Ouvrir le menu principal

L’amour fatal (Mendès)

PhilomélaJ. Hetzel, libraire-éditeur (p. 167-168).
Viduité  ►

L’AMOUR FATAL



Donc tu le veux, chère âme aux dangers obstinée ?
Le gouffre où nous allons, hélas ! je te le dis,
C’est l’Eden ténébreux, c’est l’Enfer-Paradis :
Je suis perdu, ma sœur, et vous êtes damnée !


Vous détesterez l’heure où votre amour est née
Car le ciel punira mes élans trop hardis,
Et l’enchevêtrement de mes destins maudits
Brouillera les fils d’or de votre destinée !

C’est de tisons d’enfer que mes désirs sont pleins !
Il faut que j’y succombe et que tu t’y soumettes ;
Pauvre fille ingénue et calme, je vous plains !

Le rouge de la honte ignore mes pommettes,
Et je frappe du pied lés plus hideux tremplins
Pour atteindre le vol énorme des comètes !