Ouvrir le menu principal

Chimères (Mendès)

PhilomélaJ. Hetzel, libraire-éditeur (p. 171-172).
◄  Viduité
Le thé  ►

CHIMÈRES



Il planait dans l’éther, cet océan sans grève,
Traînant l’humanité comme un boulet honni,
Dans l’infini du ciel immensité du rêve,
Immensité du ciel sur le rêve infini !


Le reptile vaincu rampe et meurt aux pieds d’Ève,
Mais le lys adorable au chardon s’est uni ;
Isis a décoré de fleurs son col bruni,
Mais l’arbre de la vie, hélas ! n’a plus de sève.

Pêcheur, as-tu cueilli là-bas les coraux blancs ?
Corill’, as-tu glané, sous les épis tremblants,
Les coquelicots bleus, les marguerites rouges ?

Dormez, béants au jour, ô lazzaroni nus !
Qui donc nous éteindra les lanternes des bouges,
Pour laisser luire enfin les soleils revenus ?