Ouvrir le menu principal

Comment Pantagruel remonstre le sort des dez estre illicite.

Chapitre XI.



Ce seroit (dis Panurge) plus toult faict & expedié à troys beaulx dez. Non, respondit Pantagruel. Ce sort est abusif, illicite, & grandement scandaleux. Iamais ne vous y fiez. Le mauldict livre du passetemps des dez feut longtemps a inventé par le calumniateur ennemy en Achaïe près Boure : & davant la statue de Hercules Bouraïque y faisoit iadis, de præsent en plusieurs lieux faict, maintes simples ames errer, & en ses lacz tomber. Vous sçavez comment Gargantua mon père par tous ses royaulmes a defendu, bruslé avecques les moules & protraictz, & du tout exterminé, supprimé & aboly, comme peste tresdangereuse. Ce que des dez ie vous ay dict, ie diz semblablement des tales. C’est sort de pareil abus. Et ne m’alleguez pas au contraire le fortuné iect des tales que feit Tibère dedans la fontaine de Apone à l’oracle de Gerion. Ce sont hamessons par les quelz le calumniateur tire les simples ames à perdition eternelle.

Pour toutesfoys vous satisfaire, bien suys d’advis que iectez troys des dez sus ceste table. Au nombre des poinctz advenens nous prendrons les vers du feuillet que aurez ouvert. Avez vous icy dez en bourse ? Pleine gibessiere, respondit Panurge. C’est le verd du Diable, comme expose Merl. Coccaius, libro secundo de patria Diabolorum. Le Diable me prendroit sans verd, s’il me rencontroit sans dez. Les dez feurent tirez & iectez, & tomberent es poinctz de cinq, six, cinq. Ce sont, dist Panurge, seze. Prenons les vers seziemes du feueillet. Le nombre me plaist. & croy que nos rencontres seront heureuses. Ie me donne à travers tous les Diables, comme un coup de boulle à travers un ieu de quilles, ou comme un coup de canon à travers un bataillon de gens de pied : guare Diables qui vouldra, en cas que autant de foys ie ne belute ma femme future la première nuyct de mes nopces. Ie ne en fays doubte, respondit Pantagruel, ia besoing n’estoit en faire si horrificque devotion. La première foys sera une faulte, & vauldra quinze : au desiucher vous l’amenderez : par ce moyen seront seze. Et ainsi (dict Panurge) l’entendez ? Oncques ne feut faict solœcisme par le vaillant champion, qui pour moy faict sentinelle au bas ventre. Me avez vous trouvé en la confrerie des faultiers ? Iamais, iamais, au grand fin iamais. Ie le fays en pere & en beat pere sans faulte. I’en demande aux ioueurs.

Ces parolles achevées feurent aportez les œuvres de Virgile. Avant les ouvrir, Panurge dist à Pantagruel. Le cœur me bat dedans le corps comme une mitaine. Touchez un peu mon pouls en ceste artère du bras guausche. A la frequence & elevation vous diriez qu’on me pelaude en tentative de Sorbonne. Seriez vous poinct d’advis, avant proceder oultre, que invocquions Hercules, & les déesses Tenites, les quelles on dict præsider en la chambre des Sors ? Ne l’un (respondit Pantagruel) ne les aultres. Ouvrez seulement avecques l’ongle.