Ouvrir le menu principal

Banc <
Index alphabétique - B
> Barbacane
Index par tome
BANDEAU, s. m. C’est une assise de pierre saillante décorée de moulures ou d’ornements sculptés ou peints qui sépare horizontalement les étages d’un monument. Le bandeau indique un plancher, un sol ; il ne peut être indifféremment placé sur une façade ou dans un intérieur ; c’est un repos pour l’œil, c’est l’arase d’une construction superposée. Dans les églises de l’époque romane, un bandeau intérieur indique presque toujours le sol du triforium, il est interrompu par la ligne verticale des colonnes engagées, ou passe devant elles. Dans l’architecture domestique, le niveau des planchers est marqué souvent, à l’extérieur, par un bandeau de pierre. Sur les façades, des bandeaux séparent les ordonnances d’architecture superposées. Ils ont cet avantage de garantir les parements extérieurs, leur saillie empêchant les eaux pluviales de laver les murs ; aussi les a-t-on fait généralement en pierre plus dure que celle dont on se servait pour la construction des parements, et leurs profils étaient-ils, surtout à partir du XIIIe siècle, tracés de manière à former une mouchette ou un larmier. L’influence des profils antiques romains se fait sentir dans les bandeaux comme dans tous les autres membres de l’architecture romane. Pris dans une assise assez basse, les bandeaux affectent, jusqu’au XIIe siècle, à l’extérieur ou à l’intérieur, des formes très-simples, et se composent ordinairement d’un bizeau A, d’un cavet B légèrement concave, ou d’une doucine C sous un plan horizontal (1).
Bandeau.XIIe.siecle.png
Ces bandeaux sont fréquemment ornés de sculptures, surtout à partir de la fin du XIe siècle, et ils passent devant les saillies verticales de l’architecture, piles, contre-forts, etc. Tels sont les bandeaux intérieurs de la nef de l’église abbatiale de Vézelay posés à l’arase du dessus des archivoltes des bas-côtés (2) (commencement du XIIe siècle).
Bandeau.eglise.Vezelay.png
Le lit supérieur de ces bandeaux forme encore une saillie horizontale. On remarqua bientôt que ces saillies à l’intérieur des édifices masquaient, par leur projection, une partie des parements élevés au-dessus d’elles. Soit A le profil d’un bandeau intérieur (3), la plus forte reculée du point visuel étant suivant la ligne D C, toute la hauteur sera perdue pour l’œil, la proportion de l’ordonnance architectonique placée au-dessus de B sera détruite par la perte de cet espace BC. Décorant les bandeaux de sculptures, surtout à l’intérieur, les architectes tenaient à présenter les ornements sur une surface perpendiculaire à la ligne visuelle ; ils ne renoncèrent pas facilement aux plans inclinés EF, et se contentèrent de diminuer peu à peu les saillies E B.
Bandeau.cathedrale.Soissons.png
Tel est le profil (4) des bandeaux intérieurs du bras de croix sud de la cathédrale de Soissons, du chœur de Saint-Remy de Reims (fin du XIIe siècle). À l’extérieur, on avait également reconnu que les bandeaux saillants dont le lit supérieur était laissé horizontal avaient l’inconvénient de ne pas donner un écoulement prompt aux eaux pluviales. Les bandeaux extérieurs taillés suivant le profil A (5) retenaient la neige, faisaient rejaillir les gouttes de pluie projetées suivant C D jusqu’en E, se détérioraient facilement et étaient une cause de ruine pour la base des parements F G élevés au-dessus de leur saillie, à cause de ce rejaillissement. Jusqu’au commencement du XIIIe siècle, on décorait volontiers les bandeaux extérieurs, comme ceux intérieurs, d’ornements sculptés, particulièrement dans les provinces de la Normandie, du Poitou, de la Saintonge, du Languedoc et de l’est ; on tenait à ce que les sculptures fussent vues, et en même temps préservées des dégradations causées par les eaux pluviales. Ces ornements étaient taillés sur un bizeau, une doucine ou un talon très-plats et protégés par le lit horizontal supérieur ; les ornements les plus ordinaires étaient des Dents-de-scie, des Billettes, des Damiers (voy. ces mots). Mais lorsque au XIIe siècle, dans les provinces du nord particulièrement, tous les membres de l’architecture furent soumis à un système général de construction, tendant à ne jamais présenter à la pluie des surfaces horizontales, on protégea les bandeaux eux-mêmes par des talus en pierre et une mouchette. C’est ainsi que sont disposés les bandeaux de la tour Saint-Romain (6) de la cathédrale de Rouen (XIIe siècle).
