Différences entre les versions de « Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/160 »

m
(→‎Page non corrigée : Page créée avec « encourageant, les Acadiens, par une lettre en date du 23 septembre 1713, renoncent à émigrer* 12. Ils donnent pour raison qu’ils ne peuvent accepter d’aller s’éta… »)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
encourageant, les Acadiens, par une lettre en date du 23
 
encourageant, les Acadiens, par une lettre en date du 23
septembre 1713, renoncent à émigrer* 12. Ils donnent pour
+
septembre 1713, renoncent à émigrer. <ref>On avait d’abord compté de transporter dans l’Ile Royale tous les Français
 
établis en Acadie ; mais les Français n’y ayaNt pas trouvé de quoi se
 
dédommager de ce qu’ils possédaient en Acadie…” Charlevoix, ''op. c.'' Tome{{lié}}
 
IV, liv. XX, p. 145.</ref> Ils donnent pour
 
raison qu’ils ne peuvent accepter d’aller s’établir à l’Ile
 
raison qu’ils ne peuvent accepter d’aller s’établir à l’Ile
 
Royale sans une assistance sérieuse de la part des autorités,
 
Royale sans une assistance sérieuse de la part des autorités,
Ligne 25 : Ligne 28 :
 
fâcheux, et dont l’issue, en tout cas, était bien incertaine.
 
fâcheux, et dont l’issue, en tout cas, était bien incertaine.
 
Que si M. de Costebelle ne pouvait donner des gages de la
 
Que si M. de Costebelle ne pouvait donner des gages de la
droiture de ses intentions et fournir aux Acadiens une assis-il
+
droiture de ses intentions et fournir aux Acadiens une {{tiret|assis|tance}}<ref follow=p159>
fut remplacé par M. de St-Ovide. C’est lui qui fonda Louisbourg. Sa mort
+
il fut remplacé par M. de St-Ovide. C’est lui qui fonda Louisbourg. Sa mort
arriva en France en 1767.
+
arriva en France en 1767.</ref>
 
12. On avait d’abord compté de transporter dans l’Ile Royale tous les Français
 
établis en Acadie ;... mais les Français n’y ayaut pas trouvé de quoi se
 
dédommager de ce qu’ils possédaient en Acadie...” Cliarlevoix, op. c. Tome
 
IV, liv. XX, p. 145.
 
9 948

modifications