Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/511

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[flore]
— 509 —

beaux, parce qu’ils expriment toujours une fonction ou se soumettent aux nécessités de l’organisme ; ils trouvent dans les végétaux les qualités qu’ils cherchent à faire ressortir dans la structure de leurs édifices, quelque chose de vrai, de pratique, de raisonné : aussi y a-t-il harmonie parfaite entre cette structure et l’ornementation. Jamais celle-ci n’est un placage, une superfétation. L’ornementation de l’architecture gothique de la belle époque est comme une végétation naturelle de la structure ; c’est pour cela qu’on ne fait rien qui puisse satisfaire le goût, lorsqu’en adoptant le mode de construire de ces architectes raisonneurs, on veut y appliquer une ornementation prise ailleurs ou de fantaisie. La construction gothique est (nous l’avons démontré ailleurs) la conséquence d’un système raisonné, logique ; les profils sont tracés en raison de l’objet ; de même, aussi, l’ornementation a ses lois comme les produits naturels qui lui servent de types. Ces artistes vont jusqu’à admettre la variété que l’on remarque dans les feuilles ou fleurs d’un même végétal, ils ont observé comment procède la nature et ils procèdent comme elle. Pourquoi et comment avons-nous perdu ces charmantes facultés, inhérentes à notre pays ? Pourquoi avons-nous abandonné ces méthodes d’art sorties de notre esprit gaulois ? Pourquoi, au lieu d’aller recourir aux sources vraies, aux modèles que nous fournit notre intelligence, notre faculté de comprendre la nature, avons-nous été chercher des arts étrangers, abâtardis, pour les copier sans les comprendre, puis recopier ces copies ? Nous nous garderons de le dire ici, parce que ce sujet nous entraînerait trop loin (voy. Goût, Style). Constatons simplement que ce que l’on appelle vulgairement les fantaisies de l’art gothique sont, dans la structure comme pour l’ornementation, des déductions très-logiques et très-délicates d’un système complet, d’un corps de doctrine établi sur une suite d’observations vraies, profondes et justes.

Une preuve que le principe d’ornementation admis par la grande école laïque d’architecture est fertile, c’est que chaque province en fait une application différente en raison de son caractère propre. Dans l’Île-de-France, l’imitation servile des végétaux ne se fait sentir qu’assez tard, vers la seconde moitié du XIIIe siècle ; pendant longtemps, l’interprétation de la nature, le style, persistent dans les grands ornements, l’imitation matérielle étant permise seulement dans quelques détails trop peu importants pour influer sur les lignes de l’architecture. En Champagne, l’imitation matérielle paraît plus tôt ; elle incline rapidement vers la sécheresse et la manière. En Bourgogne, l’imitation se fait sentir dès que le gothique apparaît ; mais elle conserve longtemps un tel caractère de grandeur, de puissance, elle est si vivante, qu’elle étouffe, pour ainsi dire, ses modèles sous sa plantureuse apparence. La flore architectonique de la Bourgogne possède, jusqu’à la fin du XIIIe siècle, un caractère large, énergique, qui ne tombe jamais dans la manière ; elle est toujours monumentale, bien qu’elle reproduise souvent les végétaux avec une scrupuleuse exactitude. Ce n’est pas en Bourgogne qu’il faut aller chercher ces délicates frises et