Ouvrir le menu principal

Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 1.djvu/125

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[arc]
— 106 —

drale de Sens (XIVe siècle), décorées de petits pignons au-dessus des arcs, et de figures dans les entre-colonnements. Ces décorations disparaissent au XVe siècle, et les soubassements des portails ne sont plus occupés que par ces pénétrations de bases aussi difficiles à comprendre qu’elles sont d’un aspect monotone (voy. Pénétration).

Arcature.ornement.Saint-Denis.png

Les petites arcatures jouent un grand rôle dans les tombeaux, les parements d’Autels, les Retables (voy. ces mots) ; généralement les socles des tombes qui portent les statues couchées des morts, sont entourés d’arcatures dans lesquelles sont représentés des pleureurs, des religieux, ou même les apôtres. Au commencement du XIIIe siècle cependant les arcatures sont le plus souvent vides et faites en pierre ou en marbre blanc se détachant sur un fond de marbre noir ; telles étaient les arcatures des tombes refaites par le roi saint Louis à Saint-Denis, et dont il reste des fragments (23). Plus tard ces arcatures deviennent plus riches, sont surmontées de pignons à jour, finement sculptées dans la pierre, le marbre ou l’albâtre ; elles encadrent des statuettes, quelquefois aussi des écus aux armes du mort ; elles sont accoladées au XVe siècle, et forment des niches renfoncées entre des colonnettes imitées des ordres antiques au XVIe (voy. Tombeau). On peut juger par cet aperçu fort restreint de l’importance des arcatures dans l’architecture du moyen âge, et du nombre infini de leurs variétés ; nous n’avons pu qu’indiquer des types principaux, ceux qui marquent par leur disposition ingénieuse le goût qui a présidé à leur exécution, ou leur originalité.

ARCHE (D’ALLIANCE), s. f. Est souvent figurée dans les vitraux qui reproduisent les scènes de l’Ancien Testament. On lui donne généralement la forme d’une châsse. Devant le trumeau de la porte de gauche de la façade de Notre-Dame de Paris, était posée, avant 1793, une grande statue de la sainte Vierge, tenant l’enfant Jésus, et les pieds sur le serpent à tête de