Différences entre versions de « Les Moines (Recueil)/Moine simple »

Contenu remplacé par « {{TitrePoeme|Les Moines|Émile Verhaeren|{{PAGENAME}}}} <pages index="Verhaeren - Poèmes, t1, 1895, 2e éd.djvu" from="222" to="224" /> »
m (Typographie)
(Contenu remplacé par « {{TitrePoeme|Les Moines|Émile Verhaeren|{{PAGENAME}}}} <pages index="Verhaeren - Poèmes, t1, 1895, 2e éd.djvu" from="222" to="224" /> »)
 
<div class='text'>
<div class="verse">
{{TitrePoeme|[[Les Moines]]|Émile Verhaeren|{{PAGENAME}}}}
<pages index="Verhaeren - Poèmes, t1, 1895, 2e éd.djvu" from="222" to="224" />
 
 
 
 
:Ce convers recueilli sous la soutane bise
:Cachait l’amour naïf d’un saint François d’Assise.
 
:Tendre, dévotieux, doux, fraternel, fervent,
:II était jardinier des fleurs dans le couvent.
 
:Il les aimait, le simple, avec toute son âme,
:Et ses doigts se chauffaient à leurs feuilles de flamme.
 
:Elles lui parfumaient la vie et le sommeil,
:Et pour elles, c’était qu’il aimait le soleil
 
:Et le firmament pur et les nuits diaphanes,
:Où les étoiles d’or suspendent leurs lianes.
 
:Tout enfant, il pleurait aux légendes d’antan
:Où sont tués dés lys sous les pieds de Satan,
 
:Où dans un infini vague, fait d’apparences,
:Passent des séraphins parmi des transparences.
 
:Où les vierges s’en vont par de roses chemins,
:Avec des grands missels et des palmes aux mains,
 
:Vers la mort accueillante et bonne et maternelle
:A ceux qui mettent l’or de leur espoir en elle.
 
:::-
 
:Aux temps de Mai, dans les matins auréolés
:Et l’enfance des jours vaporeux et perlés,
 
:Qui font songer aux jours mystérieux des limbes
:Et passent couronnés de la clarté des nimbes,
 
:Il étalait sa joie intime et son bonheur,
:A parer de ses mains l’autel, pour faire honneur
 
:A la très douce et pure et benoîte Marie,
:Patronne de son cœur et de sa closerie.
 
:Il ne songeait à rien, sinon à l’adorer,
:A lui tendre son âme entière à respirer,
 
:Rose blanche, si frêle et si claire et si probe,
:Qu’elle semblait n’avoir connu du jour que l’aube,
 
:Et qu’au soir de la mort, où, sans aucun regret,
:Jusqu’aux jardins du ciel, elle s’envolerait
 
:Doucement de sa vie obscure et solitaire,
:N’ayant rien laissé d’elle aux buissons de la terre,
 
:Le parfum, exhalé dans un soupir dernier,
:Serait depuis longtemps connu du ciel entier.