Histoire de France (Jules Michelet)/édition 1893/Tome 1 - Appendice

Appendice du tome premier
À compléter…

Mâcon, en 588, la prescrivent expressément. Ducange, II, 1334, va Decimæ.

123 — page 242 — … affranchit l’Église de la juridiction séculière.

Capitul. add. ad leg. Langob., ann. 801, c. i. « Volumus primo, ut neque abbates, neque presbyteri, neque diaconi, neque subdiaconi, neque quislibet de clero, de personis suis ad publica, vel ad secularia judicia trahantur vel distringantur, sed a suis episcopis judicati justitiam faciant. » — Cf. Capitul. Aquisgr., ann. 789, c. xxxvii. — Capitul. Francoford., ann. 794, c. iv : « Statutum est a domino rege et S. Synodo, ut episcopi justitias faciant in suas parochias… Comites quoque nostri veniant ad judicium episcoporum. »

124 — page 245 — … la première victoire des Germains sur l’Empire.

Stapfer, art. Arminius, dans la Biogr. univers. : « Les lieux voisins de Dethmold sont encore pleins de souvenirs de ce mémorable événement. Le champ qui est au pied de Teutberg s’appelle encore Wintfeld, ou Champ de la Victoire ; il est traversé par le Rodenbeck, ou Ruisseau de sang, et le Knochenbach, ou Ruisseau des os, qui rappelle ces ossements trouvés, six ans après la défaite de Varus, par les soldats de Germanicus venus pour leur rendre les derniers honneurs. Tout près de là est Feldrom, le champ des Romains ; un peu plus loin, dans les environs de Pyrmont, le Herminsberg, ou mont d’Arminius, couvert des ruines d’un château qui porte le nom de Harminsbourg, et sur les bords du Weser, dans le même comté de la Lippe, on trouve Varenholz, le bois de Varus.

125 — page 245 — … la victoire des Francs sanctifiée par un miracle, etc…

Eginhard. Annal., ap. Script. Fr., V, 201. « Ne diutius siti confectus laboraret exercitus, divinitus factum creditur ut quâdam die, cùm juxta morem, tempore meridiano, cuncti quiescerent, prope montem qui castris erat contiguus tanta vis aquarum in concavitate cujusdam torrentis eruperit, ut exercitui cuncto sufficeret. » — Poetæ Saxonici Annal., l. I.

126 — page 248 — Le nom du fameux Roland

Eginhard, vita Karoli, ap. Scr. Fr., V, 93. — Voy. aussi Eginhard.

Annal., ibid., 203. — Poet. Sax., l. I, ibid., 143. — Chroniques de Saint-Denys, l. I, c. vi. — Les autres chroniques ne parlent point de cette déroute. — Sur les poèmes carlovingiens, voyez le cours de M. Fauriel, et l’excellente thèse de M. Monin : Sur le Roman de Roncevaux, 1832.

127 — page 249 — … un système de conversion

Il prit pour otages quinze des plus illustres, et les remit à la garde de l’archevêque de Reims, Vulfar, auquel il accordait la plus grande confiance. Vulfar avait été précédemment revêtu des fonctions de Missus Dominicus en Champagne. Flodoard. Hist. Remens., l. II, c. xviii. « Le très sage et très habile Charles, dit le biographe de Louis-le-Débonnaire, savait s’attacher les évêques. Il établit par toute l’Aquitaine des comtes et des abbés, et beaucoup d’autres encore, qu’on nomme des Vassi, de la race des Francs ; il leur confia le soin du royaume, la défense des frontières et le gouvernement des fermes royales. » Astronom. Vita Ludov. Pii. c. 3, ap. Scr. Fr., VI, 88. — Les abbés remplissent ici des fonctions militaires. Charlemagne écrit à un abbé de Saxe de venir avec des hommes bien armés et des vivres pour trois mois. Caroli M. Epist., 21, ap. Scr. Fr., V, 633.

