Ouvrir le menu principal

Modifications

État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Padoue, de Vérone et de YicenceVicence, parce que ces ,
PI ET RO DELLA FR ANC ESC A.
305
Padoue, de Vérone et de Yicence, parce que ces ,
villes sont sous le joug de Venise, et il refuse à
Rome les hommes d’Orvietto, d’ Assised’Assise, de Pérouse,
de Foligno, parce que le lien qui attache ces villes
à la métropole ne lui semble pas un motif détermi- déterminant.
nant. Ces pauvretés, émises sérieusement, copiées,
ressassées sérieusement et à satiété, ont trouvé
créance auprès des gens superficiels et inattentifs.
Mais on n’hésitera pas, nous l’espérons, à remettre
Rome en possession des artistes sortis de ses états ;
et, une fois ce fait accompli, les preuves historiques
de l’existence et de la richesse de son école ne man-manqueront pas.
 
queront pas.
L’origine de l’école romaine, de même que celle
de plusieurs autres écoles d’Italie , est environnée
d’ombres et de mystères. Le Manni, le Piacenza, le
Crespi ont répandu une fable qui est encore aujour- aujourd’hui
d’hui accueillie par la superstition populaire. Ils
attribuent à l’Évangéliste saint Luc ces vieux tableaux
que l’on trouve surtout dans le Latium et la Sabine,
lorsque l’on ose s’aventurer dans ces tristes cam- campagnes
pagnes ravagées par la mal’ ariamal’aria. Mais sur toutes ces
images on voit l’enfant Jésus entre les bras de sa
mère, et l’on sait que jusqu’à la moitié du cinquième
le ciel ; des vitraux et des bas-reliefs de sarcophages
de ce temps, que l’on conserve à Rome, à Bologne
etàVelletriet à Velletri, en font foi. GelaCela suffit pour démon- démontrer
trer la fausseté des légendes qu’on a voulu accré-
ir.
a o
21 018

modifications