avait à la vérité reçu dans ses domaines leur ennemi Manua Séra ; mais c’était faute d’avoir pu agir autrement, le fils de Fundi Kira s’étant introduit chez lui à force ouverte. Je consolai de mon mieux le malheureux vieillard, que j’engageai à me suivre jusques à Kaseh, me portant garant que les Arabes ne lui feraient aucun mal ; mais, trop affaibli pour voyager lui-même, il annonça qu’il me ferait accompagner par son fils.

Tura, où nous arrivâmes le 16, attestait par ses ruines les sauvages dévastations de la guerre. Une fois en campagne, les Arabes ou leurs esclaves ne songent en effet qu’à piller, et chacun d’eux travaille pour son propre compte. Le sheik Saïd, déjà souffrant depuis quelques jours, mais dont l’état devint tout à coup plus grave, nous força de ralentir la marche de la caravane, et, tandis que nous l’attendions à une demi-marche en avant, un vol nocturne faillit nous priver de plusieurs ballots de rassade. Les déprédateurs, suivis de près par nos gens, jetèrent pour mieux courir une partie de leur butin, et un seul ballot, en somme, se trouva perdu. Dès le lendemain matin (18), je convoquai les notables du village, au nombre de cinq, et je les rendis responsables de la perte que j’avais subie. Ils s’accordèrent à reconnaître la justice de ma réclamation et je leur adjoignis cinq de mes hommes pour faire évaluer par cette espèce de jury mixte le dédommagement qui m’était dû. Il fut fixé à trente têtes de bétail, mais je n’en exigeai que la moitié, au grand mécontentement de mes Hottentots qui semblaient se regarder comme frustrés par ma générosité.

Trois ou quatre marches, dont la dernière à travers les bois, nous amenèrent enfin dans le vaste et fertile district de l’Ounyanyembé, au centre de l’Ounyamuézi (Terre de la Lune), et à cinq milles de Kaseh[9], où se trouve actuellement le grand dépôt central de la traite et du commerce d’ivoire. Mes pertes, à cette date (23 janv.), peuvent se résumer comme suit : un Hottentot mort, et cinq qui ont rebroussé chemin ; un des volontaires indigènes renvoyé avec les Hottentots ; un autre chassé du camp après un châtiment ignominieux ; sur les trente-six portefaix du sultan Majid, vingt-cinq nous ont faussé compagnie, et des cent-un pagazi engagés à Zanzibar, quatre-vingt-dix-huit ont déserté ; douze mules et trois ânes ont péri. On m’a volé en outre plus de la moitié des marchandises dont je m’étais muni, et, par suite de la famine qui désolait toute la région par moi traversée, la dépense du voyage a dépassé de beaucoup ce que je pouvais et devais prévoir.

Campement dans l’Ougogo. — Dessin de A. de Bar.

N’importe : au prix de tous ces inconvénients et après quatre mois de fatigues, la première partie de notre expédition est achevée. Nous quitterons désormais les routes où d’autres ont mis le pied avant nous, pour marcher à de véritables découvertes.

Traduit par E. D. Forgues.

(La suite à la prochaine livraison.)



  1. Voy. le tome II du Tour du Monde : Voyage aux grands lacs de L’Afrique orientale, p. 305 à 347.
  2. Le Masai, d’après les informations arabes, s’étend depuis la chaîne des Morobéhos jusqu’à la limite orientale des lacs N’yanza et Baringo ; sur la rive occidentale de ce dernier lac et au nord du N’yanza, on trouve, après avoir traversé les territoires d’Amara et d’Oukori, le district appelé Ousoga ; c’est à la limite de ce district et de l’Ouganda que le Nil-Blanc sort du lac par le déversoir auquel M. Speke a donné le nom de canal Napoléon.
  3. Ce mot vient du verbe kou-honga, qui signifie payer.
  4. Cotonnade de Mascate à petits carreaux bleus et blancs, traversée dans le quart de sa largeur par une bande lisérée de blanc et de jaune.
  5. Le sahari ou ridia, autre cotonnade de Mascate, très-supérieure au dabouani ; elle porte aux deux bouts une largeur plus ou moins haute de carreaux mêlés de rouge et plus grands que ceux du milieu.
  6. Abréviation familière du mot Hottentot.
  7. A kilt of grass. — Le kilt est le jupon des Écossais.
  8. Ancien domestique du colonel Rigby.
  9. Kaseh, par 5°0’52" de latitude sud, et 30°40’10’ de longitude est ; ce nom, à proprement parler, est celui d’une source située au centre du village de Tabora, dont les marchands arabes ont fait leur principal dépôt d’esclaves et d’ivoire.