Différences entre les versions de « Page:Baucher - Méthode d'équitation basée sur de nouveaux principes, Dumaine, 1874.djvu/101 »

(Alex_brollo: split)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
{{Nr||— 79 —}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
<nowiki />
— 79 —
 
Le cheval, bien placé par la main, exécutera facilement le mouvement indiqué. Je dis plus: il
 
l'exécutera nécessairement, car la disposition des
 
diverses parties de son corps ne lui en permettrait
 
pas d'autre.
 
   
 
Le cheval, bien placé par la main, exécutera facilement le mouvement indiqué. Je dis plus : il l’exécutera nécessairement, car la disposition des diverses parties de son corps ne lui en permettrait pas d’autre.
L'écuyer doit donc avoir pour but de dominer
 
les forces du cheval; il faut qu'il en dispose absolument. La combinaison intelligente de l'action de
 
la main et des jambes produira ce résultat.
 
   
 
L’écuyer doit donc avoir pour but de dominer les forces du cheval ; il faut qu’il en dispose absolument. La combinaison intelligente de l’action de la main et des jambes produira ce résultat.
Principe essentiel. En général l'action des jambes
 
doit précéder celle de la main pour déterminer
 
toutes les allures, ainsi que pour obtenir les effets
 
d'ensemble, le rassembler, les temps d'arrêt et le
 
reculer, etc., etc.
 
   
  +
Principe essentiel. En général l’action des jambes doit précéder celle de la main pour déterminer toutes les allures, ainsi que pour obtenir les effets d’ensemble, le rassembler, les temps d’arrêt et le reculer, etc., etc.
En effet, si l'on porte le cheval en avant, il faut
 
d'abord que les jambes déterminent son action et
 
que, sur l'impulsion donnée, la main prenne autant
 
de forces qu'il lui en faut pour diriger la masse dans
 
le sens propre au mouvement. Si, au contraire,
 
l'action de la main précédait celle des jambes, le
 
cheval, manquant de l'impulsion nécessaire, ne
 
pourrait être placé convenablement, et le mouvement deviendrait incertain, d'une exécution difficile
 
et souvent impossible.
 
   
  +
En effet, si l’on porte le cheval en avant, il faut d’abord que les jambes déterminent son action et que, sur l’impulsion donnée, la main prenne autant de forces qu’il lui en faut pour diriger la masse dans le sens propre au mouvement. Si, au contraire, l’action de la main précédait celle des jambes, le cheval, manquant de l’impulsion nécessaire, ne pourrait être placé convenablement, et le mouvement deviendrait incertain, d’une exécution difficile et souvent impossible.
Pour les effets d'ensemble, les jambes agiront
 
  +
les premières, afin d'éviter les effets rétrogrades du
+
Pour les effets d’ensemble, les jambes agiront les premières, afin d’éviter les effets rétrogrades du
1 205

modifications