Bandeau.cathedrale.Rouen.png
À la même époque, dans les provinces méridionales, on se contentait de donner aux bandeaux extérieurs une faible saillie, mais on ne les surmontait pas d’une pente très-prononcée comme on le faisait dans l’Île de France, la Picardie et la Normandie, et leurs ornements n’étaient pas abrités par une saillie formant mouchette.
Bandeau.eglise.Saint.Euthrope.Saintes.png
Entre autres exemples, nous donnons ici (7) un des bandeaux extérieurs du bas-côté nord de l’église Saint-Euthrope de Saintes, qui, sans offrir à la pluie des aspérités pouvant être facilement détruites, ne sont pas cependant garantis par une assise ou un profil formant larmier. Il n’est pas besoin de dire que ces détails d’architecture présentent une grande variété, soit comme profils, soit comme ornementation ; nous ne prétendons donner dans cet article que leurs dispositions générales. Nous ne saurions cependant passer sous silence les bandeaux extérieurs qui servent de soubassement au triforium des églises d’Autun, de Beaune et de Langres ; leur ornementation est trop empreinte des traditions romaines, pour que nous ne reproduisions pas un de ces exemples. Voici le bandeau qui pourtourne le chœur de l’église de Beaune, à la hauteur du sol des galeries surmontant les bas-côtés (8). Le même bandeau, à peu de différences près, se retrouve à la cathédrale d’Autun ; à Langres, les rosaces sont remplacées par un enroulement évidemment copié sur des fragments antiques.
Bandeau.eglise.Beaune.png
Au XIIIe siècle, les bandeaux deviennent plus rares dans l’architecture que pendant la période romane. Déjà, à cette époque, les architectes semblaient exclure la ligne horizontale, et ils ne lui donnaient qu’une importance relativement secondaire. Cependant l’architecte de la cathédrale d’Amiens avait cru devoir accuser très-vigoureusement la hauteur du sol du triforium dans l’intérieur de la nef, par un large bandeau richement décoré de feuillages très-saillants ; ce bandeau prend d’autant plus d’importance dans l’ordonnance architectonique de cet intérieur, qu’il passe devant les faisceaux de colonnes et les coupe vers le milieu de leur hauteur (9). A indique la coupe de ce bandeau avec l’appui du triforium. Évidemment, ici, le maître de l’œuvre a voulu rompre les lignes verticales qui dominent dans cette nef, dont la construction remonte à 1230 environ (voy. Architecture Religieuse, fig. 35). Il y avait là comme un dernier souvenir de l’architecture romane[1].
Bandeau.cathedrale.Amiens.png
Sans avoir une aussi grande importante, il arrive presque toujours que les bandeaux, dans les édifices du commencement du XIIIe siècle, passent devant les faisceaux de colonnes, et servent de bagues pour maintenir leurs fûts posés en délit (voy. Bague). Quelquefois aussi les bandeaux s’arrondissent en corbeille, et, soutenus par un cul-de-lampe, servent de point d’appui à des faisceaux de colonnettes ne naissant qu’au-dessus des colonnes du rez-de-chaussée entre les archivoltes. Cette disposition est particulièrement adoptée lorsque les piles de rez-de-chaussée sont monocylindriques mais non composées de la réunion des colonnes qui doivent porter les voûtes supérieures. L’intérieur de l’église de Notre-Dame de Semur en Auxois présente de ces bandeaux devenant tablettes de cul-de-lampe sous les bases des colonnettes supérieures (10).
Bandeau.Notre.Dame.Semur.en.Auxois.png

Pendant le XIIIe siècle, à l’extérieur, les bandeaux ne sont plus guère que des moulures avec larmiers sans ornements ; car les architectes de cette époque craignaient évidemment de détruire l’effet des lignes verticales, en donnant aux membres horizontaux de leur architecture une trop grande importance, et la sculpture, en occupant les yeux, aurait prêté aux bandeaux trop de valeur. Cependant on voit encore quelquefois, à cette époque, des bandeaux avec ornements ; mais c’est lorsque l’on a voulu indiquer un étage ou sol. C’est ainsi qu’à l’extérieur de la Sainte-Chapelle de Paris il existe un grand bandeau décoré de feuilles et de crochets au niveau du sol de la chapelle haute.

