Différences entre les versions de « Page:Baucher - Méthode d'équitation basée sur de nouveaux principes, Dumaine, 1874.djvu/98 »

État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
En-tête (noinclude) :En-tête (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
{{Nr||— 76 —}}
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
jambe, et le principe, reconnu faux, doit être abandonné.
 
jambe, et le principe, reconnu faux, doit être abandonné.
   
Revenons donc aux vrais principes de l'équitation :
+
Revenons donc aux vrais principes de l’équitation :
   
La main seule donne la position, les jambes donnent l'impulsion.
+
La main seule donne la position, les jambes donnent l’impulsion.
   
  +
Si, d’après les prescriptions formelles de ma méthode, vous avez dirigé l’éducation de votre cheval de manière à lui donner une juste répartition du poids et des forces, le changement de direction lui deviendra aussi facile que la marche sur la ligne droite. Le cheval étant bien placé obéira à la première invitation de la main, la tête et l’encolure prendront la position propre au mouvement, et le liant parfait de toute la machine amènera les épaules et la croupe à prendre sans résistance la part qui leur convient pour la régularité et la facilité du changement de direction. D’où je conclus que l’emploi de l’une ou de l’autre jambe prescrit comme principe est un non-sens, pour ce mouvement, puisque sa régularité et sa facilité ne dépendent que de l’harmonie apportée dans l’équilibre de l’animal.
Si, d'après les prescriptions formelles de ma méthode,
 
vous avez dirigé l'éducation de votre cheval
 
de manière à lui donner une juste répartition du
 
poids et des forces, le changement de direction lui
 
deviendra aussi facile que la marche sur la ligne
 
droite. Le cheval étant bien placé obéira à la première
 
invitation de la main, la tête et l'encolure
 
prendront la position propre au mouvement, et le
 
liant parfait de toute la machine amènera les épaules
 
et la croupe à prendre sans résistance la part qui
 
leur convient pour la régularité et la facilité du changement
 
de direction. D'où je conclus que l'emploi
 
de l'une ou de l'autre jambe prescrit comme principe
 
est un non-sens, pour ce mouvement, puisque
 
sa régularité et sa facilité ne dépendent que de l'harmonie
 
apportée dans l'équilibre de l'animal.
 
   
Je dis plus. L'aide des deux jambes deviendra
+
Je dis plus. L’aide des deux jambes deviendra tout à fait inutile, quand le cheval sera arrivé au point d’éducation où doit le conduire inévitablement ma méthode.
tout à fait inutile, quand le cheval sera arrivé au
 
point d'éducation où doit le conduire inévitablement
 
ma méthode.
 
   
   
1 205

modifications