Une famille pendant la guerre/XXV

Du même à la même.
11 novembre.

Impossible de vous dire d’où je vous écris, chère maman, je n’en sais rien. Nous campons sous nos petites tentes en plein champ, en pleine boue. Il pleut, il pleut, décidément il pleut trop.

Mais que cela réchauffe et restaure d’être enfin victorieux ! car c’est de plus en plus une victoire. L’ennemi se retire sur tous les points, et autant il se retire, autant nous avançons. Le 15me corps a dû réoccuper Orléans. J’aurais voulu être des troupes qui y sont entrées. Cela doit être si bon de délivrer ! J’aurais pensé tout le temps à Paris. Que Dieu veuille donc une fois nous y mener !

On dit que messieurs les ennemis commencent à réfléchir, et qu’ils y croient enfin à cette armée de la Loire, qu’ils niaient il y a quinze jours. Pourvu que Paris sorte, et que l’Est se soulève ! C’est le moment ou jamais.

Notre victoire s’appellera Coulmiers.