Si séduisante que soit l’architecture romane du Poitou et des provinces de l’ouest, il faut convenir qu’elle n’est pas si scrupuleuse, et ses monuments sont parfois couverts de bandeaux sculptés dont la place est déterminée seulement par le goût ou la fantaisie de l’artiste, non par un étage, une ordonnance d’architecture distincte. Pendant la période romane, beaucoup de membres horizontaux d’architecture dont la fonction est très-secondaire, comme les impostes des archivoltes, les tailloirs des chapiteaux de colonnes engagées, des appuis de croisées, où les tablettes basses des arcatures de couronnement, deviennent de véritables bandeaux, c’est-à-dire qu’ils pourtournent toutes les saillies de la construction, tels que les contre-forts, par exemple. Jusqu’à la fin du XIIe siècle, cette méthode persiste ; mais quand le système de l’architecture ogivale est développé, on ne voit jamais ces membres secondaires horizontaux devenir des bandeaux. Cela est bien évident à la Sainte-Chapelle de Paris ; seul, le profil dont nous venons de parler, et qui indique le niveau du sol de la chapelle haute, pourtourne l’édifice, passe sur les nus des murs comme sur les contre-forts. À la cathédrale d’Amiens, à la cathédrale de Reims et à celle de Chartres, les appuis des fenêtres du rez-de-chaussée forment bandeau, mais sans ornements (voy. Chapelle) ; à partir de ce profil, les contre-forts montent verticalement sans ressauts ni interruption horizontale sur les côtés, leurs faces étant seules munies de larmiers qui empêchent les eaux de laver leurs parements exposés à la pluie. Il ne peut en être autrement ; lorsqu’on examine la structure des édifices dans lesquels le système ogival est franchement adopté et suivi, toute la construction ne se composant que de contre-forts entre lesquels des fenêtres s’ouvrent dans toute la hauteur des étages, il n’y avait pas de murs ; les bandeaux indiquent des repos horizontaux, des arases, étaient contraires à ce système vertical ; leur effet eût été fâcheux ; leurs profils saillants sur les faces latérales des contre-forts seraient venus pénétrer gauchement les piédroits des fenêtres, sans utilité ni raison (voy. Architecture Religieuse, Contre-fort). À partir du XIIIe siècle, dans l’architecture religieuse, le bandeau n’existe plus par le fait, les murs pleins étant supprimés ; on ne les rencontre, comme dans le dernier exemple que nous venons de donner, que lorsqu’ils sont le prolongement horizontal des appuis des fenêtres ; seulement, leurs profils se modifient suivant le goût du moment (voy. Profil ). Dans l’architecture civile, où les murs sont conservés forcément, où la construction ne se compose pas uniquement de contre-forts laissant de grands jours entre eux, des bandeaux indiquent le niveau des planchers (voy. Château, Maison). Parfois alors les bandeaux sont décorés de sculptures, particulièrement pendant le XVe siècle. Composés de simples moulures profilées dans une assise basse pendant les XIIe, XIIIe et XIVe siècles, ils prennent, au contraire, de la hauteur et une saillie prononcée au XVe siècle, coupent les façades horizontalement, par une ornementation plus ou moins riche. Au XVIe siècle, les bandeaux perdent leur aspect d’arase, pour devenir de véritables entablements avec leur architrave, leur frise et leur corniche, même lorsque l’absence d’un ordre antique devrait exclure l’emploi de tous ces membres. Les façades ne sont plus alors que des bâtiments superposés.

  1. Nous avons entendu souvent louer ou blâmer la disposition du grand bandeau de la cathédrale d’Amiens, par des personnes compétentes. Mais la vérité nous force d’ajouter que les louanges étaient données par des amateurs de l’architecture gothique à son apogée, et le blâme par des enthousiastes du style roman. Comme dans l’un ou l’autre cas il y avait contradiction entre les goûts et les jugements de chacun, nous ne savons trop quel jugement porter nous-même. Nous dirons seulement que le parti adopté à Amiens est franc, qu’il dénote une intention bien arrêtée, que cet intérieur de nef nous paraît être le plus beau spécimen que nous possédions en France de l’architecture du XIIIe siècle, que nous nous rendons difficilement compte de l’effet que produirait cet intérieur dépourvu de cette riche ceinture de feuillages vigoureusement refouillés, s’il y gagnerait ou s’il y perdrait ; et prenant la chose pour for-belle, exécutée par des artistes aussi bons connaisseurs que nous, et plus familiers avec les grands effets, nous ne pouvons qu’approuver cette hardiesse de l’architecte de la nef d’Amiens.