Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 5.djvu/165

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[église]
— 163 —

rivages de l’Océan, nous trouvons, au contraire, dès le Xe siècle, une influence byzantine marquée dans la construction des édifices religieux. Cette influence byzantine se fait jour à l’Est le long des rives du Rhin, mais elle prend une autre allure. Ayant maintes fois, dans ce Dictionnaire, l’occasion de nous occuper des églises et des diverses parties qui entrent dans leur construction (voy. abside, architecture religieuse, cathédrale, chapelle, chœur, clocher, construction, nef, travée), nous nous bornerons à signaler ici les caractères généraux qui peuvent aider à classer les églises par écoles et par époques.

école française. L’une des plus anciennes églises de l’école française, proprement dite, est la Basse-Œuvre de Beauvais, dont la nef appartient au VIIIe ou IXe siècle. Cette nef est celle d’une basilique romaine avec ses collatéraux. Elle se compose de deux murs percés de fenêtres terminées en plein cintre, de deux rangs de piliers à section carrée portant des archivoltes plein cintre et les murs supérieurs percés également de fenêtres. Cette construction si simple était couverte par une charpente apparente. L’abside, détruite aujourd’hui, se composait probablement d’un hémicycle couvert en cul-de-four ; existait-il un transsept ? c’est ce que nous ne saurions dire. Quant à la façade reconstruite au XIe siècle, elle était vraisemblablement précédée, dans l’origine, d’un portique ou d’un narthex, suivant l’usage de l’église primitive. La construction de cet édifice est encore toute romaine, avec parements de petits moellons à faces carrées et cordons de brique. Nulle apparence de décoration, si ce n’est sur la façade élevée postérieurement. Il faut voir là l’église franco-latine dans sa simplicité grossière. Les murs, à l’intérieur, devaient être décorés de peintures, puisque les auteurs qui s’occupent des monuments religieux mérovingiens et carlovingiens, Grégoire de Tours en tête, parlent sans cesse des peintures qui tapissaient les églises de leur temps. Les fenêtres devaient être fermées de treillis de pierre ou de bois dans lesquels s’enchâssaient des morceaux de verre ou de gypse (voy. Fenêtre). L’ancien Beauvoisis conserve encore d’autres églises à peu près contemporaines de la Basse-Œuvre, mais plus petites, sans collatéraux, et ne se composant que d’une salle quadrangulaire avec abside carrée ou semi-circulaire. Ce sont de véritables granges. Telles sont les églises d’Abbecourt, d’Auviller, de Bailleval, de Bresles[1]. Ces églises n’étaient point voûtées, mais couvertes par des charpentes apparentes. Nous voyons cette tradition persister jusque vers le commencement du XIIe siècle. Les nefs continuent à être lambrissées ; les sanctuaires seuls, carrés généralement, sont petits et voûtés. Les transsepts apparaissent rarement ; mais, quand ils existent, ils sont très-prononcés, débordant les nefs de toute leur largeur. L’église de Montmille[2] est une des plus caractérisées parmi ces dernières. La nef avec

  1. Voy. les Monuments de l’ancien Beauvoisis, par M. E. Woillez. Paris, 1839-1849.
  2. Prieuré de Montmille, église de Saint-Maxien, XIe siècle.