Vita S. Sturmii, abbat. Fuld., ap. Scr. Fr., V, 447. « Karolus… assumptis universis sacerdotibus, abbatibus, presbyteris… totam illam provinciam in parochias episcopales divisit… Tunc pars maxima beato Sturmio populi et terrae illius ad procurandum commititur. » Annal. Franc, ap. Scr. Fr., V, 26. « Divisitque ipsam patriam inter presbyteros et episcopos, seu et abbates, ut in eis baptizarent et prædicarent. » — Idem, Chron. Moissiac, ibid. 71.

128 — page 253 — … le camp des Avares…

Monach. S. Galli, l. II, c. ii. « Terra Hunorum novem circulis cingebatur… Tàm latus fuit unus circulus… quantum est spatium de castro Turonico ad Constantiam… Ita vici et villæ erant locatae, ut de aliis ad alias vox humana posset audiri. Contra eadem quoque ædificia, inter inexpugnabiles illos muros, portæ non satis latæ erant constitutæ… Item de secundo circulo, qui similiter ut primus erat exstructus ; viginti miliaria Teutonica quæ sunt quadraginta Italica, ad tertium usque tendebantur ; similiter usque ad nonum ; quamvis ipsi circuli alius alio multo contractiores fuerunt… Ad has ergo munitiones per ducentos et eo ampliùs annos, qualescumque omnium occidentalium divitias congregantes… orbem occiduum pêne vacuum dimiserunt. »

À compléter…

les mutins. — « Quos postea ad judicium adductos, cum omnes juris censores filiique imperatoris judicio legali, tanquam reos majestatis, decernerent capitali sententià feriri, nullum ex eis permisit occidi. » — Voy. aussi Annal. Bertinian., ibid. 193.

161 — page 282 — … l’empereur se voyant abandonné, etc…

Thegan., c. xlii. « Dicens : Ite ad filios meos. Nolo ut ullus propter me vitam aut membra dimittat. Illi infusi lacrymis recedebant ab eo. »

162 — page 284 — Ebbon, l’un de ces fils de serfs, etc…

Thegan., c xliv. « Hebo Remensis episcopus, qui erat ex originalium servorum stirpe… O qualem remunerationem reddidisti ei. Vestivit te purpurâ et pallio, et tu eum induisti cilicio… Patres tui fuerunt pastores caprarum, non consiliarii principum !… Sed tentatio piissimi principis… sicut et patientia beati Job. Qui beato Job insultabant, reges fuisse leguntur ; qui istum vero affligebant, legales servi ejus erant ac patrum suorum. — Omnes enim episcopi molesti fuerunt ei, et maxime hi quos ex servili condilione honoratos habebat, cum his qui ex barbaris nationibus ad hoc fastigium perducti sunt. » — Id., c. xx : « Jamdudum illa pessima consuetudo erat, ut ex vilissimis servis summi pontifices fierent, et hoc non prohibuit… » Puis vient une longue invective contre les parvenus.

163 — page 285, note — Tous se trouvaient d’accord

Nithardi historiæ, l. I, c. iv, ap. Scr. Fr. VII, 12. « Occurrebat universæ plebi verecundia et pœnitudo, quod bis imperatorem dimiserant. » — C. v : « Franci, eo quod imperatorem bis reliquerant, pœnitudine correpti ; ad defectionem impelli dedignati sunt. » — Tous les peuples revenaient à Louis : « Gregatim populi tam Franciæ quam Burgundiæ, necnon Aquitaniæ sed et Germaniæ cœuntes, calamitatis querelis de imperatoris infortunio querebantur, etc. » Astronom. c. xlix.

164 — page 286 — Wala… « un homme de discorde… »

Acta SS. ord. S. Bened., sec iv, p. 453 : « Virum rixæ virumque discordiæ se progenitum frequenter ingemuerit. » — Pascase Radbert, auteur de la vie de Wala, qui écrivait sous Louis-le-Débonnaire et sous son fils Charles-le-Chauve, crut prudent de déguiser ses personnages sous des noms supposés. Wala s’appelle Arsenius ; Adhalard, Antonius ; Louis-le-Débonnaire, Justinianus ; Judith,

À compléter…