Ouvrir le menu principal

Byblis ou l’Enchantement des larmes


Byblis

ou

L’enchantement des larmes
1898


A Jacques-Emile Blanche





Et Amaryllis, entre les trois jeunes femmes et les trois philosophes, conta, comme à de petits enfants, cette allégorie fabuleuse :

« Des voyageurs que j’ai connus et qui sont allés en Carie, ayant remonté le Méandre plus loin qu’on n’est jamais allé, ont vu le Dieu du fleuve endormi, au bord des eaux ombragées par les joncs. Il avait une longue barbe verte et son visage était ridé comme les rocs de ses berges grises d’où pendent des herbes pleurantes. Ses antiques paupières semblaient mortes sur ses yeux à jamais aveugles. Il est probable qu’aujourd’hui, ceux qui voudraient le voir encore ne le retrouveraient plus vivant.

« Or, c’est lui qui fut le père de Byblis s’étant uni à la nymphe Cyanée ; et voici, je vous dirai l’histoire de l’infortunée Byblis ».