Ouvrir le menu principal
PhilomélaJ. Hetzel, libraire-éditeur (p. 169-170).

VIDUITÉ



Je suis pareil à ce nid d’hirondelle
Qui resta vide au retour des hivers ;
Sous les grands toits que la neige a couverts.
Plus de baisers, de chants, ni de bruits d’aile.


Je suis pareil à cette citadelle
Abandonnée après de longs revers,
Murs dégradés, par la mitraille ouverts.
Et que le temps à son tour démantèle.

Mais, le nid veuf, la brise le ravit ;
Le mur s’écroule enfin, la place forte
Est un rocher que le passant gravit ;

Moi seul j’attends un souffle qui m’emporte
Depuis longtemps déjà mon âme est morte,
Et mon cadavre obstiné me survit !