Différences entre versions de « Page:Dostoïevski - Journal d’un ecrivain.djvu/305 »

État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page corrigée
+
Page validée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
<br>
Dans ce grossier mot de ''chic'', il y a, pour moi, une,
 
protestation, de la colère, mais contre quoi ?
 
   
 
Dans ce grossier mot de ''chic'', il y a, pour moi, une, protestation, de la colère, mais contre quoi ?
D’ordinaire, les causes des suicides sont évidentes ou
 
en tout cas faciles à trouver. Ici rien de pareil. Quelles
 
raisons cette jeune fille avait-elle pour se détruire ? Souffrait-elle de la banalité du train-train quotidien, de l’inutilité de son existence ! S’indignait-elle, comme tels
 
contempteurs de la vie, de ce qu’il y avait de stupide dans l’apparition de l’homme sur la terre ? Y avait-il, chez elle, une horreur de la tyrannie de forces aveugles
 
auxquelles elle ne pouvait se décider à se soumettre ? On pourrait deviner en elle une âme qui se révoltait contre
 
la fatalité de la vie, qui ne pouvait supporter le fardeau
 
de cette fatalité. Le plus horrible, c’est qu’elle a du mourir sans cause de désespoir très précise… Elle a cru à
 
tout ce qu’elle avait entendu dire depuis son enfance, elle l’a cru sur parole. Sans doute, elle étouffait en quelque
 
sorte dans le milieu où se passait sa vie ; cette vie même
 
l’étouffait. C’était trop simple, trop peu inattendu. Inconsciemment elle exigeait quelque chose de plus compliqué.
 
   
  +
D’ordinaire, les causes des suicides sont évidentes ou en tout cas faciles à trouver. Ici rien de pareil. Quelles raisons cette jeune fille avait-elle pour se détruire ? Souffrait-elle de la banalité du train-train quotidien, de l’inutilité de son existence ? S’indignait-elle, comme tels contempteurs de la vie, de ce qu’il y avait de stupide dans l’apparition de l’homme sur la terre ? Y avait-il, chez elle, une horreur de la tyrannie de forces aveugles auxquelles elle ne pouvait se décider à se soumettre ? On pourrait deviner en elle une âme qui se révoltait contre la fatalité de la vie, qui ne pouvait supporter le fardeau de cette fatalité. Le plus horrible, c’est qu’elle a dû mourir sans cause de désespoir très précise… Elle a cru à tout ce qu’elle avait entendu dire depuis son enfance, elle l’a cru sur parole. Sans doute, elle étouffait en quelque sorte dans le milieu où se passait sa vie ; cette vie même l’étouffait. C’était trop simple, trop peu inattendu. Inconsciemment elle exigeait quelque chose de plus compliqué.
Mais voici un autre suicide. Il y a environ un mois tous
 
les journaux pétersbourgeois publiaient une note disant qu’une pauvre jeune fille, couturière de son état, s’était
 
jetée d’une fenêtre d’un quatrième étage « parce qu’elle
 
ne pouvait se procurer aucun travail ». On ajoutait qu’on
 
l’avait, retrouvée tenant ''à la main une image sainte''. Ce dernier trait est extraordinaire quand il s’aqit d’un suicide. Cette fois je suis sur qu’il n’y avait eu ni révolte, ni murmures. Il était simplement devenu impossible de vivre. « Dieu n’a pas voulu ! » aura dit la pauvre fille, et elle se sera tuée après avoir fait sa prière.
 
   
 
Mais voici un autre suicide. Il y a environ un mois tous les journaux pétersbourgeois publiaient une note disant qu’une pauvre jeune fille, couturière de son état, s’était jetée d’une fenêtre d’un quatrième étage « parce qu’elle ne pouvait se procurer aucun travail ». On ajoutait qu’on l’avait retrouvée ''tenant à la main une image sainte''. Ce dernier trait est extraordinaire quand il s’aqit d’un suicide. Cette fois je suis sûr qu’il n’y avait eu ni révolte, ni murmures. Il était simplement devenu impossible de vivre. « Dieu n’a pas voulu ! » aura dit la pauvre fille, et elle se sera tuée après avoir fait sa prière.
Ces choses-la ont beau paraitre simples, elles vous poursuivent comme un cauchemar ; nous arrivons a en
 
  +
souffrir comme si elles avaient eu lieu par notre faute.
 
  +
Ces choses-là ont beau paraître simples, elles vous poursuivent comme un cauchemar ; nous arrivons à en souffrir comme si elles avaient eu lieu par notre faute. En lisant la mort de l’ouvrière, j’ai repensé à celle de la jeune cosmopolite dont je parlais tout à l’heure. Que ces deux êtres étaient différents, et comme leurs suicides se ressemblent peu ! Laquelle de ces deux âmes a pâti davantage dans ce monde ? me demanderais-je volontiers, si une pareille question n’était un peu impie !
En lisant la mort de l’ouvrière, j’ai repensé a celle de la
 
jeune cosmopolite dont je parlais tout a l’heure. Que ces
 
deux êtres étaient différents, et comme leurs suicides
 
se ressemblent peu ! Laquelle de ces deux âmes a pâti
 
davantage dans ce monde ? me demanderais-je volontiers, si une pareille question n’était, un peu impie !
 
Pied de page (noinclude) :Pied de page (noinclude) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
   
<references/>
+
<references/>{{Droite|26}}
4 365

modifications