Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 3.djvu/433

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[cloître]
— 430 —

avant même d’être exécutées ? C’est une grosse question qu’il n’est pas temps de résoudre ici. Contentons-nous de signaler cet exemple, qui viendra, ainsi que beaucoup d’autres, à l’appui de ce que nous aurons à dire sur les causes de cette décadence du génie architectonique de notre pays (voy. Goût, Style).

Cloitre.Laon.3.png

Presque toujours les murs extérieurs des cloîtres de cathédrales, murs qui devaient conserver l’apparence sévère d’une clôture rigoureuse, présentaient aux-yeux des passants des motifs de décoration qui masquaient la recherche et la froideur de ces sortes de constructions. Leurs angles, vus sous plusieurs aspects à l’extrémité des rues qui entouraient ces grands monuments, étaient particulièrement ornés de quelque statue de saint, devant laquelle était suspendu un fanal pendant la nuit ; et, pour gêner le moins possible la circulation, ces angles, comme à Laon, étaient portés sur des trompillons, des colonnes ou des encorbellements plus ou moins décorés de sculptures. Quant aux portes des cloîtres de cathédrales, lorsqu’elles donnaient immédiatement sur la voie publique, elles étaient habituellement d’une grande simplicité, afin de laisser aux portes de l’église toute leur importance et leur richesse.

Mais avant d’aller plus avant et de quitter les cloîtres romans des provinces méridionales, nous devons observer que beaucoup de ces cloîtres furent rebâtis pendant les XIIIe et XIVe siècles. Ces cloîtres romans, comme nous l’avons dit, se composaient de galeries continues formées de colonnettes portant les archivoltes qui soutenaient l’égout du comble. Ce mode