Différences entre les versions de « Page:Revue des Deux Mondes - 1893 - tome 120.djvu/585 »

(Pywikibot touch edit)
 
État de la page (Qualité des pages)État de la page (Qualité des pages)
-
Page non corrigée
+
Page corrigée
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
  +
 
Il est vrai aussi que l’on peut tout aussi bien interpréter les faits autrement, d’une façon diamétrale nient opposée. En considérant combien les chaînes de montagnes qui s’attachent aux arêtes de cette pyramide centrale sont énormes, jusqu’à quelles distances immenses elles prolongent leurs murailles abruptes, quels obstacles presque infranchissables elles paraissent opposer aux migrations humaines, on peut admettre au contraire que les diverses races d’hommes, venant des parties du monde les plus opposées, et remontant le cours des rivières ou le lit des vallées, ont convergé au fond de ces impasses, et que leurs avant-postes extrêmes ont fini par se joindre autour d’un sommet commun. Cette conception serait tout aussi vraisemblable que l’autre, bien qu’absolument inverse.
 
Il est vrai aussi que l’on peut tout aussi bien interpréter les faits autrement, d’une façon diamétrale nient opposée. En considérant combien les chaînes de montagnes qui s’attachent aux arêtes de cette pyramide centrale sont énormes, jusqu’à quelles distances immenses elles prolongent leurs murailles abruptes, quels obstacles presque infranchissables elles paraissent opposer aux migrations humaines, on peut admettre au contraire que les diverses races d’hommes, venant des parties du monde les plus opposées, et remontant le cours des rivières ou le lit des vallées, ont convergé au fond de ces impasses, et que leurs avant-postes extrêmes ont fini par se joindre autour d’un sommet commun. Cette conception serait tout aussi vraisemblable que l’autre, bien qu’absolument inverse.
   
365 776

modifications